Rejoignez-nous

Actualité

L'hôtellerie suisse a connu un bel été

Publié

,

le

Le retour des voyageurs étrangers a plus que comblé le modeste repli des visiteurs locaux sur un an, sans toutefois permettre de renouer complètement avec les niveaux d'avant la pandémie. (archive) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le nombre de nuitées hôtelières a progressé en Suisse au cours de la saison estivale en comparaison annuelle. Mais il reste en deçà des chiffres de 2019, avant la pandémie de coronavirus, en raison d'hôtes étrangers moins nombreux.

De mai à octobre, le secteur a enregistré 22,4 millions de nuitées, affichant une croissance de 21,9%, soit 4 millions de nuitées supplémentaires sur un an, selon les résultats provisoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiés lundi. Leur nombre a baissé de 1,3% par rapport à la même période d'avant la pandémie. Sur les trente dernières années, le cru 2022 est toutefois le deuxième meilleur résultat après 2019.

Les plus fortes croissances ont été observées en juin (+57,3%) et en mai (+37,5%). Le mois d'octobre a affiché près de 3,22 millions d'unités, soit une croissance de 11,1% en comparaison annuelle. Les paysages automnaux ont attiré davantage d'étrangers (+45%), quand les Suisses y ont été moins sensibles (-4,9%).

Au cours des six mois étudiés, la demande des locaux a reculé de 6% sur un an, totalisant 11,9 millions de nuitées. "Ce recul s'explique par le niveau historiquement haut de la demande de la clientèle suisse en 2021", expliquent les statisticiens fédéraux. Cette année, seul le mois de juin a affiché une augmentation (+6,9%) pour cette catégorie. Cependant, la pandémie a laissé des traces, incitant les Suisses à découvrir ou re-découvrir le pays: le nombre de nuitées est en hausse de 21,3% par rapport à la saison d'été de 2019.

La fin des restrictions liées au Covid-19 s'est ressentie dans l'envolée de la demande étrangère (+84,6%) sur un an. Tous les mois ont connu de fortes augmentations de nuitées, en particulier mai et juin (+250,7% et +240,1%), en raison d'une base de comparaison particulièrement basse l'an dernier. Là aussi, la pandémie a modifié les destinations: il manque près de 19% de nuitées par rapport à la saison estivale 2019.

Le Tessin snobé

La clientèle européenne a augmenté de 1,9 million de nuitées (+42%). Les Britanniques ont connu la plus forte progression (+501'000 nuitées), suivis par les Allemands (+378'000) et les Français (+144'000). Les continents américain (+1,5 million de nuitées) et asiatique (+1,2 million) ont également connu de fortes poussées, avec des Américains (+1,2 million), des habitants du Golfe (+287'000) et des Indiens (+225'000) plus nombreux. Mais la demande est inférieure de moitié pour l'Asie, de 5% pour l'Amérique et de 3% pour l'Europe par rapport à 2019.

Au cours de la saison, dix régions touristiques sur treize ont enregistré une hausse du nombre des nuitées, allant de +1% pour la Suisse orientale à 82% pour la région zurichoise. A l'inverse, le Tessin a connu la plus forte chute (-15%), derrière Jura & Trois-Lacs et les Grisons (-3,0% chacun). Les locaux ont boudé le canton italophone (-31%), les Grisons (-17%) et le Valais (-14%) par rapport à 2021 tandis que Zurich et ses alentours ont eu plus de succès (+49%). En comparaison avec 2019, la demande des Suisses a été en hausse dans toutes les régions. C'est celle de Berne qui a remporté la palme, également pour les étrangers.

Pour la saison hivernale, Meret Mügeli de Credit Suisse table sur une progression d'environ 10% du nombre de nuitées, juste sous le niveau d'avant la pandémie (-3,5%), tablant sur un effet de rattrapage et la poursuite de la venue des hôtes américains, au bénéfice du tourisme alpin. Les Suisses devraient aussi séjourner dans le pays. Le document paru lundi pointe toutefois les risques pour ces prochains mois, comme l'inflation et le franc fort.

Selon Suisse Tourisme fin novembre, les acteurs du secteur envisagent la saison hivernale avec un optimisme mesuré. Les visiteurs étrangers devraient générer des nuitées en hausse de 18% sur un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Genève

Ancien président de la CICAD, Philippe Grumbach est décédé

Publié

le

Philippe Grumbach n'est plus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'ancien président de la CICAD Philippe Grumbach est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, des suites d'une maladie. L'avocat genevois s'est aussi fait connaître pour avoir plaidé contre des négationnistes et des auteurs d'actes antisémites. Il avait 65 ans.

La nouvelle a été confirmée à Keystone-ATS par Johanne Gurfinkiel, l'actuel secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Philippe Grumbach a présidé la CICAD entre 2001 et 2009. Il a aussi été son avocat durant une vingtaine d'années, plaidant lors de nombreux procès, parfois retentissants comme dans l'affaire Dieudonné.

Philippe Grumbach a aussi été membre du comité suisse de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et président de la Communauté israélite de Genève.

"C'était un personnage à part, un citoyen très engagé et un militant acccompli à tous les niveaux. Il a été de tous les combats", salue Johanne Gurfinkiel. "Il a marqué la CICAD et restera dans la postérité", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie

Publié

le

Une manifestation a réuni près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie et la montée de l'extrême-droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, près de 600 personnes ont défilé samedi au centre-ville pour protester contre la transphobie et contre la montée de l'extrême droite. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Cette première mobilisation antifasciste et transféministe à Genève était organisée par le Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ). Plusieurs orateurs ont dénoncé les discriminations qui frappent les personnes trans, notamment dans l'accès aux soins médicaux, au travail et au logement.

"Nous voulons le droit à l'autodétermination", a poursuivi une autre personne, très applaudie dans le Parc des Cropettes d'où est partie la manifestation. "La transition ne tue pas, la transphobie si", pouvait-on lire sur une pancarte. Le cortège s'est ébranlé au rythme des tambours et d'une grosse sono avec une banderole de tête qui donnait le ton: "La jeunesse trans emmerde l'extrême droite".

Des fumigènes

L'UDC "qui continue à s'attaquer aux droits des personnes LGBTQIA+" a été fustigée et requalifiée pour l'occasion d'"Union des connards", un slogan scandé dans les rues commerçantes. Le cortège dans lequel seules quelques personnes étaient masquées a fait une longue pause sur le Pont du Mont-Blanc où quelques fumigènes ont été tirés.

Les slogans "Mon corps, mon genre et ferme ta gueule!" ou encore "Pas de fierté sans lutte, aucun droit sans combat" ont fait vibrer le cortège jusqu'à la Place des Volontaires. La police, qui encadrait de loin la manifestation, est brièvement intervenue sur la Place du Molard où le ton est monté entre quelques jeunes et des manifestants. Aucun autre incident n'a été signalé.

Aussi à Bâle-Campagne

Samedi matin, une autre manifestation a réuni environ 200 personnes à Sissach (BL) pour dénoncer l'extrémisme de droite. Ce rassemblement organisé par la Jeunesse socialiste de Bâle-Campagne s'inscrivait dans le cadre de la polémique suscitée par les contacts de la politicienne locale et cheffe de la stratégie des Jeunes UDC Sarah Regez avec des groupements d'extrême-droite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Cully Jazz a attiré 70'000 festivaliers

Publié

le

Le Cully Jazz 2024 a connu plusieurs "moments inoubliables", comme le concert de la saxophoniste Lakecia Benjamin. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Cully Jazz a vécu une 41e édition "radieuse", se réjouissent les organisateurs à l'heure du bilan. La fréquentation du festival est estimée à 70'000 personnes, contre 62'000 l'an dernier.

Douze concerts payants ont affiché complet, ce qui représente plus de 12'500 billets vendus. Les 15 scènes du "off" ont aussi été "largement fréquentées", en particulier durant les deux week-ends ensoleillés, indiquent samedi soir les organisateurs.

Les ventes des bars et des stands de nourritures ont également "très bien fonctionné", ajoutent-ils, sans pouvoir encore se prononcer sur le bilan financier de cette édition.

Du point de vue musical, ils citent plusieurs "moments inoubliables", comme les prestations de la saxophoniste Lakecia Benjamin, accompagnée de la chanteuse Dee Dee Bridgewater, du groupe anglais The Herbaliser Band, du trompettiste Avishai Cohen, du multi-instrumentiste Rodrigo Cuevas ou encore du Portico Quartet.

Plusieurs artistes suisses se sont aussi distingués, comme la chanteuse lausannoise Nnavy, dont le concert "grandement attendu" s'est déroulé "dans une salle plus que comble." Les projets regroupant des instrumentistes issus du continent africain et de ses diasporas ont "transporté les corps et les coeurs jusqu'aux racines de leur riche héritage musical", poursuit le communiqué.

Balades musicales

Quant au festival "off", il a regroupé plus de 85 concerts dans les caveaux et scènes extérieures. De quoi offrir "un éventail de projets musicaux reflétant l'effervescence de la relève des musiques actuelles et du jazz", relèvent les organisateurs.

Les journées ensoleillées ont également contribué au "grand succès" des Balades Musicales guidées, organisées dans le cadre du programme Autour du Jazz. Cette année, le nouveau parcours a relié Puidoux à Cully, tout en faisant découvrir les compositions originales de huit artistes suisses.

Le Cully Jazz reviendra l'an prochain pour la 42e édition du 4 au 12 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Olympic et Massagno s'imposent à domicile

Publié

le

Kazadi (à droite) a brillé samedi face aux Lions (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les favoris ont imposé leur loi à domicile samedi dans l'acte I des demi-finales de SBL messieurs. Olympic et Massagno ont tous deux signé leur quatrième succès en autant de matches dans ces play-off.

Quintuple tenant du titre et vainqueur de la phase préliminaire, Fribourg a écrasé les Lions de Genève 95-61 à St-Léonard. Deuxième du tour qualificatif, Massagno s'est pour sa part imposé 93-72 devant l'invité-surprise du dernier carré, Union Neuchâtel.

Olympic a fait la différence d'entrée face aux Lions, qui ont eu besoin de cinq matches pour mater Monthey en quart de finale. Les hommes du coach Thibaut Petit ont inscrit les 15 premiers points du match, prenant jusqu'à 24 longueurs d'avance (31-7) après quelques secondes de jeu dans le deuxième quart.

Un partiel de 11-0 a alors permis aux Lions de Genève de se relancer. Porté par Jonathan Kazadi (17 points, 6 rebonds), Olympic n'a cependant pas desserré son étreinte, remportant le troisième quart sur le score de 20-10 pour entamer l'ultime période avec une marge de 27 unités (68-41).

Massagno n'a pas non plus tremblé face à Union, qui a créé la surprise en sortant Vevey Riviera en quart. Keith Clanton (17 points, 13 rebonds, 6 assists) et ses équipiers ont rapidement pris les commandes, menant 25-16 après 10' de jeu. Les Tessinois ont enfoncé définitivement le clou dans le troisième quart en s'offrant un matelas de 18 points (69-51 après 29'16).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La surprise Shakira au festival Coachella en Californie

Publié

le

Le Festival Coachella vit son premier week-end. (© KEYSTONE/AP/Amy Harris)

Shakira a fait une apparition surprise vendredi soir dans l'ambiance déchaînée du célèbre festival Coachella, dans le désert californien, clou d'une première journée où les artistes latinos étaient au diapason.

Autre temps fort, la tête d'affiche Lana Del Rey a fait son entrée sur scène escortée de motos puissantes pour la soirée d'ouverture du gigantesque événement musical, coup d'envoi des festivals d'été aux Etats-Unis.

Certains espéraient une apparition surprise de son amie et méga vedette Taylor Swift, que la rumeur dit en week-end romantique à Coachella avec son compagnon et joueur de football américain Travis Kelce.

Il n'en a rien été, mais les "Swifties" peuvent encore espérer qu'elle se joigne aux concerts des Bleachers, le groupe de son producteur Jack Antonoff, ou de la rappeuse du Bronx, Ice Spice, avec laquelle elle collabore aussi.

"Arriba Coachella"

En matière de surprise, c'est Shakira qui a déboulé sur la scène du désert californien pour électriser un peu plus le set de son acolyte, le producteur et DJ argentin Bizarrap.

Vêtue d'une courte robe aux couleurs du feu, elle a offert une performance puissante et dansante, notamment sur le tube commun du duo où elle se venge de son ex, l'ancien footballeur Gerard Piqué.

"Arriba Coachella", a crié Bizarrap, sous les acclamations explosives de la foule, tandis que la chanteuse en a profité pour annoncer une tournée mondiale.

Le duo surprise a parachevé une première journée très latino, signant la domination de plus en plus forte des artistes hispaniques sur les plateformes de streaming.

L'année dernière, le Porto-Ricain Bad Bunny avait écrit l'histoire en devenant le premier chanteur de langue espagnole à se hisser en tête d'affiche du grand rendez-vous musical.

Entre virtuel et nostalgie

Cette année, c'est Peso Pluma - 5e artiste le plus écouté dans le monde sur Spotify en 2023 - qui a attiré une immense foule avec son style unique, fusion des musiques régionales mexicaines traditionnelles, de rap latino et de reggaeton.

Pendant que flottaient dans la foule de nombreux drapeaux mexicains, le chanteur de 24 ans avait fait projeter les gros titres d'articles de presse faisant allusion aux controverses autour de son genre musical, le "narcocorrido", accusé de glorifier les cartels de drogue. Peso Pluma revendique parler de la réalité.

Et ce n'était pas fini au pied des montagnes San Jacinto. La Porto-Ricaine Young Miko a lâché un set endiablé sur la scène principale, avec son trap latino qui rappelle le rap de la côte ouest américaine des années 1990, tandis que Cimafunk est devenu le premier artiste né à Cuba à se produire à Coachella, avec son funk afro-cubain teinté de cuivres inspirés de la Nouvelle-Orléans.

Les fans se sont aussi régalés de la célèbre chanteuse virtuelle japonaise Hatsune Miku, un logiciel de synthèse vocale personnifié par l'hologramme de l'adolescente aux nattes turquoise. Sur scène, l'artiste virtuelle était accompagnée d'un groupe de musiciens en chair et en os.

Samedi, c'est Tyler, the Creator qui tient la tête de l'affiche, tandis que le premier week-end se terminera dimanche avec Doja Cat.

Le festival offre une bonne dose de nostalgie aussi, avec les No Doubt de Gwen Stefani qui se reforment pour l'occasion, Vampire Weekend, qui vient de sortir son nouvel album, les légendaires rockers de Blur ou le groupe de reggae rock des années 1990 Sublime.

Le festival se déroule sur deux week-ends, jusqu'au 21 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture