Rejoignez-nous

Actualité

Le meurtrier présumé du Quai du Seujet devant ses juges

Publié

,

le

Le procès du meurtre du Seujet s’est ouvert ce jeudi devant le Tribunal criminel de Genève. Des faits qui remontent à 2015. Le 3 juillet, la victime, un homme de 73 ans, avait été retrouvée morte dans son appartement au Quai du Seujet, près de 4 mois après son décès. Selon l’autopsie, le retraité aurait été tué en mars de deux balles de carabine dans la tête. Son corps a ensuite été déposé sur le balcon. C’est l’odeur qui a alerté les voisins et qui a provoqué la découverte du corps par la police. L’accusé, un homme de 46 ans, est soupçonné d’assassinat.

L’accusé, d’origine indonésienne, a été adopté. Il décrit sa famille d’adoption comme soudée. De son enfance à Laconnex, il se souvient de ses camarades de classe qui le traitait « tout le temps de nègre ». L’homme connaissait bien sa victime. Il est accusé de son assassinat, mais aussi de vol, d’abus de confiance d’escroquerie et de faux dans les titres. En 2015, l’accusé doit de l’argent à la victime, qui habite au Quai du Seujet. Le retraité de 73 ans lui a prêté 30’000 francs quelques mois auparavant.

 Selon l’acte d’accusation, le 10 mars 2015, le meurtrier présumé donne rendez-vous à la victime le lendemain, pour lui rendre cet argent.

Il se rend le matin du 11 mars dans son appartement vers 10 h 30. A midi trente, le retraité rentre chez lui, l’accusé lui tire deux balles de carabine dans la tête. Il lui ligote ensuite les poignets et l’emballe dans une première couche de sacs poubelles scotchés, puis dans une 2ème couche de plastique transparent et enfin dans une fourre de duvet. Il transporte ensuite le corps sur le balcon de l’appartement et le recouvre de sacs poubelles pour le dissimuler. Puis il s’empare du téléphone portable de la victime, des clés de son appartement, de sa carte bancaire ainsi que de sa voiture. Peu avant 14 heures, il quitte le Quai du Seujet à bord du véhicule du retraité, pour rentrer chez lui à Nyon. Le lendemain, le 12 mars, il retire de l’argent sur le compte de la victime. De mars à juin 2015, il prélèvera tous les mois, jusqu’à son arrestation, la rente AVS et les prestations complémentaires de sa victime.

Une sombre affaire d’argent et d’abus de confiance

Depuis 3 ans, le prévenu nie les faits et clame son innocence. Et ce, malgré que tout l’accable, l’ADN retrouvé un peu partout dans l’appartement, sur les câbles de la télévision, celle qui a été revendue avec une foule d’autres objets les jours après le meurtre dans un « Cachepay ». De l’ADN aussi sur les sacs poubelles, les ciseaux et le scotch qui ont servi à emballer le corps. Du sang de la victime a même été retrouvé sur des gants de nettoyages chez lui. Interrogé par la présidente sur la carabine du crime retrouvée, chez lui, dans sa cave, avec des traces de tirs. Il prétend avoir tiré avec cette carabine sur une sacoche en cuir dans la forêt. La présidente, Alexandra Banna, lui fait remarquer que lors de la procédure, il a dit avoir tiré sur du bois. «J’ai dû faire une erreur», lâche-t-il laconiquement. Puis concernant la carte bancaire, il nie avoir été en possession de celle-ci le jour du meurtre. Il en avait bien fait usage, mais le jour précédent, pour faire des courses pour le retraité.

Durant son interrogatoire, l’accusé avance même que ce serait lui qui aurait prêté de l’argent au retraité et non le contraire.

A entendre les versions confuses et contradictoires de l’accusé, la défense va devoir se servir de tout son talent pour plaider l’acquittement de son client. Le procès se poursuit lundi avec les autres plaignants dans cette affaire, des victimes de son escroquerie notamment. Le verdict est attendu jeudi prochain.

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

La Suisse compte 5583 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, plus de 6 millions de tests ont été réalisés (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte lundi 5583 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 16 décès supplémentaires et 146 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 72’975 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 7,65%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 25’967, soit 300,38 nouvelles infections pour 100’000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 22,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 65,50%.

Au total 645’055 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1’697’339 une dose. La Suisse a reçu jusqu’à présent 2’390’325 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41’819 cas ont été détectés en Suisse jusqu’à ce jour, dont 16’464 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 245 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25’097 cas, une mutation était présente, mais la lignée n’était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 623’126 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6’412’371 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 9820 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26’003.

Le pays dénombre par ailleurs 14’789 personnes en isolement et 24’281 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 3130 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La CCIG interroge ses membres sur le développement durable

Publié

le

Les entreprises genevoises sont-elles prêtes à investir dans la durabilité ? C’est l’objet d’une étude lancée par la Chambre de commerce, d’industrie et de services de Genève auprès de ses 2600 membres en 2019. Ils sont 260 à avoir répondu de manière complète aux 60 questions de l’enquête. Il ressort que seules 13% des entreprises interrogées ont pensé à effectuer un bilan carbone et qu’un tiers d’entre elles a déjà effectué une analyse de l’égalité salariale entre hommes et femmes. La  CCIG a édicté une charte de durabilité et elle a créé un nouveau service pour accompagner ses membres sur le chemin du développement durable.

développement suit

Continuer la lecture

Politique

Le Conseil fédéral et le Parlement pour la loi Covid-19

Publié

le

Le oui à la loi Covid-19 soumise au peuple le 13 juin permettra de prolonger le soutien financier aux commerces touchés par la crise, selon le Conseil fédéral et le Parlement. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La loi Covid-19 permet de prolonger les aides financières dont plus de 100’000 entreprises et plus d’un million de personnes ont eu besoin et dépendent toujours. Le Conseil fédéral et le Parlement appellent à voter oui à ce projet soumis au peuple le 13 juin.

Le Conseil fédéral a introduit plusieurs aides par droits d’urgence l’année dernière. Elles ont ensuite été inscrites dans la loi Covid-19 validée par le Parlement et mise en vigueur en septembre.

La plupart de ses dispositions de la loi deviendront caduques à la fin de l’année. Mais si le non l’emporte, la loi cessera de s’appliquer en septembre déjà, indique le Conseil fédéral dans un communiqué. Un tel scénario mettrait en péril de nombreuses places de travail ainsi que l’aide d’urgence.

Les aides financières prévues dans la loi concernent les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT), les allocations pour perte de gain Covid-19 et les aides pour les cas de rigueur destinées aux restaurants, hôtels et au secteur du tourisme, ainsi que les mesures pour la culture, le sport et les médias. Elles devraient représenter un coût de 35 milliards à la charge de la Confédération,

La loi Covid-19 inclut aussi des mesures garantissant la fourniture de biens médicaux tels que des équipements de protection. Elle ne concerne toutefois pas la vaccination contre le coronavirus.

Le comité référendaire estime lui que la loi fait régner la peur et remet en question le régime de la démocratie directe. Il s’oppose par ailleurs à certains points de la loi, comme l’autorisation de mise sur le marché de médicaments ou les subventions aux médias.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Très léger recul des émissions de gaz à effet de serre en 2019

Publié

le

Selon les estimations actuelles, la Suisse manquera son objectif climatique pour 2020 de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

En 2019, la Suisse a émis 46,2 millions de tonnes d’équivalents CO2. C’est environ 0,3 million de tonnes de moins que l’année précédente, indique lundi l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), qui plaide pour un renforcement des mesures.

Les émissions sont inférieures de 14% à celles de l’année de référence 1990. Selon les estimations actuelles, la Suisse devrait manquer son objectif climatique pour 2020 de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Pour diminuer significativement les émissions, il est indispensable de renforcer les mesures, comme le prévoit la loi sur le CO2, selon l’OFEV.

Stabilité dans le bâtiment et l’industrie

Dans le secteur du bâtiment, les émissions sont restées identiques à l’année précédente. Elles représentent une diminution totale de 34% par rapport à 1990. Cette stabilité, malgré un hiver plus froid, est principalement due à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments et au remplacement croissant des systèmes de chauffage au mazout et au gaz par des pompes à chaleur et des énergies renouvelables.

La forte influence des températures hivernales sur les émissions montre que le secteur du bâtiment continue majoritairement de se chauffer avec des combustibles fossiles, souligne l’OFEV. Si l’on tient compte du facteur climatique, les émissions de ce secteur baissent de 0,3 million de tonnes par an, ce qui n’est pas suffisant pour atteindre son objectif de réduction de 40% jusqu’en 2020.

Les émissions de l’industrie sont elles aussi restées inchangées en 2019. Par rapport à 1990, le recul est de 14%. Ces émissions stagnent depuis plusieurs années et si cette tendance se poursuit, l’objectif de réduction de 20% jusqu’en 2020 sera manqué.

Hausse des kilomètres parcourus

Dans le secteur des transports, les émissions se sont chiffrées à environ 15 millions de tonnes d’équivalents CO2 en 2019, comme l’année précédente, soit 1% de plus que le niveau atteint en 1990. L’adjonction de biocarburants aux carburants fossiles a augmenté ces dernières années, atteignant près de 4% des ventes totales de carburants en 2019.

Les véhicules plus efficaces sur le plan énergétique ont également émis moins de CO2 par kilomètre effectué. Mais ces effets positifs sont annulés par l’augmentation du nombre de kilomètres parcourus. Si la tendance se maintient, le secteur des transports manquera l’objectif de moins 10 % jusqu’en 2020.

Baisse dans l’agriculture

Les émissions causées par l’agriculture ont quant à elles légèrement diminué par rapport à 2018, pour atteindre quelque 6,5 millions de tonnes d’équivalents CO2, soit environ 12% de moins qu’en 1990. Les émissions de gaz à effet de serre synthétiques, tels que les fluides frigorigènes, ont légèrement diminué par rapport à 2018, pour atteindre environ 1,6 million de tonnes en 2019.

Depuis le 1er janvier 2019, le Protocole de Montréal régit 18 gaz à effet de serre synthétiques importants. Sa mise en ½uvre, aussi en Suisse, devrait entraîner un net recul des émissions de ce type de gaz. Néanmoins, la Confédération n’atteindra probablement pas la réduction prévue pour les autres émissions, de quelque 10 % par rapport à 1990, jusqu’en 2020, avertit l’OFEV.

L’inventaire suisse des gaz à effet de serre pour les années de 1990 à 2019 a été remis au Secrétariat de l’ONU sur les changements climatiques le 12 avril 2021. Il dresse un tableau complet des émissions de gaz à effet de serre de la Suisse, qui sont régies par le Protocole de Kyoto.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Une large alliance des milieux économiques pour la loi sur le CO2

Publié

le

"L'économie suisse peut apporter une contribution à la résolution du problème climatique", estime Monika Rühl, directrice d'Economiesuisse (archives), (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Plus de 200 associations et entreprises soutiennent la loi sur le CO2. La révision, soumise au peuple le 13 juin, garantit la prospérité, favorise l’innovation, encourage les investissements et préserve l’emploi en Suisse, ont-elles martelé lundi devant la presse.

La crise climatique est un défi majeur pour la Suisse. Nos glaciers fondent, les épisodes de sécheresse se multiplient, les inondations entraînent des glissements de terrain. Face à la recrudescence des coûts liés au réchauffement, il devient urgent d’agir, estime ce large comité. L’économie est prête à prendre ses responsabilités.

« Grâce à l’innovation et à des technologies efficaces, l’économie suisse peut apporter une contribution significative à la réduction des gaz à effet de serre et, par conséquent, à la résolution du problème climatique », selon la directrice d’Economiesuisse Monika Rühl, citée dans le communiqué de l’alliance.

Compétitivité suisse préservée

La loi sur le CO2 crée des conditions-cadre fiables et libérales. « Une politique climatique et énergétique durable et ouverte sur le plan technologique doit garantir la sécurité de la planification et des investissements et préserver ainsi la compétitivité de la place économique suisse », estime Matthias Halusa, directeur de BASF Suisse.

La nouvelle loi sur le CO2 est un bon compromis pour la Suisse. Elle combine incitations financières, investissements, innovations et nouvelles technologies. Les représentants de l’économie approuvent le mécanisme d’orientation, dont les recettes sont majoritairement redistribuées à la population.

Le Fonds pour le climat réunira des ressources financières destinées à des investissements dans la protection du climat, tels que les réseaux de chauffage urbain ou des stations de recharge pour voitures électriques. Il sera aussi essentiel pour l’assainissement des bâtiments.

Ce Fonds procure aux entreprises les garanties nécessaires pour mettre sur le marché des technologies respectueuses du climat. En tant que pôle industriel et de recherche, la Suisse peut ainsi accroître sa capacité d’innovation.

Un plus pour les énergies renouvelables

La loi donnera en outre un coup d’accélérateur aux énergies renouvelables. « Elles sont la clé de la décarbonation. Dans les secteurs du transport et du bâtiment, le remplacement à grande échelle des énergies fossiles deviendra une nécessité dans les prochaines années et décennies », selon Jacqueline de Quattro, ancienne conseillère d’Etat devenue députée au National (PLR/VD).

Du côté des investissements, l’intérêt grandit. Fin 2019, leur volume avait augmenté de 62% par rapport à l’année précédente. 1163 milliards de francs suisses ont ainsi été investis dans des produits financiers durables, et la tendance est à la hausse.

L’UDC contre

La loi sur le CO2, adoptée en septembre par le Parlement, doit permettre à la Suisse de réduire d’ici 2030 ses émissions de CO2 de 50% par rapport à 1990 et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. Elle a été attaquée en référendum par un comité issu de l’économie, soutenu par l’UDC, qui la juge « coûteuse et inefficace ».

Un rejet serait synonyme d’immobilisme et représenterait pour la Suisse un bond en arrière en matière de protection du climat, estime le comité économique. Un « oui » serait un signal fort de la Suisse vis-à-vis de la communauté internationale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture