Rejoignez-nous

Actualité

L'interdiction du tabac aux mineurs soumise à votation

Publié

,

le

AP Photo/Tony Dejak

 Genève, le référendum contre la nouvelle loi sur l'alcool, les produits du tabac et assimilés a été déposé muni de 5760 signatures. Il a été lancé par les professionnels de la cigarette électronique qui contestent les interdictions de publicité et de fumer dans les lieux publics.

Le référendum a recueilli près de 500 paraphes de plus que les 5294 signatures valables requises. La loi sur la remise à titre gratuit et la vente à l'emporter de boissons alcooliques, de produits du tabac et de produits assimilés au tabac (LTGVEAT) vise à protéger les mineurs contre les risques d'addiction. Genève, comme Bâle-Ville, a ainsi devancé une loi fédérale en discussion à Berne.

"Les clients constituent un quart des signataires", a fait savoir mercredi Isabelle Pasini, présidente de l'Association romande des professionnels de la vape (ARPV), lors du dépôt des signatures. Le nom de la loi et le fait qu'elle vise à protéger les mineurs ont toutefois compliqué la récolte de signatures.

L'association est elle-même très satisfaite qu'une loi fixe à 18 ans l'âge légal pour la vente de tabac. Mais elle s'oppose à deux articles: l'interdiction de faire de la publicité sur le domaine public, qui revient à interdire aux magasins spécialisés de présenter des produits de vape en vitrine, et celle de fumer dans les lieux publics, qui empêchera de tester le produit en magasin.

Dispositions contre-productives

"La loi amalgame la vape au tabac. Or le vapotage fait partie de la solution pour arrêter de fumer", a souligné Sandro Scarpantoni, membre de l'ARPV. Dans les magasins spécialisés, il faut compter une trentaine de minutes pour établir un "diagnostic vapologique" qui permet ensuite de conseiller au mieux le client.

L'interdiction de fumer dans les lieux publics aurait aussi pour effet de renvoyer dans les fumoirs les personnes qui cherchent à diminuer leur consommation de tabac. Et bâcher la vitrine des magasins spécialisés renverrait la vape à quelque chose de honteux, ce qui serait également contre-productif en matière de santé publique, selon Mme Pasini.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Dans le centre de la bande de Gaza, la "catastrophe" des eaux usées

Publié

le

Un enfant tient un seau alors que des Palestiniens déplacés collectent de l'eau d'un réservoir dans un camp de fortune à Khan Younès. (© KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD)

Des stations de pompage des eaux usées de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, ont cessé de fonctionner mardi, selon un communiqué de la mairie. Celle-ci redoute une "catastrophe" sanitaire en pleine guerre.

"La municipalité de Deir al-Balah annonce l'arrêt des stations [de pompage] des eaux usées en raison de l'épuisement des stocks de carburant nécessaire à leur fonctionnement", détaille la publication d'un comité d'urgence de la mairie.

Ces pénuries lui font craindre "une catastrophe sanitaire et environnementale pour plus de 700'000 personnes". Les installations en question servent à collecter les eaux usées et à les évacuer dans la mer.

Enclave privée d'électricité depuis 9 mois

Dévastée par la guerre, la bande de Gaza est privée d'électricité depuis plus de neuf mois. Deux jours après l'attaque du Hamas en Israël qui a déclenché la guerre le 7 octobre, le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant avait annoncé qu'il imposait "un siège complet" à Gaza: "Pas d'électricité, pas d'eau, pas de gaz".

Le carburant est donc devenu indispensable pour faire tourner les générateurs fournissant de l'électricité, notamment aux installations municipales, dont ces stations d'épuration, mais aussi les pompes à eau.

"Dix-neuf puits et deux grands réservoirs d'eau sont inutilisables dans la ville de Deir al-Balah", avait annoncé lundi à l'AFP Ismaïl Sarsour, responsable du comité d'urgence. Ces points d'eau alimentent selon lui "plus de 140 abris" accueillant des dizaines de milliers de déplacés.

"Inondations et maladies" en vue

Le communiqué de la municipalité prédit mardi "l'inondation des rues par les eaux usées" et "la propagation des maladies".

L'organisme de l'Autorité palestinienne en charge de l'eau (PWA), basée à Ramallah en Cisjordanie occupée, a fait état récemment de l'entrée de dizaines de milliers de litres de carburant dans la bande de Gaza.

Manque de "pièces de rechange"

"Ils essaient d'aider mais il y a une telle crise que cela ne résout pas le problème", a commenté pour l'AFP un spécialiste palestinien de la distribution d'eau à Gaza.

Il pointe comme M. Sarsour à Deir al-Balah le manque de "pièces de rechange" et d'accès aux infrastructures pour pouvoir réparer le réseau endommagé.

Israël avait annoncé début juillet avoir connecté une usine de dessalement soutenue par l'Unicef, dans le sud du territoire palestinien, à son réseau électrique. L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier mardi si cette station fonctionnait.

L'Autorité palestinienne a également annoncé mardi qu'elle comptait sur un retour de l'électricité ces "prochains jours" pour alimenter des infrastructures publiques du centre de la bande de Gaza. Les autorités israéliennes n'ont pas confirmé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Euro 2024

La Suisse s'impose aisément devant l'Azerbaïdjan

Publié

le

Viola Calligaris célèbre son but dans une rencontre sans histoire pour la Suisse. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse a conclu par une victoire le tour préliminaire de l'Euro 2025. A Lausanne, elle a battu l’Azerbaïdjan 3-0 sur des réussites de Meriame Terchoun, Viola Calligaris et Ana-Maria Crnogorcevic.

Déjà assurées de remporter leur groupe avant cette ultime rencontre à la Pontaise, les Suissesses ont parfaitement rempli leur mission dans ce tour préliminaire. Leur première place leur permet de retrouver la Ligue A de la Ligue des Nations. On rappellera que la Suisse était, bien sûr, qualifiée d’office pour l’Euro en tant que pays organisateur.

Devant 2222 spectateurs, Meriame Terchoun a exploité une erreur de la gardienne pour ouvrir le score à la 25e minute et pour retrouver les chemins du filet en sélection après une longue attente de huit ans. Les deux autres buts sont sans doute tombés un peu tardivement (77e et 88e) pour affirmer que cette performance de l'équipe de Suisse fut vraiment aboutie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

La Russie va restreindre l'accès à des zones frontalières

Publié

le

Vladimir Poutine avait ordonné un assaut dans la région ukrainienne de Kharkiv pour créer une zone tampon à même de limiter les tirs ukrainiens en direction de Belgorod. Si les forces russes ont conquis quelques localités ukrainiennes, elles n'ont jamais pu créer cette "zone de sécurité". (© KEYSTONE/AP)

La Russie a annoncé mardi restreindre à partir du 23 juillet l'accès à des localités frontalières de l'Ukraine, en raison des bombardements ukrainiens. Un aveu d'échec pour Vladimir Poutine qui avait justement lancé une offensive en mai pour faire cesser ces frappes.

Le président russe avait ordonné le 10 mai un assaut surprise de ses forces dans la région ukrainienne de Kharkiv pour créer une zone tampon à même de limiter les tirs ukrainiens en direction de la région russe de Belgorod.

Si les forces russes ont conquis quelques localités ukrainiennes, elles n'ont jamais pu créer cette "zone de sécurité" ni percer les défenses adverses. Selon Kiev, Moscou a enregistré de très lourdes pertes dans cet assaut qui est toujours en cours.

"Nous allons restreindre l'accès à 14 localités où la situation opérationnelle est extrêmement difficile", a annoncé sur Telegram le gouverneur russe de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

La décision est inédite mais nécessaire selon le responsable, qui a semble-t-il acté que l'établissement d'une zone tampon avait échoué: "Nous avons déjà perdu de nombreux civils, nous avons beaucoup de blessés, et notre tâche est bien sûr de prendre des mesures de sécurité maximales".

Kiev autorisé à frappé en territoire russe

Cette annonce intervient quelques semaines après que les Occidentaux ont autorisé, sous conditions, leur allié ukrainien de frapper des cibles militaires en territoire russe avec des armes modernes occidentales. Mais les Ukrainiens menaient déjà depuis des mois des attaques contre la Russie avec leurs propres équipements, plus vieux, moins précis et d'une portée plus restreinte.

Pour Kiev, il s'agit de porter le combat sur le territoire russe et de cibler des sites servant à bombarder l'Ukraine.

"Hommes adultes" seuls autorisés

Dans les faits, dans la région de Belgorod, "des points de contrôle seront installés à l'entrée" des 14 localités concernées, et les transports publics, "y compris les taxis, seront interdits", a précisé dans son communiqué M. Gladkov.

Seuls "les hommes adultes" pourront entrer dans ces secteurs contrôlés par les forces de l'ordre, et ce, uniquement "selon des règles strictes", comme le port obligatoire d'un gilet pare-balles et d'un casque, ou bien encore le fait d'être accompagné par des militaires dans un véhicule blindé. Les femmes et les enfants ont interdiction d'entrer dans la zone.

Kremlin circonspect sur des pourparlers

Le Kremlin n'a pas commenté dans l'immédiat cette décision. Sur le front diplomatique, la Russie a réagi mardi avec circonspection aux propos du président ukrainien, qui a ouvert la veille la porte à des pourparlers avec Moscou, pour la première fois depuis le printemps 2022, en évoquant une présence russe à un futur sommet de la paix.

Volodymyr Zelensky avait assuré lundi être favorable à une présence russe à un prochain sommet, l'acte II après la conférence organisée en Suisse, mi-juin, sur la paix en Ukraine qui avait réuni des dizaines de dirigeants mais dont la Russie avait été exclue.

"Le premier sommet pour la paix n'était pas du tout un sommet pour la paix. Donc, visiblement, il faut d'abord comprendre ce qu'il (M. Zelensky) entend par là", a tempéré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, dans une interview à la chaîne Zvezda, diffusée mardi.

M. Zelensky avait, lui, affirmé vouloir présenter en novembre - mois de l'élection présidentielle aux Etats-Unis - un "plan" pour "une paix juste", après près de deux ans et demi d'un conflit à grande échelle qui a fait des centaines de milliers de victimes civiles et militaires.

Il a souhaité que des "représentants russes" participent au prochain sommet sur la paix en Ukraine, à une date indéterminée, et qui sera fondé sur ce plan.

Demandes inconciliables

Or, la Russie occupe toujours près de 20% du territoire ukrainien et les perspectives d'un cessez-le-feu restent minimales tant les positions entre Kiev et Moscou sont à ce stade opposées.

En effet, Vladimir Poutine a fixé comme préalable à des discussions l'abandon par l'Ukraine de cinq régions dont Moscou revendique l'annexion et de son alliance avec l'Occident. Kiev réclame de son côté le retrait des forces russes.

Pour Ivan Klyszcz, de l'International Centre for Defence and Security, en Estonie, l'absence de la Russie au premier sommet a pu miner la capacité de l'Ukraine à engranger des soutiens "au-delà de l'Occident", d'où l'ouverture évoquée par M. Zelensky.

"Cela pourrait être un signal faible montrant que le tabou d'avoir un contact ouvert avec les Russes ne serait plus aussi fort", observe-t-il. Plusieurs tentatives de médiation et de négociations entre Kiev et Moscou ont déjà échoué depuis deux ans et demi.

Usines d'armement tchèques en Ukraine

L'Ukraine, qui cherche à mobiliser l'industrie de défense européenne et américaine pour aider son armée, a par ailleurs annoncé mardi que des entreprises d'armements tchèques allaient produire en territoire ukrainien des fusils d'assaut et des munitions.

Kiev souffre d'un déficit d'hommes et d'armes face à l'armée russe, et cherche à bâtir sa propre industrie militaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Une élimination sans gloire pour Dominic Stricker

Publié

le

Dominic Stricker: encore beaucoup de travail devant lui avant de retrouver la lumière. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Dominic Stricker (ATP 175) reste encore loin du compte ! Après une reprise sur gazon bien laborieuse, le Bernois a déçu lors de son premier tour à Gstaad.

Dans un duel de gauchers, Dominic Stricker s’est incliné 6-3 6-3 devant le Néerlandais Botic van de Zandschulp (ATP 87). Même s’il a bénéficié de quatre balles de break dans la seconde mange avant de céder son engagement à 4-3, le Bernois ne méritait pas vraiment un autre sort. Trop imprécis en retour, il a manqué de constance et de coffre pour prendre la main dans cette rencontre.

Contraint à un repos forcé de près de six mois pour soigner son dos, le joueur de 21 ans a sans doute mesuré tout le chemin qui lui reste à parcourir pour retrouver la lumière. Il a encore un mois et demi devant lui pour monter en puissance avant d’aller défendre à New York les 205 points ATP qui avaient récompensé son accession l’an dernier en huitième de finale de l’US Open.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Broken Chair s'offre une cure de jouvence

Publié

le

Gommage, égrenage, masticage, et enfin peinture. A Genève, la chaise cassée est en plein chantier. La dernière rénovation de l'un des symboles de la Genève internationale remonte à 2016.

Les échafaudages ont été posés début juillet et devraient être enlevés début août. Broken Chair a été créée il y a 27 ans par Daniel Berset, à la demande de Handicap International, pour dénoncer les ravages des mines antipersonnel. D’autres combats se sont ajoutés depuis, explique Marie Bro, responsable communication et médias pour Handicap International.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

Aujourd'hui cette œuvre, installée face au Palais des Nations, symbolise la lutte contre l'utilisation d'armes explosives sur les populations civiles.

Les travaux avancent: après le gommage et l'égrenage la chaise cassée sera repeinte. Le tout pour 75 000 francs, un montant entièrement financé par des entreprises et des fondations.
Cette cure de jouvence était nécessaire, la dernière remontant à 2016.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

En attendant de retrouver la chaise cassée restaurée, une exposition pour rappeler son histoire et son combat est à découvrir à ses pieds.

 

Continuer la lecture