Rejoignez-nous

Actualité

Pierre Maudet, président malgré la polémique

Publié

,

le

Pierre Maudet sera bien le futur président du Conseil d’Etat genevois.

Le nouveau gouvernement en a fait l’annonce cet après-midi. Le conseiller d’Etat PLR garde à côté la sécurité et l’aéroport malgré le voyage controversé qu’il a effectué en novembre 2015 à Abu Dhabi. Pour lui, ce séjour tout frais payé n’est pas un sujet:

Pierre MaudetPrésident du Conseil d'Etat

S’agissant des transports, c’est Serge Dal Busco qui hérite du département laissé vacant par Luc Barthassat. Le démocrate-chrétien se réjouit de relever ce nouveau défi. Et pas question de parler de département maudit. Serge Dal Busco:

Serge Dal BuscoConseiller d'Etat en charge de la mobilité

Parmi les nouveaux arrivants, la libérale-radicale Nathalie Fontanet reprend les finances alors que le socialiste Thierry Apothéloz hérite d’un département créé de toute pièce: celui de la cohésion sociale. On y retrouve notamment l’action sociale et l’Hospice général. Un dicastère taillé sur mesure pour l’ancien maire de Vernier. Ecoutez:

Thierry ApothélozConseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale

Ecoutez l'analyse du rédacteur en chef de Radio Lac, il était l'invité du Journal de Radio Lac Soir au micro de Ghufran Bron pour qui cette répartition des départements est tout sauf une surprise:

Raphaël LeroyAnalyse

Pierre Maudet président: c’était attendu. Il a été le mieux élu des dernières élections et il est le plus ancien à siéger au gouvernement. Par ailleurs, personne au sein du nouveau Conseil d’Etat élu ne souhaitait véritablement ce poste. Mauro Poggia, le meilleur élu du second tour? Il a prévenu dès le 6 mai qu’il n’était pas candidat, sauf si on touchait à son dicastère. Un message qui semble avoir été entendu puisqu’il conserve ses deux politiques majeures: la santé et l’emploi. Meilleur élu à gauche, Antonio Hodgers était l’autre papable pour la présidence. Mais avec quelle légitimité? L’Alternative est à peine mieux représentée que l’Entente bourgeoise au Grand Conseil et l’écologiste n’a terminé que 4e sur 7 le 6 mai. Dans ces conditions, la nomination de Pierre Maudet n’apparaît que plus logique.

Raphaël, visiblement, cette répartition répond aussi à un souci d’apaisement...

Imaginez un instant que Pierre Maudet n’ait pas été président: cela aurait été interprété comme une déclaration de guerre au magistrat et, par extension, au PLR. Conséquence: la législature aurait été une succession de chausse-trapes entre magistrats et entre partis, y compris alliés. Et il est certain que la répartition dans son ensemble aurait été rendue extrêmement difficile, voire chaotique. C’est précisément ce marasme que les sept nouveaux élus ont voulu éviter. Ils ont fait le choix de la raison, de la préservation de leurs intérêts propres. A la droite, la sécurité, les finances et les investissements. A la gauche, l’éducation, la culture et le social. La realpolitik l’a emportée sur toutes autres considérations. Affaire Maudet ou non.

Justement, Raphaël, cette répartition des rôles met-elle un terme à l’affaire Maudet?

Absolument pas, Ghufran. Pour dire vrai, elle n’y change rien. Et ce n’est pas la posture ragaillardie de Pierre Maudet cet après-midi qui y changera quelque chose. Une procédure judiciaire pour acceptation d’un avantage est toujours ouverte dans ce dossier. Les zones d’ombre sur ce fastueux voyage payé par un tiers, proche du pouvoir émirati, sont toujours aussi nombreuses. Et le rapport difficile de Pierre Maudet à la vérité sur ce séjour à Abu Dhabi reste d’actualité. C’est dire si ce choix du collège gouvernemental élu est risqué. Le 31 mai à la cathédrale St-Pierre, c’est un chef du gouvernement affaibli qui viendra prêter serment. Un homme  potentiellement sous influence et à la merci de nouvelles révélations.

Raphaël Leroy, merci.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

RUAG MRO: le président du conseil d'administration s'en va

Publié

le

Le président du conseil d'administration de la fabrique d'armement Ruag MRO a démissionné (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le président du conseil d'administration de RUAG MRO, Nicolas Perrin, va démissionner. Le Département de la défense l'annonce au moment où l'entreprise d'armement est épinglée par un audit du Contrôle des finances pour sa gestion de la vente des chars Leopard 1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

RUAG MRO: le président du conseil d'administration s'en va

Publié

le

Le président du conseil d'administration de la fabrique d'armement Ruag MRO a démissionné (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le président du conseil d'administration de RUAG MRO, Nicolas Perrin, va démissionner. Le Département de la défense l'annonce au moment où l'entreprise d'armement est épinglée par un audit du Contrôle des finances pour sa gestion de la vente des chars Leopard 1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

RUAG MRO: le président du conseil d'administration s'en va

Publié

le

Le président du conseil d'administration de la fabrique d'armement Ruag MRO a démissionné (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le président du conseil d'administration de RUAG MRO, Nicolas Perrin, va démissionner. Le Département de la défense l'annonce au moment où l'entreprise d'armement est épinglée par un audit du Contrôle des finances pour sa gestion de la vente des chars Leopard 1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La cagnotte de 70,17 millions est tombée à l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Une personne a trouvé la combinaison gagnante du tirage de l’Euro Millions de mardi. Elle remporte au total 70,17 millions de francs. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 23, 31, 37, 42 et 48 et les étoiles 3 et 7.

Lors du prochain tirage vendredi, 16 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève-Servette sur le toit de l'Europe

Publié

le

Genève est allé chercher le titre en Champions League (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette a remporté la finale de la Champions League aux Vernets. Les Genevois ont dominé Skelleftea 3-2 et imité les Zurich Lions en 2009.

Il aura donc fallu attendre 2024 pour voir la Suisse prendre le dessus sur la Suède dans un match important. Genève a prouvé qu'il était possible qu'une équipe suisse prenne le dessus. Mais, on l'imaginait bien, cela ne fut pas de tout repos. Dans une formule revisitée avec 24 clubs européens, dont trois suisses, le GSHC avait fait de cette compétition européenne l'un de ses objectifs et il est allé au bout.

Les Genevois ont attaqué la partie de la meilleure des façons. Ils ont été les premiers à ouvrir les hostilités à la 6e grâce à Eliot Berthon. Sur une belle passe de Jacquemet, le Français à licence suisse a parfaitement su déjouer le portier suédois. L'égalisation de Skelleftea est tombée à la 12e sur un tir extrêmement précis et soudain de Dzierkals.

Après ce but, les Aigles ont dû faire le dos rond avant de récupérer le momentum à la suite d'un power-play. Les Finlandais du GSHC ont alors pris les choses en mains. Filppula a trouvé Hartikainen, qui a ensuite servi Manninen pour le 2-1 à la 18e. Et 59 secondes après, une habile déviation de Winnik a donné deux longueurs d'avance aux Genevois. La joie communicative du Canadien rappelle qu'après sa blessure subie à la fin de l'année passée, il avait tout fait pour être de retour et jouer cette finale.

Un box-play exemplaire

Dans un tel match, pas étonnant donc de voir les têtes de pont expérimentées de Jan Cadieux se montrer sous leur meilleur jour. Mais dans le tiers médian, il a fallu affronter le power-play de Skelleftea qui est le plus efficace des grands championnats actuellement avec plus de 35% de réussite. Mais là encore, les Servettiens ont tenu le choc sans offrir de grandes opportunités aux Suédois.

Il y avait du sérieux dans cette équipe grenat lors de cette finale. Et après le 6-1 encaissé vendredi dernier sur cette même glace face à Davos, il était permis d'en douter. Mais le titre de champion acquis au 7e match contre Bienne au printemps dernier fait de ce GSHC une machine bien préparée pour une échéance comme celle-là.

Les Grenat ont eu des sueurs froides lorsque Filppula a dû rejoindre le banc des pénalités alors qu'il restait un peu plus de trois minutes à jouer et avec cette règle spéciale qui fait que le joueur puni purge l'intégralité de sa punition de deux minutes. Mais Olkinuora et la défense des Aigles a tenu bon pour aller chercher ce nouveau titre et cette coupe à ajouter à l'armoire des trophées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture