Rejoignez-nous

Actualité

La Russie annonce avoir crée le premier vaccin, l’OMS veut vérifier

Publié

,

le

AP Photo/Sakchai Lalit, File

Le président russe a annoncé mardi que la Russie avait développé le « premier » vaccin contre le coronavirus. Cette affirmation doit encore être vérifiée indépendamment et scientifiquement, selon l’OMS.

L’annonce russe et l’ambition de mettre en production le vaccin dès septembre interviennent alors même que les essais ne sont pas terminés. La phase 3, auprès de milliers de sujets, ne commence que mercredi.

Baptisant le vaccin « Spoutnik V » (V comme vaccin, ndlr), la Russie témoigne de son ambition en la matière, en référence à la victoire politico-scientifique qu’était la mise en orbite du satellite du même nom en pleine Guerre froide. « Pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », s’est félicité Vladimir Poutine, ajoutant « qu’il donne une immunité durable » et que l’une de ses filles se l’était fait inoculer.

Le vaccin, dont le président russe avait fait une priorité, a été développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense.

Début de la production en septembre

« Plus d’un milliard de doses » ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a affirmé Kirill Dmitriev, patron du fonds souverain impliqué dans le développement du vaccin. Il n’a pas précisé la liste des Etats mais cité « l’intérêt »des Emirats Arabes Unis, de l’Arabie Saoudite, de l’Indonésie, des Philippines, du Brésil ou encore de l’Inde.

Selon le fonds, la Russie est prête à produire 500 millions de doses par an dans cinq pays et le début de la production industrielle est prévu en septembre. Le ministère de la Santé a affirmé que la double inoculation « permettait de former une immunité longue » qui pouvait durer « deux ans ».

« Le plus important bien sûr est que nous puissions assurer à l’avenir une sécurité inconditionnelle », a encore dit M. Poutine. La phase 3 des essais doit se dérouler en Russie et à l’étranger, selon le Fonds souverain, notamment aux Emirats, en Arabie Saoudite et aux Philippines.

Selon les autorités, les personnels médicaux et enseignants russes devraient néanmoins être vaccinés en août ou en septembre et sa mise en circulation est prévue en janvier 2021.

Vérifications « rigoureuses »

Ce vaccin est à vecteur viral, c’est-à-dire qu’il utilise comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19. Il utilise l’adénovirus, une technologie également choisie par l’université d’Oxford.

Depuis le début des recherches, l’institut Gamaleïa est cependant accusé de rompre avec les protocoles habituels pour accélérer le processus scientifique. Et jusqu’ici, la Russie n’a pas publié d’étude détaillée permettant de vérifier indépendamment ses résultats.

Mardi, l’OMS a donc affirmé qu’avant toute « pré-qualification » de sa part, elle devait examiner par des « procédés rigoureux » l’ensemble des données « recueillies lors d’essais cliniques ».

Du côté de la communauté scientifique étrangère, le doute était de mise. Le professeur Francois Balloux, de l’Institut de génétique du University College London, a jugé « inconsciente et insensée » l’annonce russe, car tout produit n’ayant pas été « testé de manière appropriée (…) pourrait avoir des conséquences désastreuses ».

Attaques « politiques »

Le docteur Ayfer Ali, spécialiste de la recherche pharmaceutique à la Warwick Business School, a relevé qu’un mauvais vaccin pouvait par exemple déclencher une « facilitation de l’infection par des anticorps, un phénomène lors duquel le vaccin ne protège pas assez (…) et à la place facilite l’entrée du virus dans le corps et aggrave la maladie ».

Avant même ces critiques, M. Dmitriev a condamné « des attaques médiatiques coordonnées » contre le vaccin russe. Il a affirmé que « la sécurité et la santé de gens ordinaires » avaient été « prises en otage par des divergences politiques », du fait des multiples différends russo-occidentaux. « Oublions la politique et profitons de ce moment (…) Nous n’imposons ce vaccin à personne », a-t-il ajouté.

M. Dmitriev a aussi indiqué que des informations complémentaires avaient été « envoyées à l’OMS ». La Russie travaille depuis des mois, comme de nombreux autres pays, sur plusieurs projets de vaccins contre le Covid-19.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Situation épidémiologique stable à Genève, malgré le variant

Publié

le

La situation épidémiologique reste stable à Genève. Le nouveau variant représente 5 à 6 % des tests positifs. Elle progresse par rapport au début du mois de janvier, mais les fermetures de commerces et de restaurants semblent porter leurs fruits selon la Médecin cantonale. Du côté des vaccinations, 10’000 personnes ont reçu le vaccin. Le point avec la Pharmacienne cantonale.

La situation est stable à Genève du côté épidémiologique. Chaque jour entre 130 et 150 personnes sont testées positives au Covid et entre 10 et 15 personnes sont hospitalisées. En tout 400 personnes sont aux HUG pour un Covid aigu ou pour les suites d’un Covid aigu. Et ce malgré le nouveau variant plus contagieux. Pour la doctoresse Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, c’est un soulagement.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

La proportion du variant est actuellement de 5 à 6% des tests positifs. Elle progresse puisque début janvier, le nouveau variant ne représentait qu’un pourcent. Une progression qui inquiète tout de même la médecin cantonale.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Du côté des vaccinations, quelque 10’000 personnes ont reçu la première dose de vaccin. Le point de la situation avec la Pharmacienne cantonale genevoise, Nathalie Vernaz.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-Hegi Pharmacienne cantonale genevoise

Lundi le canton de Genève va recevoir 10’500 doses de vaccins Moderna.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: Alain Berset visite le nouveau centre de vaccination des HUG

Publié

le

ATS/Keystone

Le Conseiller fédéral chargé de la santé Alain Berset a visité le futur centre de vaccination des Hôpitaux universitaires de Genève en compagnie des autorités cantonales et des autorités sanitaires genevoises. Il a également visité le centre des maladies virales émergentes. 

Alain Berset était en visite aux HUG aujourd’hui. Il a rappelé l’importance des contacts et des rencontres sur le terrain avec l’ensemble des acteurs, privés et publics et aussi de la santé.

Le Conseiller fédéral a profité de sa visite à Genève pour voir le directeur de l’OMS. Il a rappelé l’importance de l’organisation onusienne pour notre pays. La Suisse s’est investie dans l’initiative Covax pour que l’ensemble des pays aient accès aux vaccins. Elle collabore activement avec Singapour. Alain Berset s’est réjoui du retour en force des USA au sein de l’OMS.

Le Conseiller fédéral n’avait pas visité les HUG depuis le 24 mars 2020. Il a rendu hommage aux familles touchées par le virus qui ont connu des décès. Il a remercié le personnel hospitalier pour son fort engagement et salué la capacité d’adaptation de l’hôpital cantonal pour faire face à la pandémie.

Apparition de variants

Il a regretté l’apparition de nouveaux variants plus contagieux tout en rappelant l’importance des HUG pour le séquençage des modifications du virus. Il s’est réjoui de l’apparition de nouveaux vaccins dans des temps records. La Suisse serait dans une très bonne position de départ grâce à la réservation et l’achat de bons produits de vaccination. 500’000 doses de vaccins sont arrivées dans le pays. Alain Berset a visité le nouveau centre de vaccination des HUG ainsi que le centre des maladies émergentes dirigées par le Pr Laurent Kaiser.

Le Conseiller fédéral a félicité les Suisses pour leur bon comportement durant les fêtes. Sur deux semaines, l’incidence est de 360 cas par 100’000 habitants. Il a conclu en soulignant que la campagne de vaccination doit monter en puissance.

« la Suisse pas à la traîne en matière de vaccination »

« La Suisse n’est pas à la traîne en matière de vaccination », selon Alain Berset. Les situations des cantons sont très différentes. Les capacités de vaccinations attendues sont de 525 par jour et par 100’000 habitants en février.  A Genève, pour une population d’un demi-million d’habitants, la capacité doit donc être de 2625 par jour, cela multiplié par 7 jours. Ecoutez le Conseiller fédéral chargé de la santé, Alain Berset.

Alain Berset
Conseiller fédéral chargé de la santé
Alain Berset Conseiller fédéral chargé de la santé

Retard de livraison

Le prix payé par la Confédération n’aurait rien à voir avec les délais de livraisons des vaccins, la Suisse n’a pas lésiné sur le prix selon Alain Berset.

Alain Berset
Conseiller fédéral chargé de la santé
Alain Berset Conseiller fédéral chargé de la santé

Pfizer BionTech serait en train d’améliorer son outil de production pour pouvoir monter en puissance. La deuxième dose de vaccin devrait être livrée à temps aux cantons selon le Conseiller fédéral.

Test négatif pour entrer en France

La France a annoncé qu’un test négatif serait demandé dès dimanche à toutes les personnes étrangères entrant en France. Les Suisses seraient concernés mais la décision exclu à priori les frontaliers qui travaillent à Genève. Ecoutez la réaction du Conseiller d’Etat gnevoise chargé de la santé, Mauro Poggia.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat genevois chargé de la santé
Mauro Poggia Conseiller d'Etat genevois chargé de la santé

Selon Alain Berset, la Confédération songerait également à réclamer des tests aux ressortissants étrangers.

Le taux de reproduction en Suisse serait de 0,8. Il a été calculé entre le 8 et le 20 janvier.

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Premier accident mortel de la circulation sur les routes genevoises en 2021

Publié

le

Image Archives Keystone

Un piéton de 83 ans décède après avoir été renversé par une moto

Un piéton de 83 ans a perdu la vie, jeudi soir, après avoir été renversé par un motocycliste qui circulait sur la route Blanche, en direction de la douane de Thônex-Vallard (GE). L’accident s’est produit à la hauteur de l’arrêt de bus « Sous-Moulin ». La police genevoise a lancé vendredi un appel à témoins.

L’octogénaire se trouvait sur la chaussée au moment du choc, mais l’enquête devra notamment déterminer s’il était sur un passage pour piétons et s’il pouvait, le cas échéant, traverser cet axe très fréquenté.

Le pilote du deux-roues, âgé de 34 ans, s’est grièvement blessé en chutant. Sa vie n’est cependant pas en danger, a fait savoir la porte-parole de la police genevoise Joanna Matta.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

VIDEO – Les nuits genevoises illuminées par des oeuvres poétiques

Publié

le

KEYSTONE / Martial Trezzini

Art urbain et lumineux à Genève

Dès vendredi et jusqu’au 31 janvier, le festival Geneva Lux déploie 21 oeuvres lumineuses au centre-ville de Genève. Ces installations en plein air amènent un peu de gaieté et de poésie pendant cette crise sanitaire.

Dès la tombée de la nuit, une trentaine d’étranges araignées font frissonner les badauds sur la rotonde du Mont Blanc. Un peu plus loin, sur l’Île Rousseau, une baleine et son baleineau cherchent à se frayer un chemin dans l’obscurité de la rade. Les coquelicots qui poussent sur les arbres près de la gare sont toujours spectaculaires.

Cette 7e édition du Geneva Lux, organisée par la Ville de Genève, propose 21 oeuvres à découvrir en plein centre ainsi qu’aux Pâquis, aux Eaux-Vives et à Plainpalais. Des parcours sont suggérés sur le site internet de la manifestation, mais chacun est invité à se laisser guider par ses envies de flânerie.

https://evenements.geneve.ch/genevalux-oeuvres/

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Actualité

Tests exigés avant l’arrivée en France

Publié

le

Dès dimanche, les voyageurs européens devront se soumettre à un test PCR pour pouvoir entrer en France (image d'illustration - KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA)

La France exigera, à partir de dimanche à 00h00, un test PCR réalisé 72 heures avant le départ pour la plupart des voyageurs européens voulant entrer sur son territoire, a annoncé le président Emmanuel Macron au Conseil européen, a rapporté l’Elysée tard jeudi soir.

Cette obligation s’appliquera « hors voyages essentiels », a précisé l’Elysée : « Les travailleurs frontaliers et le transport terrestre seront en particulier exemptés ».

Paris avait déjà décidé le 14 janvier de soumettre à cette règle les voyageurs en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE). Les travailleurs transfrontaliers et les travailleurs « essentiels » en étaient déjà exemptés.

L’Elysée a précisé que l’approche choisie par le chef de l’Etat était également celle de « beaucoup de ses homologues européens ».

A Stockholm, l’agence européenne chargée des épidémies a invité de son côté les Européens à « se préparer à une escalade rapide de la rigueur des mesures (pour contrer le virus) dans les semaines à venir afin de préserver les capacités de soins, ainsi qu’à accélérer les campagnes de vaccination ».

En France, où le bilan frôle désormais les 72’000 morts, le nombre de contaminations enregistrées a de nouveau dépassé jeudi le chiffre de 20.000, et le spectre d’un troisième confinement semble se profiler.

La décision d’Emmanuel Macron intervient à l’issue d’un sommet en visioconférence des 27 Etats membres lors duquel Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a sonné l’alarme sur « la situation sanitaire très grave » causée dans toute l’Europe par la pandémie de Covid-19.

Jugeant que « tous les voyages non essentiels doivent être fortement déconseillés », la dirigeante a cependant affirmé qu’il était « de la plus haute importance de continuer à faire fonctionner le marché unique », c’est-à-dire de continuer à permettre le transport « fluide des travailleurs essentiels et des marchandises à travers les frontières » des pays de l’UE

 

Continuer la lecture