Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: "Il faut se préparer au pire"

Publié

,

le

Oui, le coronavirus est pire que la grippe saisonnière. Alors que la Suisse enregistre son premier décès lié au Covid-19 dans le canton de Vaud, la dangerosité de ce virus est régulièrement remise en cause avec cette question : « en fait-on trop ? ». Pas pour le directeur de l’Institut de santé global de l’Université de Genève, Antoine Flahault. Interview. 

Laurie Selli: Quels sont les défis à venir face au coronavirus?

Antoine Flahault: Il faut mieux connaître ce virus, savoir ce qu’il va faire. Nous n’arriverons pas à prédire aujourd’hui ce qui se passera dans les mois à venir, mais il faut s’y préparer. Sans prédire, on peut faire quelques scénarios, et se dire que ce coronavirus est totalement nouveau. Mais qu’il n’est pas totalement inconnu, nous avons des exemples d’épidémies qui ont eu lieu il y a quelques années, sur le SRAS, le MERS qui étaient aussi des coronavirus. Et puis nous avons également des exemples de pandémie de grippe. Le Coronavirus ressemble aujourd’hui beaucoup au début d’une pandémie de grippe. 

LS: La grippe justement vous en parlez. Nous avons beaucoup de retour des gens qui nous disent que nous en faisons trop avec ce Covid-19, que la grippe tue plus de personnes chaque année que le coronavirus. Le coronavirus est pire que la grippe? 

AF: Le coronavirus est pire que la grippe saisonnière. On a eu des pandémies de grippe. Si on veut faire des comparaisons avec des grippes pandémiques, oui, il y a eu des pandémies de grippe, par exemple en 1918. Évidemment c’est différent, il n’y avait pas de vaccins, il n’y avait pas d'antivirus. Mais nous n’avons pas de vaccins, ni d’antiviraux, aujourd’hui qui sont efficaces contre le coronavirus. Nous sommes dans une situation qui n’est, certes, pas semblable à celle de 1918, avec des hôpitaux beaucoup plus réactifs, performants, un personnel soignant aussi plus compétent, on a aussi une population - probablement - qui est en meilleure forme, bien que plus âgée, et on sait que ce sont des gens plus âgés qui souffrent le plus du coronavirus. Il va falloir les protéger. Mais on peut dire que nous ne sommes pas très loin aujourd’hui des caractéristiques de gravité et de diffusion de la pandémie de grippe espagnole de 1918.

LS: Est-ce qu’il faut s’attendre au pire, docteur? 

AF:  Je ne dis pas qu’il faut s’attendre au pire mais il faut se préparer en effet à ce type de scénario. En effet, peut-être que nous sommes un peu catastrophistes en disant cela, je le reconnais volontiers. Mais je pense que ce n’est pas très raisonnable, aujourd’hui, de minimiser le risque et la potentialité du risque. 

LS: Justement, vous évoquiez certains scénarios, la Confédération a déjà mis en place certaines mesures, on pense notamment à l’interdiction des manifestations de plus de 1’000 personnes. Quelles pourraient être les prochaines mesures à venir?

AF: Si on fait cette comparaison, peut-être audacieuse avec la pandémie de grippe de 1918, on a eu en 2007 une publication scientifique très intéressante qui a analysé aux Etats Unis, les différentes politiques qui avaient été mises en place pour lutter contre l’épidémie de grippe espagnole à l’époque. Il n’y avait donc ni vaccin ni antiviral, donc ces mesures étaient dites non-pharmaceutiques. C'était la fermeture des écoles, des universités, c'était la limitation des déplacements des gens, les mises en quarantaine, parfois les cordons sanitaires que l’on voit en Italie ou que l’on a vu en Chine, puis c’était en effet la restriction des rassemblements de masse. 

Et on s’est aperçu que toutes les villes américaines qui avaient mis l’ensemble de ces mesures en place le plus tôt possible et le plus longtemps possible avaient eu une mortalité très inférieure à celles qui ne les avaient pas mises en place, à une époque où l’on n’avait ni traitements, ni vaccins. Donc on peut dire aujourd’hui que les mesures que prennent nos autorités sanitaires sont de ce type, sont non-pharmaceutiques, sont les seules qu’ils ont à leur disposition, il n’y en a pas d’autres. 

Retrouvez l’interview dans son intégralité ici. 

Antoine Flahault
Directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève
Antoine FlahaultDirecteur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève

 

2 Commentaires

2 Comments

  1. Caria

    7 mars 2020 à 11 h 02 min

    Je veux bien suivre les consignes dans l'intérêt de tous et afin de me protéger. En revanche c'est avec tristesse que je constate que les personnes âgées ne suivent pas lesdites consignes. Ce matin j'ai opté pour aller faire les courses à 8h00 (je travaille et pendant la semaine c'est compliqué), voilà que j'ai croisé une population du 3ème âge très importante. Ces personnes devraient faire les courses pendant la semaine lors de faible fréquence. Éviter le samedi SVP
    J'espère que le message passera.....
    Merci

    • Gharbi

      15 mars 2020 à 9 h 45 min

      Bonjour, oui mieux éviter fin de semaine où fin de journée. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

JO 2021

Réception pour les athlètes médaillés aux JO d'été à Macolin (BE)

Publié

le

13 médailles et 23 diplômes ont été remportés par la délégation olympique suisse au Japon. Sur la photo : Nina Christen (or et bronze), Noe Ponti et Jeremy Desplanches (bronze chacun), Nikita Ducarroz (bronze), Viktorija Golubic (argent) et Belinda Bencic (or et argent). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Grande réception lundi à Macolin (BE): Les nombreux lauréats de médailles et diplômes des Jeux olympiques d'été de Tokyo ont été officiellement honorés et félicités par la ministre des sports Viola Amherd et le président de la Confédération Guy Parmelin.

En raison de la pandémie, la traditionnelle réception a eu lieu au Centre national de sport de Macolin, au-dessus de Bienne, au lieu du Palais fédéral à Berne.

"Ils étaient tout simplement de première classe et ont représenté la Suisse de la meilleure façon possible", a déclaré Mme Amherd dans son discours, selon le texte écrit de l'allocution, en rendant hommage aux exploits de la délégation.

Bien qu'il ne faille pas surestimer la fonction d'exemple des athlètes, a poursuivi la ministre, de nombreux enfants et jeunes ont également regardé les Jeux. "Pour ces jeunes, vous êtes des modèles et nous ne devons pas sous-estimer cela."

La Suisse a remporté treize médailles et 23 diplômes olympiques au Japon, faisant des Jeux olympiques d'été de Tokyo les plus réussis pour la Suisse depuis 1952 à Helsinki. Quatorze médailles et 16 diplômes ont aussi été remportés par les athlètes paralympiques suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Convoi de RAlpin refoulé par l'Italie, faute de "green pass"

Publié

le

Un convoi de "chaussée roulante" en gare de Novare, dans le Piémont (archives). (© KEYSTONE/KARL MATHIS)

Un convoi ferroviaire de la société suisse Ralpin transportant des camions de marchandises a été refoulé à la frontière italienne la semaine dernière. Six des 16 chauffeurs véhiculés par l'opérateur ne disposaient pas du certificat sanitaire exigé par l'Italie.

Sollicitée lundi par AWP, la direction de l'entreprise détenue par le BLS, les Chemins de fer fédéraux (CFF) et Hupac, a confirmé l'information relayée en fin de semaine dernière par l'agence de presse italienne Ansa.

Il s'agissait d'un convoi de chaussée roulante reliant Fribourg-en-Brisgau (D) au terminal intermodal de Novare, dans le Piémont. "Dans ce cas de figure, les chauffeurs voyagent dans une voiture-couchette d'accompagnement", a expliqué Ludwig Näf, directeur général (CEO) de Ralpin.

"En règle pour le transit par la Suisse"

Or, l'obligation de certificat a été prolongée en Italie à partir du 15 octobre (vendredi), et comme les chauffeurs n'étaient pas tous en possession d'un certificat Covid-19 (baptisé "green pass" en Italie) lors du contrôle à Domodossola, le train a dû retourner à Fribourg-en-Brisgau et être déchargé", a poursuivi le patron de Ralpin.

Comme un agent de train de la filiale italienne de CFF Cargo doit être présent dans le train pour des raisons de sécurité, cela fait de la voiture-couchette de la chaussée roulante un "lieu de travail", avec obligation de certificat selon les règles en vigueur en Italie, a expliqué le dirigeant.

Egalement contactée, l'Administration fédérale des douanes (AFD) a indiqué que le convoi était "en possession de toute la documentation nécessaire en règle pour transiter par la Suisse", selon une porte-parole.

Entreprises de transport inquiètes

Afin d'éviter la répétition d'une telle déconvenue, RAlpin a mis en place un "contrôle rigoureux" dans ses terminaux de Fribourg-en-Brisgau et Novare, et les chauffeurs routiers dépourvus de certificat seront refusés. Une grande partie sont originaires d'Europe de l'Est, où le scepticisme à l'égard de la vaccination est élevé, ou les types de vaccin reconnus par l'Union européenne indisponibles, relève M. Näf.

L'introduction de la nouvelle réglementation fait craindre "des blocages, désagréments et retards pour toutes les marchandises transportées par ces trains", pouvait-on lire sur le site de la Repubblica.

Une opinion partagée par le CEO de RAlpin: "cette nouvelle disposition légale suscite une grande inquiétude parmi toutes les entreprises de transport de marchandises dont le siège est situé en dehors de l'Italie". Le responsable n'était pas en mesure d'estimer l'impact de l'incident sur le futur des opérations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Un composé chimique pourrait combattre plusieurs parasites

Publié

le

Les agents infectieux du paludisme et de la toxoplasmose font partie d’un groupe d’eucaryotes unicellulaires parasites appelé apicomplexes. Chaque année, des millions de personnes tombent malades en raison des maladies infectieuses qu’ils provoquent. Le paludisme est transmis par les moustiques. (© KEYSTONE/AP/James Gathany)

Des chercheurs de l’Institut Paul Scherrer (PSI) ont identifié un composé chimique qui pourrait être utilisé comme principe actif contre plusieurs parasites unicellulaires. Notamment ceux à l’origine du paludisme et de la toxoplasmose.

La cible de cette substance prometteuse est une protéine appelée tubuline qui aide les cellules à se diviser, indique l'étude, publiée lundi dans la revue spécialisée "EMBO Molecular Medicine". Cette protéine est également indispensable à la reproduction du parasite.

L’idée sous-jacente à cette découverte vient de la recherche sur les tumeurs: en bloquant la tubuline dans les cellules cancéreuses, on empêche ces dernières de se diviser et donc de proliférer. Depuis longtemps, les médecins appliquent ce principe avec succès dans le cadre des chimiothérapies, où ils administrent aux patients des substances qui inhibent la tubuline.

Natacha Gaillard et Ashwani Sharma, tous deux chercheurs au Laboratoire de recherche biomoléculaire du PSI, élargissent à présent ce concept à certains parasites unicellulaires. Dont celui à l’origine du paludisme (Plasmodium sp.) et celui à l’origine de la toxoplasmose (Toxoplasma gondii).

Les cellules qui les composent ont en effet besoin, elles aussi, de tubuline pour pouvoir se diviser. "Lorsque cette protéine ne travaille plus comme elle le devrait, le parasite est sévèrement affecté", explique Ashwani Sharma. La tubuline représente donc une bonne cible pour des médicaments.

Différences d'un être vivant à l'autre

Les agents infectieux du paludisme et de la toxoplasmose font partie d’un groupe d’eucaryotes unicellulaires parasites appelé apicomplexes. Chaque année, des millions de personnes tombent malades en raison des maladies infectieuses qu’ils provoquent.

Tous les eucaryotes, des amibes aux êtres humains, produisent de la tubuline. D’un être vivant à l’autre, cette protéine présente des différences au niveau de quelques zones seulement, mais elles peuvent être importantes. Si l’on veut trouver des principes actifs efficaces contre la protéine spécifique de parasites unicellulaires eucaryotes et la bloquer, il faut connaître la structure exacte de cette dernière.

"Parabuline"

Les chercheurs du PSI ont donc isolé la tubuline de cellules de Tetrahymena thermophila, un unicellulaire cilié. "Sa protéine est pratiquement identique à celle des apicomplexes", explique Natacha Gaillard. "Et cela nous épargne de devoir travailler en laboratoire avec des parasites paludéens."

La Source de Lumière Suisse (SLS) et la microscopie électronique ont permis aux chercheurs de déchiffrer la structure moléculaire de la protéine. Puis ils ont cherché un composé chimique susceptible de l’inhiber. Une banque de données de substances leur a fourni cinq candidats au titre de principe actif potentiel.

En laboratoire, un composé chimique s’est avéré efficace. Les chercheurs l’ont baptisé "parabuline". Les collaborateurs du PSI, de l’Université de Californie à Irvine, ont testé ce composé sur Toxoplasma gondii dans des cellules humaines. Et effectivement, le parasite ne pouvait pratiquement plus se reproduire.

La parabuline n’a eu en revanche presque aucun effet sur les cellules humaines. "C’est un bon signe", souligne Ashwani Sharma. "C’est une condition préalable indispensable pour pouvoir l’utiliser comme médicament contre des maladies infectieuses."

Brevet déposé

On peut supposer que la parabuline n’est pas seulement efficace contre Toxoplasma gondii, mais aussi contre tous les représentants des apicomplexes, y compris le parasite paludéen. Le PSI vient de déposer un brevet et prévoit de continuer à tester la parabuline en laboratoire pour la développer ultérieurement en un médicament avec l’aide de l’industrie pharmaceutique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Protection du climat: la Suisse signe un accord avec la Géorgie

Publié

le

L'accord entre la Suisse et la Géorgie a été signé à Berne par Simonetta Sommaruga et son homologue géorgien Levan Davitashvili. (© KEYSTONE/Peter Klaunzer)

La Suisse et la Géorgie ont signé lundi un accord à Berne sur la protection du climat. Ce texte doit notamment permettre de développer un programme national de promotion de l'efficacité énergétique des bâtiments dans le pays du Caucase.

"Des maisons bien isolées et des systèmes de chauffage efficaces réduisent les émissions de CO2. Ces mesures contribuent à protéger le climat et rendent service à la population", a déclaré Simonetta Sommaruga, citée dans un communiqué du Département fédéral de l'environnement (DETEC).

L'objectif est de tirer parti de l'expérience acquise en Suisse dans le cadre du Programme Bâtiments, qui soutient la rénovation de bâtiments et encourage le recours aux énergies renouvelables grâce aux fonds issus de la taxe sur le CO2 et aux contributions des cantons.

L'accord, signé par la conseillère fédérale et son homologue géorgien Levan Davitashvili, doit entrer en vigueur encore cette année. La Confédération a déjà conclu des accords similaires avec le Pérou, le Ghana et le Sénégal.

Respect des droits humains

"Avec ces accords, nous avons instauré une norme commune pour des projets climatiques internationaux qui respectent les droits de l'homme et la nature", s'est félicitée Mme Sommaruga.

En ratifiant l'Accord de Paris sur le climat, Berne s'est engagé à réduire de 50%, d'ici à 2030, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990. Cet objectif reste valable même après le rejet de la loi révisée sur le CO2 en juin dernier, souligne le DETEC.

Le Conseil fédéral et le Parlement entendent atteindre cet objectif avant tout par des mesures réalisées dans le pays. L'Accord de Paris permet toutefois aux Etats de soutenir des projets climatiques à l'étranger dans le but d'atteindre leurs objectifs en la matière. La Suisse peut comptabiliser les réductions d'émissions ainsi réalisées dans son objectif national.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La Rega est intervenue près de 90 fois ce week-end en Suisse

Publié

le

La Rega est intervenue près de 90 fois durant le week-end. Le beau temps a incité les gens à se balader dans la nature (archives). (© Keystone/URS FLUEELER)

Près de 90 missions de secours ont été menées ce week-end par les hélicoptères de la Rega, à l'échelle nationale. Les interventions concernaient des personnes en détresse, malades ou blessées. Le beau temps a incité les gens à sortir dans la nature.

Maladies aigües, vols de transfert d'un hôpital à un centre hospitalier ou suite à des accidents de montagne, de sport ou de circulation: les raisons des missions réalisées entre samedi et dimanche sont multiples, informe la Rega dans un communiqué diffusé lundi. Elles sont également jugées représentatives du "vaste champ d'intervention" de l'organisation.

Cette dernière est notamment intervenue lors de l'incendie d'une maison - qui a provoqué la mort de deux enfants - survenu dimanche soir à Leuzigen, dans le Seeland bernois. Deux hélicoptères ont été déployés.

L'organisation cite également le cas d'un homme blessé en forêt près de Jor (VD), samedi dans la matinée. Victime d'une chute alors qu'il rentrait depuis le chalet dans lequel il avait passé la nuit, le patient a pu être localisé et aidé par un médecin sur place, avant d'être évacué dans l'hôpital le proche, pour la suite de sa prise en charge.

L'intervention a été menée conjointement avec la colonne de secours de Montreux et un spécialiste du sauvetage héliporté du Secours alpin romand, reflétant ainsi la "collaboration optimale" de la Rega avec les partenaires.

Incidence de la météo

"De manière générale, le nombre de missions effectuées par les équipages hélicoptère reflète les conditions météorologiques et les activités de voyage et de loisirs de la population suisse et des touristes étrangers en Suisse", précise encore la Rega. Ce week-end, la météo affichait un temps ensoleillé et clément, ce qui a pu encourager les gens à mener davantage d'activités, et donc à faire davantage appel aux services de secours, a affirmé la Rega.

En moyenne, les équipages de la Rega sont intervenues auprès de 31 personnes par jour l'année dernière, selon le bilan des missions 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture