Rejoignez-nous

Actualité

La recette des conservateurs polonais

Publié

,

le

Un succès augmenté par des aides financières

Interrogé par Radio Lac, le chroniqueur historique genevois Claude Bonard qui partage sa vie entre Geneve et Varsovie, estime que les recettes du PiS sont simples à analyser : "L'électorat de ce parti est plutôt rural et traditionnel. Le revenu moyen en Pologne correspond à 1000 francs. Ce parti a mis en place des mesures sociales comme par exemple une enveloppe de 500 zlotys (127 francs) par mois et par enfant et une exonération fiscale pour les jeunes jusqu'à l'âge de 26 ans."

Claude Bonardchroniqueur historique genevois

 

Les conservateurs nationalistes au pouvoir en Pologne ont remporté les élections législatives.

Ils devraient conserver la majorité absolue, selon les résultats officiels quasi-complets portant sur 81% des bureaux de vote annoncés lundi matin.

Autre résultat marquant de ce scrutin, la gauche retourne au Parlement après une pause de quatre ans et l'extrême droite anti-système y fait son entrée.

Avec 45,16% des suffrages, le parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, populaire en province notamment grâce à de généreux transferts sociaux, devrait obtenir une majorité confortable dans la chambre basse qui compte 460 sièges, selon les résultats portant sur 82,79% des bureaux de vote, publiés par la Commission électorale nationale.

Pour le Sénat, le PiS est crédité de 45,16% des voix, selon un décompte portant sur 82,41% des bureaux de votes, toujours selon la Commission.

"Dur labeur"

Devant nous, quatre années de dur labeur", a déclaré dimanche soir M. Kaczynski au siège de son parti. "Nous méritons davantage", a ajouté le chef du PiS, considéré comme l'homme le plus influent de Pologne. "Nous devons réfléchir (...) aux raisons pour lesquelles une partie de la société a considéré qu'il ne fallait pas nous soutenir", a-t-il encore dit.

Selon ces résultats, publiés par la Commission électorale, la principale formation d'opposition, la Coalition civique (KO, centriste), obtiendrait 26,10%, suivie par la gauche (12,10%). Le parti paysan PSL associé au parti anti-système Kukiz'15 bénéficierait de 8,81% des voix.

Une formation d'extrême droite anti-système, comprenant des ultra-libéraux et des nationalistes anti-migrants, la Confédération, entrerait au Parlement avec 6,71% des suffrages. La minorité allemande disposerait d'un mandat. La participation a atteint 61,1%, un record depuis les premières élections semi-libres de 1989 (organisées encore selon le système hérité du communisme).

Parmi les cinq listes qui doivent entrer au Parlement, certaines sont des alliances comprenant des éléments différents. L'arrivée de la gauche et de l'extrême droite annonce une chambre hétéroclite, a souligné Stanislaw Mocek, recteur de l'université Collegium Civitas.

Miser sur la présidentielle

Le PiS "a la majorité absolue et donc n'a pas besoin d'alliés pour gouverner", a relevé M. Mocek dans une déclaration à l'AFP. Mais "il n'a pas la majorité suffisante pour rejeter un veto présidentiel, donc l'enjeu pour l'opposition est de miser désormais sur l'élection présidentielle de l'année prochaine".

En place depuis 2015, le PiS a cherché à mobiliser les couches défavorisées, et notamment celles des campagnes, en s'érigeant en défenseur des valeurs familiales face à "l'idéologie LGBT" et surtout en promettant une nouvelle allocation familiale, la baisse des impôts et la hausse du salaire minimum, mesures qu'autorisent les très bonnes performances de l'économie polonaise.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Variole du singe: l'OFSP étudie la possibilité d'acheter un vaccin

Publié

le

Les symptômes de la variole du singe ressemblent, en moins grave, à ceux de la variole: fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, dorsales, au cours des cinq premiers jours. Apparaissent ensuite des éruptions cutanées, des lésions, des pustules et enfin des croûtes (archives). (© KEYSTONE/AP)

Face à la multiplication des cas de variole du singe en Europe, dont un confirmé en Suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) examine la possibilité de se procurer un vaccin. Il n'y a pour l'instant pas lieu de s'inquiéter, a indiqué sa vice-directrice.

"Les clarifications concernant la disponibilité et l'acquisition d'un vaccin sont actuellement en cours", a déclaré dimanche Linda Nartey à la télévision suisse alémanique SRF. Il n'existe pas de vaccin spécifique contre la variole du singe, mais les vaccins antivarioliques de première et deuxième génération sont efficaces contre la maladie, selon elle.

Ils avaient été administrés en Suisse dans le cadre d'un programme d'éradication de la variole jusqu'en 1972. Les personnes qui ont été vaccinées contre la variole avant cette date auront "probablement une certaine immunité" contre le virus de la variole du singe, a précisé la vice-directrice de l'OFSP. "Je ne peux pas dire à quel point cette immunité est bonne pour le moment".

Un vaccin antivariolique de troisième génération, qui offre également une protection contre la variole du singe, a été autorisé dans l'Union européenne. Selon l'OFSP, ce vaccin n'est toutefois pas disponible ou autorisé en Suisse.

Contact étroit est nécessaire

Pour l'instant, rien n'indique que nous nous trouvons face à une nouvelle pandémie, relève Mme Nartey. "Sur la base de ce que l'on sait du virus, on peut partir du principe qu'il est moins transmissible que le coronavirus". Un contact étroit est nécessaire pour la transmission de la variole du singe.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait enregistré plus de 90 infections confirmées jusqu'à samedi dans des pays où le virus, originaire d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale, n'apparaît normalement pas.

En Suisse, un cas confirmé a été annoncé samedi dans le canton de Berne. Selon les autorités sanitaires, l'homme d'âge moyen présente des symptômes légers. Il a probablement été contaminé dans un pays européen. Il s'est plaint de fièvre, de malaise et d'éruptions cutanées. Il a été placé en isolement à son domicile.

Le canton de Berne a tracé ses contacts afin de pouvoir reconstituer d'éventuelles chaînes de contamination. "Nous avons joint toutes les personnes de contact. Aucune d'entre elles n'a indiqué avoir constaté des symptômes", a déclaré dimanche la médecin cantonale bernoise Barbara Grützmacher au Tages-Anzeiger.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

FC Sion: un grand merci à Edin Omeragic

Publié

le

La troisième bévue d'Edin Omeragic qui permet au FC Sion de rester en Super League. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Trois bévues du gardien remplaçant du Servette FC Edin Omeragic ont permis au FC Sion d'assurer son maintien. Il ne passera pas par la case du barrage après son nul (3-3) heureux face aux Genevois.

Victorieux 3-2 du FC Zurich au Letzigrund après avoir pourtant été mené 2-0 à la 27e, le FC Lucerne devra sauver sa place en Super League lors d'une double confrontation face au FC Schaffhouse. Si une morale existait dans le football, jamais cette équipe si séduisante depuis le remplacement de Fabio Celestini par Mario Frick, n'aurait dû connaître un tel sort. Poussée par son public et par un élan formidables, elle est depuis des semaines l'une des formations les plus séduisantes du pays.

Une impression pitoyable

On ne peut pas malheureusement en dire autant du FC Sion. Sans les cadeaux royaux du malheureux Omeragic, le FC Sion aurait dû prolonger sa saison une semaine de plus comme l'an dernier pour un barrage qui aurait été bien celui de tous les dangers en raison de la pauvreté de son jeu. Face pratiquement à la seconde équipe du Servette FC, les Valaisans ont laissé une impression pitoyable. Si le Servette FC avait tout simplement aligné un gardien à la hauteur, jamais les Valaisans n'auraient cueilli ce point du nul qui les sauve.

Edin Omeragic a commis une première erreur de relance sur l'ouverture du score de Filip Stojilkovic à la 26e. A la 77e alors que son équipe menait 3-1 face à des Sédunois qui avaient vraiment abdiqué, il récidivait pour offrir à Itaitinga la possibilité de réduire la marque. A la 85e, il renvoyait mal une frappe de ce même Itaitinga pour le plus grand bonheur de Gaëtan Karlen et des supporters valaisans. Le FC Sion était sauvé, c'est vrai. Mais il n'a pas sans doute fini de se demander par quel miracle.

Encore sous contrat une année, Paolo Tramezzani a mené à bien une deuxième opération maintien après celle de 2020. Mais son président doit désormais se demander si son entraîneur sera bien l'homme de la situation la saison prochaine. Le manque d'identité dans le jeu interpelle. Le FC Sion donne, par ailleurs, l'image d'une équipe sans âme, incapable d'entraîner son public. Ce constat ne date malheureusement pas de hier.

Alex Frei de retour au FC Bâle

Grand artisan du maintien du FC Sion en 2020, Pajtim Kasami a été le buteur qui a permis au FC Bâle de conserver sa deuxième place au classement. Le Champion du monde a signé le 2-1 pour les Rhénans face à Lugano. Mais cette rencontre contre les Tessinois n'était pas le fait du jour au Parc Saint-Jacques. L'imminence de l'arrivée d'Alex Frei l'a reléguée au second plan.

Moins de vingt-quatre heures après avoir conduit le FC Winterthour en Super League, le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de Suisse s'apprête à reprendre les rênes de "son" club. Après un court intermède malheureux en 2018, Alex Frei revient par la grande porte. Aux yeux de David Degen, il est l'homme qui va redonner très vite ses lettres de noblesse au FCB. Le chantier qui se présente devant lui semble pour le moins très vaste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lausanne: près de 3800 personnes ont visité des ateliers d'artistes

Publié

le

Pour cette 16e édition d'Aperti, pas moins de 59 artistes avaient répondu à l'appel à Lausanne, Lutry, Renens, Prilly, Chavannes-près-Renens et Mont-sur-Lausanne. Ils ont présenté samedi et dimanche de 12h00 à 18h00 leurs oeuvres dans 57 ateliers (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 16e édition d'Aperti s'est tenue ce week-end à Lausanne et dans les environs. Près de 3800 personnes ont pu visiter des ateliers d'artistes et discuter de la création avec eux, ont indiqué dimanche les organisateurs.

Pas moins de 59 artistes avaient répondu à l'appel à Lausanne, Lutry, Renens, Prilly, Chavannes-près-Renens et Mont-sur-Lausanne. Ils ont présenté samedi et dimanche de 12h00 à 18h00 leurs oeuvres dans 57 ateliers. "Une belle occasion d'arpenter la ville à la découverte d'univers artistiques multiples", écrivent les responsables dans un communiqué.

Pour les visiteurs, un véritable panorama était en effet à découvrir à l'enseigne d'Aperti 2022, mêlant peinture, dessin, photographie, livre d'artiste, sculpture, gravure, installation, vidéo et multimédia. Cette année, en marge des travaux présentés dans leurs ateliers, certains artistes ont même créé des ½uvres in situ, parfois participatives.

Le public était divers: passionnés d'art, familles, amis ou encore collectionneurs. Pour tous, l'occasion était donnée de découvrir des lieux privés et de rencontrer des artistes dans leur univers intime et expérimental. Pour participer à ces "coulisses de la création", il suffisait de télécharger un pass gratuit qui était scanné à l'entrée des ateliers. La prochaine édition se tiendra au printemps 2023, annoncent déjà les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Net'Léman 2022: près de 4 tonnes de déchets ramassés dans les eaux

Publié

le

En onze ans, Net'Léman a permis de repêcher 120'000 kilos de déchets sauvages. En moyenne, environ dix tonnes de macro-déchets en plastique se retrouvent chaque année dans les eaux du Léman (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Net’Léman, le grand nettoyage de printemps du lac, a permis de ramasser 3867 kilos de déchets ce week-end. Quelque 1200 bénévoles, dont 300 plongeurs de 23 clubs, ont participé à cette 11e édition.

L'événement a eu lieu simultanément sur quatorze sites tout autour du Léman, de Cologny (GE) à Noville (VD) en passant par Nyon, Morges Lausanne, Vevey ou encore Evian (F). Berges, enrochements, ports, débarcadères, quais, plages, embouchures de rivières ont ainsi été passés au peigne fin.

Selon l'Association pour la Sauvegarde du Léman (ASL), organisatrice de la manifestation environnementale, un constat est frappant: les déchets en plastique, contenants jetables et mégots sont les déchets les plus fréquemment trouvés.

"Malgré plus de 200 millions de francs par an consacrés au nettoyage des espaces publics en Suisse, ces déchets de petite taille passent souvent inaperçus et terminent leur courte vie en compagnie des canards une fois la bise levée. Les mégots polluent jusqu'à 1000 litres d'eau et les déchets en plastique se fragmentent en particules jusqu'à devenir invisibles à l'½il nu", explique l'ASL dans un communiqué publié dimanche.

Trouvailles insolites

"Des lois bannissant les contenants jetables ou les mégots jetés à terre dans les espaces naturels devraient ainsi être adoptées rapidement, et sur l'ensemble du territoire, si l'on ne souhaite pas devoir ramasser ces déchets sauvages pendant encore de nombreuses années", recommande l'association.

Net'Léman 2022 s'est donc soldé par le ramassage d'exactement 3867 kilos de déchets. Dans le détail, selon les organisateurs, il a permis de récupérer 59'421 mégots de cigarettes, 632 kilos de plastique, 1403 bouteilles en verre, 4091 canettes alu et 1259 bouteilles de PET.

Quelques trouvailles insolites ont marqué cette 11e édition: un chaudron, un frigo, une machine à laver, un bidet, un drone, 62 pneus, 38 cigarettes électroniques, 20 bouteilles de protoxyde d'azote ou encore 17 cônes de chantier.

128 tonnes de déchets en moins

En plus de l'action de nettoyage, l'ASL met aussi en avant les astuces et bonnes pratiques pour minimiser les déchets en amont: gourdes, vaisselle de réutilisation, gobelets à usages multiples, sac en tissu, tout ce qu'il faut avoir avec soi afin d'éviter d’encombrer les poubelles.

En onze éditions depuis 2005, Net'Léman a permis de repêcher 128'000 kilos de déchets sauvages. En moyenne, environ dix tonnes de macro-déchets en plastique se retrouvent chaque année dans les eaux du Léman.

L'ASL est une association franco-suisse, à but non lucratif, apolitique, de référence scientifique et reconnue d'utilité publique. Depuis 2018, le navigateur et skipper professionnel suisse Alan Roura est le parrain de l'événement annuel.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de la santé réuni à Genève sur l'Ukraine et la pandémie

Publié

le

Le conseiller fédéral Alain Berset a répété que la Suisse était favorable à un renforcement des instruments de réponse aux pandémies avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au centre du dispositif. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le monde de la santé est à Genève pour préparer la prochaine pandémie et alerter sur l'effet de la guerre en Ukraine. En ouvrant dimanche l'Assemblée mondiale de la santé, le conseiller fédéral Alain Berset a appelé à protéger l'accès aux soins dans les conflits.

La "santé pour la paix" est au centre de la première réunion en présentielle des 194 Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis le début de la pandémie. Alors même que des centaines d'assauts ont été perpétrés contre des centres de santé en Ukraine.

Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement et environ 120 ministres participent à la réunion. Devant eux, le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) a dénoncé "des actes inacceptables" contre les civils, en violation du droit international humanitaire (DIH).

Et d'appeler tous les Etats et les parties à des conflits à honorer les règles en protégeant les blessés, les malades et le personnel de santé. Face aux "conséquences dévastatrices" de la guerre en Ukraine, le président français Emmanuel Macron a lui salué le rôle de l'OMS pour les civils.

Ciblée par une récente résolution de l'OMS Europe, la Russie reste membre et participe à la conférence. A ce stade, une demande de suspension ne figure pas dans le projet de résolution qui va condamner la situation en Ukraine et que le président français a appelé à soutenir.

Décision sur une initiative de la Suisse

De son côté, la Suisse s'engage plus largement sur la santé et la paix. Berne et Oman ont lancé une initiative depuis plusieurs années pour faire de la santé une composante importante pour la paix dans les conflits émergents ou les périodes post-conflits. Une décision sur celle-ci sera prise lors de l'Assemblée.

Outre la guerre en Ukraine, le renforcement de la santé mondiale pour préparer les prochaines pandémies sera largement discuté jusqu'à samedi prochain à Genève. Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a relevé que le nombre de nouveaux cas de Covid augmente dans près de 70 pays. "Nous ne pouvons toujours pas anticiper l'intensité" de la pandémie, a-t-il ajouté, appelant les gouvernements à être prêts à relancer des restrictions.

"La santé mondiale continue d'être confrontée à des problèmes comme jamais auparavant", a estimé de son côté le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Pour la Suisse, il faut que l'organisation reste "le centre de la gouvernance mondiale de la santé". Et même que son rôle soit étendu.

L'OMS avait été notamment critiquée par plusieurs acteurs importants sur sa réaction à l'arrivée du coronavirus. Elle "a besoin d'un soutien mondial et d'investissements", a aussi dit M. Guterres.

Dispositif sanitaire en discussion

En décembre, un groupe intergouvernemental de négociation, dont fait partie la Suisse, avait été établi en vue d'un accord international face aux pandémies. Pour le moment, seules des questions organisationnelles ont été discutées. L'arrangement devrait être finalisé en 2024.

L'Assemblée mondiale de la santé doit se pencher sur la poursuite des efforts pour réviser le Règlement sanitaire international. Celui-ci cadre la réponse aux urgences de santé publique, mais a été largement ciblé depuis l'arrivée du coronavirus.

M. Berset a rappelé que la Suisse soutient ces deux approches. Pour Berne, un futur accord ne doit pas remplacer le Règlement. Le premier doit être plus large sur des questions comme le partage de vaccins, alors que le second doit rester davantage ciblé sur la sécurité sanitaire, selon la Suisse.

En attendant, une Commission permanente d'urgence au Conseil exécutif, activable en 24 heures en cas d'urgence sanitaire internationale, doit être décidée durant l'Assemblée. M. Macron a lancé un vibrant soutien à ce dispositif.

Soutien au financement plus durable

Côté financement, la part des contributions obligatoires, à 20% des 5,8 milliards de francs de l'organisation, pourrait être augmentée à 50% d'ici une dizaine d'années. Selon M. Berset, "nous avons compris, collectivement, la nécessité d'avoir une OMS forte", dotée de moyens adaptés et d'autorité pour préparer et répondre aux pandémies.

M. Tedros doit être reconduit mardi pour un second mandat, étant le seul candidat. Après une vague d'Ebola, il aura été confronté à la pandémie, plus grave épidémie en un siècle qui a fait au moins environ 15 millions de victimes, et à plusieurs conflits, notamment en Ethiopie, son pays.

Au bord des larmes dimanche, il a dénoncé les effets de la guerre, auxquels lui-même a été confronté. Avec l'anticipation des épidémies, le renforcement de l'OMS constituera l'un des chantiers de son probable prochain mandat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture