Rejoignez-nous

Actualité

La Poste paie pour se faire pirater

Publié

,

le

Denis Morel responsable du vote électronique à La Poste a annoncé le début du test public d'intrusion lors d'une conférence de presse. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les hackers ont quatre semaines pour tenter de trouver les failles du système de vote électronique de la Poste. Quelque 2700 personnes ont répondu au défi qui a débuté lundi et celles qui trouveront des failles seront récompensées.

L’engouement suscité par le test est un succès, souligne Denis Morel responsable du vote électronique à la Poste. « Les discussions ont déjà été vives ces dernières semaines et nous sommes heureux du débat », précise-t-il lors d’une conférence de presse. Il veut toutefois pouvoir se baser sur des faits, que ce test devrait apporter.

Ce test public d’intrusion n’a pas vocation à prouver que le vote électronique est sûr, mais il doit permettre d’identifier des vulnérabilités inconnues et de les éliminer. Le processus se veut également transparent, explique Olivier Spycher, chef de projet suppléant Vote électronique à la Chancellerie fédérale.

C’est elle qui a lancé début février un appel aux personnes désireuses de participer à ce test. L’opération est financée à hauteur de 250’000 francs par la Confédération et les cantons, dont 150’000 à titre de compensations.

Des hackers du monde entier

Les hackers devaient s’inscrire en ligne pour participer au test ouvert à tous. Si un quart d’entre eux sont suisses, le test a attiré bien au-delà de nos frontières, notamment des Français et des Américains, mais également des Indiens, des Turcs et des Ukrainiens.

Les opérations débutées lundi se termineront le 24 mars. Les hackers tenteront de manipuler des suffrages, de lire des suffrages exprimés, de violer le secret du vote et de mettre hors service ou de contourner les dispositifs de sécurité. Les résultats de ce test pourront être publiés.

Avant-même le début des opérations, La Poste a déjà reçu une quarantaine de remarques sur son code source. Celui-ci a été publié le 7 février dans le cadre du test et a été jugé trop compliqué par certains internautes. Des remarques qui ont été prises en compte par La Poste. C’est un processus de dialogue, explique M. Morel, un team a été mis en place pour la durée du test et se réunira deux fois par jour pour répondre aux questions des hackers et corriger les failles découvertes.

Jusqu’à 50’000 francs

Les personnes qui communiqueront des failles de sécurité permettant de tirer des enseignements particulièrement précieux recevront une indemnité financière. Celle-ci dépendra de la gravité de la faille. Au sommet de la liste, une manipulation indétectable des votes sera gratifiée d’une compensation entre 30’000 et 50’000 francs.

Ce test d’intrusion s’inscrit dans le cadre du projet de généralisation du vote électronique. La Poste a développé un système proposant la vérifiabilité complète, qui doit garantir l’identification des dysfonctionnements systématiques à la suite d’erreurs logicielles, d’erreurs humaines ou de tentatives de manipulation.

Le droit fédéral exige que ce système soit certifié avant sa première utilisation et que son code source soit publié. La Confédération et les cantons ont en outre décidé que les systèmes de vote électronique proposant la vérifiabilité complète devraient passer un test public d’intrusion avant leur première utilisation.

Initiative contre le vote électronique

Le vote électronique a déjà été utilisé avec succès lors de plus de 300 scrutins dans quinze cantons, rappelle Mirjam Hostettler de la Chancellerie fédérale. Il continue pourtant de faire débat. Genève a notamment jeté l’éponge en raison des coûts de sécurité et le Jura comme divers cantons alémaniques ont fait une croix sur le sujet.

Un comité non partisan veut d’ailleurs faire voter le peuple sur l’introduction du vote électronique. Il a annoncé, fin janvier, une initiative populaire pour mettre un moratoire sur le vote électronique. Pour les initiants, le système actuel n’est ni sûr, ni transparent. C’est pourquoi ils veulent interdire le vote électronique pendant au moins cinq ans.

La récolte des signatures pour l’initiative commencera le 12 mars, a précisé à Keystone-ATS le président du comité d’initiative et conseiller national Franz Grüter (UDC/LU). Plus de 5000 partisans se sont déjà engagés à recueillir au moins cinq signatures chacun.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève: 15 millions pour les populations les plus précaires

Publié

le

Le Conseil d’État genevois a annoncé ce lundi qu’une aide sera financière sera accordée aux personnes ayant perdu leur revenu du jour au lendemain en raison de la crise du Covid-19. Il s’agit d’un projet de loi urgent et à durée limitée.

Le Conseil d’Etat a annoncé compléter son dispositif d’aide pour ceux qui ont perdu leur revenu. Un dispositif qui complète celui déjà en place depuis mars. De nombreuses personnes ont en effet perdu leur emploi du jour au lendemain. Thierry Apothéloz, conseiller d’État en charge de la cohésion sociale.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat - Département de la cohésion sociale

Cette aide financière est une indemnisation unique sur une période de deux mois. Il s’agit donc d’un projet de loi urgent et à durée limitée. Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat - Département de la cohésion sociale

Préserver les populations les plus précaires

L’objectif de cette aide ponctuelle est de préserver des populations déjà précaires d’une aggravation de leur situation économique et sociale en raison des mesures prises en mars dernier dans le contexte de l’état de nécessité, a annoncé le Conseil d’Etat. Les personnes ayant subi un licenciement durant cette période et qui n’ont pas la possibilité de toucher le chômage pourront également en bénéficier.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat - Département de la cohésion sociale

Au total, le crédit se monte à 15 millions de francs. Il sera accordé sous certaines conditions. Il faut habiter le canton depuis au moins une année. Il faut avoir exercé une activité lucrative. Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat - Département de la cohésion sociale

Les demandes peuvent être déposées auprès du Canton jusqu’au 30 juin.

Continuer la lecture

Actualité

L’application SwissCovid est plutôt bien acceptée

Publié

le

La phase pilote de l’appli SwissCovid, qui doit permettre d’informer son utilisateur sur son exposition potentielle au coronavirus, a démarré lundi. Un sondage montre que cet instrument complétant le traçage classique des contacts est plutôt bien accepté.

La Suisse est le premier pays au monde à utiliser les interfaces de Google et d’Apple pour le traçage de proximité, a indiqué Sang-Il Kim, chef de la division transformation numérique à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), lors du point de presse de la Confédération. SwissCovid permet d’avertir à temps les personnes potentiellement infectées pour endiguer la propagation du virus.

Son utilisation est libre. Les données ne sont pas recueillies sur un serveur centralisé, mais sur le téléphone mobile et ne sont pas enregistrées, a souligné l’expert. Il ne sera pas possible de remonter aux personnes concernées. Une fois la crise du coronavirus passée, le système sera désactivé.

Essais positifs

Les premiers essais ont montré que si 60% de la population l’utilise, le taux de reproduction du Covid-19 se situe en dessous de 1, a estimé Marcel Salathé, responsable du groupe d’experts « épidémiologie numérique ». Les effets ne se verront que lorsque les gens l’auront téléchargé et l’utiliseront.

Les Chambres fédérales se prononceront sur les bases légales nécessaires à cet instrument lors de la session de juin. Si elles donnent leur feu vert, l’application pourra être mise en service avant la fin du mois, au terme de la phase de test.

Sondage favorable

Un sondage effectué fin avril par le centre de recherche Sotomo montre que la population accepte positivement cette application. Septante pour cent saluent sa mise en service et la majorité y voient une démarche susceptible d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a relevé M. Kim.

Quelque 59% sont prêts à l’installer. Toutefois, un peu plus de la moitié de ceux-ci n’est pas encore tout à fait certaine et a répondu par « plutôt oui ».

Le traçage des contacts et par là le suivi et l’interruption systématique des chaînes de transmission est une mesure essentielle pour éviter une nouvelle augmentation de la contamination au coronavirus, a rappelé le délégué pour le Covid-19 de l’OFSP Daniel Koch. Reste que la récolte des données dans les restaurants et les bars n’est pas suffisamment appliquée.

Problème dans les restaurants

Les clients qui ne laissent pas leurs coordonnées sont très nombreux et les restaurateurs ne s’impliquent pas suffisamment. Il est important de s’inscrire, a insisté M. Koch. Cette situation n’est pas optimale et doit être améliorée. C’est le seul moyen de savoir qui est contaminé et d’être averti si on a été en contact avec lui.

Si on veut vraiment que la courbe de l’épidémie recule, il est important que le traçage de contact soit mis en place de manière sérieuse, a insisté M. Koch. Bien que peu nombreux, les nouveaux cas de Covid-19 doivent être découverts pour éviter une nouvelle vague.

Quant au traçage des contacts par les cantons, il suit son cours et se déroule bien, a ajouté Christos Pouskoulas, médecin cantonal adjoint à Lucerne. Certains cantons ont formé leur personnel à cette tâche. D’autres, dont Lucerne, l’ont externalisé à des tiers comme la Ligue pulmonaire.

Continuer la lecture

Actualité

Enquête à Genève sur une fondation liée à Juan Carlos 1er

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

La justice genevoise enquête sur la fondation Lucum, une entité dont le premier bénéficiaire est l’ancien souverain espagnol Juan Carlos. L’information, parue samedi dans la Tribune de Genève, a été confirmée lundi par le service de presse du pouvoir judiciaire genevois.

Selon le journal, le Ministère public genevois s’intéresse à une somme de 1,9 million de dollars qui a été versée sur le compte que détient la fondation panaméenne à la banque Mirabeau. L’argent proviendrait d’un don qu’aurait fait, en 2010, le roi de Bahreïn Hamed ben Issa Al Khalifa à Juan Carlos.

Interrogé par la Tribune de Genève, Javier Sanchez-Junco Mans, l’avocat du roi Juan Carlos, rappelle que l’ancien monarque ne fait l’objet d’aucune enquête officielle dans le cadre d’une procédure judiciaire, que ce soit en Espagne ou à l’étranger. Juan Carlos est aujourd’hui âgé de 82 ans.

Continuer la lecture

Actualité

L’hebdomadaire Micro, nouvelle victime du coronavirus

Publié

le

KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le coronavirus a été fatal à un nouveau journal en Suisse. Après Le Régional, l’hebdomadaire Micro a décidé de jeter l’éponge et cessera sa parution dimanche prochain. Un dernier numéro est prévu samedi.

« La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les clients principaux du titre: les cafés-restaurants, les cabinets médicaux, les salons de coiffure et les cafétérias. Dans ces conditions, il nous est impossible de reprendre sereinement la parution », explique l’hebdomadaire dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi. Sa publication papier est suspendue depuis le 17 mars, après les mesures de confinement édictées par le Conseil fédéral.

 

Pensé comme un journal à partager pour des raisons écologiques, son passage de main en main est en outre devenu « très compliqué » dans le contexte sanitaire actuel, ajoute l’association Micro, qui doit se résoudre à cesser la diffusion de l’hebdomadaire.

Elle remboursera tous les abonnements souscrits en 2020 et fera deux dons de 10’000 francs chacun au journal satirique Vigousse et au média en ligne La Torche 2.0.

Déplorant la disparition de Micro, Syndicom souligne que « l’aide à la presse ne peut plus attendre ». Celle-ci devrait soutenir particulièrement les petites et moyennes entreprises de médias, souvent fragiles économiquement à leurs débuts, estime Melina Schröter, sécrétaire régionale médias de Syndicom.

Melina Schröter Sécrétaire régionale médias de Syndicom

Financement participatif

Lancé en mai 2019 au rythme de trois éditions par semaine, Micro a réduit la voilure en début d’année pour devenir hebdomadaire. Le financement participatif de l’association Micro de 127’425 francs a permis d’assurer l’impression et la livraison du journal depuis le début.

Faisant le pari de vivre uniquement grâce à ses abonnés, Micro voulait s’extraire de la « course effrénée » à l’actualité et raconter le quotidien des Romands. Il compte plus de 1000 abonnés, un nombre insuffisant pour garantir l’avenir du titre.

Le 6 mai dernier, l’hebdomadaire local vaudois Le Régional, qui connaissait des difficultés financières, avait annoncé la cessation immédiate de sa parution, faute de liquidités, après plus de 25 ans d’existence. Le journal basé à Vevey devait déposer son bilan le 12 mai. Ses 13 collaborateurs et cinq commerciaux ont perdu leur emploi.

Avec ATS

Continuer la lecture

Actualité

Pistes cyclables: la pression monte à Genève

Publié

le

Boulevard Georges Favon à Genève, le 22 mai 2020

Deux semaines après l’apparition de pistes cyclables pour encourager les pendulaires et les Genevois à se tourner vers la mobilité douce, la colère des automobilistes et des entrepreneurs se poursuit. Une lettre du Groupement Transport et Economie, signé par de nombreux acteurs économiques du canton a été adressée à Serge Dal Busco. Par média interposé, ce dernier a tenté de dépassionner le débat. Aujourd’hui, automobilistes et chefs d’entreprise exigent une réponse adaptée, ils demandent que le plan soit revu et corrigé.

L’entrepreneur Arnaud de Jamblinne, CEO de La Foncière, ne mâche pas ses mots. Il voit dans ce plan d’urgence une intention persistante de décourager les automobilistes qui circulent en ville. Ce dernier s’en est expliqué sur Radio Lac

Arnaud de Jamblinne CEO de La Foncière

« Si l’intention est de bloquer les 7 kilomètres d’axes de pénétrantes dans la ville, on peut imaginer qu’il y a une autre motivation derrière de la part du Conseil d’Etat. Il serait tout à fait possible de constituer un réseau accessible aux vélos par des voies parallèles secondaires pour éviter les ralentissements considérables sur les grands axes de Genève. Monsieur Dal Busco a essayé, il a le droit de faire des erreurs mais maintenant cela doit être rectifié. »

Radio Lac a également recueilli le sentiment des automobilistes vers 8 heures du matin sur le quai Gustave Ador. Même si le ton reste pondéré, l’agacement est partagé par de nombreux Genevois et pendulaires.

Micro-trottoir d'automobilistes  Quai Gustave Ador - Mai 2020

Continuer la lecture