Rejoignez-nous

Actualité

L’embouteillage de l’eau de Divonne fait des vagues

Publié

,

le

Divonne, son casino, ses thermes et bientôt ses bouteilles d’eau. La commune frontalière de la Suisse développe un projet d’usine d’embouteillage. A vrai dire, l’idée n’est pas neuve. Les premières velléités de commercialiser l’eau minérale divonnaise remontent aux années soixante ou septante. Le maire de Divonne, Vincent Scattolin revient sur l’histoire et l’intérêt de ce projet, qui, à terme, entraînera la création de quarante emplois:

Vincent Scattolin Maire de Divonne

En juin 2016, un négociant en champagne du nom de Patrick Sabaté, PDG de la société Andrénius, reprend le dossier en main. En ce début d’année 2019, le projet d’usine connait d’importantes avancées. De quoi susciter l’inquiétude des voisins de Divonne.

« Aberration écologique »

Coté français, la maire de Grilly, Judith Hébert s’y oppose. Le syndic de Chavannes-de-Bogis, Alain Barraud s’inquiète, lui, de l’impact sur le trafic empruntant la douane. A Genève, la députée PDC Christina Meissner a déposé une proposition de motion au Grand Conseil intitulée « Les eaux souterraines de la Divonne/Versoix ne doivent pas finir en bouteilles »:

Christina Meissner Députée PDC

Aux yeux des opposants, le projet est une « aberration écologique ». Selon la députée, l’impact sur la Versoix (appelée Divonne côté français) est évident. Christina Meissner:

Christina Meissner Députée PDC

Le maire de Divonne assure, lui, que la nappe phréatique contenant l’eau minérale est indépendante du réseau hydrologique:

Vincent Scattolin Maire de Divonne

Vincent Scattolin explique aussi que l’usine ne va pas sortir de terre de suite. Une étude d’impact est prévue:

Vincent Scattolin Maire de Divonne

Des camions par dizaines via la douane

Parmi les points qui inquiètent, celui du transport des bouteilles. Comme l’indique la députée PDC:

Christina Meissner Députée PDC

La réponse du maire de Divonne sur ce point:

Vincent Scattolin Maire de Divonne

Une réunion publique d’information a lieu ce soir à Divonne. L’occasion pour la municipalité et la société Andrénius de répondre aux questions. Mais aussi pour les opposants, dont les jeunes Genevois, mobilisés dans les marches pour le climat, d’aller claironner leur message de l’autre côté de la frontière.

@marie_prieur

Actualité

Les CFF doivent réviser les portes

Publié

le

Les CFF devront changer la commande des portes défectueuses (archives). (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Confédération intervient auprès des CFF après l’accident qui a coûté la vie à un contrôleur début août. L’Office fédéral des transports exige de l’entreprise ferroviaire qu’elle prenne des mesures pour assurer la sécurité de la fermeture des portes.

Mercredi, le service suisse d’enquête de sécurité (SESE) avait constaté que le système actuel d’affichage de fermeture des portes peut indiquer au conducteur qu’elles sont fermées alors que ce n’est pas le cas. Les CFF devront adapter ce système d’ici fin octobre afin qu’il indique la position réelle des portes au conducteur, indique vendredi l’OFT.

A moyen terme, ils devront aussi remplacer la commande des portes. La protection contre le coincement ne fonctionne pas de manière fiable, selon le SESE. Les CFF ont deux mois pour présenter un plan pour substituer ce système.

300 défauts

Suite à l’accident, l’ex-régie fédérale a mené un contrôle spécial sur environ 1000 portes des voitures VU IV. Elle a constaté plus de 300 défauts. Les portes défectueuses sont soit remises en état immédiatement, soit condamnées et signalées comme défectueuses. Dans ce cas, la voiture est remise en service en attendant que la porte condamnée puisse être réparée.

« Si nous constatons que malgré les contrôles il y a autant de problèmes, nous devons nous demander d’où cela vient », a dit le vice-directeur de l’OFT, Rudolf Sperlich lors d’un point de presse. L’office ordonne donc un audit externe exhaustif.

Il veut savoir pourquoi les CFF n’ont pas constaté ces défauts dans le cadre de la maintenance ordinaire et des contrôles. Les CFF devront aussi vérifier si des risques similaires existent sur des flottes de voitures comparables.

La compagnie prendra position dans l’après-midi. « Les CFF font tout pour qu’un tel drame ne se reproduise pas. Mais il est trop tôt pour en dire plus », avait déclaré jeudi leur présidente Monika Ribar lors d’une conférence de presse sur le trafic grandes lignes.

Sur les rails

L’OFT ne voit pas la nécessité de retirer certains wagons ou l’ensemble de la flotte du service. Les mesures ordonnées sont suffisantes pour assurer une activité sécurisée, estime M. Sperlich. Cela vaut autant pour les passagers que pour le personnel. « Voyager avec des trains VU IV est sûr. »

Le responsable fait confiance au contrôle de l’OFT. L’office examine les processus jusque dans les ateliers. De petits incidents ne sont pas annoncés à l’autorité de surveillance.

Connexion desserrée

La force de fermeture de la porte est restée enclenchée, constatait mercredi le Service d’enquête (SESE) dans un rapport intermédiaire, après avoir examiné les lieux du drame. L’accident, qui s’est produit au moment du départ du train, concerne un véhicule de type VU IV, des voitures à un étage sans plancher surbaissé.

Une connexion desserrée des interrupteurs à pression de la porte est la cause du maintien de sa force de fermeture alors qu’elle était confrontée à un obstacle. Normalement, un senseur doit désactiver cette force de fermeture dans un tel cas. Le SESE doit préciser le lien exact entre le défaut constaté et l’accident dans son rapport final.

Les CFF s’activent

Mercredi, les CFF disaient élaborer déjà des mesures concrètes selon les recommandations du SESE. Ils affirmaient pouvoir continuer d’exploiter les voitures VU IV impliquées dans le drame en toute sécurité après ces recommandations. Ils assuraient enfin intégrer ces dernières dans leurs propres enquêtes sur les systèmes de fermeture des portes.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Meilleures liaisons lacustres Vaud-France

Publié

le

Les liaisons via le Léman entre le canton de Vaud et la France vont s'améliorer, notamment grâce à l'achat de deux nouveaux bateaux (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les liaisons entre le canton de Vaud et la France via le Léman vont s’améliorer. Les partenaires ont signé jeudi une convention de coopération. L’achat de deux nouveaux bateaux est validé.

Une « nouvelle dynamique » pour près de 2500 passagers quotidiens: après des critiques récurrentes, les liaisons lacustres entre le canton de Vaud et la France vont se développer considérablement ces prochaines années, indiquent les responsables cantonaux et français dans un communiqué commun.

A chacun sa part

La convention met en place « une structure partenariale transfrontalière ». Elle établit également le principe d’une répartition du déficit d’exploitation des lignes lacustres, soit 4 millions de francs par an aujourd’hui, à parts égales entre la France et la Suisse (canton de Vaud et Confédération).

Concrètement, la commande de deux nouveaux bateaux est validée. Le premier, d’une capacité de 700 places, devrait être mis en service en 2022 sur la ligne Lausanne-Evian. Il rejoindra le bateau « Léman » et ajoutera sept allers-retours quotidiens. La cadence baissera aux heures de pointe de 80 à 45 minutes.

Un ensemble à bonifier

Le deuxième bateau est prévu pour 2023 et sera affecté à la liaison Thonon-Lausanne. Il remplacera le « Ville de Genève » qui sera affecté à la ligne Nyon-Yvoire.

Outre les bateaux, d’autres améliorations sont à venir, surtout du côté français. Les autorités s’engagent à développer les lignes, les accès et l’offre en transports publics. Evian compte par exemple reconfigurer ses quais, en réaménageant tout le front du lac et le bas de la ville. Un parking de 200 places près de la gare est aussi à l’agenda.

Infrastructures annexes

A Thonon, les responsables envisagent de « véritables pôles d’échanges multimodaux ». A mentionner, entre autres, le projet du parking-relais souterrain dans le secteur du port de Rives afin de faciliter l’accès au débarcadère.

Le trafic lacustre devrait croître de 4% par an ces prochaines années. Aujourd’hui, c’est 1,25 million de personnes qui sont ainsi transportées. Aux meilleures conditions de voyage s’ajoute un aspect environnemental non négligeable: un usager émet 30 fois moins de CO2 en faisant Lausanne-Evian par bateau qu’en voiture.

Valdo-français

Le canton de Vaud était représenté jeudi par les conseillers d’Etat Nuria Gorrite et Pascal Broulis. Le côté français par Josiane Lei, présidente de la Communauté des communes pays d’Evian – Vallée d’Abondance et Jean Neury, président de Thonon Agglomération.

Source: ATS

Continuer la lecture

Culture

Grease sur scène au théâtre de Marens à Nyon

Publié

le

La célèbre comédie musicale Grease se joue en version originale sur les planches du théâtre de Marens à Nyon du 23 au 25 août. 

Même si vous n’avez pas vu le film, sorti en 1978, où John Travolta et Olivia Newton-John interprètent l’un des couples les plus célèbres du cinéma, vous avez sans doute déjà dansé sur You’re the one that I want. Sachez que Grease revient à Nyon durant trois jours mais cette fois sur les planches d’un théâtre plutôt qu’au cinéma.

Du 23 au 25 août, , la troupe de théâtre Gaos vous fait découvrir ou redécouvrir cette comédie musicale devenue culte avec 4 représentations en version originale.

Gaos est une compagnie amateur qui se donne des moyens de professionnels.

Ylan Assefy-Waterdrink, le jeune metteur en scène de 20 ans, était l’invité de Benjamin Smadja sur Radio Lac.

Informations et billetterie ici.

Continuer la lecture

Actualité

Le cirque Knie s’installe à Genève!

Publié

le

Effervescence ce matin sur la plaine de Plainpalais, le cirque Knie a installé son nouveau chapiteau. Les représentations débutent ce vendredi 23 août.

 

 

 

C’est une des traditions de la rentrée à Genève : le cirque Knie a posé ses valises et son chapiteau ce matin à Plainpalais. Plus d’une centaine de personnes ont œuvré avec une précision chirurgicale pour construire cette salle éphémère. Tout est réglé au millimètre, et il ne faut qu’une demi-journée de travail pour terminer le montage de cette importante structure, sous l’œil amusé des chevaux, lamas et autres animaux du cirque. La tente est désormais prête à accueillir plus de 1’400 spectateurs pour une occasion très spéciale cette année : c’est en effet le centenaire de ce cirque mythique.

Un nouveau chapiteau donc inauguré pour l’occasion. Financée par près de cinq cents personnes en financement participatif, cette nouvelle toile vient d’Italie et peut accueillir une centaine de personnes supplémentaires par rapport à la précédente et possède un avantage non négligeable pour les spectateurs comme nous l’indique Fredy Knie Junior :

Fredy Knie Junior Directeur du cirque Knie

De nombreux curieux étaient également présents dès l’aube afin d’observer le travail considérable de ces nombreux ouvriers. L’entier de la famille Knie met la main à la pâte, et c’est un spectacle très impressionnant comme le relèvent certains badauds :

Montage du chapiteau du cirque Knie

Pour cette édition 2019 et cette année du centenaire, les représentations en ville de Genève se dérouleront du 23 août au 12 septembre. Pour l’entier de la tournée romande, le cirque comptera sur la présence de Vincent Kucholl et Vincent Veillon qui se mêleront aux artistes du cirque. Un spectacle qui se veut relativement différent :

Fredy Knie Junior Directeur du cirque Knie

Continuer la lecture

Actualité

Les loutres menacées par la mode des selfies

Publié

le

Malgré leur bonne bouille, les loutres sont des animaux de compagnie "très inadaptés" (image d'illustration). (©KEYSTONE/AP Monterey Bay Aquarium./TYSON V. RININGER)

Poster des selfies avec une loutre de compagnie ou d’autres animaux menacés de disparition peut sembler anodin. Mais les écologistes affirment que cette mode pourrait conduire à l’extinction de certaines espèces.

« Le commerce illégal des loutres s’est soudainement accru de façon exponentielle », explique Nicole Duplaix, qui co-préside le groupe spécialisé sur les loutres à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Toutes les espèces de loutres d’Asie sont depuis longtemps considérées comme vulnérables ou menacées en raison du rétrécissement de leur habitat naturel et du commerce illégal de leur fourrure.

Mais les écologistes accusent les réseaux sociaux d’être à l’origine de la frénésie qui a fait bondir la demande de bébés loutres dans certains pays d’Asie, en particulier au Japon, et qui fait peser une menace sur l’avenir de l’espèce.

Interdiction totale

Les milliers de délégués venus à Genève pour participer à une conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) doivent notamment se prononcer sur la protection de deux espèces de loutres d’Asie particulièrement en danger.

La loutre cendrée, également appelée loutre naine, et la loutre à pelage lisse figurent déjà sur l’Annexe II de la CITES en tant qu’espèces menacées. L’Inde, le Népal, le Bangladesh et les Philippines demandent désormais qu’elles soient incluses dans l’Annexe I, ce qui signifierait l’interdiction totale de leur commercialisation internationale.

Les écologistes estiment que cette démarche est vitale pour ces deux espèces, dont la population a chuté d’au moins 30% au cours des trente dernières années et dont le déclin s’est encore accéléré avec la mode des loutres de compagnie.

« Trop mignonne »

« Il y a un vrai désir de posséder ces animaux exotiques qui est alimenté par les réseaux sociaux », selon Cassandra Koenen, de l’ONG canadienne Wildlife not Pets. Certains comptes sur Instagram et Facebook drainent des centaines de milliers de followers, qui postent à leur tour des commentaires attendris sur les photos de loutres naines, tels que « trop mignonne » ou « j’en veux une ».

Mme Duplaix reconnaît que ce sont des « créatures très charismatiques », tout en déplorant que « ce soit justement leur côté mignon qui cause leur perte ».

Les selfies masquent les souffrances endurées par ce petit mammifère qui vit en communauté dans la nature et que l’on place brusquement en captivité et à l’isolement.

Mme Koenen a notamment cité les nombreux « vidéos gags » montrant des loutres tournant sur elles-mêmes, ce qui, pour un oeil exercé, est la manifestation d’une « énorme souffrance ».

Cafés à loutres

Face à cette demande en pleine croissance, des chasseurs et des pêcheurs en Indonésie tuent les loutres adultes et emportent les bébés qui sont mis dans des cages et expédiés pour servir d’animaux de compagnie. La principale destination est le Japon, où un bébé loutre peut valoir jusqu’à 10’000 dollars.

Des « cafés à loutres » ont également fait leur apparition au Japon. Les clients y sont encouragés à acheter des petits morceaux de nourriture pour les animaux en cage et à faire des selfies avec eux en buvant leur café.

« C’est un environnement totalement anormal pour elles », a relevé Mme Koenen. Elle déplore que les loutres domestiquées aient un accès limité à l’eau, qui fait pourtant partie de leur élément naturel, et qu’elles ne vivent plus en communauté.

Pour elle, les photos racontent une histoire totalement différente de la réalité, car ces animaux sauvages ont une odeur forte et ont tendance à mordre: « Ce sont des animaux de compagnie très inadaptés. »

Les loutres ne sont pas les seules espèces touchées par ce phénomène de mode. Parmi les 56 propositions soumises à la CITES pour réclamer une plus grande protection, 22 concernent des espèces, comme les lézards, les geckos, les tortues et les araignées, qui sont elles aussi chassées pour ce commerce qui brasse des milliards de dollars.

Source: ATS

Continuer la lecture