Rejoignez-nous

Actualité

Pas de révision pour François Légeret

Publié

,

le

L'arrivée de François Légeret en octobre 2010 lors de son procès devant le Tribunal cantonal vaudois à Lausanne (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Le Tribunal fédéral a rejeté les demandes de révision et de récusation de François Légeret. Le Veveysan, condamné à vie pour avoir tué trois personnes en 2005, recourait contre le refus essuyé devant la justice vaudoise en avril 2017.

Dans un arrêt publié vendredi, la cour fédérale rejette l’argumentation du recourant selon laquelle les juges vaudois n’auraient pas suffisamment tenu compte des révélations du livre « L’affaire Légeret, un assassin imaginaire » paru en 2016. Dans cette enquête, le fils de la boulangère – qui affirme avoir servi deux des victimes après la date de leur mort – indiquait que sa mère ne souffrait pas de troubles de la mémoire et ne pouvait donc pas s’être trompée.

Les juges fédéraux se rallient à l’avis des juges vaudois selon lequel l’appréciation de la mémoire de la boulangère n’a joué qu’un rôle subsidiaire dans le procès de 2010. A l’époque, la justice avait d’ailleurs écarté d’éventuels troubles de la mémoire pour ne retenir qu’une simple confusion de date.

Relevés téléphoniques

Pour déterminer la date des meurtres, les juges s’étaient bien davantage fondés sur les relevés téléphoniques. Ces derniers montraient qu’aucune communication n’avait été établie avec la villa de la famille Légeret dès le 23 décembre 2005 en fin d’après-midi.

Lors de l’examen de la demande de révision en 2017, les juges vaudois pouvaient donc considérer à juste titre que le témoignage du fils de la boulangère ne pouvait pas ébranler les faits fondant la condamnation de 2010. De même, le Tribunal fédéral a écarté la demande de récusation faute de motivation suffisante.

François Légeret a été condamné à la prison à vie pour le meurtre le 24 décembre 2005 de sa mère, d’une amie de celle-ci et de sa soeur, dont le corps n’a jamais été retrouvé. Le condamné a toujours clamé son innocence. Ses nombreuses demandes en révision ont été rejetées jusqu’à présent. (arrêt 6B_713/2017 du 8 octobre 2018)

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La justice suisse poursuit deux espions russes

Publié

le

Le Conseil fédéral a autorisé le Ministère public de la Confédération à ouvrir une procédure pénale à l'encontre de deux ressortissants russes soupçonnés de service de renseignements politique. (©)

Le Conseil fédéral a autorisé le Ministère public de la Confédération à ouvrir une procédure pénale contre deux ressortissants russes, indique mardi le Département fédéral de justice et police. Les hommes sont soupçonnés de service de renseignements politique.

Développement suit.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

L’Apple Store de Genève a été braqué

Publié

le

Un individu a fait irruption ce mardi matin dans l’Apple Store de Rive, en plein centre-ville de Genève. Vers 6h30, il a mis en joue des employés à l’aide d’un pistolet d’alarme. L’homme, dont on ne sait rien pour l’heure, a volé du matériel électronique pour une valeur inconnue, selon la police genevoise.

Le braqueur est reparti à pieds en direction de Bel-Air avant de disparaître. Il est activement recherché par la Brigade de répression du banditisme (BRB).

@tadeuszroth

Continuer la lecture

Actualité

#pasdevague: « Certains enseignants agressés se renferment »

Publié

le

En France, le hashtagg #Pasdevague met en lumière le malaise des enseignants. Il a fait son apparition sur les réseaux sociaux après l’agression d’une professeure dans un lycée de Créteil jeudi dernier. Dans cet établissement de la banlieue parisienne, l’enseignante s’est fait braquer par un élève avec un pistolet à billes. Depuis, les messages de soutien mais aussi les témoignages de la violence en classe se multiplient. Qu’en est-il en Suisse romande? On en parle avec le secrétaire général du syndicat romand des enseignants, Jean-Marc Haller:

Jean-Marc Haller Secrétaire général du syndicat romand des enseignants

Continuer la lecture

Actualité

Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe

Publié

le

Dès ce mardi, il est possible de se faire vacciner contre la grippe saisonnière dans de nombreux cabinets médicaux et les pharmacies en Suisse.

La vaccination permet d’éviter à de nombreuses personnes de tomber malades ou d’être hospitalisées, rappelle l’Office fédéral de la santé publique dans un communiqué. Les personnes vulnérables sont invitées à se prémunir mais aussi celles qui les côtoient  afin d’éviter tout risque.

Par personnes vulnérables on entend les personnes de plus de 65 ans, les femmes enceinte et celles qui viennent d’accoucher d’enfants prématurés. Mais aussi celles atteintes de maladies cardiaques, pulmonaires ou neurologiques. Entrent aussi dans la catégorie à risque, les diabétiques et les personnes atteintes d’un cancer qui font une chimiothérapie ou des rayons.

Le vaccin est aussi recommandé pour le personnel médical.

Effectivement les soignants sont aussi encouragés à se vacciner contre la grippe. De même que les collaborateurs des crèches, des EMS et des maisons de retraite.  Le médecin cantonal genevois estime que le taux de vaccination est encore trop bas pour cette maladie qui peut aggraver des maladies chroniques et même provoquer des décès.

Nous sommes allés prendre le pouls de la population genevoise en ce premier jour de vaccination…certains l’ont fait…d’autres ne sont pas convaincus

Certains préfèrent des alternatives au vaccin pour se prémunir et ils misent sur l’homéopathie et la médecine naturelle pour renforcer leur défense. C’est le cas des clients de la pharmacie du Cirque, à Plainpalais, comme l’explique Monica.

Monica assistante - pharmacie du Cirque

La journée nationale contre la grippe aura lieu le 9 novembre. Il sera possible de se faire vacciner sans rendez-vous dans tous les cabinets médicaux ou pharmacie participantes.

 

Continuer la lecture

Actualité

Huit des dix accusés d’An’Nur condamnés

Publié

le

L'un des dix accusés à son arrivée au procès le 1er octobre dernier. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Huit des dix personnes accusées d’avoir agressé deux fidèles dans la mosquée An’Nur à Winterthour (ZH) en novembre 2016 ont été reconnues coupables. Le Tribunal de district de Winterthour a prononcé mardi des peines de prison avec sursis et des renvois de territoire.

La plupart des prévenus ont écopé de peines d’emprisonnement avec sursis allant de 6 à 18 mois et d’amendes. Deux d’entre eux, un Afghan et un Macédonien, ont en outre été condamnés à des renvois de territoire d’une durée de sept ans. Ils ont notamment été reconnus coupables de séquestration, lésions corporelles et contrainte.

Deux accusés ont par contre été acquittés. Parmi eux figure un Tunisien de 49 ans, qui a présidé pendant une courte période l’association An’Nur. Il reçoit une indemnité de 18’000 francs.

Source ATS

Continuer la lecture