Rejoignez-nous

Actualité

Le Parlement fixe l'âge de la retraite des femmes à 65 ans

Publié

,

le

Le nouvelle réforme de l'AVS veut stabiliser l'AVS en harmonisant l'âge de la retraite des femmes sur celui des hommes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les femmes travailleront jusqu'à 65 ans pour percevoir une rente AVS complète. Le National a adopté mercredi par 126 voix contre 67 la réforme qui doit permettre de stabiliser le premier pilier, malgré l'opposition de la gauche.

La population vieillit et les caisses de l'assurance vieillesse doivent être renflouées. En 2030, sans intervention, les dépenses dépasseront les recettes et l'AVS aura besoin de 26 milliards de francs pour garantir ses prestations.

Il n'y a pas de temps à perdre, a affirmé Philippe Nantermod (PLR/VS) au nom de la commission. Le projet passe par une harmonisation de l'âge de la retraite. Une mesure rejetée à plusieurs reprises dans les urnes. La dernière fois en 2017, avec la réforme conjointe du premier et du deuxième pilier Prévoyance 2020.

La réforme actuelle devrait connaître un sort meilleur, espère le ministre des affaires sociales Alain Berset. Les compensations prévues pour les femmes de la génération transitoire et l'amélioration de la flexibilisation de la retraite devraient faire passer la pilule.

Dix milliards économisés

Après le Conseil des Etats, le National a accepté, par 124 voix contre 69, de relever de 64 ans à 65 ans l'âge de référence pour les femmes. La hausse se fera en quatre étapes de trois mois chacune, l'année suivant l'entrée en vigueur de la réforme.

Cette mesure permettra à l'AVS d'économiser 10 milliards de francs, a relevé Philippe Nantermod. En prenant en compte la suite du processus parlementaire et un éventuel référendum, la réforme entrerait en vigueur en 2023. La hausse progressive de l'âge de la retraite des femmes se ferait de 2024 à 2027.

Le camp rose-vert a défendu le statu quo. L'AVS est un système social et solidaire, a lancé Barbara Gysi (PS/SG). Il est inacceptable que la principale mesure consiste à augmenter l'âge de la retraite des femmes. Cette solution sera rejetée "tant qu'on ne mettra pas fin à la discrimination salariale dont elles sont victimes".

Si les femmes et les hommes recevaient le même salaire, l'AVS percevrait 825 millions de francs supplémentaires par année et le relèvement de l'âge de la retraite des femmes serait inutile. La Suisse a un modèle économique et sociale hostile aux femmes, a ajouté Léonore Porchet (Verts/VD).

Réforme nécessaire

A droite et au centre, on dresse un tableau différent. "Nous voulons sauver et assainir l'AVS", a rappelé Albert Rösti (UDC/BE). Les générations futures doivent pouvoir elles aussi en profiter. Il ne s'agit ni d'une mesure d'économie ni d'un démantèlement, mais d'un paquet équitable.

La réforme de l'AVS n'est pas une question de femmes, mais une question de société, a affirmé Regine Sauter (PLR/ZH). L'AVS doit s'adapter aux réalités, a rappelé Ruth Humbel (Centre/AG). Les compensations permettront l'acceptation du projet, a estimé François Pointet (PVL/VD).

Compensations

La priorité doit être accordée à ces générations de femmes, proches de la retraite, qui auront moins de temps pour se préparer aux nouvelles conditions, a noté Benjamin Roduit (Centre/VS). Sur ces mesures compensatoires, le Conseil national s'est montré plus généreux que le Conseil des Etats.

Pour les six premières cohortes de femmes, la compensation irait de 50 à 150 francs par mois en fonction du salaire. Celles dont le revenu est inférieur ou égal à 57'360 francs recevraient 150 francs par mois, 100 francs s’il est inférieur ou égal à 71'700 francs et 50 francs pour les autres.

Ce modèle, qui entraînera des coûts de 670 millions de francs, a été accepté par 79 voix contre 74 et 40 abstentions venant du PS et des Verts en signe de protestation. La durée des mesures de compensation, sur six ans, est trop courte, a regretté Alain Berset. Le Conseil fédéral, comme le Conseil des Etats, avait fixé une période de neuf ans.

Retraite anticipée

Sur la flexibilisation de la retraite, le National a en revanche suivi la Chambre des cantons. Il a fixé l'âge de la retraite anticipée à 63 ans, alors que le gouvernement proposait 62 ans. La gauche a déploré une autre mesure désavantageant les femmes.

En cas de retraite anticipée, hommes et femmes bénéficieront en outre désormais d'une rente AVS partielle. Correspondant à 20 à 80% de la pension complète, elle sera perçue entre 63 et 70 ans.

Le Conseil national n'a en revanche pas voulu de l’augmentation de la franchise en faveur des retraités qui continuent à travailler, décidée par les sénateurs. Ceux-ci devraient pouvoir renoncer à cette franchise pour améliorer leur rente même si leur revenu est modeste.

La BNS à la rescousse

Pour garantir le financement de l’AVS d’ici 2030, le Conseil national veut s'aider de la BNS. Par 108 voix contre 82, et grâce à une alliance contre nature de l'UDC, du PS et des Verts, il a décidé que les bénéfices tirés des taux d'intérêts négatifs soient transférés à l'assurance.

La Banque nationale suisse devrait en outre effectuer un versement unique au fonds AVS correspondant aux intérêts négatifs perçus depuis 2015, soit 1 à 2 milliards de francs par an tant que les taux d'intérêt négatifs restent en vigueur.

Dans le même temps, le National a décidé d'augmenter le taux de TVA de 0,4 point de pourcentage, toujours pour couvrir les besoins financiers de l'AVS. Les sénateurs avaient fixé la hausse à 0,3 point alors que le gouvernement demandait 0,7 point.

Le dossier retourne au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Actualité

YB arrache un point à la dernière minute

Publié

le

YB a souffert face à Lucerne après l'expulsion de Martins (© KEYSTONE/THOMAS HODEL)

Lucerne a manqué de peu l'exploit samedi en ouverture de la 10e journée de Super League.

Les hommes de Fabio Celestini ont concédé l'égalisation à la 94e minute au Wankdorf face à Young Boys (1-1), qui pensait certainement cueillir aisément une cinquième victoire d'affilée en championnat.

C'est Nicolas Ngalameu qui a offert un point mérité à YB, reprenant sur la ligne un centre-tir de Meschack Elia au bout des arrêts de jeu. Le quadruple champion de Suisse en titre a survolé les débats (28 tirs à 7), même en s'étant retrouvé en infériorité numérique dès la 39e à la suite de l'expulsion de Christopher Martins.

Toujours en quête d'un premier succès dans ce championnat 2021/22, Lucerne avait ouvert la marque à la 30e. Marvin Schulz a alors transformé un penalty obtenu pour une faute de Martins, averti une première fois sur cette action. Les Lucernois n'avaient jusque-là pas adressé le moindre tir en direction de la cage bernoise...

Le FCL a ensuite fait le dos rond, résistant tant bien que mal à des assauts bernois parfois désordonnés. Poussé par plus de 20'000 supporters, YB a toutefois obtenu la récompense de ses efforts dans le temps additionnel, évitant une défaite qui aurait fait tache à quatre jours de la réception de Villarreal en Ligue des champions.

Zurich reprend les commandes

Zurich a pleinement profité de la contre-performance des Bernois, s'imposant 1-0 devant Lugano pour reprendre provisoirement la tête du classement. Une réussite d'Assan Ceesay (77e), idéalement servi par Marchesano, a permis aux FCZ de battre les "bianconeri" pour la cinquième fois consécutive.

Faciles vainqueurs de Sion avant la trêve internationale (6-2), les hommes d'Andre Breitenreiter fêtent surtout un deuxième succès d'affilée en championnat après avoir enchaîné quatre matches sans victoire. Ils comptent une longueur d'avance sur Bâle, qui ira défier le FC Sion de Paolo Tramezzani dimanche après-midi, et deux sur YB qui a un match en retard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de nouveau millionnaire samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 10, 11, 13, 28 et 32. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 5 et le Joker le 108143.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 2,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dortmund leader provisoire

Publié

le

Haaland a signé un doublé samedi (© KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH)

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence.

Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence. Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Mönchengladbach et sa colonie helvétique ont par ailleurs dû se contenter d'un nul (1-1) face à Stuttgart. La troupe d'Adi Hütter - lequel avait titularisé Sommer, Elvedi, Zakaria et Embolo - reste ainsi engluée dans le ventre mou, à 7 points de Dortmund.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Milliers de manifestants dans des villes suisses samedi

Publié

le

A Berne, un cortège entendait dénoncer samedi l'empreinte de l'extrême droite sur les manifs contre les mesures anti-Covid. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Des milliers de personnes ont à nouveau défilé contre les mesures anti-Covid samedi en Suisse, notamment à Lausanne, Lugano, Baden (AG) et Rapperswil-Jona (SG). A Berne, une contre-manifestation était au programme. Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Cortèges dans le calme

A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", environ 400 personnes opposées aux mesures anti-Covid ont protesté samedi après-midi. La manifestation, la troisième organisée au Tessin après celle de Bellinzone et Locarno, s'est déroulée dans le calme.

Les manifestants ont défilé le long des quais du lac et se sont dirigés vers le centre-ville. Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la protestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19 en votation le 28 novembre prochain : "Obligation de la vaccination pour tous ? Non à un endurcissement extrême et inutile de la loi Covid" pouvait-on lire sur une banderole.

En Suisse alémanique, à Rapperswil-Jona, près de 3000 personnes ont défilé jusqu'au lieu de rendez-vous, un parking à côté de la patinoire locale, où des discours ont eu lieu. L'organisateur "Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance en action des cantons originels") avait annoncé que le rassemblement durerait jusqu'en soirée.

A Baden, ils étaient 1500, selon la police, à manifester contre les mesures prises par les autorités, accompagnés des désormais traditionnels "Freiheitstrychler". Le cortège était autorisé et n'a pas donné lieu à des violences, selon la police. La plupart des manifestants ne portaient pas de masques, a constaté sur place un journaliste de l'agence Keystone-ATS.

Contre-démo à Berne

Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes de la nouvellement créée Alliance solidaire de Berne qui ont battu le pavé samedi après-midi sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". La plupart des participantes et participants portaient un masque.

Le groupement de gauche entendait lancer un signal contre les manifestations du mois passé, marquées à leurs yeux par l'extrême droite. Si la manifestation n'était pas autorisée, elle a été encadrée par la police, qui n'a pas eu à intervenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture