Rejoignez-nous

Actualité

La Suisse peut espérer une dizaine de médailles

Publié

,

le

Swiss Olympic s'est montrée prudente dans l'énoncé de ses objectifs pour les JO de Tokyo. L'organe faîtier du sport helvétique espère une moisson au moins aussi bonne qu'en 2016 à Rio, où sept médailles avaient été glanées. Mais la délégation peut potentiellement briguer une dizaine de podiums.

Les attentes sont particulièrement grandes en ce qui concerne les cavaliers de saut d'obstacles, qui accumulent les victoires et les médailles depuis de longues années. Les épéistes, les cyclistes et les rameurs affichent également de grandes ambitions, alors que le nageur Jérémy Desplanches ou le relais 4x100 m féminin rêvent de frapper un grand coup.

Les plus fortes chances de médailles suisses

Les cavaliers de saut d'obstacles. Avec les nos 2 - Martin Fuchs - et 3 - Steve Guerdat - de la hiérarchie, le chef d'équipe Michel Sorg dispose de deux atouts majeurs. Le Zurichois et le Jurassien - lequel avait cueilli l'or en 2012 - peuvent viser le titre individuel. En ajoutant le "rookie" neuchâtelois Bryan Balsiger (24 ans) et le très expérimenté Beat Mändli (51 ans), la team helvétique aura forcément aussi un sacré coup à jouer par équipe.

Du potentiel en Escrime, BMX freestyle, VTT et Aviron

Les épéistes. Cinq ans après la frustrante 4e place de Benjamin Steffen et 17 ans après le sacre de Marcel Fischer, les épéistes suisses espèrent jouer à nouveau les premiers rôles. Et ce tant en individuel que par équipe, où l'harmonie règne entre les fougueux Latins Lucas Malcotti et Michele Niggeler et les expérimentés Alémaniques Benjamin Steffen et Max Heinzer.

Nikita Ducarroz, BMX freestyle. La Genevoise d'origine américaine était une quasi-inconnue en Suisse il y a quelques mois. Mais son titre de vice-championne du monde conquis en juin et sa place de no 2 au classement UCI l'ont placée sous les feux des projecteurs et propulsée parmi les principales candidates au podium. Et, à 26 ans, elle a suffisamment d'expérience pour faire face à la pression.

Mathias Flückiger, VTT. Le Bernois de 32 ans débarque à Pékin dans la peau du leader de la Coupe du monde de cross-country. De quoi ouvrir son appétit, même si le polyvalent Mathieu van der Poel fait figure d'épouvantail. Son éclosion peut aussi servir les intérêts du Grison Nino Schurter, un tenant du titre tout heureux de se retrouver à nouveau dans l'ombre.

Les rameurs. Cinq ans après le sacre quasi programmé du quatre sans barreur poids léger, l'aviron suisse se porte toujours aussi bien. Jeannine Gmelin et le duo Barnabé Delarze/Roman Röösli visent l'or. Mais la skiff zurichoise et le deux de couple valdo-lucernois sont conscients que tout est possible, avec une dizaine d'embarcations susceptibles de monter sur le podium dans les deux catégories.

 

Ils arrivent à Tokyo avec de grands objectifs

Jérémy Desplanches, 200 m 4 nages. Champion d'Europe en 2018, vice-champion du monde et 2019 et vice-champion d'Europe ce printemps à Budapest, le Genevois est devenu l'homme des grands rendez-vous. Il sait qu'il devra "exploser" son record de Suisse (1'56''56) pour matérialiser son rêve olympique, et il en est capable. A 27 ans - il les fêtera le 7 août -, il est au sommet de sa forme.

Stefan Küng, contre-la-montre sur route. Médaillé de bronze du "chrono" des Mondiaux 2020, le Thurgovien (27 ans) a fait du clm olympique son grand objectif de la saison. Il a terminé le Tour de France en forme. Avec néanmoins un soupçon de frustration due à des performances en deçà de ses attentes (2e et 4e dans la spécialité), qui pourrait nourrir une envie de revanche pour Tokyo.

Giulia Steingruber, saut de cheval. La gymnaste de 27 ans aurait pu tirer sa révérence après les JO de Rio, où elle s'était parée de bronze au saut de cheval. Elle n'a pas poursuivi sa carrière pour se contenter de faire de la figuration à Tokyo. L'or semble promis à la star Simone Biles dans sa discipline de prédilection, mais la St-Galloise espère faire parler son expérience.

Ils pourraient nous surprendre !

Nicola Spirig, triathlon. La Zurichoise disputera, comme Steve Guerdat, ses cinquièmes JO. Sacrée en 2012, en argent en 2016, elle a les moyens de cueillir une troisième médaille olympique. Mais, à 39 ans, elle ne possède plus la même pointe de vitesse que ses jeunes rivales. Son expérience pourrait en outre s'avérer décisive dans le relais mixte, qui vivra son baptême du feu aux JO.

Le relais 4x100 m féminin. Cinquième aux Mondiaux 2017, 4e à ceux de 2019, le quatuor de choc de Swiss Athletics est mûr pour une médaille. Mujinga Kambundji, Ajla Del Ponte et Salomé Kora ont poursuivi leur progression. A Sarah Atcho, Cynthia Reinle ou Riccarda Dietsche de se mettre au diapason pour une épreuve où la moindre faute ne pardonne pas et dans laquelle même les favorites américaines et jamaïcaines peuvent commettre un impair le jour J.

David Graf/Simon Marquart/Zoé Claessens, BMX course. Les deux compères zurichois ont tous deux connu les joies de la victoire cette année en Coupe du monde, alors que la Vaudoise de 20 ans a cueilli son premier podium à ce niveau en mai. Leur potentiel est grand. Mais nul n'est véritablement maître de son destin dans une discipline où les chutes sont légion et souvent rédhibitoires.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Un dimanche parfait pour les Romands

Publié

le

Dereck Kutesa ouvre le score pour le Servette FC. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Carton plein pour les Romands en ce dimanche ! Sur la lancée du succès du FC Sion devant les Young Boys, le Servette FC et le FC Lausanne-Sport ont également brillé.

A Lucerne, le Servette s’est imposé 2-1 grâce à des buts inscrits par Dereck Kutesa (4e) et par l’admirable Steve Rouiller (59e), ce défenseur qui peut marquer sur des enchaînements de grande classe dignes d’un véritable no 9. Avec Thomas Häberli à la barre qui a eu l’intelligence de ne rien bouleverser, les Grenats ont témoigné d’une tranquille assurance face, il est vrai, à une opposition bien modeste.

Le choix fort du successeur de René Weiler fut de titulariser Joël Mall dans les buts. Le héros de la finale de la Coupe de Suisse a livré la marchandise pour justifier la confiance placée en lui. A noter que Jérémy Frick sera le no 1 lors des rencontres européennes. Cette alternance avait bien fonctionné la saison dernière.

Lausanne séduit

A la Tuilière, Lausanne s’est imposé 3-2 face au FC Bâle avec des réussites en première période de ses trois attaquants, Teddy Okou, Fousseni Diabaté et Kaly Sène. Comme celui du match de Lucerne, le score est trompeur dans la mesure où la formation de Ludovic Magnin a vraiment maîtrisé son sujet pour donner la leçon aux Rhénans. Cette défaite place déjà Fabio Celestini le dos au mur. Le mentor du FC Bâle ne peut pas se satisfaire d’une telle performance. Une réaction est impérative samedi lors de la venue de Lugano pour éviter de basculer déjà dans la crise.

Quant aux Vaudois, ce premier match a donné un certain poids aux ambitions dévoilées ces derniers jours. Oui, le Lausanne-Sport a les moyens de figurer à l'issue des trois premiers tours parmi les six premiers du classement. On n'en dira pas autant du FC Bâle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Folle embardée d'un élève-conducteur en Appenzell

Publié

le

La voiture a fini sur le toit après avoir traversé une haie et un étang. (© Kapo AR)

Un élève-conducteur a été victime d'une sortie de route à Wald (AR), et le véhicule, au terme d'une folle trajectoire, a atterri sur le toit dans un jardin, dans la nuit de samedi à dimanche. Le jeune homme, âgé de 24 ans, n'a été que légèrement blessé.

Après être sorti de la chaussée dans un virage, la voiture a heurté un réverbère, puis traversé une haie avant de passer au-dessus d'un étang et de finir sa course dans le jardin d'une maison, relate la police appenzelloise dans un communiqué.

Avant de s'immobiliser sur le toit, la voiture a fait plusieurs tonneaux. Le permis d'élève-conducteur a été retiré sur-le-champ au chauffeur, qui aurait dû légalement être accompagné d'une personne au bénéfice d'un permis définitif. Le jeune homme n'était en outre visiblement pas en état de conduire et a dû se soumettre à une analyse de sang et d'urine, ajoute le communiqué.

La voiture a dû être dégagée par une grue. Les dégâts dans la propriété sont importants, précise encore la police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Lake Parade de Genève a attiré plus de 100'000 personnes samedi

Publié

le

A Genève, 100'000 à 120'000 personnes ont participé à la Lake Parade samedi après-midi et à la Lake Sensation en soirée. La manifestation n'a pas connu d'incident important (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Par un temps estival, 100'000 à 120'000 personnes ont participé à la 22e Lake Parade samedi après-midi à Genève et à la Lake Sensation en soirée. La manifestation n'a pas connu d'incident important, et la fête est restée bon enfant.

Le cortège autour de la rade a attiré environ 70'000 personnes, tandis que 30'000 fêtards ont participé à la soirée qui a suivi, a estimé la police. Fondateur et organisateur de la manifestation, Christian Kupferschmid a avancé dimanche des chiffres un peu plus élevés: jusqu'à 85'000 personnes dans l'après-midi et 35'000 en soirée. "Les chiffres sont plus réalistes que par le passé", a-t-il relevé.

Satisfait de cette participation, M. Kupferschmid l'est aussi au niveau sanitaire, puisque moins de personnes ont eu besoin de soins. Samedi, 69 fêtards, contre 150 lors des éditions avant le Covid, ont été pris en charge, essentiellement en soirée pour des malaises liés à des abus d'alcool ou de substances et pour des plaies aux pieds, a noté Anthony Giannasi, porte-parole des samaritains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Le FC Sion brise une malédiction de 28 ans

Publié

le

La joie d'Ilyas Chouaref après son but qui donne la victoire au FC Sion. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le FC Sion n’a pas raté son grand retour en Super League. Il s’est imposé 2-1 à Berne face aux Young Boys pour briser une malédiction vieille de 28 ans.

Il fallait, en effet, remonter à 1996 pour retrouver la trace d’un succès des Sédunois en championnat sur terre bernoise. Celui de ce dimanche 21 juillet désormais historique a été acquis sur des réussites de Dejan Djokic (39e) et d’Ylyas Chouaref (66e) qui ont répondu à l’ouverture du score de Silvère Ganvoula à la 16e. Même si les faits de jeu lui ont été favorables – on pense au poteau de Filip Ugrinic à la 56e et à l’expulsion de Jaouen Hadjam à la 59e -, le FC Sion n’a rien volé. Avec une seule recrue – Djokic – titularisée au coup d’envoi, il a témoigné du même état d’esprit que la saison dernière. L’humilité a bien chassé le bling bling.

Champions en titre, les Young Boys songeaient sans doute à une autre issue pour la grande première de Patrick Rahmen à la tête de l’équipe. Mais le nouvel entraîneur a pu mesurer toute la fragilité de sa défense, avec un axe central bien léger composé de Sandro Lauper et d’Anel Husic. Il a été, par ailleurs, "trahi" par son capitaine David von Ballmoos dont la responsabilité est largement engagée sur l’égalisation sédunoise. On peut se demander peut-être si le choix de pousser Anthony Racioppi vers la porte de sortie est vraiment fondé.

Mais le coaching de Patrick Rahmen ne fut également pas le plus avisé. Pourquoi n’a-t-il pas remplacé à la pause Hadjam qui était sous la menace d’un second carton jaune et qui a donné très vite des signes d’irascibilité ? A onze contre dix, le FC Sion n'a pas manqué l'aubaine pour signer cette victoire qui lance d'une manière idéale sa saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Matteo Berrettini double la mise

Publié

le

Matteo Berrettini: une finale expéditive pour un deuxième titre à Gstaad. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Matteo Berrettini (ATP 82) est à nouveau le roi de Gstaad. Six ans après la victoire qui a véritablement lancé sa carrière, le Romain s’est à nouveau imposé dans l’Oberland.

Il a battu 6-3 6-1 Quentin Halys (ATP 192) en moins d’une heure de jeu dans une finale interrompue plus d’une demi-heure par la pluie. Matteo Berrettini a enlevé dix des onze derniers jeux de cette partie pour cueillir le neuvième titre de sa carrière, son deuxième en 2024 après son succès en avril à Marrakech. Cette victoire dans l’Oberland permet à l’ancien no 6 mondial de figurer à nouveau parmi les cinquante premiers du classement de l’ATP. Longtemps freiné par des blessures, il semble en mesure de retrouver très vite les sommets.

Victorieux vendredi de Félix Auger-Aliassime et samedi de Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini s’avançait comme le grandissime favori de cette finale. Après avoir écarté trois balles de 4-2 dans un jeu au cours duquel il fut mené 0-40, l’Italien a livré un véritable cavalier seul. Issu des qualifications, Quentin Halys n’a pratiquement opposé plus aucune résistance après avoir concédé le premier break à 3-3.

Avec 51 jeux de service remportés sur les 52 qu’il a livrés lors de ses cinq matches, Matteo Berrettini a fait parler la poudre dans ce Swiss Open. Seul le Colombien Daniel Galan, en huitième de finale, est parvenu à ravir le service de l’Italien qui excelle vraiment dans les conditions de l’altitude. A Gstaad, il n’a, ainsi, concédé qu’une seule défaite en trois participations, en 2022 face à Casper Ruud dans une finale qui lui avait longtemps tendu les bras.

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture