Rejoignez-nous

Actualité

L'embouteillage de l'eau de Divonne fait des vagues

Publié

,

le

Divonne, son casino, ses thermes et bientôt ses bouteilles d'eau. La commune frontalière de la Suisse développe un projet d'usine d'embouteillage. A vrai dire, l'idée n'est pas neuve. Les premières velléités de commercialiser l'eau minérale divonnaise remontent aux années soixante ou septante. Le maire de Divonne, Vincent Scattolin revient sur l'histoire et l'intérêt de ce projet, qui, à terme, entraînera la création de quarante emplois:

Vincent ScattolinMaire de Divonne

En juin 2016, un négociant en champagne du nom de Patrick Sabaté, PDG de la société Andrénius, reprend le dossier en main. En ce début d'année 2019, le projet d'usine connait d'importantes avancées. De quoi susciter l'inquiétude des voisins de Divonne.

"Aberration écologique"

Coté français, la maire de Grilly, Judith Hébert s'y oppose. Le syndic de Chavannes-de-Bogis, Alain Barraud s'inquiète, lui, de l'impact sur le trafic empruntant la douane. A Genève, la députée PDC Christina Meissner a déposé une proposition de motion au Grand Conseil intitulée "Les eaux souterraines de la Divonne/Versoix ne doivent pas finir en bouteilles":

Christina MeissnerDéputée PDC

Aux yeux des opposants, le projet est une "aberration écologique". Selon la députée, l'impact sur la Versoix (appelée Divonne côté français) est évident. Christina Meissner:

Christina MeissnerDéputée PDC

Le maire de Divonne assure, lui, que la nappe phréatique contenant l'eau minérale est indépendante du réseau hydrologique:

Vincent ScattolinMaire de Divonne

Vincent Scattolin explique aussi que l'usine ne va pas sortir de terre de suite. Une étude d'impact est prévue:

Vincent ScattolinMaire de Divonne

Des camions par dizaines via la douane

Parmi les points qui inquiètent, celui du transport des bouteilles. Comme l'indique la députée PDC:

Christina MeissnerDéputée PDC

La réponse du maire de Divonne sur ce point:

Vincent ScattolinMaire de Divonne

Une réunion publique d'information a lieu ce soir à Divonne. L'occasion pour la municipalité et la société Andrénius de répondre aux questions. Mais aussi pour les opposants, dont les jeunes Genevois, mobilisés dans les marches pour le climat, d'aller claironner leur message de l'autre côté de la frontière.

@marie_prieur

Suisse Romande

Le Marseillais Claude Cortese dirigera l'Opéra de Lausanne

Publié

le

L'Opéra de Lausanne connaît son nouveau directeur (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Claude Cortese est le nouveau directeur de l'Opéra de Lausanne. Ce natif de Marseille, actuellement directeur de la production artistique à l'Opéra de Strasbourg, prendra ses nouvelles fonctions en juillet 2024 à la place d'Eric Vigié.

Claude Cortese connaît déjà l'Opéra de Lausanne pour y avoir entamé sa carrière comme régisseur, à l'âge de 19 ans. Il a ensuite officié durant huit ans comme régisseur de production au Grand Théâtre de Genève. A partir de 2003, il a occupé différents postes de direction artistique à Angers Nantes Opéra, à l'Opéra national de Lorraine à Nancy puis, dès 2020, à l'Opéra national du Rhin à Strasbourg.

Au terme d'un processus de recrutement démarré en septembre dernier, la Commission de sélection a proposé à l'unanimité au Conseil de fondation et à la Municipalité de Lausanne de nommer Claude Cortese, indique jeudi l'Opéra de Lausanne. Sa candidature a été retenue parmi 50 dossiers reçus.

En poste depuis 19 ans ans, Eric Vigié avait annoncé son départ en avril dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'Hospice général offre une plateforme d'expression aux artistes

Publié

le

Le photographe Anthony Mamizuka travaille sur le projet Résidences croisées lancé par l'Hospice général à Genève. (© Isabelle Meister)

Lancé en 2021, le projet Résidences croisées a ouvert les portes de l’Hospice général à des artistes impactés par la crise sanitaire ou au bénéfice de prestations sociales. Vingt-trois d'entre eux ont croisé leurs expériences avec une centaine de bénéficiaires ou collaborateurs pour créer des ½uvres originales. Différentes institutions culturelles genevoises donneront une visibilité à ces travaux d'ici l'été.

Le projet-pilote a été conçu par l'Hospice général et lancé en 2021 pendant le Covid. Les artistes ont été choisis par une commission d'experts externes, rapporte un communiqué publié jeudi. Parmi eux, des photographes, comédiens, metteurs en scène, plasticiens, vidéastes, musiciens ou poètes.

Le site dédié residencescroisees.ch donne des informations détaillées sur ces créateurs et le mode de fonctionnement des Résidences croisées. Dès jeudi, des actualités régulières sur l’avancée des différents projets artistiques y sont mises en ligne.

Meilleure reconnaissance

L'objectif de ce projet est triple: aider des artistes à rebondir alors que leurs activités ont été ralenties par la crise, offrir une forme de reconnaissance aux talents parfois invisibilisés, notamment d'artistes inscrits à l’Hospice général. Enfin, il s'agit de permettre aux bénéficiaires de l’institution de sortir de leur isolement social en leur proposant de participer à une initiative artistique inédite.

La crise sanitaire a mis en évidence la précarité du statut d'artiste et en a impacté un nombre important, avec le risque de les faire entrer dans une précarité durable. Plusieurs sont d'ailleurs devenus bénéficiaires de l’aide sociale. Cette précarité n’étant toutefois pas nouvelle, l’Hospice général compte depuis toujours des artistes au sein de ses usagers.

Par cette initiative, l’institution a aussi voulu mettre en lumière leurs talents et compétences en leur offrant une plateforme d’expression. Cette expérience devrait leur apporter une meilleure reconnaissance dans les réseaux genevois et d’une manière générale participer à déstigmatiser le regard porté sur l’aide sociale.

Renforcer les liens sociaux

Basées sur la rencontre et le dialogue, les Résidences croisées renforcent le fait que l’art et la culture sont de réels ciments sociaux. Ils rejoignent ainsi l’un des objectifs de l’institution qui est de renforcer le lien social et les opportunités d’intégration.

Grâce à leur sensibilité, ces artistes apportent un regard nouveau sur des questions sociétales. Cette production culturelle est financée par des fonds privés, précise la responsable du projet Sylvie Léget.

residencescroisees.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Des noms de localités françaises pour les Naviexpress

Publié

le

Le premier bateau Naviexpress de la CGN s'appellera "Evian-les-Bains" (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les deux premiers Naviexpress de la CGN ont été nommés "Evian-les-Bains" et "Thonon-les-Bains". Le premier de ces nouveaux bateaux à technologie hybride sera mis en service dès l'automne sur le Léman.

Les noms ont été choisis en lien avec l'origine de ce projet, sachant que les Naviexpress "expriment l'ambition d'une desserte transfrontalière Suisse-France renforcée, plus flexible, plus efficace et avec un confort supérieur, ainsi qu'une réduction substantielle de l'impact environnemental des transports", indique jeudi la Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN).

La cérémonie d'inauguration, dont la date reste à fixer, sera organisée sur les deux rives du lac afin de marquer ce développement de la coopération transfrontalière. La mise en service sur la ligne Lausanne - Evian est prévue cet automne. Le deuxième Naviexpress, dont l'assemblage des pièces est en cours au chantier naval à Ouchy, sera mis en exploitation en 2024. Il reliera Lausanne à Thonon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lausanne se sert de son droit de préemption et entend poursuivre

Publié

le

La ville de Lausanne fait usage du nouveau droit de préemption et entend poursuivre dans cette voie (Image prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Ville de Lausanne fait usage du droit vaudois de préemption, qui permet à une commune d'acheter de force un bien sur le point d'être vendu. Conséquence: la Municipalité sollicite du Conseil communal un nouveau crédit de 50 millions de francs, les 80 millions accordés en début de législature étant bientôt épuisés.

Lausanne entend poursuivre sa politique foncière en vue de maintenir des loyers abordables, explique-t-elle jeudi dans un communiqué. Elle joue ainsi un rôle actif dans la préservation de la mixité sociale dans des quartiers souvent prisés.

Depuis 2020, la Ville a exercé onze fois ce droit de préemption, pour un total d'environ 200 logements situés, notamment, à l'avenue de France, Montagibert ou Grancy. Un peu plus de 90 millions de francs ont été engagés avec un rendement brut moyen de 3,5%.

Immeubles mis en vente

La Municipalité entend désormais proposer ces immeubles à la vente en droit de superficie (DDP) à des sociétés d'utilité publique ou des sociétés propriétés de la ville. En clair, la commune restera propriétaire, et recevra des rendements stables tout en assurant des loyers abordables sur la durée du droit de superficie, soit 90 ans.

Les sociétés qui acquerront les immeubles devront s'engager à garder les locataires en place. Elles devront aussi s'engager à procéder à un assainissement énergétique du bâtiment d'ici trois à cinq ans.

Dans l'attente du produit de la vente des immeubles, la Ville sollicite un crédit d'acquisition complémentaire de 50 millions de francs. Avec ce montant, ce sont environ 100 à 120 logements à loyer abordable qui pourront être préservés, estime la Ville.

Un engagement nécessaire "dans un contexte tendu sur le marché du logement, tension encore renforcée par la hausse des prix du chauffage et de l'électricité", note la Municipalité lausannoise.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Chaîne du Bonheur a récolté près de 7 millions de francs

Publié

le

Les Suisses font preuve d'une très grande solidarité pour les victimes du séisme en Turquie et en Syrie. (© KEYSTONE/AP/Khalil Hamra)

L'ampleur des destructions liées au séisme en Turquie et en Syrie a déclenché un énorme mouvement de solidarité. La Chaîne du Bonheur a jusqu'à présent récolté près de 7 millions de francs.

Mercredi, la fondation a reçu des promesses de dons d'un montant compris entre 10'000 et 20'000 francs, a déclaré jeudi la porte-parole de la Chaîne du Bonheur Judith Schuler à Keystone-ATS. Les fonds sont actuellement utilisés pour l'aide d'urgence comme l'eau, les couvertures, la nourriture ou les abris.

La majeure partie de l'argent sera utilisée plus tard pour la reconstruction. Parmi les organisations partenaires de la Chaîne du Bonheur figurent 25 ½uvres d'entraide, dont Terre des Hommes, Helvetas, l'EPER, la Croix-Rouge suisse, Solidarsuisse et Médecins sans frontières.

L'organisme de certification Zewo a publié jeudi la liste des ONG sérieuses et dignes de confiance qui ont organisé des collectes de dons pour les victimes du tremblement de terre. Cette fondation vérifie que les dons sont correctement utilisés et octroie des labels de qualité.

Parmi les organisations certifiées, on trouve par exemple Caritas, Médecins sans frontières, l'EPER ou Terre des hommes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture