Rejoignez-nous

Actualité

Manger bien, est-ce forcément manger sain ?

Publié

,

le

La Haute Ecole de Gestion de Fribourg ne propose plus de cantine, mais un fast-food Subway. La malbouffe s’est-elle définitivement invitée dans les assiettes des étudiants et est-elle, encore véritablement de la malbouffe ? Non, pour McDonald’s.
Josef Zisyadis, le directeur de la semaine du Goût, a une opinion tranchée sur la question qu’il est venu partager, ce jeudi, dans Radio Lac Matin.

Josef Zisyadis
Directeur de la semaine du Goût
Josef ZisyadisDirecteur de la semaine du Goût
Pour en savoir plus sur la semaine du Goût, voir le lien :
http://www.gout.ch/

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève: une pépinière voit le jour dans le quartier du PAV

Publié

le

@latitudedurable

Les autorités genevoises inaugurent ce mardi soir une pépinière à côté du Pavillon Sicli aux Acacias, qui sera bientôt remplacée par une rivière. Elle s'inscrit dans un projet expérimental de lutte contre les îlots de chaleur appelé "Cool City Boissonnas".

Inauguration ce soir d’une pépinière dans le quartier du PAV à Genève en présence des autorités cantonales et communales. Ce projet expérimental de lutte contre les îlots de chaleur appelé Cool City Boissonas se situe à côté du Pavillon Sicli. Parallèlement à ce projet, celui d’Espaces rivières qui prévoit de sortir de terre la Drize et l’Aire.

Ces rivières serviront de « fil conducteur bleu » au PAV, destiné à devenir la ville du 21ème siècle avec des espaces publics de qualités et verdoyants. Le Canton plante beaucoup d’arbres importés, d’où la volonté de miser sur le local. Les explications d’Antonio Hodgers, Conseiller d’Etat chargé du territoire.

Antonio Hodgers
Conseiller d'Etat chargé du département du territoire
Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du département du territoire

Pépinière locale

La pépinière sera ensuite replantée dans d’autres espaces publics au sein du PAV, lorsque les rivières seront remises au grand jour. Le Canton a repeint le sol en bleu pour les matérialiser. Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers
Conseiller d'Etat chargé du territoire
Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du territoire

Les deux rivières se rejoignent à l’endroit où est plantée la pépinière, pour devenir la Drize, qui elle, remonte jusqu’à la jonction et se jette dans l’Arve.

Une large place à la mobilité douce

Le PAV prévoit la construction de 12'000 logements et 6'000 places de travail qui vont s’ajouter à celles existantes. L’équivalent d’une ville comme Carouge. Le quartier ne proposera aucune place de stationnement en surface, seulement des parkings en sous-sol. Une large place sera faite à la mobilité douce.

Antonio Hodgers
Conseiller d'Etat chargé du territoire
Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du territoire

Participation citoyenne

Le quartier sortira de terre dans 10 ou 15 ans. Ce mardi, les autorités lancent également une concertation citoyenne autour du projet Espaces rivières.

Antonio Hodgers
Conseiller d'Etat chargé du territoire
Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du territoire

Le PAV va miser sur la verticalité pour dégager de larges espaces publics. Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers
Conseiller d'Etat chargé du territoire
Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du territoire

Le projet Cool city Boissonas sera réalisé de manière progressive, par étapes entre 2025 et 2050. Du côté de Sécheron, une cour d’école secondaire sera libérée de son béton.

Continuer la lecture

Economie

La fortune globale a fait un bond en avant malgré la pandémie

Publié

le

Une analyse détaillée indique que les disparités de richesse entre les ménages se sont accentuées l'année dernière. (Archives) (© KEYSTONE/AP/Kin Cheung)

Non seulement la richesse globale des ménages n'a pas été touchée par l'éclatement de la pandémie de Covid-19, elle a même vigoureusement progressé par rapport à 2019, selon une étude publiée mardi par Credit Suisse.

