Rejoignez-nous

Actualité

L'épidémie ralentit pendant le week-de Pâques en Suisse

Publié

,

le

L'épidémie ralentit en Suisse tandis que Berne pourrait proposer des scénarios de sortie dès la semaine prochaine. (©KEYSTONE/EPA/CATI CLADERA)

Les Suisses semblent avoir joué le jeu du semi-confinement pendant ce long week-end de Pâques. Comme la courbe des contaminations se tasse un peu, tout le monde attend maintenant des scénarios de sortie progressive de crise.

Depuis le début week-end de Pâques, le nombre de contaminations est descendu à quelque 400 entre samedi à dimanche après avoir oscillé de 700 et 800 les jours précédents. On semble s'éloigner des 1000 cas quotidiens enregistrés fin mars.

Le nombre des hospitalisations recule aussi. Les hôpitaux tiennent le choc, ce qui fait dire à Didier Pittet, médecin-chef aux HUG à Genève, sur les ondes RTS lundi: "Nous ne connaîtrons pas un scénario à l'italienne".

Maintenir l'effort

Les Suisses ne devraient pas pour autant relâcher leurs efforts et rester à la maison, ont plaidé sans relâche les conseillers fédéraux Simonetta Sommaruga et Alain Berset pendant le week-end.

Pour éviter les rassemblements, plusieurs lieux ont été fermés comme le Creux-du-Van dans le canton de Neuchâtel. La police a remis quelques amendes, mais la population a suivi les consignes dans les grandes lignes.

Les motards ont eu plus de la peine à laisser leur engin au garage. Et certains conducteurs ont profité des routes désertes pour rouler pied au plancher. Plusieurs d'entre eux ont été pincés sur les routes romandes.

Résister

Résister oui, mais de nombreux Suisses appellent à un plan de sortie progressive de la crise. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) et l'OFSP sont en train d'en élaborer des scénarios: ils devraient être transmis au Conseil fédéral en vue de sa séance de jeudi prochain.

Alain Bersert par exemple "n'exclut pas la possibilité qu'en assouplissant les règles, nous puissions recommander un masque dans certaines situations". Et d'informer que le Conseil fédéral travaille à Pâques et dans les prochains jours sur un éventuel plan de détente, qui comprendrait des mesures de protection.

Tests d'immunité

Le contrôle de l'immunité des personnes constituera aussi une démarche importante à l'avenir. Actuellement, près de 26'000 personnes ont été testées positives. Le nombre de résidents atteints du virus serait toutefois nettement plus élevé: une étude internationale l'estime entre 200'000 et 250'000.

Mais tant qu'il n'y aura pas de vaccin, la maladie ne disparaîtra pas, insiste M. Berset. Selon les connaissances actuelles, elle continuera à se propager jusqu'à ce qu'environ deux tiers de la population soit immunisée. "Nous pouvons toutefois freiner la propagation du virus" et empêcher de nouvelles chaînes de contagion, ajoute le conseiller fédéral.

L'armée adapte son engagement

Le ralentissement des contaminations observé ces derniers jours a aussi un impact sur l'armée, qui va revoir son dispositif à la baisse. Des soldats pourront partir en congé dès mardi: une partie d'entre eux ne sont pas rentrés à la maison depuis un mois, selon Raynald Droz, chef d'état-major du commandement des opérations au Département fédéral de la défense.

Près de 5000 hommes, dont certains en réserve, sont engagés dans 50 hôpitaux à travers toute la Suisse. "Nous cherchons maintenant le point d'équilibre. La situation a l'air d'être sous contrôle, mais il ne faut pas se réjouir trop vite."

Economie aux soins intensifs

Les Helvètes encaissent les coups du virus dans leur santé et leur mode de vie, et dans la foulée l'économie paie un lourd tribut. Du côté du Seco, les craintes pour l'économie helvétique sont déjà dépassées. Le recul de 1,5% du Produit intérieur brut évoqué au début de la crise du coronavirus a déjà été atteint, a déclaré samedi Erich Scheidegger devant la presse.

Lorsqu'il avait établi ses premières prévisions, le 19 mars, le Seco s'attendait à un recul de la production de 10%. Or, celle-ci a chuté de 25%, a souligné le directeur de la politique économique du Seco. Le recul va même jusqu'à 80% dans certaines branches particulièrement sinistrées, comme la gastronomie.

Le Seco prévoit désormais deux scénarios de récession. Le premier, en "V", prévoit une chute brutale du PIB au premier semestre et une remontée rapide au second semestre de l'année. Dans un tel cas de figure, le PIB reculerait de 7%, ce qui n'avait plus été observé depuis la crise pétrolière en 1974, a expliqué M. Scheidegger.

Le second scénario, en "L", ne prévoit qu'une remontée très lente du PIB au second semestre et l'année prochaine. Dans ce cas, le PIB chuterait de 10%. Dans le premier cas, le chômage augmenterait de 4%, dans le second la hausse pourrait aller jusqu'à 7%, a noté M. Scheidegger.

Le responsable a précisé qu'il ne s'agissait pas de "prévisions", mais bien de "scénarios". De nouvelles estimations de croissance seront effectuées dans la seconde moitié d'avril.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Tottenham gâche la fête à Newcastle

Publié

le

Newcastle-Tottenham a été interrompu à la suite d'un malaise dans les tribunes (© KEYSTONE/AP/Jon Super)

Pour son premier match sous pavillon saoudien depuis son rachat, Newcastle a cédé face à un Tottenham revigoré (3-2), pour la 8e journée de Premier League.

Un match interrompu par un malaise en tribunes peu avant la pause.

L'ambiance festive pour l'accueil des nouveaux propriétaire des Magpies, emmenés par le fonds souverain saoudien PIF, et le 1000e match de Steve Bruce comme entraîneur, a été gâchée par la 5e défaite des Magpies en huit matches cette saison.

Le malaise d'un spectateur en tribunes aurait même pu endeuiller l'évènement, sans l'intervention rapide des médecins de Tottenham, alertés par le public et les joueurs juste avant la mi-temps.

Accourue à son secours en traversant le terrain, l'équipe médicale a semble-t-il évité le pire, selon le communiqué rassurant du club indiquant que la victime du malaise avait été "stabilisée" et était "en route vers l'hôpital".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Actualité

L'Atalanta s'impose facilement à Empoli, Naples huit sur huit

Publié

le

Ilicic a signé un doublé pour l'Atalanta dimanche (© KEYSTONE/EPA/Claudio Giovannini)

Naples a signé dimanche un 8e succès en autant de journées de Serie A, arraché en fin de match à domicile contre le Torino (1-0), ce qui lui permet de reprendre la tête du classement à l'AC Milan.

L'équipe de Luciano Spalletti a globalement dominé les débats mais n'est longtemps pas parvenue à accélerer, et c'est un but de l'attaquant nigérian Victor Osimhem, récompensé de son activité incessante, qui l'a sortie du pétrin à la 81e minute.

De son côté, l'Atalanta Bergame s'est imposée sur le terrain d'Empoli (4-1). Remo Freuler et ses partenaires ont donc fait le plein de confiance trois jours avant d'aller affronter Manchester United à Old Trafford en Ligue des champions.

Remo Freuler était sur le banc au coup d'envoi. Mais la blessure du capitaine Rafael Toloi a obligé Gasperini à revoir ses plans, et le coach de la "Dea" a fait appel à l'international helvétique dès la 39e minute. Le Glaronais a écopé d'un avertissement à la 70e, peu après qu'Ilicic avait manqué la transformation d'un penalty.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Actualité

Küng et Marlen Reusser gagne le Chrono des Nations

Publié

le

Stefan Küng (ici lors des Mondiaux) a dominé le Chrono des Nations (© KEYSTONE/AP/Olivier Matthys)

Les Suisses ont brillé dimanche dans le Chrono des Nations. Stefan Küng et Marlen Reusser ont tous deux nettement dominé les débats aux Herbiers dans leur spécialité du contre-la-montre.

Décevant 5e du chrono des championnats du monde, frustré 4e dans la discipline aux JO de Tokyo, Stefan Küng a fait honneur à son statut de favori sur un parcours de 44,5 km. Le rouleur thurgovien a conclu sa saison en beauté, devançant de 36'' son dauphin danois Martin Toft Madsen, l'Italien Alessandro De Marchi terminant 3e à 1'16''.

Vice-championne olympique, vice-championne du monde et championne d'Europe du clm cette année, Marlen Reusser (30 ans) a pour sa part battu de plus de 50'' sa dauphine autrichienne, la championne olympique de la course en ligne Anna Kiesenhofer. Elle affiche six victoires à son palmarès 2021, dont quatre dans l'effort solitaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Berne: 2 mois d'absence pour Jeffrey

Publié

le

Dustin Jeffrey (15) doit passer sur le billard (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Berne doit composer sans Dustin Jeffrey pendant environ huit semaines.

L'attaquant canadien de 33 ans va se soumettre lundi à une opération à une épaule, a annoncé le club de la capitale dans un communiqué.

Dustin Jeffrey (8 points en 14 matches de National League en 2021/22) souffre de douleurs à une épaule depuis le début de la saison, sa deuxième sous le maillot des Ours après un passage de quatre ans au LHC. L'opération est devenue "inévitable", précise le communiqué.

LHC: Emmerton sur la touche

Lausanne est pour sa part privé des services de Cory Emmerton pendant quatre à cinq semaines, annonce Sport-Center. Aligné ce week-end face à Bienne et à Langnau, le centre canadien souffre d'un genou et doit se faire opérer cette semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Homophobie: plusieurs plaintes déposées pour discrimination

Publié

le

Plusieurs plaintes ont déjà été déposées sur la base de la nouvelle norme pénale contre l'homophobie. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plusieurs plaintes pour discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ont été déposées récemment: pour des textes publiés, des vidéos sur le Web ou dans le cadre de la campagne pour le mariage pour tous.

Plusieurs lesbiennes et gays de la région de Delémont ont reçu des lettres anonymes ou ont trouvé des feuillets avec des insultes à caractère homophobe dans leur boîte aux lettres, indique Juragai, l'association LGBTQ+ jurassienne dans son dernier bulletin. Au moins deux ont porté plainte.

L'un d'eux a également dénoncé à la police une violation de propriété et un vol. Lui et son compagnon se sont en effet fait dérober le drapeau "oui, je le veux", qu'ils ont aussitôt remplacé. Et dans leur boîte aux lettres ce feuillet: "Non à ces débiles de pédés et a ces folles de lesbiennes".

Le même document, avec la même faute d'orthographe, a été envoyé par la poste à une femme habitant dans un village avoisinant qui a également porté plainte, précise à Keystone-ATS Nicole Béguin, membre du comité de Juragai. Et un autre membre du comité a trouvé plusieurs flyers portant la même inscription par terre dans la rue à Delémont.

Homos comparés à la mafia

Deux autres plaintes ont été déposées directement par la faîtière suisse des hommes homo et bisexuels Pink Cross. L'une vise le rédacteur en chef du magazine bimestriel catholique THEOLOGISCHES et de son site Internet. Elle a été déposée au Tessin, son domicile.

Dans les numéros de janvier/février et mars/avril 2021 de cette revue et sur le site, un article intitulé "Über die Notwendigkeit homosexuelle Cliquen in der Kirche zu begrenzen ("De la nécessité d'endiguer les cliques homosexuelles dans l'Eglise") a été publié. Dans ces textes, les homosexuels sont comparés sans demi-mesure à la mafia, et accusés d'être des parasites.

Dans ces textes dont des extraits sont mentionnés dans la plainte, transmise à Keystone-ATS, il leur est attribué des liens avec des organisations mafieuses existantes. On prétend même qu'ils n'hésiteraient pas à recourir au meurtre.

Soral

Pink Cross et son homologue LOS, faîtière des lesbiennes, ont déposé vendredi une autre plainte, déjà annoncée le mois dernier, contre Alain Soral. L'idéologue franco-suisse d'extrême droite, installé à Lausanne, a tenu des propos virulents contre la communauté LGBTQ+ et contre une journaliste romande qui avait écrit un texte sur la diffusion en Suisse des idées de l'essayiste.

La journaliste a également porté plainte. Le Ministère public vaudois a confirmé avoir ouvert une enquête, comme l'annonce le Matin Dimanche.

Les propos d'Alain Soral, ainsi que toutes sortes de commentaires haineux de tiers, ont été diffusés dans des vidéos sur le Web et les réseaux sociaux. "On ne peut pas tolérer dans nos démocraties que l'on répande la haine et que l'on discrimine certaines parties de la société", expliquait alors Muriel Waeger, la directrice romande de Pink Cross.

Nouvelle norme pénale

Les plaignants s'appuient sur la nouvelle norme pénale contre l'homophobie, acceptée à plus de 63% par le peuple l'an dernier et entrée en vigueur en juillet 2020. L'article 261bis du Code pénal punit désormais aussi les discriminations et l'incitation à la haine fondées sur l'orientation sexuelle.

Il est encore trop tôt pour disposer d'une statistique nationale des plaintes déposées. La Conférence des procureurs de Suisse ne tient pas ses propres statistiques dans le domaine des poursuites pénales. Contacté par Keystone-ATS, son secrétaire précise que "nous n'avons pas connaissance de problèmes liés à l'application de la nouvelle norme".

Un avis que ne partagent pas vraiment les organisations LGBTQ+. Inquiètes de constater que les mesures d'accompagnement nécessaires pour que cette loi ait un effet concret font "jusqu'à présent totalement défaut", elles sont intervenues, de concert avec des députés, dans 16 cantons sous la forme d'interpellations.

"Le Conseil fédéral a manqué plusieurs occasions d'agir", soulignaient en mai dernier les organisations faîtières, pour qui le gouvernement "fait en sorte que la Suisse reste à la traîne en matière de protection et d'égalité des personnes LGBTQ+ par rapport aux autres pays européens". Elles placent ainsi leurs espoirs dans les cantons.

Elles précisaient alors que la plupart des agressions sont des injures et insultes. Quelque 18% des cas recensés en Suisse en 2020 concernaient des violences physiques, ce qui représente une baisse par rapport à 2019 quand elles constituaient un tiers des 66 agressions rapportées. Cette baisse s'explique probablement par les mesures de prévention du coronavirus. A peine 20% de ces agressions font l'objet d'une plainte, selon ce rapport.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture