Rejoignez-nous

Actualité

La recette des conservateurs polonais

Publié

,

le

Un succès augmenté par des aides financières

Interrogé par Radio Lac, le chroniqueur historique genevois Claude Bonard qui partage sa vie entre Geneve et Varsovie, estime que les recettes du PiS sont simples à analyser : « L’électorat de ce parti est plutôt rural et traditionnel. Le revenu moyen en Pologne correspond à 1000 francs. Ce parti a mis en place des mesures sociales comme par exemple une enveloppe de 500 zlotys (127 francs) par mois et par enfant et une exonération fiscale pour les jeunes jusqu’à l’âge de 26 ans. »

Claude Bonard chroniqueur historique genevois

 

Les conservateurs nationalistes au pouvoir en Pologne ont remporté les élections législatives.

Ils devraient conserver la majorité absolue, selon les résultats officiels quasi-complets portant sur 81% des bureaux de vote annoncés lundi matin.

Autre résultat marquant de ce scrutin, la gauche retourne au Parlement après une pause de quatre ans et l’extrême droite anti-système y fait son entrée.

Avec 45,16% des suffrages, le parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, populaire en province notamment grâce à de généreux transferts sociaux, devrait obtenir une majorité confortable dans la chambre basse qui compte 460 sièges, selon les résultats portant sur 82,79% des bureaux de vote, publiés par la Commission électorale nationale.

Pour le Sénat, le PiS est crédité de 45,16% des voix, selon un décompte portant sur 82,41% des bureaux de votes, toujours selon la Commission.

« Dur labeur »

Devant nous, quatre années de dur labeur », a déclaré dimanche soir M. Kaczynski au siège de son parti. « Nous méritons davantage », a ajouté le chef du PiS, considéré comme l’homme le plus influent de Pologne. « Nous devons réfléchir (…) aux raisons pour lesquelles une partie de la société a considéré qu’il ne fallait pas nous soutenir », a-t-il encore dit.

Selon ces résultats, publiés par la Commission électorale, la principale formation d’opposition, la Coalition civique (KO, centriste), obtiendrait 26,10%, suivie par la gauche (12,10%). Le parti paysan PSL associé au parti anti-système Kukiz’15 bénéficierait de 8,81% des voix.

Une formation d’extrême droite anti-système, comprenant des ultra-libéraux et des nationalistes anti-migrants, la Confédération, entrerait au Parlement avec 6,71% des suffrages. La minorité allemande disposerait d’un mandat. La participation a atteint 61,1%, un record depuis les premières élections semi-libres de 1989 (organisées encore selon le système hérité du communisme).

Parmi les cinq listes qui doivent entrer au Parlement, certaines sont des alliances comprenant des éléments différents. L’arrivée de la gauche et de l’extrême droite annonce une chambre hétéroclite, a souligné Stanislaw Mocek, recteur de l’université Collegium Civitas.

Miser sur la présidentielle

Le PiS « a la majorité absolue et donc n’a pas besoin d’alliés pour gouverner », a relevé M. Mocek dans une déclaration à l’AFP. Mais « il n’a pas la majorité suffisante pour rejeter un veto présidentiel, donc l’enjeu pour l’opposition est de miser désormais sur l’élection présidentielle de l’année prochaine ».

En place depuis 2015, le PiS a cherché à mobiliser les couches défavorisées, et notamment celles des campagnes, en s’érigeant en défenseur des valeurs familiales face à « l’idéologie LGBT » et surtout en promettant une nouvelle allocation familiale, la baisse des impôts et la hausse du salaire minimum, mesures qu’autorisent les très bonnes performances de l’économie polonaise.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Suisse fait toujours partie des pays les plus sûrs du monde

Publié

le

Selon une carte de la société International SOS qui répertorie les pays du globe selon différents types de dangers, la Suisse se situe parmi les pays les plus sûrs du monde. De l’autre côté du spectre, l’Afrique possède les pays les moins bien notés.

La « Travel Security Map » est une carte interactive qui classe les pays du monde selon divers dangers. Ainsi, la carte révèle qu’il vaut mieux éviter certains pays d’Afrique comme la Somalie ou la Libye. En revanche, les pays d’Europe occidentale et les nations nordiques semblent être des destinations de choix pour voyager sereinement.

Cette carte a été réalisée par International SOS, une société singapourienne qui propose des solutions de prévention médicale, de sécurité, d’accès aux soins et d’intervention en cas d’urgence aux entreprises mettant en place des opérations à l’international. Les spécialistes ont retenus trois critères pour mesurer la dangerosité d’un pays : la sécurité globale, la sécurité routière et la santé. Chaque critère est divisé en cinq niveaux de gravité. Par exemple, pour mesurer l’état de santé d’un pays, les niveaux sont composés de bas, moyen, risque fluctuant, élevé et très élevé.

Quatre pays d’Afrique pointés du doigt

La Libye, la Somalie, le Soudan du Sud et la République Centrafricaine. Voilà les noms des quatre pays possédants les plus mauvaises notes dans les trois catégories prises en compte. Les quatre cancres de l’étude font tous partie du continent Africain. Le Mali fait également partie des pays classés « extrêmes » pour le risque sécuritaire.

A l’inverse, les pays qui ont obtiennent les meilleurs notes dans les trois domaines sont tous situé sur le continent européen. Les bons élèves de l’enquête sont moins d’une dizaine, parmi lesquels la Suisse. Complètent la liste Andorre, le Luxembourg, la Slovénie et des pays du nord de l’Europe comme le Danemark, la Norvège, la Finlande, l’Islande et le Groenland. Dans ces états. le péril pour sa sécurité y est décrit comme insignifiant, les risques liés à la santé faibles et on y dénombre moins de dix morts sur les routes par tranche de 100’000 habitants.

 

Les trois cartes sont consultables sur ce site:

Continuer la lecture

A la une

Valentine Mallet: entre photographie et document historique

Publié

le

copyright Bibliothèque de Genève

Elle était Genevoise, femme et photographe. Valentine Mallet est née au 19ème siècle à Lancy. Elle a laissé près de 300 photographies de Genève prises entre 1895 et 1915. Entre document et art, cette pionnière du photoreportage fait l’objet d’une publication.

L’ouvrage a été co-édité par l’association Lancy d’Autrefois et la Bibliothèque de Genève et il a été réalisé grâce au travail de master d’une jeune chercheuse en histoire de l’art, Sarah Merlini. L’originalité de ces photos: elles ont été prises à une période charnière pour la Ville de Genève en termes de changements urbains. Sarah Merlini

Sarah Merlini Historienne de l'art

Les changements sont aussi sociétaux dans ce Genève qui s’industrialise. Sarah Merlini.

Sarah Merlini Historienne de l'art

Les photos de Valentine Mallet sont à la frontière entre photo et documentaire. Elles se retrouvent dans les journaux et les publications de l’époque.

Sarah Merlini Historienne de l'art

Valentine Mallet venait d’une famille lancéenne assez aisée. Son père était peintre. Elle arpentait les chantiers pour photographier les mutations des différents quartiers de la Ville de Genève.

Sarah Merlini Historienne de l'art

Le sujet de la photographie amateur à Genève est loin d’être complètement exploré selon la chercheuse:

Sarah Merlini Historienne de l'art

Les photos de Valentine Mallet seront exposées dès le 3 février 2020 au couloir des Coups d’œil de la Bibliothèque de Genève et à l’arcade du vieux Lancy en mai.

L’ouvrage, co-édité par la Bibliothèque de Genève et l’Association Lancy d’Autrefois aux Éditions des Communes réunies, est disponible à l’arcade du vieux Lancy, à la Mairie et au centre commercial de la Praille mais aussi à la Librairie du Boulevard et au Parnasse au prix de CHF 15.-.

 

Continuer la lecture

A la une

Information et soutien dans des nouveaux locaux à la Jonction

Publié

le

L’Espace Ville de Genève a inauguré ses nouveaux locaux mardi au Boulevard Carl-Vogt. Il offre informations et soutien social dans des bureaux mieux adaptés et plus confidentiels.

La Ville de Genève a inauguré des nouveaux locaux ce mardi. Au 2, Boulevard Carl-Vogt, l’Espace Ville de Genève offre des renseignements d’ordre culturel, touristique ou sportif, mais également social, notamment pour les personnes fragilisées. L’Espace d’information a ainsi quitté ses anciens locaux situés sur le Pont de la Machine pour s’installer dans un nouveau lieu, rafraîchi et adapté aux besoins de sa mission.

A l’étage, la population pourra bénéficier des conseils et de l’aide de l’Unité de logement temporaire. Un nouvel espace qui offre davantage de confidentialité que dans les anciens locaux situés à la rue Dancet et qui se veut le plus accessible possible. La conseillère administrative en charge de la cohésion sociale, Esther Alder.

Esther Alder Conseillère administrative - cohésion sociale et solidarité

La Ville appelle les personnes concernées à ne pas hésiter à demander de l’aide. Souvent ces personnes se découragent devant « le labyrinthe administratif » que représentent les démarches à entreprendre, explique Esther Alder.

Esther Alder Conseillère administrative - cohésion sociale et solidarité

Les locaux sont ouverts le lundi, de 11h30 à 17h30, du mardi au vendredi, de 8h30 à 17h30, et le samedi, de 10h à 17h.

 

Continuer la lecture

Actualité

La hausse des coûts de la santé s’accentue

Publié

le

Le vieillissement de la population - et les soins de longue durée qui lui sont lié - fait partie des causes principales de l'accélération de la hausse des coûts de la santé (photo symbolique). (©KEYSTONE/AP/THOMAS KIENZLE)

La hausse des coûts de la santé devrait davantage progresser en 2019 que lors des deux années précédentes. Elle devrait atteindre 3,6%. La faute à une légère hausse des salaires nominaux, au vieillissement de la population et à la réduction d’arriérés de facturation.

A titre comparatif, les coûts de la santé avaient augmenté de 2,9% en 2017 et les chiffres définitifs pour 2018 devraient se situer à +2,7%, indique mardi le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’EPF de Zurich dans ses provisions semestrielles. En juin dernier, le KOF prévoyait une hausse de 3,7% pour l’année en cours. Il a rectifié ce chiffre légèrement à la baisse (-0,1 point).

Malgré la progression des dépenses de santé, les mesures politiques prises pour les endiguer devraient s’avérer efficaces, souligne le KOF. Sans elles, la facture estimée pour 2019 serait donc plus lourde encore.

Léger recul passager en 2020

La hausse des coûts devrait légèrement s’atténuer en 2020 (+3,3%), puis remonter à 3,6% en 2021. Par tête d’habitant, les dépenses se situeraient à 10’502 francs l’an prochain et à 10’774 francs dans deux ans.

La progression plus marquée en 2021 est liée en partie au fait que le produit intérieur brut (PIB) devrait alors augmenter à nouveau, selon le KOF. En outre, l’accroissement du nombre de personnes âgées s’accélérera une nouvelle fois.

Assurance maladie mise au défi

Ces prochaines années, les coûts devraient croître davantage dans le domaine ambulatoire que dans les secteurs hospitaliers stationnaires. En raison du vieillissement de la population, les soins de longue durée devraient, eux, poursuivre leur expansion. Les dépenses en matière de services auxiliaires (soins à domicile notamment) devraient aussi maintenir leur forte hausse.

Au final, l’assurance maladie obligatoire devrait donc faire face à une hausse relativement soutenue dans les années à venir.

Source ATS

Continuer la lecture

Football

L’autre Euro de l’Equipe de Suisse

Publié

le

Auteur d'un but et deux assists à Gibraltar, Ruben Vargas est l'un des espoirs helvétiques à avoir déjà réussi le grand saut en équipe A (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX).

Les « Rougets » livrent un duel au sommet contre la France mardi (19h) à Neuchâtel dans le cadre du tour qualificatif de l’Euro des moins de 21 ans ; au-delà de ce match, les internationaux helvétiques espoirs ont beaucoup de perspectives de faire le grand saut en équipe A à l’image de Ruben Vargas…

Au moment où les « Rouges » de Vladimir Petkovic assurent leur qualification pour l’Euro, l’Equipe de Suisse des moins de 21 ans vit également un moment important avec un choc au sommet contre la France dans le cadre du tour qualificatif pour l’Euro des moins de vingt-et-un ans. Les deux voisins ont remporté chacun des trois matches joués jusqu’ici, ils occupent donc conjointement la tête du groupe 2. Ce duel représente un moment fort pour des joueurs qui découvrent le plus haut niveau
Lydiane Guénat de RTN a demandé Mauro Lustrinelli, le coach national M21, comment il s’y prend pour gérer l’émotion de de ses joueurs et pour calmer leurs ardeurs avant ce match.

Mauro Lustrinelli Coach National de l'Equipe de Suisse M21

 

Affronter les moins de vingt-et-un ans français est une énorme source de motivation pour n’importe quel membre de la sélection espoirs, notamment pour Cédric Zesiger, Fribourgeois formé à Neuchâtel Xamax, avant de transiter par les Grasshoppers et d’atterrir dans l’axe central de la défense des « jaunes et noirs » de la capitale fédérale.

 

 

Ce duel franco-Suisse se joue sur le gazon synthétique de la Maladière. Au coup d’envoi mardi à 19 h, les jeunes internationaux helvétiques auront eu l’avantage d’une semaine complète d’entraînements et de récupération sans les fatigues de la compétition, alors que dans le même temps les Français ont dû batailler pour venir à bout de la Géorgie (3-2).

Mauro Lustrinelli Coach National de l'Equipe de Suisse M21

 

Un adversaire redoutable

La tâche des espoirs helvétiques s’annonce difficile face aux joueurs de l’Hexagone dont bon nombre possèdent l’expérience de la Ligue 1 française, voire même de la Ligue des Champions européenne. Léo Seydoux, latéral droit de Neuchâtel Xamax souligne la valeur des sélectionnes français nés en 1998-99.

Leo Seydoux Arrière latéral de l'Equipe de Suisse M21

 

L’esprit de groupe suisse

Les Helvètes ont néanmoins les armes pour venir à bout de leurs prestigieux adversaires,  et l’un de leurs atouts est précisément cet esprit de groupe qu’ils ont eu l’occasion de développer encore durant le stage de préparation précédant le match. Un point fort de la formation dirigée par Mauro Lustrinelli, selon Cédric Zesiger, défenseur central des Young Boys.

Cédric Zesiger Défenseur central de l'Equipe de Suisse M21

 

Des perspectives avec l’équipe A

Cette sélection helvétique espoirs regorge de talents et les passerelles avec l’équipe A existent : les footballeurs de demain ont bien des perspectives d’avenir, comme le démontre l’intégration réussie de Ruben Vargas et d’Eray Cömert.

Mauro Lustrinelli Coach National de l'Equipe de Suisse M21

 

 

 

Interviews : Lydiane Guénat (RTN)

 

Continuer la lecture