Rejoignez-nous

Actualité

Le National d'accord avec les tirs préventifs du loup

Publié

,

le

Le Parlement veut réguler la population de loups (archives). (© KEYSTONE/FABRICE COFFRINI)

Les loups pourront être tirés préventivement. Le National s'est rallié jeudi par 106 voix contre 74 et 12 abstentions au projet qu'a élaboré la Chambre des cantons en vue d'une régulation plus efficace du prédateur.

La législation en vigueur n'admet la régulation du canidé qu'après l'apparition d'importants dommages ou d'un grave danger. Mais elle ne suffit plus. Le Conseil des Etats a donc élaboré un projet proposant que les loups puissent faire l'objet d'une régulation proactive à l'instar des bouquetins. Concrètement, il doit être possible de tirer le prédateur avant qu'il s'en soit pris à des proies.

"Le loup est parmi nous. Il s'attaque désormais aux cheptels en plaine. Il faut agir avant qu'un drame humain ne survienne", a déclaré au nom de la commission Pierre-André Page (UDC/FR). Si on ne résout pas un problème, il ne se résoudra pas tout seul, a renchéri Nicolo Paganini (Centre/SG).

Débat émotionnel

Beaucoup d'élus de droite ont insisté sur la douleur des agriculteurs au moment de trouver leurs bêtes mortes ou demi-mortes. Ce risque devient toujours plus grand avec l'augmentation des populations du prédateur.

La Suisse compte aujourd'hui quelque 180 loups et au moins 17 meutes. Leur population pourrait doubler en trois ans. Le projet de loi est très ciblé, capable de convaincre la majorité, a souligné Stefan Altermatt (Centre/SO).

Le Conseil fédéral soutient aussi la régulation proactive. La seule protection des troupeaux ne suffit plus aujourd'hui, a déclaré la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Le projet actuel tient cette fois compte des critiques qui avaient mené à l'échec de la loi il y a deux ans. Il s'agissait notamment des nouvelles compétences pour les cantons jugées problématiques.

Faux espoirs

La gauche et le PVL n'ont pas réussi à renverser la vapeur. "Il ne faut pas rendre le débat plus émotionnel qu'il ne l'est", a tenté Ursula Schneider-Schüttel (PS/FR). Le projet actuel n'est pas compatible avec la Convention de Berne, selon elle.

"Appliquer le modèle des quotas au loup, c'est donner de faux espoirs aux agriculteurs", a souligné Christophe Clivaz (Vert-e-s/VS). L'élimination du prédateur n'a d'effet que s'il est lié à un danger effectif sur des troupeaux. Il a rappelé que cette année la Confédération avait délivré pas moins d'une vingtaine d'autorisations de tir.

Pour Beat Flach (PVL/AG), le projet devait être amélioré. Oui, il est justifié de pouvoir tirer des loups problématiques s'ils perdent leur crainte des humains ou s'approchent trop près des habitations. Mais l'augmentation des populations du prédateur doit être acceptée. "C'est la nature qui est parfois cruelle".

Pas de conditions plus sévères

Plusieurs intervenants ont répété en vain le rôle du loup dans la régulation de la faune et dans la protection des forêts mises à mal par les cerfs. En vain. Les députés ont rejeté par 103 voix contre 91 une proposition qui visait à limiter les conditions de tir.

Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG) soutenu pourtant par le PVL, les Vert-e-s et le PS proposait que les tirs proactifs soient autorisés si tant est qu'ils ne mettent pas en danger l'effectif régional des loups et n'interviennent que pour prévenir un dommage important. Mais le tir aurait été permis toute l'année.

Les députés ont par contre rejeté sur le fil par 96 voix contre 92 et 7 abstentions une proposition de Simone de Montmollin (PLR/GE) demandant que le loup qui cause des dommages significatifs puisse être abattu également dans les districts francs où la faune sauvage est protégée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Sport

Opération de secours de haute voltige dans les Alpes vaudoises

Publié

le

Plusieurs tentatives de sauvetage par hélicoptère ont échoué. Les quatre skieurs-alpinistes en détresse ont finalement été secourus grâce à une opération terrestre (archive). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Quatre skieurs-alpinistes qui se trouvaient en mauvaise posture près de la pointe d'Aufalle, au-dessus d'Ovronnaz (VS) dans les Alpes vaudoises, ont été secourus dimanche lors d'une opération de haute voltige. Ils sont sains et saufs.

La centrale d'intervention de la Rega a été alertée vers 14 heures, afin de secourir le groupe qui était bloqué dans une paroi rocheuse. Plusieurs tentatives de les récupérer par hélicoptère ont d'abord échoué en raison du mauvais temps, raconte la Garde aérienne suisse de sauvetage dans un communiqué.

Le Secours alpin suisse (SAS) a alors pris le relais pour une intervention terrestre. La colonne de Villars (VD) du SAS a mobilisé huit spécialistes qui sont intervenus depuis le fond du vallon de Nant. Les sauveteurs ont été transportés près du lieu d'intervention en motoneige par une personne privée. Un paysan de montagne a lui mis à disposition un espace chauffé.

Comme il était impossible de communiquer par téléphone en raison de l'absence de réseau, deux secouristes sont restés dans la vallée pour relayer les messages radio jusqu'au quartier général du dispositif à Villars. Sur la barre rocheuse, la descente des personnes en détresse devait s'effectuer en partie au-dessus d’un surplomb rocheux de 80 mètres, par mauvaise visibilité. Les skieurs ont finalement été extraits vers minuit et accompagnés en lieu sûr.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une centaine de personnes demandent la libération d'Abdullah Ocalan

Publié

le

La marche qui demande la libération du leader kurde Abdullah Ocalan doit arriver à Bâle vendredi. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, une centaine de personnes ont participé, lundi, à une marche jusqu'à Coppet (VD) pour alerter l'opinion sur le sort du leader et fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Ocalan, emprisonné depuis 23 ans en Turquie.

La marche ira par étapes jusqu'à Bâle. Elle doit arriver dans la cité rhénane vendredi. Beaucoup de participants portaient une chasuble avec le portrait du dirigeant kurde imprimé sur le dos. Ils brandissaient également des drapeaux à son effigie ou l'étendard du PKK.

Abdullah Ocalan milite pour une solution politique à la question kurde. Aujourd'hui, il se trouve à l'isolement sur une île turque. Pour la Société démocratique kurde de Genève, de telles conditions de détention sont contraires aux conventions internationales sur la protection des droits des prisonniers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Tobias Stephan arrêtera en fin de saison

Publié

le

Tobias Stephan arrêtera sa carrière en fin de saison (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Tobias Stephan mettra fin à sa carrière à l'issue de la saison 2022/23, annonce le Lausanne HC dans un communiqué.

Le gardien, qui a fêté ses 39 ans le 21 janvier, évolue depuis l'été 2019 à Malley. Il avait auparavant défendu les couleurs de Kloten, Genève-Servette et Zoug en National League.

"Je me suis toujours dit que le jour où je ne serais plus au top dans un des trois domaines que sont la forme physique, la forme mentale et la performance sportive, alors le moment serait venu d’arrêter", souligne dans ce communiqué le Zurichois, qui avait tenté sa chance en Amérique du Nord entre 2006 et 2009 (11 matches disputés en NHL avec Dallas).

"Mon corps ne me permet plus d’être à 100% au service de mon équipe. Ma décision est donc logique et réaliste, même si j’éprouve toujours autant de plaisir à venir à l’entraînement", poursuit l'ancien international, qui a participé à trois Jeux olympiques et à cinq championnats du monde sous le maillot de l'équipe de Suisse (70 sélections au total).

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 2019 avec Zoug, Tobias Stephan n'a jamais été sacré en championnat: il a perdu les trois finales qu'il a disputées, en 2010 avec Genève-Servette puis en 2017 et en 2019 avec Zoug, à chaque fois face à Berne. Il n'a disputé que sept matches de National League dans ce championnat 2022/23 en raison d'une blessure au bas du corps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le POP vaudois présente un ticket jeune et paritaire pour les Etats

Publié

le

La présidente du POP vaudois Anaïs Timofte est candidate au Conseil des Etats pour la deuxième fois (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Parti ouvrier populaire vaudois (POP-VD) présente un ticket composé de sa présidente Anaïs Timofte et du militant écologiste Zakaria Dridi pour le Conseil des Etats lors des élections fédérales, a-t-il annoncé lundi. Ils sont aussi têtes de liste pour le National.

Agée 31 ans, Anaïs Timofte s'était déjà portée candidate à la Chambre des cantons du parlement fédéral lors des élections de 2019. Elle avait obtenu 2,4% des voix au premier tour. Cette mère d'un enfant de 10 ans a travaillé plusieurs années dans le commerce de détail, a été employée du syndicat Unia et est désormais politologue. Elle est conseillère communale à Lausanne, où elle vit.

Zakaria Dridi, 21 ans, est informaticien et assistant parlementaire au Grand Conseil pour le POP. Il a aussi été conseiller communal à Sainte-Croix. Membre du collectif de la Grève du climat, il s'est fait connaître pour avoir occupé les locaux des Retraites populaires à Lausanne le 15 mars 2019, en marge de l'une des premières marches pour le climat. Il a été condamné à six demi-journées d'intérêt général avec sursis par la justice vaudoise pour cette action.

Le duo servira de locomotive à la liste qui a été concoctée pour tenter de conquérir au moins un des 19 sièges qui reviennent au canton de Vaud au Conseil national. Avec cette liste paritaire qui regroupe des personnes aux origines, âges (de 21 à 65 ans) et métiers divers (chauffeur de poids lourd, infirmière, boucher ou encore éducateur social), le POP vaudois veut "relayer" à Berne des voix "qui ne le sont pas actuellement".

Plus de siège depuis 2011

"Nous sommes le seul parti à présenter une liste qui fait la part belle aux travailleuses et aux travailleurs", a vanté Anaïs Timofte devant la presse à Lausanne. "L'Assemblée fédérale n'est absolument pas représentative de la population suisse", a-t-elle ajouté. Les professions libérales, les entrepreneurs ou les professionnels de la politique y sont "surreprésentés". Une telle répartition débouche sur des lois "anti-sociales", a critiqué la politologue.

Le POP-VD va axer sa campagne sur le pouvoir d'achat, les retraites, les services publics, une écologie "populaire" ou encore le maintien de la Suisse hors de l'Union européenne (UE) et de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Le parti octogénaire va chercher à conclure des apparentements avec l'ensemble de la gauche, soit le PS, les Verts et Ensemble à Gauche, a précisé Zakaria Dridi.

Le dernier représentant du POP vaudois à Berne a été Josef Zisyadis jusqu'en 2011. Le seul popiste qui siège actuellement au parlement fédéral vient du canton de Neuchâtel. Il s'agit du conseiller national Denis de la Reussille, élu en 2015.

Le premier tour des élections fédérales aura lieu le 22 octobre prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Suisse Aviel Cahn directeur de l'Opéra allemand de Berlin

Publié

le

Aviel Cahn, l'actuel directeur général du Grand Théâtre, vient d'être nommé à la tête de l'un des trois grands opéras de Berlin, l'Opéra allemand de Berlin. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Suisse Aviel Cahn, directeur du Grand Théâtre de Genève, reprend la tête de l'Opéra allemand de Berlin (Deutsche Oper Berlin). Cet homme de 48 ans devrait diriger le plus grand opéra de la capitale allemande dès le 1er août 2026.

Ce docteur en droit est depuis quatre ans directeur général du Grand Théâtre de Genève. Auparavant, il a été pendant dix ans directeur de l'Opera Vlaanderen dans les villes belges d'Anvers et de Gand, où il a lancé de nombreux projets et a été plusieurs fois primé pour des productions de la maison. Il a également connu de tels succès avec l'Opéra de Genève.

Né à Zurich, Aviel Cahn a pris des cours de piano à l'âge de six ans, puis a étudié le chant. Il a terminé ses études de droit en 2002 à Zurich avec un doctorat sur le statut juridique des directeurs artistiques. Sa carrière théâtrale l'a mené de Zurich à la Belgique, en passant par Pékin, Helsinki et Berne.

Il a régulièrement fait appel à de grands noms du théâtre, tels que le prix Nobel de littérature Dario Fo ou le lauréat de l'Oscar Christoph Waltz à titre de metteurs en scène, ou encore à l'artiste serbe Marina Abramovic pour les décors. Pour lui, les objectifs de son travail sont l'accès à des thèmes actuels, le rajeunissement et l'élargissement social de l'opéra. Ainsi, cette saison à Genève est placée sous le signe des "mondes migrants".

Solution intérimaire d'ici 2026

Aviel Cahn succède à Dietmar Schwarz. Le contrat de ce dernier, âgé de 65 ans, court jusqu'en 2025. Selon les informations, une solution intérimaire est prévue pour la période allant jusqu'à l'entrée en fonction d'Aviel Cahn en 2026.

Dietmar Schwarz avait pris ce poste en 2012 et son contrat a été prolongé deux fois depuis. Les contrats de Sir Donald Runnicles, 68 ans, directeur musical de la maison depuis 2009, et de Thomas Fehrle, directeur commercial depuis 2011, courent encore jusqu'en 2027.

"Avec Aviel Cahn, Berlin a pu s'assurer les services d'une personnalité extraordinairement créative en tant que futur directeur du plus grand de ses trois opéras", a déclaré le sénateur de Berlin pour la culture Klaus Lederer (gauche), également président du conseil de fondation.

Dans le cadre de la procédure d'appel d'offres, près de 30 candidats se sont présentés pour le poste. Sur cette base, un comité consultatif a établi une shortlist et mené des entretiens.

Rares sont les métropoles internationales qui comptent autant d'opéras que Berlin. Les trois grandes maisons - outre le Deutsche Oper, le Staatsoper Unter den Linden et le Komische Oper - sont confrontées à des changements fondamentaux.

Le Staatsoper n'a plus de directeur musical général depuis que le chef d'orchestre Daniel Barenboim a renoncé à son poste pour des raisons de santé. Le directeur de l'Opéra national, Matthias Schulz, partira pour la saison 2025/26 à l'Opéra de Zurich.

Aviel Cahn était également pressenti pour ce poste, mais il souhaitait rester à Genève au moment de la décision. Au Staatsoper de Berlin, c'est l'actuelle directrice du Festival de Bregenz, Elisabeth Sobotka, qui prendra la direction de l'établissement en 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture