Rejoignez-nous

Actualité

Quand le bruit nocturne nuit à notre santé

Publié

,

le

Des chercheurs de l’EPFL, du CHUV et des HUG ont étudié les plaintes de somnolence de plus de 3600 Lausannois. Et somnolence diurne et bruit nocturne sont clairement associés.

Des zones rouges où l’on dort mal et des zones bleues apparaissent sur la carte de Lausanne. Il y a plus de 5 décibels la nuit entre les zones rouges et bleues, ce qui est énorme puisque le volume sonore double à chaque palier de 3 décibels.

Des perturbations du sommeil qui ont un réel impact négatif sur la santé.

Le manque de sommeil augmente le stress et les maladies psychiques comme la dépression, les maladies cardio-vasculaires mais également un risque accru d’obésité. Le sommeil est aussi très important car c’est le moment où l’on récupère certaines fonctions dont ce n’est pas à négliger mais le sommeil tend à se réduire actuellement car la durée de veille augmente. Après le bruit la nuit n’est pas nouveau. Mais dans le temps les personnes arrivaient à récupérer en faisant la sieste la journée, ce qui n’est plus vraiment possible aujourd’hui ou cela ne se fait plus.

Les gens vont consulter dès qu’ils vont avoir des problèmes de somnolence durant la journée, une irritabilité etc. Il faut savoir que nous ne sommes pas tous égaux face au bruit, certaines personnes sont plus sensibles que d’autres. Et une fois réveillées elles vont mettre plus de temps ensuite à se rendormir.

Si vous avez passé une mauvaise nuit ce n’est pas grave mais si vous n’arrivez pas à récupérer les nuits qui suivent c’est plus embêtant. Et donc cette fragmentation du sommeil qui a toujours un peu existé est plus problématique aujourd’hui car on ne peut pas récupérer comme avant.

Alors pour diminuer les nuisances nocturnes cette étude avance certaines piste, comme la pose de revêtement silencieux, ou faire ralentir les véhicules, mais côté médical est-ce que l’on peut faire quelque chose ?

Il y a quelques astuces mais encore faut-il les supporter. On a par exemple les bouchons d’oreilles mais que l’on ne supporte pas toujours car on entend sa pulsation cardiaque, et cela peut gêner. Il y a aussi des machines qui génèrent des bruits blancs, des petits clapotis agréables à entendre. D’autres vont mettre le bruit de la télé pour masquer le bruit dehors mais ce n’est pas forcément mieux.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une femme de 67 ans est morte dans un incendie à Avusy

Publié

le

(DR) SIS

Le corps sans vie d’une femme de 67 ans a été découvert dans les combles d’une maison à Avusy. Elle était avec ses deux chats, décédés eux aussi. L’incendie s’est déclaré ce matin.

C’est un voisin qui a aperçu de la fumée s’échappant de cette petite maison mitoyenne qui a donné l’alerte, peu avant 8h20.  Les pompiers, les policiers et les secours se sont immédiatement rendus sur place, route de Grenand.

On ignore pour le moment les causes de l’incendie. L’enquête a été confiée à la brigade des vols et incendies.

A ce sujet, écoutez le porte-parole de la police genevoise, Silvain Guillaume-Gentil:

Silvain Guillaume-Gentil Porte-parole de la police genevoise

@marie_prieur et @qlienard

Continuer la lecture

Actualité

2019: une année historique pour le Grand Genève mais des tensions

Publié

le

Les élus du Pôle métropolitain ont fait le point sur les dossiers de 2019.

2019 sera une année historique pour le Grand Genève avec la mise en service du Léman express. Mais, d’autres dossiers transfrontaliers pourraient, eux, dérailler…

Vendredi, les élus français du Grand Genève, réunis dans ce qu’on appelle le Pôle métropolitain, profitaient du début d’année pour faire le point sur les dossiers transfrontaliers. En tête: le Léman express. Le réseau ferroviaire qui reliera 45 gares, démarre le 15 décembre. Une révolution très attendue comme le rappelle Jean Denais, président du Pôle métropolitain:

Jean Denais Président du Pôle métropolitain

Pour améliorer la mobilité dans la région et assurer le succès du Léman express, de nombreuses mesures d’accompagnement doivent être mises en place, tels que les fameux P+R. Ceux que Genève a refusé de cofinancer lors de la votation de mai 2014. Aujourd’hui, le Conseil d’état craint que les Français ne soient en retard dans la réalisation de ces parkings d’échange. De quoi agacer Jean Denais:

Jean Denais Président du Pôle métropolitain

Comédie de Genève et Château rouge

Pour fêter la mise en service du Léman express, le Pôle métropolitain a annoncé un événement grand public. Il se déroulera sur tout un week-end, en mars 2020. La Comédie de Genève et Château rouge (à Annemasse) sont chargés de le préparer. En tant que vice-président chargé de la culture, Gabriel Doublet supervise ce dossier pour le Pôle métropolitain aux côtés de l’Association des Communes Genevoises (ACG). En tout, 300 000 francs sont investis dans cet événement. Mais, dans quel but?

Gabriel Doublet Vice-président du Pôle métropolitain

Autre réussite de la coopération franco-suisse: le tram entre Genève et Annemasse, actuellement en cours de construction. Autant de moyens d’améliorer la mobilité dans la région comme c’est déjà le cas de la voie verte par exemple.

Préférence cantonale et écoliers frontaliers

Mais, tout n’est pas rose pour autant. La question de la préférence cantonale fâche les élus de France voisine. A l’image du maire de Saint-Julien. Antoine Vielliard a récolté des petites annonces d’emploi qu’il juge contraires aux accords bilatéraux et il a alerté les autorités européennes. Sa démarche pourrait bien être suivie par le Pôle métropolitain. Les explications de son président Jean Denais:

Jean Denais Président du Pôle métropolitain

A noter, d’autres dossiers transfrontaliers créent des tensions comme le refus du Canton de Genève de scolariser les écoliers frontaliers. Une décision du Conseil d’Etat genevois difficile à gérer côté français où les établissements doivent accueillir ces centaines d’élèves. Mais aussi difficile à comprendre d’un point de vue éthique selon Jean Denais:

Jean Denais Président du Pôle métropolitain

Quelles que soient les sujets de tensions entre les partenaires français et suisses, Jean Denais tient à rappeler l’intérêt de la coopération transfrontalière, notamment sur le plan financier:

Jean Denais Président du Pôle métropolitain

@marie_prieur

Continuer la lecture

Sport

Tennis: éliminé à Melbourne, Federer va jouer sur terre battue

Publié

le

Battu par Stefanos Tsitsipas en quatre sets, Roger Federer a perdu sa couronne à l’Open d’Australie. Très rapidement après son élimination, le Bâlois a annoncé son intention de prendre part à la saison sur terre battue.

Aucun suisse ne sera présent en deuxième semaine à Melbourne. Dernier représentant helvétique, Roger Federer s’est incliné face au Grec Stefanos Tsitsipas (7-6, 6-7, 5-7, 6-7). A l’issue de la partie il a loué les qualités de son adversaire du jour au micro d’Helen Scott Smith notre envoyée spéciale aux antipodes.

Roger Federer Troisième au classement ATP

 

Le n°3 mondial a ensuite annoncé son intention de participer à la saison sur terre battue. Une question se pose cependant: à quel moment a-t-il pris cette décision? Est-ce la conséquence de sa défaite ou s’était-il décidé auparavant? Ecoutez sa réponse qui est plutôt amusante.

Roger Federer Troisième au classement ATP

 

Continuer la lecture

Actualité

Deux avalanches fatales à deux personnes en Suisse romande

Publié

le

Un groupe de quatorze personnes a déclenché une avalanche samedi au lieu-dit "La Rupa" dans la région du Gros Mont sur la commune de Charmey. (©Police cantonale fribourgeoise)

La mort blanche a frappé samedi dans les Préalpes valdo-fribourgeoises. Une avalanche a été fatale à un quinquagénaire samedi près de Charmey (FR), une autre coulée a tué un randonneur sur les hauteurs de Château-d’Oex (VD).

A Charmey, un homme de 55 ans a été tué par une avalanche samedi après-midi dans la région du Gros Mont. Deux autres personnes ont été légèrement blessées. Selon la police cantonale, un groupe de quatorze personnes a déclenché une avalanche un peu avant 14h00 au lieu-dit « La Rupa ».

Trois personnes ont été ensevelies. Les membres du groupe ont alarmé la REGA et rapidement pu dégager les trois malheureux. Blessés, ils ont été héliportés dans deux hôpitaux. Une enquête est en cours afin de déterminer les circonstances de cet accident.

Une seconde avalanche s’est déclenchée sur la même commune dans le secteur de la vallée du Petit Mont, vers la dent de Savigny et a emporté une personne. Selon la police cantonale, celle-ci a pu se dégager et rejoindre la vallée par ses propres moyens.

La corniche cède

A Château-d’Oex (VD), trois membres d’un groupe de sept randonneurs à ski ont été ensevelis samedi dans une avalanche à proximité du Vanil Carré. Deux victimes ont été rapidement dégagées. Le troisième, un Français de 39 ans, n’a pas survécu, a rapporté dimanche la police cantonale vaudoise.

L’avalanche s’est produite vers 13h00. La corniche de neige sur laquelle se trouvaient les randonneurs a cédé. Elle a précipité trois personnes du côté vaudois du sommet. Rapidement dégagées de la masse neigeuse, deux d’entre elles sont choquées et légèrement blessées. Elles ont été acheminées à l’hôpital de Château-d’Oex pour des contrôles.

Totalement enseveli, le dernier randonneur a été retrouvé mort par les secours, que les autres randonneurs sur place avaient appelés. La procureure de service a été informée.

Risque marqué

Le risque d’avalanche est jugé marqué dans les Préalpes valdo-fribourgeoises, ainsi qu’en Valais, selon le bulletin de l’Institut fédéral de l’étude de la neige et des avalanches. Les randonnées et descentes hors-piste demandent une expérience dans l’évaluation du danger d’avalanche. Un choix très prudent des itinéraires est important, conseille l’institut.

Le risque d’avalanche est considéré comme limité dans les autres régions enneigées en Suisse, à l’exception de la chaîne de Jura, où le danger est qualifié de faible.

source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Pierre Maudet règle ses comptes avec la présidence du PLR

Publié

le

Pour le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le vote de soutien de la base est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que "c’est encore la base qui a le dernier mot" (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les partisans du PLR genevois ont soutenu mardi soir à quelques voix près le conseiller d’Etat Pierre Maudet. Celui-ci estime dimanche que ce vote est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que « c’est encore la base qui a le dernier mot ».

« Le PLR a fait preuve d’une certaine forme de souveraineté populaire », explique le Genevois dans un entretien accordé au Matin Dimanche. Poursuivi pour acceptation d’un avantage, Pierre Maudet résiste depuis plusieurs mois aux pressions venues de la direction de son parti le poussant à démissionner, la présidente suisse Petra Gössi en tête.

Mais « quel serait le dégât d’image si j’étais acquitté dans six mois et que le parti m’avait forcé à démissionner? », se demande-t-il lors d’une interview avec la SonntagsZeitung. Et ces appels répétés donnent l’impression, que le parti « laisse tomber ses élus dès l’apparition de premières difficultés ». De quoi endommager autrement l’image du PLR.

« Quiconque prend la démocratie et la primauté du droit au sérieux ne démissionne pas simplement par respect pour ses électeurs avant qu’un verdict n’ait été rendu « , résume ainsi l’ancien candidat au Conseil fédéral, âgé de 40 ans. Les politiciens ont besoin de gens qui sont disposés et capables de mener des disputes difficiles.

Ampleur « disproportionnée »

Pierre Maudet regrette aussi l’ampleur « disproportionnée » que cette affaire a déjà prise. Mais il estime que c’est aussi le rôle du président du Conseil d’Etat « de mettre en lumière les vrais enjeux », en une pique à peine voilée à Antonio Hodgers.

Ce n’est pas la seule remarque que le quadragénaire énonce à l’encontre du président du collège. Selon lui, pour que la parole gouvernementale reste forte et crédible, il aurait fallu que les prises de position de M. Hodgers « restent parcimonieuses et apaisées ». Pour le reste, dit-il, « le Conseil d’Etat fonctionne. Les institutions fonctionnent ».

Maudet critique le fait qu’après douze ans au pouvoir, il n’est plus mesuré qu’à l’aune d’une évaluation erronée et d’un mensonge. « J’ai menti, et je n’aurais jamais dû faire ce voyage aux Emirats. Et, bien sûr, ma crédibilité en a souffert. Mais, à mon avis, je n’ai jamais franchi la ligne du droit pénal ». Maudet a confirmé lors des entretiens qu’il démissionnerait uniquement s’il était condamné.

Parti déchiré

L’affaire Maudet, qui empoisonne la vie politique genevoise depuis plusieurs mois, maintenant, a aussi pour conséquence de diviser profondément le PLR Genève. Mardi soir, les membres du parti se sont réunis en assemblée extraordinaire et ont accordé leur confiance, à une courte majorité, au magistrat.

Deux camps irréductibles se sont fait face. Les partisans du conseiller d’Etat ont défendu leur champion, mettant en avant son bilan et ses compétences. Les adversaires, dont une bonne partie du comité directeur du PLR Genève, ont condamné les mensonges de Pierre Maudet, estimant qu’il n’était plus capable de tenir son rang.

Cette division au sein des libéraux-radicaux genevois aura pour conséquence immédiate le départ du président du parti, Alexandre de Senarclens. Celui-ci a confirmé qu’il remettait son mandat, ne pouvant plus être au côté d’un magistrat qui n’a plus aucune considération pour sa formation politique.

Revenant sur la personnalité de M. Maudet, le président du parti a estimé que le ministre était « dans un jeu, comme au théâtre ». « Nous avons affaire à quelqu’un qui s’accroche, qui se renie lui-même », a ajouté M. de Senarclens dans le Matin Dimanche. « Il ne pense malheureusement qu’à lui. Ce qui m’interpelle est qu’il est totalement hermétique au mal qu’il cause à sa famille politique alors qu’il était auparavant un rassembleur ».

source ATS

Continuer la lecture