La Suisse, l'Australie et la Suède ressortent comme les grands gagnants de cette crise, tandis que l'Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis et Hong Kong ont été sévèrement frappés.

Trois facteurs essentiels expliquent cette embellie: les mesures efficaces prises par les Etats et leurs banques centrales pour endiguer l'impact économique de la crise, les niveaux record des marchés boursiers au second semestre 2020 et l'excellente tenue du marché immobilier, en particulier celui des logements qui a enregistré son rythme le plus rapide depuis de nombreuses années.

Au final, la fortune globale totale a bondi de 7,4% l'année dernière pour s'établir à 418'300 milliards de dollars (384'800 milliards de francs) par comparaison avec 2019. Par ménage, la richesse globale s'est quant à elle envolée de 6% pour atteindre un pic de 79'952 dollars (73'520,80 francs).

Dans la 12e édition de son étude sur la richesse globale "Global Wealth Report", l'établissement zurichois montre qu'au niveau des régions, c'est en Amérique du Nord et en Europe que la richesse a le plus crû, avec respectivement 12'400 milliards et 9200 milliards de dollars. Les grands perdants sont l'Inde et l'Amérique latine, avec un recul de 4,4% pour la première et de 11,4% pour la seconde.

En 2020, la Suisse se classe très clairement à la première place avec une fortune moyenne de 673'960 dollars par habitant, devant les Etats-Unis (505'420 dollars) et Hong Kong (503'340 dollars).

Une analyse détaillée indique que les disparités de richesse entre les ménages se sont accentuées l'année dernière. Ainsi, le nombre de millionnaires dans le monde a augmenté de 5,2 millions pour se fixer à 50,9 millions.

Il en résulte qu'un individu doit désormais disposer de plus d'un million de dollars pour faire partie des 1% les plus riches du monde, alors qu'il ne fallait que 988'103 dollars douze mois auparavant.

Nouvelle hausse prévue jusqu'en 2025

Depuis l'an 2000, le nombre de personnes disposant d'une fortune comprise entre 10'000 et 100'000 dollars a plus que triplé l'année dernière. Une évolution que la banque aux deux voiles motive par l'accroissement de la richesse dans les marchés émergents, surtout en Chine, et par la croissance de la classe moyenne dans les pays en voie de développement.

En fait, la création de richesse en 2020 semble complètement déconnectée des difficultés économiques liées de la pandémie. En faisant abstraction de la hausse des prix des actifs, la richesse globale des ménages pourrait cependant avoir régressé, notent les auteurs de l'étude. Dans les tranches d'avoirs inférieures, où la richesse financière est moins prononcée, la fortune a en règle générale stagné, voire même diminué dans de nombreux cas.

Nannette Hechler-Fayd'herbe, qui dirige la recherche et les investissements pour la gestion de fortune internationale chez Credit Suisse, avertit cependant qu'"il n'y a aucun doute que les mesures de redistribution des gouvernements pour soutenir les ménages et les entreprises les plus durement frappés par la pandémie et la baisse des taux d'intérêt par les banques centrales ont permis d'éviter une crise mondiale aux proportions gigantesques".

La tendance observée depuis l'an 2000 n'est pourtant pas prête de s'arrêter, constatent les auteurs de l'étude qui tablent sur une appréciation de la richesse globale de 39% au cours des cinq prochaines années à 583'000 milliards de dollars en 2025.

Bien qu'ils ne représentent que 33% de la richesse actuelle, les pays à revenu faible ou moyen endosseront 42% de cette hausse. La richesse par ménage devrait s'élever de 31% et dépasser les 100'000 dollars. Credit Suisse anticipe aussi un bond du nombre de millionnaires ces cinq prochaines années pour s'inscrire à près de 84 millions.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Impact insoupçonné de la culture sur l’économie tessinoise (étude)

Publié

le

La culture est une composante de l'industrie touristique, qui "déclenche également des effets d'entraînement dans d'autres secteurs économiques liés au tourisme". (Archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le domaine de la culture génère au Tessin une valeur ajoutée de quelque 115 millions de francs et plus de 2100 postes de travail.

Même si son importance économique directe est limitée, il revêt un "intérêt stratégique" pour le canton italophone à forte vocation touristique.

La culture est une composante de l'industrie touristique, qui "déclenche également des effets d'entraînement dans d'autres secteurs économiques liés au tourisme", indique l'institut de recherche BAK Economics mardi dans une étude mandatée par les autorités tessinoises.

Au sens strict, l'apport de la culture à l'économie tessinoise se monte à 28,4 millions de francs et au marché du travail à 680 équivalents plein temps (EPT). Les arts performatifs (scène et musique) représentent plus de la moitié (59%) des retombées sur le tourisme, devant le cinéma (26%), dopé par l'engouement du public pour le Festival international du film de Locarno.

A cela s'ajoutent les services liés à la culture (29,2 millions), ainsi que les effets directs (57,6 millions) et indirects (31,5 millions) du secteur culturel, et enfin les retombées positives sur le tourisme, que les experts du BAK devisent à 25,9 millions.

"Près de trois quarts des dépenses consacrées aux cachets des artistes et aux services de soutien aux arts de la scène aboutissent chez des personnes physiques et morales domiciliées hors du canton", signalent les auteurs de l'étude. En revanche, les autres intrants - construction, technique, costumes, informatique, énergie - échoient à des entreprises tessinoises à raison de 71%.

Si l'on considère les 27,8 millions de francs versés par les collectivités publiques pour soutenir l'activité culturelle stricto sensu, cette dernière couvre tout juste ses coûts. Mais si l'on prend le secteur dans son ensemble, chaque franc de subvention génère 2,58 francs de valeur ajoutée pour le canton.

Le sondage mené auprès des visiteurs de 38 manifestations et institutions culturelles révèle que pour 75% des personnes ayant passé la nuit dans le canton et 93% des touristes journaliers, l'offre culturelle a été un motif "important" ou "très important" pour se rendre au Tessin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L’OFSP recommande la vaccination pour les jeunes dès 12 ans

Publié

le

La vaccination contre le Covid-19 sera également gratuite pour les jeunes à partir de 12 ans (archives). (© KEYSTONE/DPA/FELIX KÄSTLE)

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) recommandent la vaccination contre le Covid-19 aux jeunes de 12 à 15 ans. Début juin, Swissmedic a autorisé le vaccin de Pfizer/BioNTech pour cette tranche d'âge.

L’expérience a montré que les enfants et les jeunes présentent peu de risques de développer une forme grave de la maladie, a indiqué mardi Christoph Berger, président de la CFV, lors du traditionnel point de presse des experts. Pour la commission, les jeunes qui le souhaitent doivent également avoir la possibilité de se protéger au moyen d’un vaccin.

M. Berger a rappelé la forte charge psychique endurée par les jeunes. La recommandation de vaccination s'adresse à tous, mais en particulier aux jeunes atteints d’une maladie chronique ou qui cohabitent avec une personne immunodéprimée.

Il s'agit également de contribuer à la protection de leurs proches de manière générale ainsi que de la population. Une analyse risques-bénéfices individuelle effectuée en présence des parents ou d’une autre personne de confiance doit précéder tout rendez-vous vaccinal.

Effets secondaires plus forts

Seul le vaccin de Pfizer/BioNTech est actuellement autorisé en Suisse pour les jeunes à partir de 12 ans. Lors des essais cliniques, ce produit a atteint une efficacité de presque 100% pour cette tranche d’âge. Les jeunes qui y ont participé ont reçu le même dosage que les adultes.

La réaction immunitaire était similaire à celle des 16-25 ans. Les effets secondaires correspondaient également au profil déjà connu: douleurs au point d’injection, fatigue, maux de tête, frissons, douleurs musculaires ou articulaires ou fièvre.

Ces effets duraient normalement entre un et trois jours et pouvaient être plus prononcés après la seconde dose. De manière générale, ils sont plus forts que chez les personnes plus âgées, sans toutefois présenter de danger, selon M. Berger.

La vaccination contre le Covid-19 sera également gratuite pour les jeunes à partir de 12 ans. Les cantons décident où elle leur sera proposée. Les jeunes de 12 à 15 ans forment désormais le sixième groupe-cible des recommandations de vaccination pour vaccins à ARNm.

Christoph Berger a encore précisé que selon les données actuelles la vaccination confère une protection d'au moins douze mois contre un Covid-19 de gravité moyenne, et davantage contre une infection grave.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

L’Autorité de surveillance du MPC devrait être renforcée

Publié

le

La surveillance du Ministère public de la Confédération devrait être améliorée (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération doit être renforcée. Après avoir passé à la loupe les relations de l'instance avec le MPC, les commissions de gestion du Parlement proposent de lui accorder plus de moyens et de compétences.

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (MPC) doit rester une entité indépendante de l'exécutif. Personne n'aspire à mettre en place une surveillance politique, indiquent les commissions de gestion dans le rapport final publié mardi.

Le Parlement devrait renforcer le rôle de surveillance de l'autorité, plutôt que de l'affaiblir, et la doter des ressources adéquates. Son droit à donner des directives devrait être mieux défini.

L'instance devrait avoir un large accès aux dossiers, y compris les procédures en cours. Elle a d'ailleurs proposé d'étendre ses droits à l'information en s'inspirant du pouvoir des autorités exerçant la haute surveillance parlementaire. Le Parlement devrait légiférer en ce sens, selon le rapport final.

Lacunes à combler

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération devrait en outre conserver son pouvoir disciplinaire. En effet, ni l’Assemblée fédérale ni la commission judiciaire ne sont des organes qui conviennent pour conduire une procédure disciplinaire. Certaines lacunes doivent cependant être comblées et la panoplie disciplinaire complétée.

Dans le domaine du droit du personnel, les commissions n'ont identifié aucun besoin de clarification. L'autorité ne devrait pas avoir de compétences supplémentaires en la matière. Les problèmes liés à l’élection, la réélection et la révocation des personnes à la tête du MPC devraient être résolus dans le cadre de la réforme en cours de la réélection des juges de la Confédération.

L’expérience a montré que la réélection du procureur général de la Confédération peut être politisée, ce qui représente non seulement une menace pour son indépendance mais également pour trouver des personnes hautement qualifiées, relève le rapport.

Réforme législative en vue

Il faudrait aussi clarifier les rapports de travail entre le Parlement et la direction du MPC et résoudre les problèmes émanant des dispositions sur la nomination de procureurs extraordinaires. Les commissions de gestion recommandent en outre d'approfondir les propositions des experts mandatés pour évaluer la situation prônant une direction collective à la tête du MPC.

L'autorité de surveillance devrait être professionnalisée. Une indemnisation adéquate des membres ainsi qu’un étoffement des ressources à disposition devraient être prévus. Il serait aussi judicieux de la rattacher à une unité administrative ou aux services du Parlement.

La balle est désormais dans le camp des commissions des affaires juridiques des deux Chambres fédérales. Ce sont elles qui pourront lancer les réformes législatives préconisées.

Rencontres informelles

Les problèmes entre l'Autorité de surveillance et le MPC sont apparus lors de la procédure disciplinaire engagée contre l'ancien procureur général de la Confédération Michael Lauber, concernant la troisième rencontre informelle entre le président de la FIFA Gianni Infantino et M. Lauber. En mai 2019, les commissions de gestion ont lancé leur inspection pour comprendre ces divergences.

Mis en cause, M. Lauber a quitté son poste le 31 août dernier. Son successeur n'a toujours pas été trouvé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture