Rejoignez-nous

Actualité

Le National enterre la réforme du service civil

Publié

,

le

KEYSTONE/Christian Beutler

Les conditions d'accès au service civil ne seront pas durcies. Par 103 voix contre 90 et 5 abstentions, le National a enterré vendredi en votations finales la réforme du service civil qui devait freiner la baisse des effectifs de l'armée.

La réforme n'a jamais été du goût de la gauche ni d'une partie du centre. L'Association pour le service civil CIVIVA, le Groupement pour une Suisse sans armée et les Verts avaient déjà décidé de lancer le référendum avec le soutien du PS. Le peuple n'aura finalement pas le dernier mot.

Les voix de la gauche, des Vert'libéraux et de quelques PDC ont suffi pour torpiller la réforme à la Chambre du peuple. Le projet y a toujours été plus contesté. Conseil des Etats venait en vain d'y souscrire par 33 voix contre 12.

Le durcissement des conditions d'admission devait lutter contre l'hémorragie des effectifs de l'armée survenue après la suppression de l'examen de conscience en 1996. Depuis lors, les admissions ont explosé, passant d'un millier à plus de 6000 à compter de 2016.

Réduire l'attractivité

Les tours de vis prévus visaient tous à réduire l'attractivité du service civil. Les militaires souhaitant s'y rallier auraient dû attendre douze mois et les civilistes auraient dû accomplir au moins 150 jours de service. Même les sous-officiers et les officiers admis au service civil auraient été obligés d'accomplir une fois et demie le nombre de jours de service militaire.

Les médecins n'auraient plus pu faire de service civil à des postes de médecins. Sauf exception, les admissions ne devaient plus être possibles pour les militaires ayant accompli tous leurs jours de service d’instruction. Les civilistes auraient également dû accomplir plus vite leurs jours de service. Les deux Chambres avaient juste refusé d'interdire les affectations à l'étranger comme le souhaitait le gouvernement.

Il n'y a pas de libre choix entre l'armée et le service civil. Celui-ci n'a pas été créé pour des personnes autres que les objecteurs de conscience, a toujours soutenu le chef du Département de l'économie Guy Parmelin, actuel ministre de tutelle du service civil et ancien ministre de l'armée.

Retour à la raison

La gauche ne voyait que des chicanes dans les tours de vis prévus et soulignait l'intérêt du service civil pour la collectivité, particulièrement durant la crise du coronavirus. Plus de 1,6 million de jours de services ont été accomplis l'an dernier, 80% dans le domaine des soins et l'accompagnement des personnes.

Le Groupe pour une Suisse sans armée se réjouit que le retour à une époque chicanière à l'égard des jeunes hommes sans intérêt pour l'armée ait pu être empêché à la dernière minute. Pour CIVIVA, "Le Parlement revient à la raison, il faut maintenant améliorer le service civil", écrit l'association qui se dit prête à réfléchir de manière constructive à l'organisation du service obligatoire.

Les Verts savourent "une grande victoire" qui prouve que l'utilité du service civil pour la collectivité est reconnue. Le Parlement doit enfin renforcer ce service, en permettant aux femmes et aux étrangers d’y avoir accès et en introduisant une égalité de traitement avec le service militaire.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le pass sanitaire pas nécessaire pour skier cet hiver

Publié

le

L'Association des remontées mécaniques ne prévoit pas d'exiger un pass sanitaire pour permettre aux skieurs d'accéder aux pistes (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'Association des remontées mécaniques ne prévoit pas d'exiger un pass sanitaire pour permettre aux skieurs d'accéder aux pistes. Elle souhaite débuter la saison d'hiver avec les mêmes règles que celles des transports publics, indique-t-elle mardi dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La fonte des glaciers se poursuit malgré une météo favorable

Publié

le

Bien que la perte de glace soit moindre par rapport aux dernières années - il s'agit de la plus faible depuis 2013 -, aucun ralentissement de la fonte n'est en vue pour les 22 glaciers observés. (© Académie suisse des sciences naturelles)

Les bons hivers ne suffisent pas à ralentir la fonte des glaciers suisses. Cette année, leur volume a diminué de près de 1%, malgré un hiver enneigé et un été plutôt frais. Les changements climatiques sont en cause, selon l'Académie des sciences naturelles (SCNAT).

Après un déclin des glaciers suisses immense au cours des trente dernières années, les conditions étaient réunies en 2021 pour donner un peu de répit aux glaciers, souligne mardi le SCNAT dans un communiqué. Malheureusement, en période de changement climatique, même une "bonne" année ne suffit pas pour les glaciers.

Ceux-ci ont été relativement bien protégés durant la première moitié de l'année avec une profondeur de neige de près de sept mètres mesurée à cette période, soit la valeur la plus élevée depuis le début des observations en 1914. La fonte a toutefois été considérable dès le mois de septembre: environ 400 millions de tonnes de glace ont été perdues dans toute la Suisse au cours des 12 derniers mois, soit près de 1% du volume restant de glace.

Plus faible perte depuis 2013

Bien que la perte de glace soit moindre par rapport aux dernières années - il s'agit de la plus faible depuis 2013 -, aucun ralentissement de la fonte n'est en vue pour les 22 glaciers observés. Alors que d’importantes réserves de neige ont été mesurées sur les grands glaciers au-dessus d’environ 3200m en automne, les glaciers de faible altitude se sont dans certains cas à nouveau complètement asséchés et sont donc voués à un repli, précise le SCNAT.

La première partie de l'année se présentait pourtant bien. Le favorable semestre hivernal de novembre à avril 2020-2021 a permis d'enregistrer des hauteurs de neige supérieures à la moyenne en Suisse orientale et dans les Grisons durant cette période. Elles étaient moyennes dans le reste du pays, à l'exception des basses altitudes de Suisse romande. Les météos favorables d'avril et mai ont également retardé d'une à deux semaines la disparition du manteau neigeux en haute altitude.

L'été 2021, parmi les plus humides, en théorie favorable au maintien des glaciers, n'a toutefois pas suffi à maintenir la bonne évolution. La quantité de neige fraîche était trop faible en raison des températures toujours trop élevées à cette période: elles étaient 1,8 degrés au-dessus de la période standard de 1961-1990. A titre de comparaison, le glacier Weissfluhjoch a enregistré un total de 155 cm de neige fraîche pendant l'été aussi très humide de 1987 tandis qu'en 2021, seuls 20 cm ont été enregistrés sur ce site. Le SCNAT y voit une conséquence directe des changements climatiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'organisation Swiss Medtech veut un changement du dispositif légal

Publié

le

Selon l'organisation Swiss Medtech, l'approvisionnement de certains dispositifs médicaux (comme les tubes utilisés dans le cadre de l'assistance respiratoire ou les couches pour incontinence urinaire) n'est pas garanti à l'avenir (archives). (© Keystone/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La perte d'un accès privilégié au marché européen pour l'industrie suisse de la technologie médicale met en danger les soins aux patients, alerte mardi Swiss Medtech. L'association demande la révision d'une ordonnance pour aider le secteur.

"Nous appelons à un changement urgent", déclare Daniel Delfosse, responsable des affaires réglementaires et de l'innovation pour Swiss Medtech, cité dans un communiqué de l'association suisse de technologie médicale diffusé mardi. Tous les fabricants étrangers ne sont pas prêts à répondre aux exigences prévues par les nouvelles dispositions légales prévues par l'ordonnance "uniquement pour le petit marché suisse", relève Swiss Medtech.

En plus de réviser son ordonnance sur les dispositifs médicaux d'ici la fin de l'année, le Conseil fédéral devrait négocier une période de transition, jusqu'à 2024, avec l'UE, en vue d'amortir les nouvelles exigences qui régissent le marché, demande l'association.

Marché modifié

L'industrie suisse des technologies médicales a perdu son accès privilégié au marché européen suite à l'échec des négociations entre la Suisse et l'UE sur un accord-cadre. Avec la nouvelle situation qui prévaut depuis mai, la Suisse a été déclassée au statut d'"Etat tiers", modifiant ainsi les conditions des échanges de marchandises.

"Notre secteur économique est soumis à une immense pression depuis des mois", constate Beat Vonlanthen, président de Swiss Medtech, mardi à l'occasion d'une conférence réunissant près de 500 experts du secteur.

Si l'industrie a déniché des accords concluants concernant les exportations, il n'en va pas de même pour les importations. Swiss Medtech juge en effet la situation "alarmante", et l'entrée en vigueur de l'ordonnance nationale sur les dispositifs médicaux en mai dernier y joue un rôle prédominant.

Des entreprises étrangères doivent maintenant étiqueter leurs produits avec le nom du mandateur suisse et de l'importateur. Le Conseil fédéral a ainsi "fixé des obstacles élevées à l'importation pour les fabricants étrangers", déplore l'association.

Outre les retombées négatives sur l'industrie, cela met en danger les soins de santé de la population suisse, estime Swiss Medtech, chiffres à l'appui. Un dispositif médical sur huit actuellement utilisé en Suisse ne sera plus disponible à l'avenir (donc environ 36'000 produits), selon des sondages menés au sein de la branche.

Approvisionnement non garanti

"Un problème d'approvisionnement se prépare", d'après Beat Vonlanthen. Selon Daniel Delfosse, ces lacunes seront largement perceptibles dès le deuxième semestre de 2022.

En guise d'exemple, Swiss Medtech analyse la délicate situation des couches pour incontinence urinaire. Les quelque 500 000 personnes souffrant de fuites urinaires en Suisse ont besoin en moyenne de 2,5 produits par jour. Il en résulte une demande de 8,75 millions de couches par semaine, et 116'000 étiquettes par jour. En calculant le temps de travail nécessaire à leur réalisation, 36 employés supplémentaires devraient être engagés pour le seul étiquetage.

Autre exemple: des gaz - tels que l'oxygène ou le protoxyde d'azote - utilisés pour l'assistance respiratoire ou comme anesthésiques ne peuvent être utilisés qu'avec des accessoires appropriés: raccords, vannes ou tuyaux notamment. Ceux-ci sont issus d'entreprises étrangères, et l'approvisionnement dépend donc de leur volonté de poursuivre les échanges commerciaux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Hausse de 1,1% du parc des véhicules routiers en 2021

Publié

le

La part des voitures électriques, par rapport à l'ensemble des voitures de tourisme, est passée de 0,9% en 2020, à 1,5% en 2021. Celle des véhicules hybrides est passée de 2,9% à 4,3%, détaillent les statisticiens fédéraux (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le nombre de véhicules motorisés autorisés à circuler, hors cyclomoteurs, a progressé de 1,1% en 2021 sur un an, pour la période close fin septembre, selon les données provisoires fournies par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Au total, 6,31 millions de véhicules motorisés ont été comptabilisés, dont les trois quarts sont des voitures de tourisme, précise l'OFS. Sur ces 6,31 millions, 1,16 millions ont été enregistrés dans la région lémanique, 1,42 millions dans l'espace Mittelland, 0,98 million dans le canton de Zurich et 0,96 million en Suisse orientale.

La part des voitures électriques, par rapport à l'ensemble des voitures de tourisme, est passée de 0,9% en 2020, à 1,5% en 2021. Celle des véhicules hybrides est passée de 2,9% à 4,3%, détaillent les statisticiens fédéraux.

Le plus grand segment du parc reste toutefois constitué des voitures à essence (65,0%) et des voitures diesel (28,9%).

Parmi les principales catégories du parc automobile, la hausse dans les voitures de tourisme a été plus modérée (+0,6%) que pour les utilitaires (+2,6%) et les motocycles (+2,2%).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les exportations horlogères continuent de se redresser en septembre

Publié

le

Par rapport à septembre 2019, la hausse est de 3,1%. "Le 3ème trimestre a encore subi un effet de base favorable, dans la mesure où la période correspondante en 2020 faisait toujours face aux conséquence de la pandémie", rappelle mardi la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) (archives). (© KEYSTONE/PATRICK HUERLIMANN)

Les exportations horlogères suisses ont poursuivi sur leur lancée positive en septembre. Leur chiffre d'affaires s'est inscrit à 1,88 milliard de francs, ce qui représente une hausse de 16,6% sur un an,.

Par rapport à septembre 2019, la hausse est de 3,1%. "Le troisième trimestre a encore subi un effet de base favorable, dans la mesure où la période correspondante en 2020 faisait toujours face aux conséquence de la pandémie", rappelle mardi la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH).

Les volumes envoyés à l'étranger ont en revanche continué à se replier (-16,5% sur deux ans).

Au niveau des marchés, les Etats-Unis (+28,5% sur deux ans) et la Chine (+45,3%) jouent comme à l'accoutumé leur rôle de locomotive. Hong Kong (-20,4%), le Japon (-21%), respectivement troisième et cinquième pays les plus importants en termes de recettes, se sont repliés tandis que le Royaume-Uni (+12,8%), en quatrième position, il s'est renforcé.

Les autres pays européens importants ont pris des voies disparates. La France (+4,1%) a avancé tandis que l'Allemagne (-4,5%) et l'Italie (-20%) ont cédé du terrain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture