Rejoignez-nous

Actualité

Natation - Jérémy Desplanches: "Je devrai livrer la course de ma vie"

Publié

,

le

desplanches-jo-tokyo-2021

Jérémy Desplanches rêve des Jeux de Tokyo depuis cinq ans et son élimination en demi-finale des JO de Rio. Vice-champion du monde du 200 m 4 nages en 2019, le Genevois espère bien être au sommet de sa forme le 30 juillet, date de la finale olympique. Mais "je devrai livrer la course de ma vie", glisse-t-il.

La natation n'a apporté qu'une seule médaille olympique à la Suisse jusqu'ici. "C'était grâce à Etienne Dagon, sur 200 m brasse. Mais je n'ai aucune idée de l'année", avoue Jérémy Desplanches. Et pour cause: l'exploit date de 1984, dix ans avant sa naissance, aux Jeux de Los Angeles.

"Entraîné comme un affamé"

Trente-sept ans plus tard, le Niçois d'adoption est prêt à écrire une nouvelle page de l'histoire de la natation helvétique. "Je me suis vraiment entraîné comme un affamé depuis cinq ans. J'ai mis tout ce que je pouvais de côté. C'est cela qui me permet de croire en mes chances de podium", lâche-t-il.

"J'ai aussi montré aux Championnats du monde et aux Européens (ndlr: où il s'est paré d'or en 2018 et d'argent à la fin mai) que j'étais quelqu'un sur qui il fallait compter dans les grands rendez-vous", souligne-t-il. "Après, les JO constituent quelque chose de totalement différent", nuance-t-il.

"Je me pense capable de monter sur le podium. Mais les sept autres finalistes le seront aussi", explique Jérémy Desplanches, qui devra être à 100% quasiment à chaque course. "Je pourrai peut-être gérer un tout petit peu lors des séries. Mais ça ne sera clairement pas possible en demi-finale", assure-t-il.

12 ou 13 prétendants à la finale

"Nous sommes peut-être 12 ou 13 prétendants à une place en finale", explique le grand blond (1m92), sixième meilleur performeur mondial de l'année grâce aux 1'56''95 réalisés en finale des récents Européens de Budapest. "A moi de tout faire pour passer en finale, et d'y réaliser la course de ma vie."

La pression est là. Mais il s'en accommode parfaitement. "Tant mieux qu'il y ait de la pression. J'en avais même besoin, car le temps était terriblement long. Je commençais à m'habituer à ce rythme calme et linéaire", explique Jérémy Desplanches, qui a "bouffé des bornes" à l'entraînement après les Européens.

Sous les 1'56'' pour un podium

Le Genevois s'attend à devoir sortir le grand jeu pour atteindre son objectif ultime le 30 juillet. "Il faudra nager en dessous de 1'56. Ca ne sera pas possible de se hisser sur le podium avec un chrono supérieur, car tous ceux que j'imagine en finale ont déjà nagé sous les 1'56", assure-t-il.

Or, son record de Suisse, établi en finale des Mondiaux 2019, est de 1'56''56. "Il ne faudra pas que je déconne. Je ne devrai pas seulement battre mon record, mais je devrai l'exploser pour espérer un podium", lâche-t-il. "Ce n'est pas pour rien que je dis que je devrai livrer la course de ma vie."

Saurait-il du coup se satisfaire d'une place en finale? "C'est une question délicate. Je serai de toute manière satisfait après ces JO, même si je termine 19e, 20e ou 42e, car il s'agira de la fin d'un cycle olympique au cours duquel j'aurai tout entrepris pour me donner une chance. Je n'aurai pas de regret", conclut-il.

Dressel, la star annoncée

Si la natation suisse ne cesse de progresser, Jérémy Desplanches n'en demeure pas moins le seul Helvète susceptible de monter sur un podium à Tokyo. Médaillée d'argent aux derniers Européens, Lisa Mamié peut espérer une place en finale sur 200 m brasse, tout comme le médaillé de bronze européen du 200m dos Roman Mityukov ou le relais 4x200 m libre masculin.

Sur le plan international, les Etats-Unis devraient réaliser une nouvelle razzia, après avoir conquis 16 des 32 titres mis en jeu tant en 2012 qu'en 2016. Sacré à 13 reprises dans des Mondiaux, Caeleb Dressel (24 ans) devrait être l'une des stars de ces JO. Il vise notamment l'or sur 50 et 100 m libre. Michael Andrew (1'55''26 lors des Trials) sera quant à lui le favori du 200m 4 nages.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Niveaux d'eau historiquement bas dans quatre lacs

Publié

le

La rivière Breggia, près de Mendrisio (TI), était presque à sec à la mi-juillet (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/Pablo Gianinazzi)

Les niveaux d'eau des lacs de Constance, de Walen, des Quatre-Cantons et de Lugano ont atteint un plus bas historique. En raison de la sécheresse, le niveau des nappes phréatiques est également bas, de même que celui des rivières.

Parmi les lacs suisses, seuls ceux de Thoune et ceux situés en bordure du Jura ont des niveaux d'eau moyens, a indiqué lundi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) à Keystone-ATS. Outre les niveaux historiquement bas des quatre lacs de l'est, du centre et du sud de la Suisse, les autres plans d'eau affichent des niveaux "fortement à moyennement" inférieurs à la moyenne.

Les rivières suisses de petite et moyenne taille connaissent, en particulier sur le Plateau et dans le sud du Tessin, une situation d'étiage ne se produisant statistiquement que tous les deux voire tous les vingt ans.

Le Rhin et la Reuss ont si peu d'eau que les valeurs sont parmi les plus basses jamais enregistrées durant les mois d'été. L'Aar et la Limmat affichent des niveaux bas, qui ne sont observés que tous les deux à cinq ans.

Les glaciers fondent

Dans les Alpes, une grande quantité d'eau de fonte s'écoule des glaciers en raison des fortes températures. Cette fonte intensive des glaciers devrait se poursuivre, selon les données hydrologiques de l'OFEV.

Aucune détente n'est en vue: malgré les précipitations prévues pour le milieu de la semaine, le faible niveau des eaux devrait persister dans les grandes rivières et les lacs. Les quantités de pluie ne suffiront pas à faire monter le niveau d'eau.

Les débits seront plus élevés au sud des Alpes et sur la crête principale des Alpes grâce aux pluies. Au nord de la chaîne montagneuse, cela permettra une atténuation temporaire de la situation d'étiage, mais uniquement dans les ruisseaux et les petites rivières.

La sécheresse de ces derniers mois a en outre des conséquences sur les eaux souterraines. Selon les données de l'OFEV, leurs niveaux sont bas sur une grande partie du territoire. Les débits à la source sont hétérogènes. Le temps pluvieux attendu pourrait entraîner, localement et de manière isolée, une hausse du niveau des eaux de source.

Les poissons souffrent

Ces perspectives ne sont guère réjouissantes pour les poissons. Les eaux peu profondes se réchauffent plus rapidement que les eaux profondes, surtout si aucune végétation ne vient ombrager la surface.

Ces températures élevées des eaux stressent les poissons, voire les tuent. Le canton de Schaffhouse, par exemple, a décidé de déplacer des poissons vers des zones plus fraîches. Dans le canton du Jura, des opérations de pêche de sauvetage ont été menées sur une dizaine de kilomètres d'affluents des principales rivières.

Pour l'OFEV, cette situation montre l'importance des cours d'eau naturels ou renaturés. La végétation y fait de l'ombre et les poissons peuvent eux-mêmes se rendre dans des zones plus fraîches et plus riches en eau.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

A Lausanne, les cours de français au bord du lac font carton plein

Publié

le

Plus de 70 nationalités se sont côtoyées à Vidy-Plage pour apprendre le français (photo symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La fréquentation des cours de français gratuits organisés durant l'été par la Ville de Lausanne à Vidy-Plage a atteint un nouveau record. Entre le 11 juillet et le 12 août, 437 personnes se sont rendues au bord du lac pour suivre un ou plusieurs des 24 cours dispensés dans une ambiance décontractée.

La fin des restrictions sanitaires, une météo très ensoleillée, mais aussi le contexte international avec la guerre en Ukraine et la situation en Afghanistan, ont exercé une influence notable sur la fréquentation, a communiqué lundi la Ville. Ainsi, parmi les personnes présentes, on compte une majorité de femmes ukrainiennes et d'hommes afghans.

La communauté hispanophone (Colombie, Equateur, Espagne et Pérou) était également bien représentée. Au total, ce sont plus de 70 nationalités qui se sont côtoyées. La plupart des personnes résident à Lausanne depuis moins de six mois.

Enfants pris en charge

Nouveauté de cette édition, la halte-jeux pour les enfants a été très sollicitée. Chaque soir, en moyenne une quinzaine d'enfants ont été accueillis. Les parents ont pu ainsi se concentrer sur leur apprentissage. Au vu du succès rencontré, la Ville souhaite reconduire cette offre lors de la prochaine édition.

Proposés gratuitement chaque été depuis 13 ans par la Ville de Lausanne et son Bureau lausannois pour les immigrés (BLI), les cours de Vidy-Plage offrent une première initiation à la langue française.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Impôt minimal: le PS plaide pour un plafonnement par habitant

Publié

le

Les grandes entreprises actives au niveau international, comme Glencore, devraient payer un impôt minimal de 15% en Suisse à partir de 2024 (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le futur impôt minimal de l'OCDE sur les multinationales devrait générer 1,6 milliard de recettes en plus, selon une étude commandée par le PS. Mais la majeure partie ne reviendrait qu'à 4 cantons. Des plafonds cantonaux permettraient une répartition plus juste.

"Une répartition équitable de l’impôt minimum de l’OCDE doit garantir à l’ensemble de la population une partie des recettes supplémentaires", a affirmé le coprésident du PS Suisse Cédric Wermut, lors d'une conférence de presse lundi à Berne. "Cet impôt doit en effet remplir son objectif initial : il ne doit pas encourager la concurrence fiscale".

La réforme fiscale de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit, à partir de 2024, une imposition minimale de 15% pour toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse 750 millions d'euros par an.

L'étude réalisée par le bureau bâlois de conseil BSS fait évoluer les recettes supplémentaires dans la fourchette calculée par le Contrôle fédéral des finances (CDF), soit entre 1 et 2,5 milliards de francs.

Plafond de 200 ou 300 francs

Avec la mise en oeuvre prévue par la Confédération, la majeure partie des recettes supplémentaires ne reviendra qu'à quatre cantons, selon l'étude. Il s'agit de Bâle-Ville (362,2 millions), Zoug (322,7 millions), Argovie (252,1 millions) et Zurich (249,1 millions).

Ces cantons engrangeraient à eux seuls 75% des recettes supplémentaires. "C’est injuste et contre-productif", commente le PS. Le Jura (0,0 million), Genève (0,1 million), Glaris (0,3 million) et Appenzell Rhodes-Intérieures (0,5 million) bénéficieraient le moins de cet impôt.

Les modèles calculés dans l'étude montrent que l'attribution d'une part plus élevée à la Confédération, et l'établissement d'un plafond cantonal de 200 ou 300 francs par habitant, permettraient une répartition beaucoup plus équitable entre les cantons.

Avec les recettes engrangées, le PS souhaite pouvoir renforcer le pouvoir d’achat de la classe moyenne et des plus modestes. Par exemple en allégeant les primes maladie, en augmentant des contributions pour les places de crèche ou en compensant intégralement le renchérissement des rentes.

Coopération au développement

L’introduction de l’impôt minimum proposé par l'OCDE n'est pas seulement une mesure de justice pour les entreprises locales, qui ne peuvent pas procéder à des optimisations fiscales internationales, considère le PS.

"C’est aussi une contribution essentielle contre le nivellement par le bas qui affame aujourd’hui financièrement de nombreux Etats". Une partie des recettes doit donc revenir aux pays qui ont rendu ces bénéfices possibles, par exemple en augmentant l'aide au développement.

Avenir Suisse critique

En l'état actuel, le gouvernement propose au Parlement qu'un quart des recettes supplémentaires soit reversé à la Confédération, le reste allant aux cantons. Les directeurs des finances des cantons et des communes se rallient à ce partage.

Pour le laboratoire d'idées Avenir Suisse, il faut attribuer l'intégralité des recettes du nouvel impôt aux cantons, comme prévu à l'origine. Dans une analyse publiée lundi, il estime en outre que les recettes supplémentaires envisagées sont surestimées.

Si les calculs sont erronés concernant les recettes supplémentaires et que la réforme entraîne une baisse des recettes pour les cantons, la pression sur la redistribution augmentera encore, explique le groupe de réflexion. Il s'agit donc de laisser une plus grande marge de manoeuvre aux cantons.

Compenser les désavantages autrement

La nouvelle réglementation prévoit aussi un soutien fiscal à la recherche et développement (R&D) pour compenser les inconvénients résultant de la réforme. Avenir Suisse estime qu'il est préférable de renoncer à toute mesure de compensation de type aide, et de renforcer les conditions-cadres pour toutes les entreprises, par exemple grâce à une administration numérique compétente.

Le groupe de réflexion suggère aussi de réduire l'impôt sur les revenus du capital et l'impôt sur la fortune, de faciliter l'accès à la main-d'oeuvre qualifiée des pays tiers ou de garantir l'accès aux marchés internationaux en clarifiant les relations avec l'UE.

Environ 200 entreprises helvétiques et 2000 filiales de groupes étrangers seraient concernées par le nouvel impôt. Les quelque 600'000 entreprises opérant uniquement en Suisse et PME ne sont elles pas touchées.

Le Parlement débattra du projet cette année encore. Les citoyens se prononceront en juin 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les prix à la production et l'importation baissent en juillet

Publié

le

Les prix des métaux, comme ici le cuivre, ont reculé (archives). (© KEYSTONE/STEFAN DEUBER)

Les prix à la production et à l'importation (PPI) ont reculé en juillet, a relevé lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS). C'est la première baisse en sept mois pour cet indice, la dernière datant de décembre 2021.

Comparé au mois précédent, cet indicateur a baissé de 0,1% à 109,7 points. Sur un an, le PPI a par contre bondi de 6,3%, a précisé l'OFS dans un communiqué.

Ce sont surtout les tarifs à l'importation qui ont contribué à cette baisse, avec un recul de 0,4% par rapport à juin, notamment pour les métaux et les produits semi-finis en métaux. Les prix à la production ont pour leur part progressé de 0,1% suite au renchérissement des produits métalliques, des composants et cartes électroniques, du gaz et des montres.

Cette première baisse en sept mois (décembre 2021) serait l'indicateur d'un premier repli. Pour Valérie Lemaigre, économiste en chef au sein de la Banque Cantonale de Genève (BCGE), "il y a dans ces prix deux composantes importantes à souligner. La double combinaison des prix des matières premières et l'évolution du franc."

Les matières premières (en particulier de métaux) sont sources de forte accélération des prix importés car il y a eu augmentation des prix des matières brutes et de ceux de l'énergie. L'évolution du franc par rapport à l'ensemble des acteurs avec lesquels la Suisse échange atténue l'effet des prix des matières premières et des biens importés à la faveur de sa forte et rapide appréciation.

La tendance baissière dénote des pics observés en début d'année. "Pour le secteur de la construction par exemple, le cuivre (en baisse de 17% depuis le début de l'année) avait connu un pic l'an dernier," raconte Mme Lemaigre. "Même chose pour le bois ou encore l'indice des transports qui a aussi connu son pic en mai dernier et qui là est en descente."

"Nous nous attendions à voir ces effets de base négatifs dès le printemps, mais ils ont été reportés avec la guerre en Ukraine et l'augmentation des prix du pétrole et du gaz," confie l'experte à AWP. "Mais dans l'ensemble, les métaux ont connu leurs pics entre mars et mai, et nous ne voyons les effets que maintenant."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Variole du singe: Pas de vaccination en France voisine pour les genevois

Publié

le

Photo prétexte (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)
Les personnes qui habitent à Genève ne peuvent pas se faire vacciner contre la variole du singe en France voisine. A Saint-Julien-en-Genevois ou à Annecy, on leur signifie que les doses sont réservées aux résidents. L'information, révélée lundi par la RTS, a été confirmée par le président de Dialogai Matthias Erhardt.

La France n'est pas le seul pays à privilégier ses habitants. L'Allemagne a mis en place une directive similaire. Une déception pour Matthias Erhardt, président de l'association homosexuelle Dialogai.

Matthias ErhardtPrésident de l'association Dialogai

Selon lui, il est encore envisageable de se faire vacciner dans certaines très grandes villes, dans des lieux qui s'occupent de travailleurs du sexe et ne posent pas de question.

Malgré les appels répétés des associations homosexuelles à agir contre l'épidémie, les autorités helvétiques n'ont toujours pas homologué le vaccin contre la maladie. Pour Matthias Erhardt, cela donne l'impression que la maladie n'est pas prise au sérieux.

Matthias ErhardtPrésident de l'association Dialogai

Cette situation n'est pas sans rappeler le traitement réservé au Sida il y a une trentaine d'années, comme l'explique Matthias Erhardt.

Matthias ErhardtPrésident de l'association Dialogai

Le président de Dialogai est pourtant persuadé que la Suisse possède des doses du vaccin. La variole pouvant constituer une menace biologique en cas de guerre, l'armée doit avoir des stocks à disposition, a-t-il expliqué. Si c'est le cas, Dialogai demande que ces doses puissent bénéficier à la population à risque.

La variole du singe touche presque exclusivement des hommes homosexuels. A ce jour, plus de 370 cas ont été confirmés par test en Suisse. PinkCross, l'association faîtière des organisations gays, pense toutefois que le chiffre réel est probablement beaucoup plus élevé, car l'accès aux tests est très restreint.

Continuer la lecture