Rejoignez-nous

Actualité

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne

Publié

,

le

Aux abords du Parlement de Westminster, après le compte à rebours des 30 dernières secondes précédant l'heure fatidique, une foule de milliers de personnes a exulté, applaudi, et entonné l'hymne national. (©KEYSTONE/AP/TH)

Après 47 ans de vie commune houleuse, le divorce est prononcé. Le Royaume-Uni est devenu vendredi le premier pays à quitter l'Union européenne. Reporté trois fois, le grand départ est devenu effectif à 23h00 à Londres, minuit à Bruxelles.

Cette fois, c'est fini. Il aura fallu trois ans et demi de déchirements dans les familles et d'invectives au Parlement pour que le grand saut dans l'inconnu, voté à 52% par les Britanniques en 2016, se concrétise. Le Royaume-Uni doit désormais s'atteler à la tâche difficile de rebâtir des relations avec le bloc réduit à 27 mais aussi les grandes puissances comme les Etats-Unis de Donald Trump qui lui font des appels du pied.

D'ailleurs parmi les premiers responsables à réagir, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a promis de renforcer les relations bilatérales avec Londres. "Nous allons continuer à renforcer nos relations déjà fortes, productives et prospères avec le Royaume-Uni au moment où ils ouvrent un nouveau chapitre", a-t-il tweeté quelques minutes après la sortie officielle du pays de l'Union européenne.

Les Brexiters acclame Farage

Aux abords du Parlement de Westminster, après le compte à rebours des 30 dernières secondes précédant l'heure fatidique, une foule de milliers de personnes a exulté, applaudi, et entonné l'hymne national.

"Formidable", "incroyable", s'enthousiasme Karen Ollerton, une retraitée venue du nord du pays. "On est entouré d'optimisme", ajoute-t-elle, espérant "que l'on puisse tous vivre en paix" et conclure "de bons accords commerciaux". "On l'a fait!", a lancé l'europhobe Nigel Farage, acclamé par la foule.

Dans le nord eurosceptique de l'Angleterre, dans la ville de Morley, qui a voté à 60% pour le Brexit, le départ a été fêté en grande pompe, entre foisonnement de drapeaux britanniques et feu d'artifice. "J'attendais ça depuis 2016", jubile Joshua Spencer, étudiant de 25 ans.

Boris Johnson promet un "succès"

Peu avant la rupture, le Premier ministre Boris Johnson a prédit que le Brexit, dont il a été un promoteur acharné, serait un "succès retentissant", "quels que soient les obstacles".

"La chose la plus importante à dire ce soir, c'est que ce n'est pas la fin, mais le début, le moment où l'aube pointe et le rideau se lève sur un nouvel acte", a-t-il ajouté, lyrique, promettant "le début d'une nouvelle ère de coopération amicale" avec l'Union européenne.

A 55 ans, Boris Johnson peut savourer comme une victoire la concrétisation du Brexit, après avoir été élu à une large majorité en décembre sur cette promesse. Il a réussi là où la précédente locataire de Downing Street, Theresa May, avait échoué.

Se gardant de tout triomphalisme, le Premier ministre a insisté devant ses ministres sur sa volonté de "tourner la page des divisions" et "travailler à toute vapeur" pour rassembler le pays. Le pro-Brexit Daily Express salue en une un "glorieux nouveau Royaume-Uni". Le quotidien i, plus perplexe, s'interroge: "Et maintenant?"

L'Ecosse peste

L'événement marque un nouvel épisode où tout reste à écrire; mais pas la fin des divisions qui ont fracturé le Royaume-Uni. Les Remainers gardent un goût amer, notamment dans les provinces britanniques qui ont voté majoritairement pour rester dans l'UE, en Ecosse et Irlande du Nord.

"L'Ecosse reviendra au coeur de l'Europe en tant que pays indépendant", a tweeté la Première ministre indépendantiste écossaise Nicola Sturgeon, déterminée à lutter contre le refus de Londres d'autoriser un référendum sur l'indépendance.

A Edimbourg, le drapeau continuera de flotter après le Brexit devant l'assemblée locale, où des centaines de personnes se sont réunies vendredi soir pour dire leur opposition au départ de l'UE. "C'est une honte" que l'Ecosse quitte l'UE contre sa volonté, peste Joe Harrow, guide touristique de 62 ans.

Le rêve européen prend un coup

De Bruxelles à Berlin en passant par Paris, les dirigeants européens ont exprimé leurs regrets et leur détermination à trouver "le meilleur partenariat" possible" pour le Brexit qui porte un coup au rêve européen. "Un signal d'alarme historique" qui doit "nous faire réfléchir", a averti le président français Emmanuel Macron.

"Au revoir et bonne chance", a tweeté le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney.

Le jour a beau être historique, il n'entraîne pas de grand changement concret dans l'immédiat. Pour que la séparation se fasse en douceur, le Royaume-Uni continuera d'appliquer les règles européennes jusqu'au 31 décembre.

Les négociations s'annoncent difficiles

Le plus difficile reste à faire. Les complexes négociations sur les liens qui uniront Londres et Bruxelles en matière commerciale, de sécurité ou de pêche après la transition s'annoncent disputées.

Londres souhaite aboutir en un temps record, avant la fin de l'année, et exclut toute prolongation de la transition au-delà de 2020. Un calendrier jugé très serré à Bruxelles.

Boris Johnson, qui détaillera sa vision en début de semaine prochaine, a déjà clairement annoncé qu'il visait un accord de libre-échange du même type que celui signé par l'UE avec le Canada, sans alignement sur les règles communautaires, quitte à accepter des contrôles douaniers.

Bruxelles, qui craint une concurrence déloyale, a d'ores et déjà prévenu: sans "conditions équitables" en matière d'environnement, de travail ou de fiscalité, pas de "large accès au marché unique".

 

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Des chiens de sauvetage suisses à l'oeuvre toute la nuit en Turquie

Publié

le

Au total, Redog a déployé 14 chiens et 22 personnes en Turquie. (© Keystone/MICHAEL FICHTER/EDA/HANDOUT RETT)

Les équipes suisses de chiens de sauvetage ont continué à rechercher durant toute la nuit de mardi à mercredi des survivants aux graves séismes qui ont frappé le sud de la Turquie. Avec leur partenaire turc, elles ont pu, jusqu'à présent, sauver 24 personnes.

Les équipes ont travaillé en alternance, de sorte qu'il y avait toujours quelqu'un à l'extérieur, a déclaré mercredi à Keystone-ATS Linda Hornisberger, responsable de la recherche de personnes ensevelies auprès de la Société suisse des chiens de recherche et de sauvetage (Redog). Les périodes de repos sont essentielles pour les chiens et les accompagnateurs pour minimiser les risques d'accident.

Redog travaille d'une part sur place avec six chiens et dix personnes, en collaboration avec son partenaire turc GEA, qui dispose d'une grande expérience, selon Mme Hornisberger. D'autre part, l'organisation a mis huit chiens et douze personnes à disposition de la Chaîne suisse de sauvetage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Enfant poignardé à Bâle: l'internement est confirmé

Publié

le

La mort de l'enfant avait soulevé une vive émotion en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le Tribunal fédéral confirme l'internement de la septuagénaire qui avait poignardé un enfant à Bâle en mars 2019. La justice bâloise avait estimé que les conditions d'une condamnation pour assassinat étaient remplies, mais que l'auteure était irresponsable.

La recourante avait tué un garçon âgé de sept ans de plusieurs coups de couteau à la gorge le 19 mars 2019 à Bâle. Elle demandait l'abandon des poursuites pénales et une indemnisation pour sa détention.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral rejette son recours. Il estime que l'instance cantonale pouvait se fonder sur l'expertise psychiatrique, qui mettait en évidence un trouble chronique délirant, et conclure à son irresponsabilité.

Dans la mesure où ce trouble existait depuis des décennies, un traitement stationnaire était sans espoir et ne pouvait pas réduire les risques de récidive, rappellent les juges de Mon Repos. Les conditions de l'internement étaient donc réalisées.

Expertise "biaisée"

Dans son recours, la femme a contesté une nouvelle fois tout trouble psychique. Elle estime que l'expertise est "biaisée" afin d'imposer une mesure. Elle a exigé aussi un "examen officiel" de ses motifs. En effet, elle prétend avoir été la victime d'intrigues des autorités et avoir agi en état de nécessité.

En mars 2022, la Cour d'appel du canton de Bâle-Ville a déjà écarté sans ambiguïté ces explications. Elle a jugé aberrant de décrire l'assassinat d'un enfant choisi au hasard comme un acte désespéré visant à préserver sa propre existence et dignité.

Le Tribunal fédéral a aussi confirmé les montants de 124'000 francs et 12'000 francs alloués aux parents de la victime à titre de réparation morale et réparation du préjudice. La septuagénaire rejette la mise à sa charge de ces sommes "qui seraient dues par le canton en raison de la violation de ses obligations". (arrêt 6B_1123/2022 du 26 janvier 2023)

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Plus de la moitié des espèces de poissons en Suisse sont menacées

Publié

le

La majorité des espèces de poissons sont menacées en Suisse. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Plus de la moitié des poissons et cyclostomes (lamproies, sans mâchoires mobiles) en Suisse figurent sur la liste des espèces menacées ou vulnérables. La situation globale s'est dégradée entre 2007, année de la précédente évaluation, et 2022, révèle une étude.

En évaluant le degré de menace de 66 espèces de poissons et cyclostomes autochtones, les experts en ont placé 43 - dont neuf sont éteintes - sur liste rouge pour 2022, indique mercredi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

S'y ajoutent 9 espèces "potentiellement menacées". Seules 14 espèces sont considérées comme non menacées. L'évaluation se base sur 70'000 occurrences (observations) dans les différents cours d'eau et plans d'eau du pays.

Sur les 43 espèces (taxons) de la liste rouge, 15 se retrouvent "en danger critique d'extinction", 8 sont "en danger" et 11 sont qualifiées de "vulnérables"; neuf ont disparu. En résumé les deux tiers (65,1%) des poissons et cyclostomes en Suisse sont soit en danger, soit vulnérables ou ont "déjà" disparu, pour reprendre les critères de la "liste rouge".

L'anguille en danger, la perche ok

Parmi les espèces dont la situation est la plus critique figurent l'anguille, l'alborella, la savetta, la truite marbrée ou danubienne et l'ombre du sud des Alpes. La truite lacustre, l'ombre commun, la truite zébrée, la bouvière ou encore la loche transalpine sont "en danger". Concernant les effectifs en baisse de certaines truites par exemple, les experts invoquent l'habitat réduit et les causes liées à la migration et au réchauffement climatique.

Parmi les espèces disparues figurent l'esturgeon européen ou le saumon atlantique.

Les espèces non menacées sont, notamment, la perche, le gardon, la silure glâne, le vairon commun, la lotte ou encore la vandoise.

Avec la moitié des taxons menacés classés dans les catégories "situation critique" à "vulnérable", la Suisse se situe, en matière de menace, dans le haut de la fourchette des classements établis dans les pays et régions frontaliers. La situation est par exemple meilleure en France et dans le Sud de l'Allemagne.

Pollution, habitats restreints

Les menaces pesant sur la faune piscicole sont liées à la pollution des eaux, la dégradation et la fragmentation des habitats (souvent réduits), l’exploitation hydroélectrique, la concurrence exercée par les espèces allochtones ou encore les effets liés au réchauffement climatique.

Les eaux dormantes et les lacs ont été fortement pollués jusque dans les années 1980 par des apports de nutriments (eutrophisation). En revanche, "les efforts considérables entrepris depuis en matière de protection des eaux (traitement des eaux usées) ont contribué, du moins dans les lacs les plus importants, à améliorer les conditions de vie de la faune piscicole. Le traitement des eaux usées a également eu un impact positif", relève l'étude.

Revitaliser

La liste rouge de 2007 montrait déjà une situation précaire. L'édition 2022 révisée "ne révèle malheureusement aucune inversion de tendance: globalement, le nombre d’espèces de poissons menacées continue d’augmenter, contribuant ainsi à une érosion de la biodiversité piscicole", regrettent les experts.

Pour contrer cette évolution, ils appellent de leurs voeux des mesures pour mieux protéger le milieu. "La politique fédérale de renaturation des eaux (revitalisation et assainissement de la force hydraulique) constitue un outil d’importance capitale pour la préservation de la faune aquatique", souligne la publication.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

À Genève, une épicerie vrac en ligne zéro déchets

Publié

le

Laetitia Morrone, fondatrice de VcomVrac présente des produits locaux issus du producteur le plus proche. © VcomVrac

Dès le mois de mars, VcomVrac offrira de faire ses courses sur Internet de se les faire livrer à la maison au lieu de se rendre en magasin. L'épicerie mettra en vente des produits locaux, issus du producteur le plus proche afin de favoriser le circuit court. 

Du vrac autrement! C'est le pari tenté par VcomVrac, une épicerie en ligne zéro déchet à Genève. Cette épicerie d'un genre nouveau disponible dès le mois de mars propose de faire ses courses sur Internet au lieu de se rendre en magasin. Les produits seront locaux, issus du producteur le plus proche afin de favoriser le circuit court. Le bio ne sera privilégié que lorsque cela a du sens. On y trouvera tous les produits courant d’épicerie sucrée et salée, sauf de la viande. Des boissons avec et sans alcool seront également disponibles ainsi que des produits d'hygiène, de cosmétiques et des produits ménagers. Avec comme objectif de simplifier l'accès au vrac. Laetitia Morrone, fondatrice de Vcomvrac.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Laetita Morrone souhaite également essayer de convertir la population au vrac.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Les produits seront livrés dans des contenants consignés tels que des bocaux, des bouteilles et des sacs en tissus.

Eviter le gaspillage

L'objectif est de simplifier l'accès au vrac au plus grand nombre, mais pas seulement. Le projet a aussi pour vocation d'éviter le gaspillage comme l'explique Laetitia Morrone.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Un financement participatif a été lancé au début du mois via la plateforme SIG impact. Objectif: récolter 20'000 francs. Le crowfunding prendra fin le 26 février prochain.

Continuer la lecture

Economie

L'économie helvétique entame l'année sur un regain de confiance

Publié

le

L'hôtellerie-restauration fait partie des secteurs où un regain de confiance a été enregistré (archives). (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Les entrepreneurs suisses ont débuté 2023 sur une note résolument optimiste, après la détérioration du climat des affaires observée l'automne dernier.

Le sondage effectué par le centre de recherches conjoncturelles de l'EPF de Zurich (KOF) indique une tendance clairement positive en janvier, mais aussi pour les prochains mois.

L'embellie par rapport au dernier pointage est particulièrement marquée dans les secteurs du commerce de gros, de l'hôtellerie-restauration, de l'industrie manufacturière, des services financiers et des assurances, indiquent les économistes zurichois lundi dans un communiqué. Le seul à se montrer plus circonspect à l'heure de brosser des perspectives est celui de la construction.

Les velléités de relèvement des prix sont toujours très présentes, mais les hausses prévues se révèlent moins drastiques qu'en automne. Les experts du KOF signalent une détente des expectatives des entreprises en matière d'inflation.

Le taux attendu pour les douze prochains mois est ainsi passé à 2,9%, alors qu'il était encore de 3,7% lors du dernier sondage, et sur un horizon de cinq ans, le renchérissement anticipé est de 2,6%, à comparer à 3,0% en automne.

Les entreprises interrogées ont signalé une évolution plus favorable qu'auparavant de la marche des affaires au cours des trois derniers mois, une tendance observée dans quasiment tous les secteurs d'activité, en particulier dans l'hôtellerie-restauration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture