Rejoignez-nous

Actualité

Les Genevois à Lausanne pour l’anniversaire de la Grève du climat

Publié

,

le

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce matin à Lausanne, un an après la première Grève scolaire pour le climat. Parmi eux, de nombreux Genevois se sont rendus en train dans la capitale vaudoise, notamment pour saluer la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg. 

A Genève, une cinquantaine de jeunes – et de moins jeunes – se sont donnés rendez-vous à la gare Cornavin ce matin pour rejoindre les milliers de manifestants Lausannois. En petits groupes distincts, ils sont tous là pour exprimer des revendications écologistes, mais aussi parfois anticapitalistes. Déjà dans le train, des slogans sont entonnés.

Militants genevois pour le climat

Ce rassemblement a été pensé comme un premier anniversaire du mouvement de la Grève pour le climat en Suisse. Véritable icône des causes climatiques, Greta Thunberg a fait le déplacement. Tout comme Njoki Njoroge Njehu, militante pour la justice sociale, féministe et écologique au Kenya.

Milliers de personnes 

Le départ du cortège est donné à 10h30 devant la gare de Lausanne. Ce sont des milliers de personnes – 10’000 selon certaines estimations – qui s’ébranlent simultanément pour une marche d’une heure jusqu’à la place de la Riponne. Sur les objectifs de la manifestation, les genevois présents estiment qu’il s’agit d’en faire davantage pour les causes écologiques. Théo est l’un d’eux, il appartient au collectif « Grève climat Genève ». Il se rend à ce rassemblement pour « marquer le coup », et pour exprimer sa volonté de continuer le combat.

Théo Collectif climat Genève

Greta Thunberg 

La jeune militante suédoise, Greta Thunberg, a défilé aux côtés des manifestants. Elle a pris la parole pour dénoncer une nouvelle fois l’inaction des gouvernements sur la question climatique. Si les genevois reconnaissent qu’elle fait beaucoup pour le mouvement, la majorité du collectif se dit contre la médiatisation d’une seule personne.

Théo Collectif climat Genève

Les militants appellent à une grève – cette fois générale – le 15 mai prochain. Pour l’occasion ils ont mis en place un nouveau collectif.

Théo Collectif climat Genève

Jeunes militants 

Dans la foule, plusieurs petits enfants sont également présents. Malgré l’école, ils ont préféré faire le déplacement jusqu’à Lausanne. Jonas a 8 ans et pour lui, il faut soutenir le mouvement afin qu’il grandisse.

Jonas Manifestant de 8 ans

Black-Blocs écartés 

En marge du cortège, plusieurs black-blocs – ces militants encagoulés parfois violents – ont été encerclés par la police. Ainsi, ils n’ont pas pu défiler avec le reste des jeunes et la manifestation n’a été émaillée d’aucune violence. D’après le quotidien 24 heures, ces blacks-blocs ont été interpellés, notamment parce qu’ils portaient des cagoules. A l’issue de la manifestation, un rassemblement s’est formé devant l’hôtel de police, les jeunes réclamant la libération des militants anticapitalistes.

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Au moins 9 personnes tuées dans deux fusillades en Allemagne

Publié

le

Une voiture sur les lieux de l'attaque à Hanau en Allemagne. [Keystone/AP Photo/Michael Probst]

Neuf personnes ont été tuées mercredi soir à Hanau, près de Francfort dans le centre de l’Allemagne, dans deux fusillades. L’auteur présumé a ensuite été retrouvé mort à son domicile, a annoncé la police.

Ces fusillades ont visé des bars à chicha et fait également plusieurs blessés graves, selon des médias locaux. « A ce stade, la police peut seulement confirmer que huit personnes ont été mortellement blessées », ont indiqué dans la nuit les autorités dans un communiqué. Une personne grièvement blessée a succombé jeudi matin, portant le bilan de ces fusillades à neuf tués, selon un porte-parole.

Une personne soupçonnée d’être l’auteur de la tuerie a été retrouvée morte quelques heures plus tard, aux côtés d’un autre corps non identifié. « L’auteur présumé a été trouvé sans vie à son domicile à Hanau. Les forces d’intervention spéciale de la police y ont de plus découvert un autre corps. L’enquête se poursuit. Actuellement il n’y a pas d’indication selon laquelle il y aurait d’autres auteurs », a écrit sur Twitter la police du sud-est du Land de Hesse, où se trouve Hanau.

Les enquêteurs ont également retrouvé sa voiture qui contenait des munitions et chargeurs, a précisé la presse locale, ajoutant que le suspect était muni d’un permis de chasse et serait allemand.

Un important dispositif policier avait été déployé après les fusillades à Hanau, ville située à une vingtaine de kilomètres de Francfort. Un journaliste de l’AFP sur place a vu une trentaine de voitures de police partir du commissariat de Hanau et, selon des témoins, des policiers lourdement armés ont été déployés dans la ville.

« Choc »

Une première fusillade a visé un bar à chicha au coeur de cette ville d’environ 90’000 habitants. Selon la police, au moins une personne a été grièvement blessée sur ce premier site vers 22h00. Des témoins, cités par des médias locaux, ont rapporté avoir entendu une dizaine de coups de feu.

L’auteur présumé a ensuite quitté en voiture ce premier site en direction de la Kurt-Schumacher Platz, dans le quartier de Kesselstadt, selon la police.

Une seconde fusillade s’est alors produite, qui a fait « au moins cinq blessés graves » d’après le bilan initial des autorités. Selon les médias locaux, trois personnes ont été tuées devant le premier bar à chicha et cinq devant le deuxième.

Le tireur aurait sonné à la porte du deuxième bar et tiré sur des personnes présentes dans la zone fumeur, tuant cinq personnes dont une femme, selon des informations de Bild, ajoutant que des victimes sont d’origine kurde.

« Les victimes sont des gens que nous connaissons depuis des années », a réagi le fils du gérant du bar, cité par l’agence DPA. Deux employés figurent parmi les victimes, selon ce témoin, absent comme son père au moment des tirs. « C’est un choc pour tout le monde. »

« C’est un véritable scénario d’horreur », a déploré la députée conservatrice de la circonscription, Katja Leikert. Le maire social-démocrate de Hanau, Claus Kaminsky, a lui évoqué une « soirée terrible, qui nous hantera certainement pendant très, très longtemps. Il a demandé d’éviter toute « spéculation » et appelé les habitants à la « prudence ».

Menace

Le mobile de ces attaques n’est pas encore connu, a précisé un porte-parole de la police. L’Allemagne a été ciblée ces dernières années par plusieurs attaques djihadistes, dont une qui avait fait 12 victimes dans le coeur de Berlin en décembre 2016.

Mais c’est la menace d’un terrorisme d’extrême droite qui inquiète le plus les autorités allemandes, depuis notamment le meurtre d’un élu allemand pro-migrants, membre du parti de la chancelière Angela Merkel, en juin dernier.

Vendredi, 12 membres d’un groupuscule d’extrême droite ont été arrêtés dans le cadre d’une vaste enquête antiterroriste. Ils sont soupçonnés d’avoir planifié des attaques de grande ampleur contre des mosquées sur le modèle de l’auteur de l’attaque de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui en mars 2019 avait tué 51 personnes dans deux mosquées en se filmant en direct. Ils ont été placés en détention.

En octobre, un extrémiste de droite négationniste avait tenté de commettre un attentat dans une synagogue de Halle, un massacre n’étant évité que de justesse. Faute de pouvoir pénétrer dans l’édifice religieux dans lequel les fidèles s’étaient barricadés, il avait abattu une passante et le client d’un restaurant de kébabs, diffusant en direct sur internet ses forfaits.

ats/sey

Continuer la lecture

Arc Lémanique

Manger bio et local sur le Léman

Publié

le

De nouveaux menus seront proposés à bord des bateaux de la CGN à partir de 2021 (archives). CREDIT: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
La CGN change de prestataire pour sa restauration
La Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN) revoit sa politique de restauration. Elle a changé de prestataire pour assurer une cuisine davantage axée sur les produits régionaux et bio.

Associée depuis près de 20 ans avec le groupe vaudois Eldora, la CGN a annoncé mercredi avoir confié sa restauration à une nouvelle société à la suite d’un appel d’offres. Son choix s’est porté sur l’entreprise genevoise Café Léman, filiale de Caviar House Airport Premium Suisse et active notamment dans différents aéroports internationaux.

Ce partenariat, qui entrera en vigueur en janvier 2021, doit permettre « un renouveau des services de restauration avec une véritable offre lémanique », a relevé la CGN dans un communiqué. La compagnie a précisé que le niveau des prix actuel sera maintenu « pour une offre en tout point améliorée. »

 

Continuer la lecture

Environnement

Objectif 2025 pour la voie verte

Publié

le

Le tronçon de la voie verte entre la ville française d'Annemasse et la gare des Eaux-Vives est ouvert depuis 2018 et est très fréquenté depuis (archives).

La voie verte, un itinéraire dédié à la mobilité douce qui doit relier Annemasse (F) à Saint-Genis-Pouilly (F) en passant par le coeur de Genève, doit être entièrement achevée en 2025, a annoncé mercredi le gouvernement genevois.

La première partie de ce tronçon est en service depuis 2018 entre Annemasse et la gare des Eaux-Vives. La voie verte va désormais poursuivre son déploiement sur la rive droite, a précisé le Conseil d’Etat, avec la réalisation d’un tronçon de 10 kilomètres entre Vernier-Châtelaine et Satigny (Zimeysa).

Pour ce nouveau segment de la rive droite, l’Etat va lancer une concertation. Le but est de permettre une bonne intégration de l’infrastructure au sein des quartiers existants et futurs. La première étape du processus prendra la forme d’un questionnaire en ligne sur le site participer.ge.ch.

 

Continuer la lecture

Actualité

L’avocate yéménite Huda Al-Sarari lauréate du Prix Martin Ennals

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La fondation Martin Ennals a décerné son prix 2020 a Huda Al-Sarari, avocate yéménite et militante des droits humains. Pour la première fois de l’histoire du Prix, les trois finalistes étaient des femmes.

Le Prix Martin Ennals 2020 pour les défenseurs des droits humains a été décerné a l’avocate yéménite et militante des droits humains Huda Al-Sarari. Co-organisée par la Fondation Martin Ennals et la Ville de Genève, la cérémonie s’est déroulée ce mercredi. La lauréate est connue pour mener une lutte particulière. Les détails de Sandrine Salerno, Maire de Genève.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

3 femmes finalistes

Cette édition 2020 est historique : pour la première fois de l’histoire du Prix, les trois finalistes pour recevoir la récompense sont toutes des femmes. Une situation qui réjouis Sandrine Salerno.

Sandrine Salerno Maire de Genève

S’il ne peut y avoir malheureusement qu’une seule gagnante et que la lauréate accapare tous les regards, pour Sandrine Salerno il ne faut pas oublier les deux autres finalistes qui font un travail tout aussi remarquable.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

Un prix important

Crée en 1993, le Prix Martin Ennals rend hommage a des personnes qui font preuve d’un engagement en faveur de la promotion de la protection des droits humains. Pour Sandrine Salerno, l’objectif de ce prix est très important car il rend légitime les combats de toutes ces personnes.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

Genève partenaire depuis 2008

Genève est partenaire du prix Martin Ennals depuis 2008. Elle verse une subvention à la fondation ce qui lui permet de fonctionner tout au long de l’année. Un partenariat très important pour une ville internationale comme Genève. Les explications de Sandrine Salerno.

Sandrine Salerno Maire de Genève

Martin Ennals était un militant des droits humains britannique, secrétaire général d’Amnesty International entre 1968 et 1980.

Continuer la lecture

Leman Express

Le Léman Express fait la fête malgré les couacs

Publié

le

La culture investira neuf gares genevoises et françaises du Léman Express ainsi que des trains du nouveau RER le temps d'un week-end. Danse, théâtre, musique, performances figurent au menu de la manifestation transfrontalière F-LEX, les 25 et 26 avril (archives).

F-lex: c’est le nom qui a été donné au Festival du Léman Express, qui se tiendra les 25 et 26 avril. Les neuf gares du CEVA accueilleront pour l’occasion des spectacles et des créations artistiques.  

« Favoriser l’appropriation du CEVA et contribuer au rayonnement culturel du Grand Genève. » C’est en ces termes que les autorités présentent le festival ce mercredi en conférence de presse. Au programme, deux jours de spectacles dans les différentes gares du Léman Express mais également à bord de certains trains.

Xavier Magnin, Président de l’Association des communes genevoises, nous explique la démarche.

Xavier Magnin Président de l'Association des communes genevoises

Célébration 

Plus de deux mois après la mise en service du Léman Express, ce festival vient – pour les autorités – couronner la réussite du projet. Pourtant, elles constatent que pour parler de véritable succès, il s’agit d’encourager la population à s’approprier les nouveaux aménagements.

C’est précisément un des objectifs du F-lex : célébrer la praticité du nouveau réseau.

Xavier Magnin Président de l'Association des communes genevoises

Programme varié 

Les animations proposées lors de ce festival sont nombreuses. Elles permettront de découvrir les gares différemment et de faire le tour du réseau. C’est ce qu’explique Elisabeth Gabus-Thorens, Conseillère administrative à Confignon et co-présidente du Comité de pilotage de ce festival.

Elisabeth Gabus-Thorens Conseillère administrative à Confignon et co-présidente du Comité de pilotage du F-lex

Couacs 

Malgré l’entrain des organisateurs, le CEVA a connu de nombreux problèmes depuis son lancement. Entre les retards, les annulations et les dysfonctionnements, les critiques des usagers sont nombreuses. Pourtant, les autorités estiment qu’il faut du temps pour procéder à des ajustements. Et que ces débuts compliqués devraient être – à les entendre – rapidement oubliés.

Xavier Magnin Président de l'Association des communes genevoises

Même son de cloche du coté de la co-présidente du Comité de pilotage du festival. Pour elle, on célèbre avant tout ces nouveaux lieux qui rapprochent les habitants de la région.

Elisabeth Gabus-Thorens Conseillère administrative à Confignon et co-présidente du Comité de pilotage du F-lex

Davantage d’informations sur le site internet de la Comédie.

Continuer la lecture