Rejoignez-nous

Actualité

SEM: pas d'indice de violence systématique dans les centres d'asile

Publié

,

le

Selon l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer, il n'y a pas d'indice de violence systématique dans les centres fédéraux d'asile. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Il n'y a pas d'indice de violence systématique dans les centres fédéraux d'asile, selon l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer, mandaté par le SEM. Des cas isolés ont été examinés mais, dans l'ensemble, les droits fondamentaux et les droits humains sont respectés.

Plusieurs médias et des ONG avaient rapporté au printemps que le personnel des services de sécurité avait recours à la violence de manière excessive et systématique dans les centres fédéraux pour requérants d'asile. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) avait alors mandaté M. Oberholzer pour mener une enquête.

L'ancien juge fédéral a passé en revue sept cas à propos desquels on soupçonnait un usage disproportionné de la contrainte contre des requérants d'asile. "Il s'est agi d'une enquête administrative et non d'une enquête pénale", a-t-il précisé lundi devant les médias à Berne. Il ne s'est pas rendu sur place, mais s'est concentré sur les aspects structurels à améliorer pour éviter de nouvelles erreurs.

Il n'y a pas de violation systématique des droits des requérants d'asile ni de partialité générale de la part des collaborateurs des services de sécurité, le système fonctionne sur le fond, selon M. Oberholzer. L'allégation de torture est "injustifiée et fausse", a déclaré le secrétaire d'Etat Mario Gattiker, directeur du SEM.

Enquête pénale ouverte dans six cas

Quatorze employés de sociétés de sécurité ont été suspendus après que les sept cas ont été rendus publics et ne travailleront plus dans les centres fédéraux d'asile. Plusieurs employés du SEM ont également été transférés à d'autres postes.

Dans le détail, dans six des sept cas examinés, une enquête pénale a été ouverte, "signe qu'une enquête indépendante et impartiale par les autorités judiciaires est garantie", selon le SEM.

Dans trois cas, des collaborateurs des services de sécurité privés ont réagi de manière disproportionnée et peut-être même illicite à une situation de conflit. Le placement dans une salle dite de réflexion - souvent des conteneurs - n'était pas justifié, selon l'ancien juge fédéral. "Ce sont trois cas de trop", a déclaré M. Gattiker. La justice enquête sur ces cas de manière indépendante, a-t-il précisé.

Dans trois autres cas, l'usage de la contrainte était proportionné et justifié, car il répondait à la grande propension à la violence d'un requérant d'asile, souvent en état de forte ébriété ou sous l'influence de drogues. Dans le dernier cas examiné, il subsiste des doutes quant à l'adéquation de la réaction à une situation de conflit.

Recours à des sociétés privées

L'ancien juge fédéral a questionné le recours à des sociétés de sécurité privées dans ces centres. La question est de savoir qui est autorisé à ordonner des mesures coercitives telles que le placement dans une salle de réflexion. "La sécurité et l'ordre sont avant tout des tâches de l'Etat."

Il a toutefois mis en perspective ces cas par rapport au nombre total d'agents de sécurité déployés dans ces centres, soit environ 700, et aux plus de 2000 requérants d'asile qui y séjournent simultanément.

Mesures de prévention

Le SEM indique avoir déjà mis en oeuvre plusieurs mesures pour réduire le nombre de cas d'escalade de la violence, notamment basées sur le dialogue pour éviter les conflits ou du moins les désamorcer.

Ainsi, au deuxième trimestre de cette année, le nombre de cas d'escalade de la violence et d'interventions policières a diminué de près de 40% par rapport au premier trimestre, note le SEM. M. Oberholzer précise que, malgré toutes les mesures préventives, il n'est pas toujours possible d'éviter les conflits dans les centres fédéraux d'asile.

Recommandations

Il recommande au SEM de vérifier et d'améliorer la formation du personnel de sécurité et de placer ses propres collaborateurs possédant une formation policière à certains postes-clés dans ce domaine. Les collaborateurs des services privés de sécurité assumeraient une fonction de soutien.

Le SEM devrait aussi définir plus clairement les règles relatives à l'application de mesures disciplinaires et l'utilisation des salles de réflexion et revoir les bases légales concernant l'usage de la contrainte et de mesures policières en vue de protéger les requérants et les collaborateurs. Il faudrait encore améliorer les processus d'établissement de rapports d'incidents.

"Nous allons examiner l'utilisation des salles de réflexion et préciser si des réglementations supplémentaires sont nécessaires", a déclaré M. Gattiker, indiquant que cette utilisation a été incluse dans l'ordonnance sur les centres fédéraux d'asile.

Et d'estimer qu'à première vue, il est possible que ce soit des collaborateurs du SEM qui occupent les postes-clés. Mais pas de renoncer totalement à la coopération avec des entreprises de sécurité privées. Il a encore mentionné l'audit interne du SEM qui arrivait à des conclusions similaires.

Mesures plus ambitieuses

Amnesty International, qui avait parmi d'autres pointé cette problématique au printemps, a salué lundi les recommandations de l'ancien juge fédéral, tout en demandant des mesures plus ambitieuses.

"Ce qui manque, c'est un dispositif opérationnel et une protection efficace pour les lanceurs d'alerte qui signalent des abus dans les centres. Il faut mettre en place un mécanisme de plainte véritablement indépendant pour les victimes de violences", écrit l'organisation.

L'organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) et le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés soutiennent la mise en place d'un tel mécanisme. L'OSAR souhaite également que le SEM rende régulièrement compte de l'application des recommandations de M. Oberholzer. Amnesty International demande encore que des représentants des autorités soient spécifiquement chargés de surveiller et faire respecter les droits humains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Coronavirus

Un expert propose de raccourcir le délai pour la dose de rappel

Publié

le

Richard Neher, membre de la task force de la Confédération, propose de diminuer le délai entre les deuxième et troisième doses de vaccin pour faire face à l'augmentation des cas (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Pour maîtriser la pandémie, Richard Neher, membre de la task force de la Confédération, propose de réduire le délai entre les deuxième et troisième doses de vaccin. Il suggère de passer de six à quatre ou cinq mois.

En raison du délai actuellement en vigueur, de très nombreuses personnes en Suisse ne pourront pas recevoir de dose de rappel avant la fin de l'année, explique M. Neher dans la SonntagsZeitung.

Etant donné que les nouvelles infections se situent déjà à un niveau élevé, il ne suffit pas de freiner la hausse. Une baisse est nécessaire et pour cela il faut d'autres mesures, souligne-t-il.

Si la population reçoit autant de doses de rappel que possible dans les trois prochaines semaines, il sera possible de sauver Noël, estime-t-il.

Pour la cheffe de la task force de la Confédération Tanja Stadler aussi, la Suisse doit agir car ce n'est qu'une question de temps avant que le nouveau variant Omicron ne soit présent dans le pays.

S'il n'est pas encore possible d'évaluer la dangerosité du nouveau variant, l'on sait qu'il a contaminé des personnes guéries ou vaccinées, indique-t-elle dans la NZZ am Sonntag. Elle précise que le variant Omicron s'est imposé dans les régions où le variant Delta était prédominant.

La Suisse dispose donc d'une fenêtre d'opportunité qu'elle doit utiliser pour se préparer, conclut l'experte. Et d'ajouter qu'il s'agit maintenant de maîtriser le variant Delta avant qu'Omicron ne pose des défis encore plus importants à la Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de millionnaire au tirage de samedi. Mercredi prochain, 9,8 millions de francs sont en jeu. (archives) (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 17, 18, 20, 21, 33 et 41. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 2 et le Joker le 837009.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 9,8 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une machine à café prend feu: 30'000 francs de dégâts

Publié

le

L'incendie d'une machine à café a provoqué d'importants dégâts matériels à Urnäsch (AR). (© Police AR)

Une machine à café a causé un incendie dans une cuisine vendredi à Urnäsch (AR). Les dégâts s'élèvent à 30'000 francs. Personne n'a été blessé.

L'incendie s'est déclaré en l'absence des habitants, a annoncé samedi la police d'Appenzell Rhodes-Extérieures. En rentrant dans sa maison, la propriétaire a constaté un fort dégagement de fumée. Un privé a rapidement pu éteindre le feu couvant.

La cause de l'incendie est en cours d'examen au service de la police scientifique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

L'OFSP requiert des tests pour les voyageurs plusieurs pays

Publié

le

Aucun contrôle spécial n'avait lieu samedi à l'aéroport de Zurich (image symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Les voyageurs entrant en Suisse de Tchéquie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, d'Egypte et du Malawi doivent présenter un test Covid-19 négatif et se placer 10 jours en quarantaine. Ceci aussi bien à l'embarquement dans un avion qu'à l'entrée sur territoire helvétique.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a requis cette mesure en raison du nouveau variant préoccupant qui sévit dans ces pays, a-t-il tweeté samedi soir.

Des mesures ont déjà été prises pour les passagers provenant d'Afrique du Sud et ayant atterri samedi à l'aéroport de Zurich. Ils ont dû se soumettre à un test de dépistage. Tous les passagers d'un vol de la compagnie Swiss en provenance de Johannesburg ont été "informés via SMS par l'OFSP qu'ils doivent se mettre en quarantaine et se faire tester", a indiqué l'office, contacté par Keystone-ATS.

Les données des passagers de ce vol ont été simultanément transmises aux cantons afin de leur permettre de contrôler les quarantaines et les dépistages. Les cas positifs aux tests PCR feront l'objet d'analyses plus précises en lien avec le nouveau variant du virus.

Aucun contrôle spécial n'avait lieu samedi à l'aéroport de Zurich, où les voyageurs déambulaient normalement, certains évoquant d'après plusieurs médias des instructions peu claires. La veille, l'OFSP appelait les personnes provenant de pays où sévit ce variant à ne pas prendre les transports publics pour rentrer chez elles.

Vols de rapatriement

Selon l'OFSP, les passagers en provenance d'Afrique du Sud et de plusieurs autres pays doivent depuis vendredi présenter un test Covid-19 négatif et se mettre en quarantaine pendant dix jours - même si elles sont vaccinées ou guéries. Il en va de même pour tous les voyageurs en provenance de Belgique.

Les voyageurs en provenance du Botswana, du Swaziland, de Hong Kong, d'Israël, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie, du Zimbabwe et d'Afrique du Sud sont eux actuellement interdits d'entrée sur le territoire. Les Suisses et les personnes disposant d'un permis de séjour en Suisse sont toutefois exemptés de cette interdiction.

En dehors du vol de la compagnie Swiss qui a atterri samedi à Zurich, seuls des vols de rapatriement autorisés en provenance d'Afrique australe pourront encore atterrir en Suisse, note l'OFSP.

Cas européens

Le nouveau variant omicron n'a jusqu'à présent pas été détecté en Suisse, répète l'OFSP samedi. Le premier cas identifié en Europe l'a été en Belgique. Un autre cas suspect a été détecté vendredi soir en Allemagne chez une personne récemment rentrée d'Afrique du Sud et deux en Grande-Bretagne, également en lien avec un voyage en Afrique du Sud.

Omicron a aussi été identifié au Malawi, en Israël sur une personne venue du Malawi, au Botswana et à Hong Kong.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé ce nouveau variant, détecté pour la première fois jeudi en Afrique du Sud, comme "préoccupant". Il présenterait un risque accru de contagion par rapport aux autres variants, dont le Delta, dominant et déjà très contagieux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le pass sanitaire sur la touche, comme un spectre menaçant la fête

Publié

le

Pass sanitaires requis ou pas, les marchés de Noël pourraient se retrouver à court terme face à l'obligation de renforcer les mesures anti-Covid (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

En Suisse romande, après une année d'absence, de nombreux marchés de Noël ont décidé de ne pas exiger la présentation du pass sanitaire. Alors que les cas Covid grimpent en flèche dans le pays, les organisateurs croisent les doigts pour ne pas devoir l'introduire.

Plusieurs petits marchés, comme celui de Martigny (VS), ont renoncé à faire leur retour cet hiver, n'ayant pas les forces suffisantes pour faire respecter un plan de protection ou contrôler les pass. D'autres, avec davantage de moyens, ont choisi de mettre en place des mesures spécifiques anti-Covid tout en ayant à coeur de garantir un accès sans masque ni certificat aux espaces à l'air libre.

C'est le cas du marché de Noël de Sion, qui doit se tenir du 8 au 23 décembre, et où le certificat sera nécessaire pour toute activité dans un lieu fermé. Au vu de sa localisation au coeur du centre-ville, le pire scénario serait l'obligation du pass dans toute la zone, assure à Keystone-ATS Jacqueline Chou, présidente de la manifestation qui devrait accueillir 110 espaces dont 80 artisans.

Une partie des artisans n'étant pas vaccinée, cela deviendrait "plus que compliqué et nous serions alors obligés de jeter l'éponge", poursuit-elle. En revanche, d'autres mesures comme le port du masque obligatoire, seraient encore gérables malgré la contrainte.

Un système fragile

Les grands marchés de Noël de Lausanne et de Montreux (VD), ouverts depuis plus d'une semaine avec une fréquentation réjouissante, ne requièrent pas non plus le masque ou le certificat Covid à l'extérieur. A Lausanne, les mesures exigées ont été mises en place pour permettre à tout un chacun de s'y rendre, vacciné ou non.

A Montreux, les plus de 16 ans ne doivent montrer un pass que pour accéder aux chalets-restaurants clos du marché, à la Cabane des bûcherons ou encore à la Maison du Père Noël, mais pas pour les 150 chalets le long des quais. Les organisateurs des deux marchés, qui prévoient déjà des baisses de fréquentation, redoutent que la situation ne se détériore à cause d'un renforcement des mesures.

Pour éviter d'imposer le certificat, de plus petits marchés de Noël comme celui de Gruyères (FR), qui aura lieu durant les week-ends du 10 au 12 et du 17 au 19 décembre, ont décidé eux aussi de mesures ponctuelles. Comme une limite de 500 personnes pour la participation à la chasse au trésor, au loto des enfants et à la visite de Saint-Nicolas durant la journée des familles du 4 décembre.

Repas en question

Le Marché de Noël du Clos-du-Doubs à Saint-Ursanne (JU), qui a lieu les 4 et 5 décembre, prévoit d'égaler en taille les manifestations qui ont précédé le coronavirus. Artisans et exposants seront donc tout aussi nombreux qu'en 2019 dans les rues de la cité médiévale. L'accès à la vieille ville et au marché sera là aussi libre de certificat, obligatoire seulement pour la zone de restauration.

Néanmoins, comme la manifestation réalise une partie de son chiffre d'affaires avec la cantine, le comité d'organisation espère que les visiteurs vont répondre présent. "Viendront-ils se restaurer en devant présenter le certificat? On reste positif et on y croit!", affirme Bernadette Altermath, présidente du marché de Noël.

L'équilibre de ces marchés de Noël romands, qui se sont voulus ambitieux au vu de la pandémie et soucieux de garantir l'accès au plus grand nombre, se trouve menacé par la hausse continue des cas Covid depuis plusieurs semaines. Sans compter l'apparition du nouveau variant omicron. En Suisse alémanique, les manifestations du même type ont érigé des règles plus strictes.

A Bâle, le marché de Noël n'est ainsi accessible que sur présentation du certificat Covid. Le contrôle des pass nécessite du personnel supplémentaire et le nombre d'emplacements a été restreint. A Zurich également, le Wienachtsdorf de la Sechseläutenplatz exige la présentation du fameux QR code.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture