Rejoignez-nous

Actualité

Le tireur de Strasbourg a été abattu

Publié

,

le

Des passants rendent hommage aux victimes de l'attaque. (©KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA)

L'auteur de l'attentat contre le marché de Noël de Strasbourg, qui a fait trois morts et treize blessés, a été abattu jeudi soir par la police dans la ville, après deux jours de traque. Il était un "soldat" de l'EI, affirme une agence de propagande citée par SITE.

L'homme, âgé de 29 ans, a été abattu dans le quartier du Neudorf, là où sa trace avait été perdue après son équipée sanglante mardi. Une équipe de la brigade spécialisée de terrain de Strasbourg, composée de trois policiers, a aperçu à 21h00 "un individu qui déambulait sur la voie publique" du quartier, a expliqué le ministre français de l'intérieur, Christophe Castaner.

"Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée depuis mardi soir", a poursuivi le ministre. "Ils l'ont interpellé et au moment de cette interpellation pour l'arrêter, ce dernier s'est retourné, faisant face aux fonctionnaires de police en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté et ont neutralisé l'assaillant."

Blessé mardi soir

Il était seul au moment où il a été abattu et se trouvait au pied d'un immeuble, d'après une source policière. Le suspect avait été blessé lors d'un échange de coups de feu avec des soldats du dispositif Sentinelle mardi soir avant de disparaître dans le quartier de Neudorf, qu'il connaît bien pour y avoir vécu dans sa jeunesse.

Un très important dispositif de police était déployé jeudi soir, a constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont été applaudies par les badauds, rassemblés au niveau du périmètre de sécurité. "Bravo", ont lancé certains d'entre eux.

Des appels et des témoignages ont été déterminants pour le retrouver. Selon une source proche de l'enquête, une femme, répondant à un appel à témoins lancé mercredi soir, avait signalé avoir vu le suspect dans l'après-midi. Elle avait remarqué qu'il ressemblait au fugitif et qu'il était blessé au bras.

L'agence de propagande de l'Etat islamique, Amaq, l'a présenté comme un de ses "soldats" sur son site internet, sans fournir de preuve. Amaq affirme que l'homme avait répondu "à des appels à cibler des citoyens des pays de la coalition" internationale au Moyen-Orient.

Affiche de Ben Laden

Né à Strasbourg, le suspect avait un passé judiciaire très lourd, avec 27 condamnations en France, en Allemagne et en Suisse. Il était fiché "S" ("sûreté de l'État") pour sa radicalisation islamiste. A chacun de ses séjours en prison -, il avait une affiche de Ben Laden dans une de ses cellules - il avait été repéré pour son prosélytisme "parfois agressif", selon une source proche de l'enquête.

Il était suivi activement depuis sa sortie de prison, et ce jusqu'à mardi, sans que des velléités de passage à l'acte ne soient détectées. Selon le procureur, des témoins l'ont entendu crier "Allah Akbar!", cri de ralliement des djihadistes, lors de son équipée meurtrière de mardi soir.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et l'a étendu jeudi soir au chef de tentatives de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste.

Cinq personnes en garde à vue

Dans l'après-midi, le parquet de Paris avait annoncé la mort d'une troisième victime de mardi, un garagiste d’origine afghane en état de mort cérébrale depuis lors.

Une cinquième personne a été placée en garde à vue jeudi dans le cadre de l'enquête. Il s'agit d'un membre de l'entourage du tireur, mais pas de sa famille, précise-t-on de source proche de l'enquête. Quatre autres personnes, le père, la mère et deux frères du tueur, sont pour leur part en garde à vue depuis la nuit de mardi à mercredi.

Deux soeurs ont par ailleurs été entendues jeudi à Paris en audition libre par des enquêteurs et des perquisitions ont été menées en région parisienne, a-t-on appris de source judiciaire.

Mardi soir, peu avant 20h00, l'homme avait pénétré dans le centre historique de Strasbourg au coeur du marché de Noël et avait ouvert le feu à plusieurs reprises sur les passants. Porteur d'une arme de poing et d'un couteau, il avait ensuite échangé des tirs avec les forces de l'ordre, qui l'ont blessé au bras, avant de réussir à s'enfuir en taxi.

Plus de 700 membres des forces de l'ordre, dont 280 enquêteurs de la police judiciaire, selon M. Castaner, étaient à la recherche du suspect.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Deux rentes de cinq ans grâce à l'Eurodreams

Publié

le

Deux personnes ont décroché jeudi une rente mensuelle de 2222 francs durant cinq ans grâce à l'Eurodreams (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Deux personnes chanceuses ont décroché une rente mensuelle de 2222 francs durant cinq ans grâce à l'Eurodreams jeudi soir. Elles ont coché les six bons numéros 8, 22, 28, 31, 38 et 40, mais pas le numéro "dream" 1, a annoncé la Loterie romande.

Le gros lot est une rente mensuelle de 22'222 francs durant 30 ans. Il faut pour cela trouver les 6 bons numéros ainsi qu'un numéro spécial appelé "dream".

Huit pays européens proposent ce jeu. En Suisse, Eurodreams est exploité par la Loterie romande et par Swisslos côté alémanique. Le tirage du jeu est effectué les lundis et jeudis soir.

https://jeux.loro.ch/games/eurodreams

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Yaël Braun-Pivet réélue présidente de l'Assemblée nationale

Publié

le

La candidate de Renaissance Yaël Braun-Pivet reconduite à la tête de l'Assemblée nationale (archives). (© KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA)

Yaël Braun-Pivet retrouve le perchoir: onze jours après les législatives, la présidente sortante de l'Assemblée a été réélue grâce à une entente entre la droite et la macronie. Cette alliance de circonstance pose peut-être les bases d'une coalition gouvernementale.

Au terme d'une journée pleine de suspense, qui a vu affluer plus de 500 journalistes au Palais Bourbon, Mme Braun-Pivet a été élue au troisième tour avec 220 voix contre le candidat de la gauche André Chassaigne (PCF), 207. Sébastien Chenu a quasiment fait le plein des suffrages de son camp avec 141 voix.

La "légalité du scrutin" a aussitôt été remise en cause par LFI, Hadrien Clouet pointant un nombre de ministres démissionnaires ayant voté supérieur à l'écart de voix.

Arrivée troisième au premier tour du scrutin, la députée des Yvelines a bénéficié du report des voix de la candidate Horizons, et surtout du soutien de La Droite républicaine, qui a retiré son candidat Philippe Juvin.

Entre les deuxième et troisième tours, la gauche a retenu son souffle, se reprenant à espérer après le désistement du candidat de Liot Charles de Courson, qui aurait pu lui profiter - en vain.

Coup inespéré

Après la défaite du camp présidentiel, arrivé deuxième au soir du second tour des législatives, la députée des Yvelines réalise un coup inespéré, grâce au concours d'une droite elle-même affaiblie après la décision solitaire de son président Eric Ciotti de s'allier avec le Rassemblement national.

Le Palais Bourbon bruissait depuis plusieurs jours des rumeurs d'un accord entre la droite et la macronie, La Droite républicaine ayant selon des sources concordantes négocié plusieurs postes clés à l'Assemblée pour prix de son ralliement: au minimum, une vice-présidence dévolue à la députée du Doubs Annie Genevard, la présidence de la commission des finances, censée revenir à Véronique Louwagie, et un des trois postes de la questure.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Politique

L'élu lausannois Mountazar Jaffar visé par une dénonciation pénale

Publié

le

Le conseiller communal lausannois Mountazar Jaffar est visé par une dénonciation pénale pour des "likes" controversés sur les réseaux sociaux (photo prétexte). (© KEYSTONE/DPA/MONIKA SKOLIMOWSKA)

La Communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud (CILV) a déposé une dénonciation pénale pour antisémitisme à l'encontre de l'élu socialiste lausannois Mountazar Jaffar. La section vaudoise de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) va faire de même ces prochains jours.

Le Ministère public a reçu le 10 juillet la dénonciation pénale visant M. Mountazar Jaffar, "pour avoir liké des messages antisémites sur un réseau social", a déclaré jeudi à Keystone-ATS son porte-parole Vincent Derouand, revenant sur une information publiée par le média Watson. La dénonciation fait actuellement l'objet d’un examen afin de déterminer de la suite à y donner, a-t-il précisé.

La Licra Vaud s'apprête à faire de même. Son président Antoine Reymond a expliqué à Keystone-ATS qu'il agissait avec l'intention de "calmer les choses pour sortir du ressenti" en tirant au clair si l'infraction de discrimination et incitation à la haine (art. 261bis du Code pénal) s'applique ou non.

"Beaucoup de choses se passent sur les réseaux sociaux. Il est bien que les gens puissent se dire: si je dis ceci sur les réseaux sociaux, c'est condamnable ou pas", a-t-il ajouté.

Avertissement du PS Vaud

Le Parti socialiste vaudois (PSV) avait ouvert une procédure disciplinaire à l'encontre de son élu en mai dernier dans le cadre de cette affaire. Comme l'avait par la suite expliqué son président Romain Pilloud, M. Jaffar avait présenté "des regrets et des excuses" et avait indiqué que ces "likes" ne reflétaient pas sa pensée.

M. Jaffar s'était en outre engagé à faire plus attention sur les réseaux sociaux. Le PSV avait estimé que cette procédure avait fait office d'avertissement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Vol d'hélicoptères par mauvais temps: première mondiale en Suisse

Publié

le

Le nouveau système d'approche aux instruments des hélicoptères de la Rega en cas de mauvaise visibilité est utilisé à l'hôpital d'Interlaken (BE). (© Schweizerische Rettungsflugwacht)

La Rega est désormais autorisée à utiliser un nouveau système de vol aux instruments pour l'approche d'un hôpital. Elle est la première entreprise au monde à en disposer, selon elle qui l'a développé en étroite collaboration avec l'Office fédéral de l'aviation civile.

Outre la Garde aérienne suisse de sauvetage (Rega) et l'OFAC, le contrôleur aérien Skyguide et le constructeur d'hélicoptères Leonardo ont participé à la conception du système qui a duré cinq ans. Celui-ci a été introduit jeudi à l'hôpital d'Interlaken (BE), ont indiqué dans des communiqués séparés l'OFAC et la Rega.

Avec cette nouvelle procédure de vol à Interlaken, l'objectif est d'accumuler de l'expérience, selon l'OFAC. L'office fédéral collabore à cet effet avec l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) qui fixe les normes des nouvelles procédures pour hélicoptères qui doit permettre à ces appareils de décoller et d’atterrir de nuit et par temps de brouillard en toute sécurité sur des terrains difficiles.

En obtenant pour la première fois au monde l'autorisation d'utiliser le nouveau système, la Suisse peut contribuer de manière déterminante à l'élaboration de ces normes, a écrit l'OFAC.

La Rega, qui poursuit depuis des années sa vision de "sauver par tous les temps", travaille avec l'OFAC et les Forces aériennes sur un réseau suisse de routes de vol aux instruments à basse altitude. Dans ce réseau, ses hélicoptères suivent un itinéraire enregistré dans l'ordinateur de bord.

Le réseau relie les aéroports, les aérodromes, les bases de la Rega et surtout les hôpitaux, dont une dizaine y sont déjà intégrés. En Suisse romande, seul l'hôpital de La Chaux-de-Fonds en fait déjà partie. Pour les hôpitaux universitaires de Lausanne (CHUV) et Genève (HUG), ainsi que pour les établissements hospitaliers de Rennaz (VD), Porrentruy et Delémont, les procédures de vol aux instruments sont prêtes pour l'homologation depuis plusieurs mois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des travaux d'entretien des CFF vont impacter l'Arc lémanique

Publié

le

Quelque 6000 interventions pour travaux ont lieu chaque année sur le réseau romand des CFF (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Des travaux d'entretien des CFF dans l'Arc lémanique vont impliquer des modifications pour les voyageurs ces prochaines semaines. Les CFF recommandent de consulter les horaires en ligne avant le départ.

"Jusqu’au 19 août 2024, une liaison sur les six disponibles par heure et par sens (trains IR90 non-stop) est supprimée entre Genève-Aéroport et Lausanne pour permettre l’entretien de la voie sur environ sept kilomètres", ont fait savoir les CFF jeudi dans un communiqué.

Des travaux de renouvellement de voies entre Montreux et Villeneuve impliqueront également la suppression de certains trains grandes lignes entre le 21 juillet et le 14 août.

Par ailleurs, en raison du renouvellement de certaines lignes de contact, des trains seront remplacés par des bus entre Yverdon-les-Bains et Lausanne ou Morges les week-ends du 27-28 juillet et du 7-8 septembre. "Il faut prévoir un temps de parcours plus long sur ces itinéraires", préviennent les CFF.

Quelque 6000 interventions pour travaux ont lieu chaque année sur le réseau romand des CFF, alors que 2500 trains y circulent chaque jour, rappelle l'ex-régie fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture