Rejoignez-nous

Actualité

L'essentiel du point presse du Conseil d'Etat

Publié

,

le

Reprise image Leman Bleu

Ce matin le Conseil d'Etat a tenu un point presse à huis clos en présence de M. Antonio Hodgers, président, Mme Anne Emery-Torracinta, M. Pierre Maudet, M. Mauro Poggia, M. Serge Dal Busco, conseillers d'Etat et Mme Michèle Righetti, chancelière d'Etat. Enseignement, mobilité, économie, voici ce qu'il fallait retenir. 

Reprise progressive de l'enseignement obligatoire en classe dès le 11 mai 2020

Le Conseil d'Etat a adopté un protocole pour la reprise de l'enseignement obligatoire dans les bâtiments scolaires dès le 11 mai. Cette reprise se fera de manière progressive afin de tenir compte des spécificités de l'école primaire et du cycle d'orientation. Les enseignants vulnérables, quant à eux, ne seront pas dans les bâtiments scolaires, mais dispenseront de l'enseignement à distance.

Comme l’enseignement présentiel est à nouveau autorisé, les parents doivent y envoyer leurs enfants. Si les familles ont des préoccupations sanitaires particulières concernant le retour en classe de leur enfant, elles doivent prendre contact avec leur médecin traitant. Les directions d'établissements seront également à disposition des familles pour dialoguer et mettre en place les conditions permettant un retour en classe en toute confiance. Les dispositifs d'enseignement à distance continueront à exister pour assurer une continuité, en particulier pour les élèves qui ne pourraient rejoindre leur classe, notamment pour des raisons de vulnérabilité.

A l'école primaire et en principe jusqu'au 25 mai, le retour en classe se fera à mi-temps. Un demi-groupe viendra le matin, l'autre l’après-midi. Le service d'accueil minimum qui a prévalu durant toute la pandémie restera en place jusqu'à la reprise totale. L'accueil au parascolaire se fera en fonction de la présence en classe: à savoir un accueil sur la pause de midi pour les élèves qui viennent le matin, et dès 16h00 pour ceux qui viennent l'après-midi.Une communication parviendra prochainement aux parents pour régler les modalités pratiques. Après évaluation et si la situation sanitaire le permet, le retour en classe pourra être complet dès le 25 mai pour tous les élèves selon l'horaire régulier.

Au cycle d'orientation, la reprise se fera également à mi-temps, mais selon un schéma un peu différent de celui de l'école primaire. Chaque classe sera séparée en deux demi-groupes. L'un viendra le matin, l'autre l'après-midi pour suivre les cours ordinaires, en alternance chaque semaine. Ainsi, sur la quinzaine, les deux groupes auront suivi les mêmes cours. Une évaluation de la situation se fera régulièrement, une reprise complète étant visée d'ici le 8 juin.

Les dispositifs d'enseignement spécialisé du primaire pourront reprendre leurs activités en groupe entier dès le 11 mai, compte tenu de la taille réduite des groupes d'élèves et des besoins particuliers des élèves qui les fréquentent. Pour ce qui est des structures du secondaire I et II, les modalités seront proches de celles prévues pour l'enseignement régulier, bien que l'accueil en groupe complet puisse aussi être envisagé en lien avec les besoins des élèves et des familles.

Si la reprise de l'enseignement présentiel n'est pas prévue avant le 8 juin, le Conseil fédéral a précisé que les cantons ont néanmoins la possibilité d'organiser des cours réunissant maximum cinq personnes dès le 11 mai. Cette disposition permettra de reprendre des cours, notamment avec les élèves les plus fragiles ou en risque de décrochage.

Mobilité et transports: lignes directrices pour accompagner la reprise des activités

Le processus de déconfinement progressif va provoquer un regain des besoins de mobilité. Dans tous les cas de figure, le recours massif au télétravail dans les entreprises et les administrations demeure indispensable.

Il a été demandé aux TPG de mettre en place une offre maximale sur le territoire genevois à partir du 11 mai. Les principes de protection définis au niveau fédéral seront rigoureusement appliqués de manière à assurer la sécurité du personnel et celle des passagers. Pour le secteur ferroviaire, la planification de la reprise progressive de l’offre sur le réseau Léman Express est actuellement en cours.

Même avec une capacité proche de la normale, les opérateurs ne pourront transporter qu’une partie de leur clientèle habituelle, en raison des règles sanitaires. En ce qui concerne les TPG, l’office cantonal des transports (OCT) estime à ce stade que le nombre de personnes transportées sera au maximum de l’ordre de 40% du volume habituel. Au niveau global sur le canton, l’OCT évalue à quelque 56'000 le nombre de déplacements pendulaires effectués pour se rendre au travail durant les heures de pointe du matin qui seront entravés par la baisse de capacité des transporteurs publics et, concernant le trafic automobile, par les restrictions du nombre de postes de douanes et les contrôles systématiques tant que ceux-ci sont maintenus.

Pour faire face à cette situation, l’une des priorités consiste à favoriser activement les mobilités douces, de manière à compenser en partie la capacité réduite des transports collectifs et à éviter un report massif vers la voiture individuelle. Diverses actions vont donc être mises en œuvre au cours des prochaines semaines en faveur des piétons et des cycles, en collaboration avec la Ville de Genève et les autres communes urbaines qui peuvent y contribuer. Il s’agit de déployer des mesures, rapidement réversibles au besoin, visant à élargir et rendre plus performants les aménagements piétons et cyclables. Ces aménagements concerneront notamment des projets d’axes cyclables déjà identifiés comme prioritaires, tels que les itinéraires gare des Eaux-Vives – gare Cornavin et gare Cornavin – Uni-Mail, de même que d’autres axes entre Malagnou et Rive ou entre le quai du Mont-Blanc et le quai Wilson.

Des mesures sont également envisagées en faveur des piétons, comme des gabarits supplémentaires et des aménagements provisoires dans certains quartiers du centre-ville pour faciliter l’accès aux commerces et le trafic piétonnier. Ces mesures seront complétées par des adaptations en matière de régulation afin d'éviter une attente dans des conditions de distanciation insuffisante à certains passages piétons. Il est également envisagé d’introduire un fonctionnement au clignotant de la signalisation lumineuse sur certains carrefours, avec une éventuelle présence d'agents de circulation. Enfin, dans le cadre de la nécessaire remise en service progressive des passages frontières, il conviendra de considérer la facilitation des passages des vélos. La réouverture de la voie verte Annemasse-Eaux Vives devrait donc être une priorité dans cette situation.

L’ensemble des mesures qui peuvent être prises en faveur des mobilités douces ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins de mobilité au cours des semaines à venir. Selon les projections de l’OCT, les reports sur la mobilité douce ne pourraient concerner qu’au maximum un tiers environ des quelque 56'000 déplacements pendulaires effectués pour se rendre au travail durant les heures de pointe du matin. Dès lors, il apparaît indispensable de continuer à privilégier le télétravail intégral ou partiel afin d’éviter la pointe du matin et du soir et favoriser les horaires de travail décalés dans tous les secteurs et situations où cela est possible.

L’aide pour payer les loyers prolongée et étendue

Malgré le redémarrage progressif de l’activité économique, les entreprises pourraient continuer à tirer la langue financièrement durant de longues semaines. Une situation dans laquelle chaque charge compte, dont évidemment le loyer, alors que les revenus sont quasi inexistants. En avril, les petits commerçants ont pu bénéficier d’exonérations totales ou partielles des loyers commerciaux à la suite d’un accord passé entre le Canton de Genève, l’Union suisse des professionnels de l’immobilier (USPI), la Chambre genevoise immobilière (CGI) et l’Asloca. Les partenaires ont décidé de prolonger ce soutien dans le temps. Ainsi, ces entreprises pourront continuer d’être soutenues durant le mois de mai. Sur le principe, le locataire demande une exonération à son bailleur. Ce dernier renonce volontairement au payement. L’Etat prend à sa charge 50% de ce montant. Ces aides concernent les baux commerciaux jusqu’à 3500 fr.

Parallèlement, les mêmes acteurs ont mis en place de nouvelles mesures afin d’élargir le nombre d’entités aidées. Sont concernés les commerces accueillant du public qui n’ont pas été autorisés à rouvrir le 27 avril, notamment les bars et restaurants. Ce soutien sera actif durant les mois de mai et juin. Il sera possible aux sociétés de bénéficier d’une exonération jusqu’à 7000 fr, sur des loyers ne dépassant pas les 10’000 fr. Les demandeurs devront garantir avoir payé leur loyer du mois de’avril et s’engager à ne pas licencier de personnel. L’Etat veut ainsi s’assurer de préserver un certain nombre d’emplois peu qualifiés.

Ce deuxième volet se subdivise en deux catégories. Pour les loyers s’échelonnant de 3501 à 7000 fr., l’Etat prendra à sa charge le dû du mois de mai, le bailleur celui de juin, pour autant que le mois d’avril ait été payé. Enfin, les aides concernant des baux compris entre 7001 et 10’000 francs sont réservées aux sociétés exclusivement actives dans le débit de boissons et la restauration. L’aide sera plafonnée à 7000 fr. et la société doit s’engager à verser le montant résiduel du loyer.

Cet accord est établi sur une base volontaire de la part des bailleurs. 88% des propriétaires sollicités lors de la première phase a accepté les demandes formulées par les locataires. Pierre Maudet a indiqué qu’il était «prévu que les parties prenantes de l'accord se rencontrent à la fin du mois de juin, pour procéder à un deuxième cycle d'évaluation et, le cas échéant, déterminer sur quelle voie poursuivre leurs actions».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

YB arrache un point à la dernière minute

Publié

le

YB a souffert face à Lucerne après l'expulsion de Martins (© KEYSTONE/THOMAS HODEL)

Lucerne a manqué de peu l'exploit samedi en ouverture de la 10e journée de Super League.

Les hommes de Fabio Celestini ont concédé l'égalisation à la 94e minute au Wankdorf face à Young Boys (1-1), qui pensait certainement cueillir aisément une cinquième victoire d'affilée en championnat.

C'est Nicolas Ngalameu qui a offert un point mérité à YB, reprenant sur la ligne un centre-tir de Meschack Elia au bout des arrêts de jeu. Le quadruple champion de Suisse en titre a survolé les débats (28 tirs à 7), même en s'étant retrouvé en infériorité numérique dès la 39e à la suite de l'expulsion de Christopher Martins.

Toujours en quête d'un premier succès dans ce championnat 2021/22, Lucerne avait ouvert la marque à la 30e. Marvin Schulz a alors transformé un penalty obtenu pour une faute de Martins, averti une première fois sur cette action. Les Lucernois n'avaient jusque-là pas adressé le moindre tir en direction de la cage bernoise...

Le FCL a ensuite fait le dos rond, résistant tant bien que mal à des assauts bernois parfois désordonnés. Poussé par plus de 20'000 supporters, YB a toutefois obtenu la récompense de ses efforts dans le temps additionnel, évitant une défaite qui aurait fait tache à quatre jours de la réception de Villarreal en Ligue des champions.

Zurich reprend les commandes

Zurich a pleinement profité de la contre-performance des Bernois, s'imposant 1-0 devant Lugano pour reprendre provisoirement la tête du classement. Une réussite d'Assan Ceesay (77e), idéalement servi par Marchesano, a permis aux FCZ de battre les "bianconeri" pour la cinquième fois consécutive.

Faciles vainqueurs de Sion avant la trêve internationale (6-2), les hommes d'Andre Breitenreiter fêtent surtout un deuxième succès d'affilée en championnat après avoir enchaîné quatre matches sans victoire. Ils comptent une longueur d'avance sur Bâle, qui ira défier le FC Sion de Paolo Tramezzani dimanche après-midi, et deux sur YB qui a un match en retard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de nouveau millionnaire samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 10, 11, 13, 28 et 32. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 5 et le Joker le 108143.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 2,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dortmund leader provisoire

Publié

le

Haaland a signé un doublé samedi (© KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH)

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence.

Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence. Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Mönchengladbach et sa colonie helvétique ont par ailleurs dû se contenter d'un nul (1-1) face à Stuttgart. La troupe d'Adi Hütter - lequel avait titularisé Sommer, Elvedi, Zakaria et Embolo - reste ainsi engluée dans le ventre mou, à 7 points de Dortmund.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Milliers de manifestants dans des villes suisses samedi

Publié

le

A Berne, un cortège entendait dénoncer samedi l'empreinte de l'extrême droite sur les manifs contre les mesures anti-Covid. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Des milliers de personnes ont à nouveau défilé contre les mesures anti-Covid samedi en Suisse, notamment à Lausanne, Lugano, Baden (AG) et Rapperswil-Jona (SG). A Berne, une contre-manifestation était au programme. Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Cortèges dans le calme

A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", environ 400 personnes opposées aux mesures anti-Covid ont protesté samedi après-midi. La manifestation, la troisième organisée au Tessin après celle de Bellinzone et Locarno, s'est déroulée dans le calme.

Les manifestants ont défilé le long des quais du lac et se sont dirigés vers le centre-ville. Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la protestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19 en votation le 28 novembre prochain : "Obligation de la vaccination pour tous ? Non à un endurcissement extrême et inutile de la loi Covid" pouvait-on lire sur une banderole.

En Suisse alémanique, à Rapperswil-Jona, près de 3000 personnes ont défilé jusqu'au lieu de rendez-vous, un parking à côté de la patinoire locale, où des discours ont eu lieu. L'organisateur "Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance en action des cantons originels") avait annoncé que le rassemblement durerait jusqu'en soirée.

A Baden, ils étaient 1500, selon la police, à manifester contre les mesures prises par les autorités, accompagnés des désormais traditionnels "Freiheitstrychler". Le cortège était autorisé et n'a pas donné lieu à des violences, selon la police. La plupart des manifestants ne portaient pas de masques, a constaté sur place un journaliste de l'agence Keystone-ATS.

Contre-démo à Berne

Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes de la nouvellement créée Alliance solidaire de Berne qui ont battu le pavé samedi après-midi sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". La plupart des participantes et participants portaient un masque.

Le groupement de gauche entendait lancer un signal contre les manifestations du mois passé, marquées à leurs yeux par l'extrême droite. Si la manifestation n'était pas autorisée, elle a été encadrée par la police, qui n'a pas eu à intervenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture