Rejoignez-nous

Actualité

Le Parlement fixe l'âge de la retraite des femmes à 65 ans

Publié

,

le

Le nouvelle réforme de l'AVS veut stabiliser l'AVS en harmonisant l'âge de la retraite des femmes sur celui des hommes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les femmes travailleront jusqu'à 65 ans pour percevoir une rente AVS complète. Le National a adopté mercredi par 126 voix contre 67 la réforme qui doit permettre de stabiliser le premier pilier, malgré l'opposition de la gauche.

La population vieillit et les caisses de l'assurance vieillesse doivent être renflouées. En 2030, sans intervention, les dépenses dépasseront les recettes et l'AVS aura besoin de 26 milliards de francs pour garantir ses prestations.

Il n'y a pas de temps à perdre, a affirmé Philippe Nantermod (PLR/VS) au nom de la commission. Le projet passe par une harmonisation de l'âge de la retraite. Une mesure rejetée à plusieurs reprises dans les urnes. La dernière fois en 2017, avec la réforme conjointe du premier et du deuxième pilier Prévoyance 2020.

La réforme actuelle devrait connaître un sort meilleur, espère le ministre des affaires sociales Alain Berset. Les compensations prévues pour les femmes de la génération transitoire et l'amélioration de la flexibilisation de la retraite devraient faire passer la pilule.

Dix milliards économisés

Après le Conseil des Etats, le National a accepté, par 124 voix contre 69, de relever de 64 ans à 65 ans l'âge de référence pour les femmes. La hausse se fera en quatre étapes de trois mois chacune, l'année suivant l'entrée en vigueur de la réforme.

Cette mesure permettra à l'AVS d'économiser 10 milliards de francs, a relevé Philippe Nantermod. En prenant en compte la suite du processus parlementaire et un éventuel référendum, la réforme entrerait en vigueur en 2023. La hausse progressive de l'âge de la retraite des femmes se ferait de 2024 à 2027.

Le camp rose-vert a défendu le statu quo. L'AVS est un système social et solidaire, a lancé Barbara Gysi (PS/SG). Il est inacceptable que la principale mesure consiste à augmenter l'âge de la retraite des femmes. Cette solution sera rejetée "tant qu'on ne mettra pas fin à la discrimination salariale dont elles sont victimes".

Si les femmes et les hommes recevaient le même salaire, l'AVS percevrait 825 millions de francs supplémentaires par année et le relèvement de l'âge de la retraite des femmes serait inutile. La Suisse a un modèle économique et sociale hostile aux femmes, a ajouté Léonore Porchet (Verts/VD).

Réforme nécessaire

A droite et au centre, on dresse un tableau différent. "Nous voulons sauver et assainir l'AVS", a rappelé Albert Rösti (UDC/BE). Les générations futures doivent pouvoir elles aussi en profiter. Il ne s'agit ni d'une mesure d'économie ni d'un démantèlement, mais d'un paquet équitable.

La réforme de l'AVS n'est pas une question de femmes, mais une question de société, a affirmé Regine Sauter (PLR/ZH). L'AVS doit s'adapter aux réalités, a rappelé Ruth Humbel (Centre/AG). Les compensations permettront l'acceptation du projet, a estimé François Pointet (PVL/VD).

Compensations

La priorité doit être accordée à ces générations de femmes, proches de la retraite, qui auront moins de temps pour se préparer aux nouvelles conditions, a noté Benjamin Roduit (Centre/VS). Sur ces mesures compensatoires, le Conseil national s'est montré plus généreux que le Conseil des Etats.

Pour les six premières cohortes de femmes, la compensation irait de 50 à 150 francs par mois en fonction du salaire. Celles dont le revenu est inférieur ou égal à 57'360 francs recevraient 150 francs par mois, 100 francs s’il est inférieur ou égal à 71'700 francs et 50 francs pour les autres.

Ce modèle, qui entraînera des coûts de 670 millions de francs, a été accepté par 79 voix contre 74 et 40 abstentions venant du PS et des Verts en signe de protestation. La durée des mesures de compensation, sur six ans, est trop courte, a regretté Alain Berset. Le Conseil fédéral, comme le Conseil des Etats, avait fixé une période de neuf ans.

Retraite anticipée

Sur la flexibilisation de la retraite, le National a en revanche suivi la Chambre des cantons. Il a fixé l'âge de la retraite anticipée à 63 ans, alors que le gouvernement proposait 62 ans. La gauche a déploré une autre mesure désavantageant les femmes.

En cas de retraite anticipée, hommes et femmes bénéficieront en outre désormais d'une rente AVS partielle. Correspondant à 20 à 80% de la pension complète, elle sera perçue entre 63 et 70 ans.

Le Conseil national n'a en revanche pas voulu de l’augmentation de la franchise en faveur des retraités qui continuent à travailler, décidée par les sénateurs. Ceux-ci devraient pouvoir renoncer à cette franchise pour améliorer leur rente même si leur revenu est modeste.

La BNS à la rescousse

Pour garantir le financement de l’AVS d’ici 2030, le Conseil national veut s'aider de la BNS. Par 108 voix contre 82, et grâce à une alliance contre nature de l'UDC, du PS et des Verts, il a décidé que les bénéfices tirés des taux d'intérêts négatifs soient transférés à l'assurance.

La Banque nationale suisse devrait en outre effectuer un versement unique au fonds AVS correspondant aux intérêts négatifs perçus depuis 2015, soit 1 à 2 milliards de francs par an tant que les taux d'intérêt négatifs restent en vigueur.

Dans le même temps, le National a décidé d'augmenter le taux de TVA de 0,4 point de pourcentage, toujours pour couvrir les besoins financiers de l'AVS. Les sénateurs avaient fixé la hausse à 0,3 point alors que le gouvernement demandait 0,7 point.

Le dossier retourne au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Fusillade à Londres: une fillette dans un état critique

Publié

le

La police a lancé un appel à témoins pour obtenir des informations sur la fusillade (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Une fillette de neuf ans était dans un état critique jeudi après avoir été blessée par balle par des tirs devant un restaurant à Londres mercredi soir, a indiqué Scotland Yard. Trois hommes ont aussi été blessés.

Les trois hommes âgés de 26 à 42 ans, qui étaient attablés à l'extérieur de cet établissement situé dans le quartier de Hackney, dans l'est de la capitale britannique, sont dans un état stable, mais souffrent de blessures aux conséquences potentielles graves. La petite fille se trouvait quant à elle à l'intérieur du restaurant où elle dînait avec sa famille.

L'un des responsables de Scotland Yard, James Conway, a indiqué que cette petite fille, "victime innocente de crimes aveugles à l'arme à feu", se "bat pour sa vie" en ce moment même. "Quelqu'un sait qui est responsable de ces coups de feu", a-t-il déclaré.

La police a lancé un appel à témoins. Elle a pour l'instant retrouvé une moto volée qui, selon les enquêteurs, a été utilisée. Ce type d'événement impliquant une arme à feu est relativement rare dans la capitale britannique, qui connaît en revanche plus fréquemment des violences à l'arme blanche, souvent entre adolescents.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Deuxième jour de délibérations du jury au procès Trump

Publié

le

Donald Trump a l'interdiction de quitter le tribunal durant toutes les délibérations. (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE / POOL)

Les douze jurés qui ont entre leurs mains le sort judiciaire de Donald Trump poursuivaient jeudi au tribunal de Manhattan leur quête d'un verdict au premier procès pénal d'un ancien président des Etats-Unis. L'accusé a de nouveau dénoncé "un tribunal de pacotille".

En arrivant à la cour pénale de Manhattan, qu'il a interdiction de quitter pendant toutes les délibérations, le candidat républicain à la présidentielle de novembre a accusé son adversaire, le président démocrate Joe Biden, d'avoir orchestré le procès.

"Je veux simplement dire que c'est un jour très triste pour l'Amérique (...) Tout est truqué", a-t-il ajouté, alors qu'il sera jugé par des citoyens de New York tirés au sort et sélectionnés par la défense et l'accusation.

Depuis mercredi, ces sept hommes et cinq femmes plongés depuis six semaines dans cette affaire aux enjeux extraordinaires, ont commencé à délibérer à huis clos dans une salle du tribunal. Après quelques heures de travail, ils ont demandé à pouvoir réentendre des extraits de certains témoignages, ainsi que les instructions du juge Juan Merchan, ce que le magistrat a commencé à faire jeudi matin.

Dans la salle d'audience, Donald Trump écoute en silence. Derrière lui a pris place l'un de ses fils, Eric.

Un saut dans l'inconnu

Après des débats durant lesquels il a souvent été question de sexe, d'argent et de conquête du pouvoir, les jurés doivent répondre à une question: Donald Trump s'est-il rendu coupable de 34 falsifications de documents comptables, destinées à cacher un paiement de 130'000 dollars à l'actrice de films X Stormy Daniels pour éviter un scandale sexuel à fin de sa campagne présidentielle de 2016?

Une réponse positive ferait basculer la campagne présidentielle américaine de 2024 dans un scénario inconnu. Donald Trump pourrait faire appel et quand même se présenter le 5 novembre face à Joe Biden, mais avec une casquette lourde à porter, celle d'un condamné en justice.

S'il était reconnu coupable, le juge prononcerait la sentence dans plusieurs semaines, probablement avant le 5 novembre. La peine peut aller, en théorie et au maximum, jusqu'à quatre ans de prison, mais le magistrat peut décider aussi d'une sanction plus légère, comme une peine de prison avec sursis probatoire, voire de simples travaux d'intérêt général.

Le délibéré des jurés peut prendre plusieurs jours. Il leur faudra être unanimes pour déclarer Donald Trump coupable ou non coupable. Cette affaire n'est que l'un des quatre dossiers dans lesquels le républicain est inculpé. Mais le procès à New York sera probablement le seul à être jugé avant la présidentielle du 5 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Genève

Ville de Genève: Natacha Buffet-Desfayes candidate du PLR

Publié

le

Natacha Buffet-Desfayes sera la candidate du PLR pour l'élection au Conseil administratif de la Ville de Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La section municipale du PLR a désigné Natacha Buffet-Desfayes comme candidate pour l’élection au Conseil administratif de la Ville de Genève lors de son assemblée générale mercredi soir. La députée a obtenu 50 voix contre 21 au conseiller municipal Pierre de Boccard.

Le PLR Ville de Genève compte sur cette enseignante, actuelle cheffe de groupe PLR au Grand Conseil, engagée depuis 20 ans en politique pour reconquérir le siège perdu en 2012 à l'exécutif, a indiqué jeudi le parti, revenant sur une information de plusieurs médias.

La députée de 41 ans fera campagne seule au premier tour. Pour le deuxième tour, tout reste ouvert, a déclaré Maxime Provini, président du PLR Ville de Genève, interrogé par Keystone-ATS.

Avant d'être élue au Grand Conseil en 2018, la PLR a siégé treize années au niveau municipal, à Corsier d'abord, puis en Ville de Genève. Elle avait déjà été candidate au Conseil administratif en 2015.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La socialiste Christina Kitsos est maire de Genève pour un an

Publié

le

Dès samedi et pour un an, Christina Kitsos sera la maire de la Ville de Genève. La magistrate socialiste, qui a été élue en 2020, accède à cette fonction pour la première fois (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Dès samedi et pour un an, Christina Kitsos sera la maire de la Ville de Genève. La magistrate socialiste, qui a été élue en 2020, accède à cette fonction pour la première fois. Elle a décidé de placer son année de mairie sous le thème de "Ce qui nous lie".

Christina Kitsos, qui dirige le département de la cohésion sociale et de la solidarité, estime qu'il est impératif de renforcer les liens sociaux, de repenser les rituels et de créer un sentiment d'appartenance. Elle prévoit des rencontres dans les quartiers et la mise à disposition d'équipements permettant des échanges intergénérationnels, a indiqué jeudi la Ville de Genève.

Mme Kitsos succède à la centriste Marie Barbey-Chappuis. Le socialiste Sami Kanaan accède à la vice-présidence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Israël: le parti de Gantz veut dissoudre le Parlement

Publié

le

Benny Gantz et son parti veulent que les Israéliens retournent aux urnes (archives). (© KEYSTONE/AP/J. Scott Applewhite)

Le parti de Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien, a déposé jeudi un projet de loi pour dissoudre le Parlement et la tenue d'élections anticipées. Une demande rejetée par le Likoud, du premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le parti de l'Union nationale (centre-droit), membre du gouvernement d'urgence, a "déposé une proposition de loi de dissolution de la 25e Knesset (Parlement, NDLR). Ceci fait suite à la demande du chef du parti Benny Gantz d'aller de l'avant dans le cadre d'un large accord en vue de la tenue d'élections avant le mois d'octobre, un an après le massacre", selon un communiqué du parti.

Le Likoud (droite) a réagi, affirmant que "la dissolution du gouvernement d'union est une récompense pour (le chef du Hamas à Gaza) Yahya Sinouar, une capitulation face aux pressions internationales et un coup fatal aux efforts visant à libérer nos otages".

Le parti de l'Union nationale s'est joint au gouvernement Netanyahu peu de temps après l'attaque nédite menée par le Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

Benny Gantz et Gadi Eizenkot, tous deux anciens chefs de l'armée, sont depuis membres du cabinet de guerre.

Les prochaines élections législatives sont prévues pour octobre 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture