Rejoignez-nous

Actualité

Le Léman Express est désormais opérationnel

Publié

,

le

Le Léman Express avait été inauguré officiellement jeudi mais il est opérationnel depuis dimanche matin dans la région genevoise (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

"Un moment historique" pour les usagers comme pour les officiels. Quelques secondes avant l'horaire prévu, le premier train du Léman Express a quitté Coppet (VD) dimanche à 05h03. Mais en raison de la grève en France, celui-là n'arrivera pas jusqu’à Annemasse.

Dans les rames, les vrais usagers ne sont qu'une poignée au milieu des dizaines de responsables ferroviaires, de politiques et de journalistes. "C'est un moment historique", dit à Keystone-ATS l’un d'entre eux, venu expressément avec son fils de deux ans, plus jeune passager du train. "Il est motivé", assure-t-il.

Une famille avec deux enfants en bas âge n'est pas très loin. En écho aux manifestations pour le climat, les autres clients sont souvent jeunes. "On l'attendait depuis longtemps. Je voulais le voir", glisse David qui relève l'importance du plus grand réseau régional ferroviaire transfrontalier d'Europe pour toute la région.

Un avis partagé par quelques jeunes socialistes qui ont prolongé leur retour de fête pour utiliser la nouvelle infrastructure. "C'est une première étape vers le transfert modal", avance l'un d'eux.

De leur côté, les responsables ferroviaires tanguent entre enthousiasme et soulagement après l'opérationnalisation d'un réseau attendu depuis plus de cent ans. Depuis son arrivée en janvier, le patron de Lémanis, société qui exploite le réseau, entame chaque jour "en se demandant quel sera le problème".

Rame taguée

"Aujourd'hui, c'est la grève", admet Mario Werren en reconnaissant qu'il aurait souhaité que tous les trains puissent atteindre Annemasse. Dimanche, seul un quart d'entre eux rejoindront la ville française.

Malgré tout, la journée est "historique", insiste le patron des CFF Andreas Meyer. "C'est la mise en service la plus complexe que j’aie eu à faire", dit-il, tout en se félicitant d'avoir pu mener le projet de bout en bout, assez rare pour un directeur sur un dispositif de cette taille. Régulations, composantes techniques ou chantiers, il a fallu de nombreux interlocuteurs suisses et français et huit ans de travaux sur le segment du CEVA (Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse) pour le Léman Express.

Pour ces dirigeants, les réglages auront été calés jusqu'à la dernière minute. L'une des rames est taguée, oeuvre qui a provoqué une polémique entre politiques genevois sur les réseaux sociaux.

Dizaines de milliers d'utilisateurs

Avec six trajets par heure et par sens en semaine, le Léman Express va s'accompagner aussi de défis pour la sécurité avec des dizaines de milliers d'usagers, relève le chef adjoint de la police ferroviaire qui a fait le déplacement.

Avant le départ, le chef des mécaniciens a donné les dernières consignes. "Tu entreras dans Genève à vitesse réduite", glisse-t-il à distance au conducteur. Parce qu'à Cornavin, des centaines de personnes attendent sur le quai, dont le conseiller d'Etat Serge Dal Busco. Beaucoup sont arrivées depuis Annemasse avec le train parti une minute après celui de Coppet, mais le premier à avoir "gommé l'effet frontière" entre les deux pays.

Les passagers sont accueillis par les grenadiers de la Compagnie de 1602. "Je n'ai pas demandé d'autorisation. Vous ne m'enverrez pas d'amende", lance M. Werren au conseiller administratif Rémy Pagani. Qui acquiesce avec un sourire. Il ne s'en formalise pas et, en homme de gauche habitué des manifestations, soutient aussi les revendications des cheminots français qui perturbent cette première journée.

Arrêt à une gare suisse

Il insiste plutôt sur les améliorations pour Genève et veut déjà voir plus loin, l'extension du réseau. En attendant, une fois le train arrivé à Cornavin, les officiels descendent. Certains, qui ont travaillé depuis plus de dix ans pour le Léman Express, se donnent l'accolade. M. Meyer, qui quitte ses fonctions dans quelques mois, est attendu au Tessin pour une inauguration liée à l'ouverture du tunnel de base du Ceneri dans un an.

Seules quelques personnes poursuivent le trajet dans ce premier train qui est attendu jusqu’à Annemasse. Mais à la dernière gare suisse, l'annonce tombe. Le premier train du Léman Express ne franchira pas la frontière.

Le conducteur fait part "de sa fierté", même s'il aurait préféré pouvoir emmener les passagers jusqu'à la ville française. La grève n'aura pas entamé l'enthousiasme des Genevois. "Beaucoup d'émotion", dit de son côté M. Dal Busco plus tard à Genève avant de rejoindre un train.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

On Holding en zone bénéficiaire au premier trimestre

Publié

le

On Holding a atteint la zone bénéficiaire en début d'année. Le fabricant de chaussures de sport compte franchir cette année la barre des 1 milliard de francs de recettes. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le fabricant de chaussures de sport On Holding a atteint la zone bénéficiaire en début d'année, après un exercice 2021 bouclé sur une lourde perte. Les dirigeants comptent franchir cette année la barre des 1 milliard de francs de recettes.

Au premier trimestre 2022, les ventes nettes de la société zurichoise, cotée à Wall Street, ont bondi de 67,9% sur un an à 235,7 millions de francs. La marque de chaussures de course à pied a vu son chiffre d'affaires bondir de 125,9% en Asie-Pacifique, de 86,5% en Amérique du Nord et de 31,3% en Europe, a détaillé l'entreprise mardi dans un communiqué.

La société, fondée il y a 12 ans, a dégagé un bénéfice opérationnel de 3,4 millions de francs, après une perte de 10,9 millions au premier trimestre 2021. Et cela, malgré des dépenses étoffées d'environ 30%.

On holding a bouclé les trois premiers mois sur un bénéfice net de 14,3 millions, à comparer à une perte de 10,5 millions un an plus tôt.

"Au premier trimestre 2022, nous avons continué à fortement accroître notre part de marché", a indiqué le co-fondateur et co-président exécutif Caspar Coppetti.

Développement en Amérique latine

Malgré les goulets d'étranglement dans la logistique internationale, On Holding a été en mesure de livrer plus d'un million de paires de chaussures en un seul mois, s'est félicité Martin Hoffmann, co-directeur général et responsable des finances de la société.

Face à cette solide performance, l'entreprise espère franchir au terme de l'exercice 2022 la barre des 1 milliard de francs de chiffre d'affaires, à précisément 1,04 milliard (+44%). On Holding compte notamment renforcer sa présence en Amérique latine en seconde partie d'année.

Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) ajusté doit pour sa part atteindre 137 millions de francs et la marge 13,2%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Le Swiss Jazz Award 2022 au trompettiste tessinois Nolan Quinn

Publié

le

Le trompettiste tessinois Nolan Quinn remporte le Swiss Jazz Award 2022. (© Keystone/Anna-Lena Holm/JazzAscona)

Le trompettiste et compositeur tessinois Nolan Quinn est lauréat du Swiss Jazz Award 2022. Il s'est notamment imposé par sa polyvalence stylistique, ont annoncé mardi les organisateurs. Le prix lui sera remis le 25 juin lors de la 38e édition du festival JazzAscona.

Né en 1986 à Lugano, Nolan Quinn a débuté la trompette à neuf ans. Il a poursuivi des études classiques et a obtenu en 2014 son Master of Arts in Music Performance Jazz à Berne. Depuis, il a donné plus de cinq cents concerts, en direct ou pour la télévision et la radio, avec des tournées dans toute l'Europe et aux Etats-Unis.

Nolan Quinn a partagé la scène avec des artistes de renommée internationale, comme Paul Anka, DJ Bobo, Tony Momrelle, Roberto Blades, Frank Dellé, Rick Margitza, Lutz Häfner et Guillermo Klein. Il collabore en outre depuis de nombreuses années avec le Swiss Jazz Orchestra.

Institué en 2007, le prix est organisé par JazzAscona, avec le soutien du Pourcent Culturel Migros Ticino et de Radio Swiss Jazz.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Nouvelle plateforme Web pour découvrir le patrimoine bâti en Suisse

Publié

le

La nouvelle application permet par exemple de découvrir le patrimoine bâti de Langenthal (BE), lauréate du Prix Wakker en 2019. (© Patrimoine suisse)

Patrimoine suisse étend son offre en ligne. L'amateur pourra à l'avenir découvrir notamment les communes lauréates du Prix Wakker, en marchant avec son smartphone à la main.

La série de dépliants "Découvrir le patrimoine" a été conçue par Patrimoine suisse et ses sections il y a 20 ans, rappelle mardi l'organisation. Depuis, ce format a permis de publier de nombreuses promenades consacrées à la culture du bâti dans toute la Suisse.

En ligne

Désormais, cette formule se trouve également en ligne, avec un premier choix de promenades à travers les neuf dernières communes lauréates du Prix Wakker – d’Aarau à Meyrin en passant par Prangins – ainsi que des itinéraires dans les cantons du Valais, Bâle-Ville, Schaffhouse et Zoug.

Sur le terrain, les promenades peuvent être consultées sur smartphone. Selon les paramétrages choisis, la carte indique directement la localisation. Cette offre, disponible en français et en allemand, s’étoffera peu à peu.

www.patrimoinesuisse.ch/promenades

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Fenaco a moissonné à tout va en 2021

Publié

le

La coopérative agricole Fenaco, qui détient notamment les supermarchés Volg, a enregistré une solide croissance l'année dernière malgré des chaînes d'approvisionnement perturbées. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La coopérative agricole Fenaco affiche sur l'exercice 2021 une croissance de 5,7% pour un chiffre d'affaires de 7,38 milliards de francs.

L'évolution a été portée par chacune des quatre unités d'entreprise: Agro, Industrie alimentaire, Commerce de détail et Energie, souligne le rapport d'activité publié mardi.

Hors effets d'acquisition et de changes, la croissance organique a atteint 2,5%. La flambée des prix des combustibles et carburants fossiles a alimenté un effet tarifaire devisé à 3,0%. Les rachats ont marginalement contribué à hauteur de 0,2%.

La rentabilité opérationnelle a progressé dans une mesure moindre que les revenus, l'excédent d'exploitation avant charges d'intérêt et impôts (Ebit) s'étant enrobé de 1,6% à 169,0 millions. Le bénéfice net s'est même étiolé de 5% à 128,0 millions, sous l'effet de l'amoindrissement des gains non récurrents.

Chaînes logistiques perturbées

Les magasins Landi et les agriculteurs affiliés ont perçu un intéressement de 33,0 millions, en petite hausse sur un an. La coopérative bernoise se félicite en outre de la création de 307 emplois en cours d'exercice, portant les effectifs à 11'300 collaborateurs.

Nonobstant de nombreux défis à relever, Fenaco escompte franchir à nouveau la barre des sept milliards de francs de recettes sur l'exercice en cours. La rentabilité par contre risque de reculer sensiblement. Les récoltes médiocres de l'an dernier ont pénalisé les réserves de céréales, légumes, fruits et patates, tandis que le commerce de détail s'achemine vers une normalisation après une période faste pendant la pandémie.

Les chaînes d'approvisionnement restent perturbées et l'offensive russe contre l'Ukraine génère des incertitudes additionnelles, en plus de contribuer à l'inflation des prix de l'énergie et des matières premières.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse Romande

Les locataires vaudois satisfaits de leur logement (enquête)

Publié

le

Les locataires vaudois semblent satisfaits de leur logement, montre une enquête de la CVI et de l'USPI (photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les locataires vaudois se déclarent globalement satisfaits, voire très satisfaits, de leurs conditions de logement, selon une enquête publiée mardi. La majorité estime également que le loyer payé est correct.

Cette enquête a été réalisée en mars par l'institut M.I.S. Trend pour le compte de la Chambre vaudoise immobilière (CVI) et l'Union suisse des professionnels de l'immobilier Vaud (USPI Vaud). Un échantillon représentatif de 539 locataires a été interrogé (marge d'erreur de plus ou moins 4,5%).

Sur une échelle de 1 (très insatisfait) à 10 (très satisfait), 30% des sondés ont opté pour des notes 9 à 10, 22% pour la note 8. Seuls 13% ont attribué des notes entre 1 et 5.

Questionnés sur leur loyer, les participants estiment à 20% qu'il est "bon ou très bon marché" et à 55% qu'il est "correct". A l'inverse, ils sont 20% à le trouver "plutôt cher" et 5% à le juger "trop cher".

Ces données témoignent "de relations globalement harmonieuses entre les locataires et les propriétaires", estiment la CVI et l'USPI. Ils jugent que cette enquête va "à l'encontre de certains préjugés délétères, véhiculés à l'envi depuis quelques années par des dirigeants nationaux de l'Asloca", l'Association suisse des locataires.

Devenir propriétaire

L'enquête montre aussi que 51% des locataires souhaiteraient acquérir un jour leur propre logement (65% d'entre eux voudraient une maison, 22% un appartement et 12% sont indécis).

Parmi ceux qui souhaitent devenir propriétaires, 77% déclarent qu'il leur manque les fonds propres nécessaires. Pour 59%, ce sont des revenus insuffisants qui les empêchent d'acheter un bien.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture