Rejoignez-nous

Actualité

Le procès d’un meurtre aux Philippines débute à Genève

Publié

,

le

Ouverture du procès ce mardi d’un Genevois accusé d’avoir fait assassiner un compatriote aux Philippines en octobre 2014. Il avait pour projet d’ouvrir un bar dans ce pays avec la victime. Celle-ci a été retrouvée morte, tuée d’un coup de couteau dans le cœur, sur l’île de Mindanao. L’accusé aurait payé les tueurs avec l’argent de son futur associé, qui avait amené ce cash pour l’ouverture du bar.

L’accusé conteste tous les faits qui lui sont reprochés. Il est jeune, il a 24 ans. Malgré sa corpulence plutôt imposante, il répond presque avec timidité aux questions de la juge du tribunal criminel, Sabina Mascotto, à la manière d’un tout jeune garçon. L’accusé parle parfois dans sa barbe et la juge lui fait souvent répéter.

Ses parents se divorcent lorsqu’il a 6 ans, et il vit avec sa mère et son beau-père à Genève. A 13 ans, il rejoint son père en France, et fait deux ans d’internat à Nimes. En 2009, il revient chez sa mère où il cumule les petits boulots. Un emploi à Mobilzone qui se termine par une plainte de son employeur pour vol…alors qu’il est encore mineur…grâce aux mesures de réinsertion, il travaille ensuite dans l’informatique et dans divers restaurants.

En 2013, il part aux Philippines pour un emploi dans un resort. Là-bas, il se lie avec une femme qui lui annonce en novembre qu’elle est enceinte. Sa fille Serena naît en 2014. «A chaque fois que j’avais besoin d’argent, je demandais à ma famille », déclare l’accusé. Une généreuse grand-mère mais aussi sa mère l’aident. Pour les couches de son bébé et pour le lait en poudre.

Puis il décide d’ouvrir un bar aux Philippines avec un ami suisse.

Un futur associé qui verse sur le compte du prévenu, en septembre 2014, plus de 11’000 francs suisses dans la perspective de prendre un bar sur une des îles. Mais l’associé meurt un mois plus tard d’un coup de couteau dans le cœur, sur l’île de Mindanao. Selon l’acte d’accusation, le prévenu aurait attiré la victime sous prétexte d’acheter du matériel pour le fameux bar. L’accusé aurait ensuite conduit la victime sur une route isolée. Des tueurs à gage, engagés par le prévenu, l’y attendaient. C’est là qu’ils s’en sont pris à la victime, lui assénant un coup de couteau fatal dans le cœur.

L’audition de l’accusé se poursuit cet après-midi.

Et l’accusé nie tous les faits. Selon sa version, son associé aurait été tué par des Philippins pour lui voler son cash.  Il aurait voulu acheter une arme à feu dans l’île de Mindanao. Et là, tout aurait dérapé. Des hommes à moto l’auraient attaqué au couteau. Le prévenu affirme avoir également reçu des menaces répétées de la part de la victime elle-même, durant le mois de septembre 2014. Des menaces contre lui-même, sa famille en Suisse mais aussi contre sa compagne philippine et sa fille Serena. L’interrogatoire de la juge se poursuit.

« C’est elle qui a tout manigancé »

L’accusé est renfermé, changeant. Il modifie sa version des faits au gré des questions…de la juge d’abord, du procureur ensuite. Il est question des nombreux messages retrouvés sur son téléphone Samsung, durant le mois précédent le meurtre et le jour même. Des sms retrouvés récemment, grâce aux avancées technologiques. Ils avaient été effacés avant qu’il ne soit entendu en 2014 comme prévenu par la police, juste après son retour des Philippines.

« Je ne suis pas l’auteur de ces messages» déclare l’accusé à la juge du tribunal criminel. Ils seraient l’œuvre de sa compagne philippine, la mère de sa fille. «Elle me faisait du chantage et je lui ai versé 5’000 francs en 2015, c’est elle qui a tout manigancé!». Devant le tribunal, il charge son ex-compagne et clame son innocence. Les imprécisions successives du prévenu, ses réponses approximatives laissent planer un sérieux doute sur ses déclarations. La salle est perplexe. En fin de journée, lorsque son père vient à la barre pour témoigner, l’accusé s’effondre, la tête entre les mains.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

À Genève, le DIP tire un bilan globalement positif de l’enseignement à distance

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le canton de Genève tire un premier bilan positif de l’enseignement à distance lors de la crise due au Covid-19. Ce résultat se base sur une enquête et un sondage. Tant les écoles que les élèves et les parents ont bien joué le jeu relève le Département de l’instruction publique.

C’était il y a cinq mois. Le vendredi 13 mars, le Conseil fédéral annonçait la fermeture des établissements scolaires pour le lundi suivant et pour une durée d’environ deux mois. Une décision inattendue et brutale selon les mots de la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l’instruction publique (DIP).

Bonne relation parents-école

Ce jeudi, devant la presse, elle a présenté un premier bilan non exhaustif de l’enseignement à distance. Un bilan positif qui a notamment mis en exergue les bonnes relations entre les parents et l’école en dépit de cette situation extraordinaire. Les détails avec Anne Emery-Torracinta, conseillère d’Etat en charge du Département de l’instruction publique (DIP).

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique (DIP)

61% des parents pensent que l’école se soucie du bien-être et des préoccupations de leur enfant. Enseignants et directions estiment, eux,  que les parents ont été compréhensifs et n’ont pas eu trop d’attentes. De leur côté, les professionnels ont été soulagés d’un point de vue sanitaire mais néanmoins inquiets pour les élèves, d’après l’enquête réalisée par le service de recherche en éducation sur la base du questionnaire élaboré par la Haute école pédagogique de Zoug.

Le sondage mené a révélé que les élèves, tous degrés confondus, ont apprécié le fait d’avoir plus de temps en famille, mais qu’ils ont regretté de moins voir leurs amis. 36% d’entre eux estiment que la plus grande difficulté a été d’organiser leur propre journée, pour un tiers, d’apprendre à la maison, tandis que 25% ont déploré le constant contrôle parental. Parents et élèves se rejoignent sur un point: tous deux ont peur pour la suite du parcours scolaire. Autre observation: les contacts des élèves avec l’école ont surtout eu lieu par mail: le taux passe de 56% au primaire à plus de 94% au post-obligatoire. Le téléphone portable et les plates-formes d’apprentissage ont aussi été bien utilisés. Le travail scolaire a été transmis via les outils numériques, même si le courrier postal est mentionné par 66% des enseignants du primaire.

Pas de retard sur le plan numérique

C’est l’un des volets de l’enseignement qui a fait couler beaucoup d’encre. Les outils et équipements numériques utilisés par les élèves ont régulièrement été sous le feu des critiques pendant le semi-confinement. Souvent attaqué pour son retard sur le plan numérique, le DIP se défend de ces accusations. Les explications d’Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique (DIP)

Le sondage réalisé par le service école-médias (SEM) a mis en lumière que les enseignants ont massivement utilisé les outils numériques de l’enseignement à distance. Ils ont également fait remarquer qu’ils ont été nombreux à devoir apprendre sur le tas: 83% d’entre eux estiment que leurs compétences numériques ont augmenté depuis le 13 mars. Une majorité (74%) considèrent qu’ils y passent beaucoup plus de temps qu’auparavant, notamment pour préparer les cours. Néanmoins, deux tiers d’entre eux sont prêts à continuer à avoir recours à ces outils dans leur enseignement.

De nombreuses dérogations

À situation exceptionnelle, fin d’année exceptionnelle. En effet, 147 élèves de 8P ont obtenu une dérogation pour entrer au cycle d’orientation, tandis que 205 élèves de 10e année et 191 de 11e ont obtenu une dérogation exceptionnelle. Dans l’enseignement post-obligatoire, le taux de réussite aux certificats et aux maturités est légèrement supérieur à celui des années précédentes, tandis qu’au Cycle d’orientation le taux de non promotion est un peu supérieur à celui des années précédentes. En outre, le nombre de recours dans le secondaire II est deux fois plus important qu’à l’accoutumée. Ce premier bilan ne permet pas pour le moment de mesurer l’impact de l’enseignement à distance sur le décrochage scolaire.

Réponse aux critiques

Le Département de l’instruction publique a également répondu à certaines critiques qui ont été faites pendant le semi-confinement. Pointé du doigt pour son manque d’anticipation lors de la crise, la conseillère d’Etat a expliqué qu’il était difficile de prévoir quoi que ce soit au vu de la situation extraordinaire à laquelle on a assisté.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique (DIP).

Le manque de clarté et de communication du Département lors de ses prises de décision pendant la crise a également été une critique souvent entendue. Anne Emery-Torracinta a précisé que pendant cette période exceptionnelle le DIP a en quelque sorte perdu de son pouvoir décisionnel.

Anne Emery-Torracinta  Conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique (DIP)

Rentrée 2020 sous pression

La rentrée 2020 s’annonce d’ores et déjà compliquée pour l’enseignement post-obligatoire puisque le nombre d’élèves est plus important que prévu: 316 élèves de plus au collège et 48 de plus à l’école de culture générale. Les maturités professionnelles compteront de leur côté 214 élèves supplémentaires car les jeunes qui ont obtenu leur certificat fédéral de capacité craignent de ne pas trouver d’emploi.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: une visite guidée de la collection permanente du MIR offerte

Publié

le

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

A Genève, le Musée international de la Réforme (MIR) donne un coup de projecteur sur sa collection permanente. Une e-visite guidée d’une heure est proposée le 30 août.

En 60 minutes, le e-guide présente l’histoire de la Réforme de 1517 à aujourd’hui, dont Martin Luther, Jean Calvin et d’autres ont été les initiateurs. Les visiteurs découvriront l’épopée de ce mouvement qui est parti notamment de Genève au 16e siècle pour devenir l’une des grandes familles du christianisme.

Si l’entrée du musée est payante, le MIR ne demande pas de supplément de prix pour cette visite guidée, après laquelle les participants peuvent poursuivre librement leur visite. Sécurité sanitaire oblige, dix personnes au maximum pourront participer. Le port du masque est recommandé.

Quant à l’exposition temporaire actuelle, « Silence on prêche », elle a été prolongée jusqu’au 27 septembre. Elle propose quelques portraits de pasteurs dans le cinéma, ainsi que cinq modèles de robe dessinés par l’artiste Albertine et imageant la vocation pastorale.

www.musee-reforme.ch

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: toute la magie des Aubes musicales aux Bains des Pâquis

Publié

le

@Judith Monfrini

Les Aubes musicales enchantent le public genevois aux Bains des Pâquis encore jusqu’au 23 août. Elles offrent un moment de sérénité au bord du lac. 

C’est l’événement incontournable de l’été à Genève. Il s’adresse aux lève-tôt comme aux couche-tard. Ce sont les Aubes musicales des Bains des Pâquis. Des concerts au lever du soleil, au bord du lac. Radio Lac y était…Reportage

Chaque matin une cinquantaine de personnes assistent au concert. Malgré l’heure matinale: 6 heures du matin! Ecoutez-les:

La programmation se veut éclectique. Jazz, classique et pop. Trois personnes sont chargées des choix musicaux. En ce jeudi matin, Luca Leone, un jeune pianiste accompagné de deux amis musiciens a enchanté le public. C’était un pari un peu fou. Ecoutez la directrice artistique, Marie Jeanson.

Marie Jeanson Programmatrice et directrice artistique

Les aubes durent jusqu’au dimanche 23 août entre 6 et 7 heures du matin. L’entrée coûte 2 francs et le masque et l’inscription sont obligatoires.

Retrouvez tout le programme sur www.lesaubes.ch

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus – Organisateurs de spectacles toujours dans l’incertitude

Publié

le

L’incertitude demeure pour les organisateurs de spectacles après l’annonce du Conseil fédéral d’autoriser sous conditions des manifestations de plus de mille personnes à partir du mois d’octobre. « Nous attendons de voir quelles mesures seront proposées », a expliqué à Keystone-ATS Vincent Sager, le patron d’Opus One qui avoue un « sentiment mitigé ».

Cantons et Confédération doivent élaborer une série de critères uniformes d’ici au 2 septembre. En attendant, « pas mal de perplexité et beaucoup d’incertitudes demeurent. On doit s’en accommoder encore un moment. On n’a pas le choix », a réagi mercredi le directeur de l’une des principales organisations de concerts de Suisse romande.

Impossible pour l’heure de dire si les « rares concerts encore à l’affiche » seront maintenus. Opus One cherche une autre date, en 2021, pour le Cirque du Soleil prévu à la Vaudoise Aréna en septembre. Concernant les tournées de Vincent Delerm et Stephan Eicher, des discussions doivent encore avoir lieu.

Le masque, une solution

« Plusieurs organisateurs de spectacles ont le sentiment que le recours systématique au masque pourrait être de nature à rassurer les gens. Ce serait peut-être une solution assez facile à mettre en place. Reste à savoir si les artistes accepteront de jouer devant une salle masquée », observe Vincent Sager.

Baisser la jauge des salles de spectacle serait difficile à supporter économiquement. « Les organisateurs de concerts se financent avec la billetterie. Il faut entre 70 et 95% de remplissage pour équilibrer un spectacle. Si la jauge est réduite de 50%, il va manquer 30 à 40% de recettes. On irait au-devant de déficits considérables », estime-t-il.

Aides financières

Les organisateurs de concerts sont inquiets. « On risque de perdre 90% de notre chiffre d’affaires en 2020. Les RHT (chômage partiel) permettent de compenser une partie de cette perte. Et on a pu bénéficier du programme d’aide aux entreprises culturelles. Sans quoi, on n’aurait pas beaucoup de chances de passer le cap de la fin de l’année », ajoute le patron d’Opus One, qui emploie une vingtaine de personnes (15 équivalents plein temps).

ATS-Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Un cycliste genevois se blesse, la police lance un appel à témoin

Publié

le

Continuer la lecture