Rejoignez-nous

Actualité

La BNS brandit la liquidité comme remède économique au coronavirus

Publié

,

le

L’action de la Banque nationale suisse (BNS) durant la crise sanitaire provoquée par le coronavirus va se concentrer sur un aspect: éviter à l’économie réelle une pénurie de liquidités. Refusant de céder à la surenchère en matière de taux négatifs, l’institut d’émission a préféré soulager les banques.

Ceux qui s’attendaient à des annonces fracassantes ont été pour leurs frais jeudi. Même dans la situation exceptionnelle de pandémie de coronavirus, la BNS est restée fidèle à elle-même et privilégié la politique monétaire des petits pas en reconduisant son taux directeur à -0,75% et en poursuivant ses interventions sur le marché des devises.

La vigilance reste de mise et des mesures sont envisagées « si nécessaire » pour garantir l’approvisionnement en liquidités des marchés, a indiqué la BNS dans un communiqué. L’institut d’émission a assuré que le système financier disposait actuellement de suffisamment de liquidités. Il travaille de concert avec le Conseil fédéral pour soutenir l’économie.

Dans ce contexte, le président Thomas Jordan a rappelé le rôle central des banques en qualité de pourvoyeuses de liquidités, notamment pour l’octroi de crédits. Afin de les aider dans cette tâche, la BNS a relevé le facteur d’exonération des taux négatifs de 25 à 30, ce qui va alléger le secteur bancaire de 600 millions de francs par an.

Cette mesure est la seule prise jeudi par les banquiers centraux helvétiques, qui ont reconduit leur politique monétaire accommodante alors que certains de leurs homologues ont musclé leur dispositif. La Réserve fédérale américaine (Fed), par exemple, a abaissé son taux directeur de 1 point le week-end dernier.

« A l’heure actuelle, baisser les taux ne servirait à rien », a souligné Thomas Jordan lors d’une conférence téléphonique. Les effets négatifs d’une telle politique doivent également être prises en considération.

« Pas de manipulation »

La BNS a récemment injecté des liquidités sur les marchés dans le cadre d’accords dits de « swap » en concertation avec d’autres instituts d’émission, notamment la Fed.

Questionné sur la possibilité de distribuer directement de l’argent à la population – l' »helicopter money » – Thomas Jordan a plaidé pour une approche plus ciblée. « Il faut canaliser l’aide sur ceux qui en ont le plus besoin pour maintenir l’activité économique. »

L’achat de devises étrangères pour limiter la hausse du franc, dont le statut de valeur refuge s’est renforcé, lui vaut quelques critiques. Le président américain Donald Trump accuse la Suisse de manipuler sa monnaie pour favoriser ses exportations. Un reproche balayé d’un revers de main par le patron de la BNS. « Ni la Confédération, ni la BNS ne manipulent les devises. »

Les interventions sur le marché des changes se sont intensifiés depuis le début de l’année. Ces quatre dernières semaines, la BNS a plus ou moins atteint le niveau de 2019, où les achats de devises étrangères ont atteint 13,2 milliards de francs. Cette activité est cruciale pour éviter une envolée du franc qui pourrait prétériter l’industrie d’exportation suisse, déjà mise à mal par la crise.

Du côté des perspectives conjoncturelles, l’optimisme modéré prévalant avant la pandémie a fondu comme neige au soleil. Selon la BNS, il est probable que la croissance du PIB suisse sera négative en 2020 en raison du coronavirus et de son impact économique. Elle renonce à livrer un nouveau pronostic plus précis. En décembre, la BNS tablait encore sur une croissance comprise entre 1,5% et 2% pour 2020.

Le renchérissement est prévu cette année à -0,3% contre +0,1% précédemment, en raison de la baisse des cours du pétrole, du repli marqué des perspectives de croissance et du renforcement du franc. L’inflation devrait être légèrement positive pour 2021, à +0,3%, contre +0,5% jusqu’alors. Elle progressera en 2022 pour s’inscrire à 0,7% (première estimation).

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le Grand Théâtre de Genève obtient le titre d’opéra de l’année

Publié

le

Photo KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le Grand Théâtre de Genève s’est vu décerner le titre de meilleur opéra de l’année par le magazine allemand d’art lyrique Opernwelt.

Il partage cette distinction avec l’opéra de Francfort. Le Suisse Titus Engel, quant à lui, a été désigné chef d’orchestre de l’année aux côtés de Kirill Petrenko.

Le choix a été effectué cette année par 43 critiques du monde entier, a fait savoir mardi le magazine allemand. Le jury a particulièrement apprécié la manière dont le Grand Théâtre de Genève est dirigé. Cette récompense intervient un an seulement après qu’Aviel Cahn a pris les commandes de l’institution genevoise.

Le directeur du Grand Théâtre a déclaré que le titre reçu était une énorme reconnaissance et un grand honneur. Rares sont les maisons d’art lyrique non germanophones à avoir reçu le prestigieux prix, qui a été créé en 1993. Le Grand Théâtre de Genève se trouve désormais dans la même catégorie que les opéras de Lyon et de Bruxelles.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Budget 2021: manifestation et débrayage de la fonction publique le 15 octobre

Publié

le

Photo archives KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Budget 2021: le Cartel intersyndical annonce des mesures de lutte

Réunis en assemblée des délégués mardi soir, le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat de Genève et du secteur subventionné demande au Conseil d’Etat de retirer son projet de baisse de salaire des fonctionnaires, prévu dans le budget 2021. Il annonce une première manifestation et un après-midi de débrayage le 15 octobre.

Les économies escomptées par le gouvernement vont très largement au-delà des coûts engendrés par le Covid-19 et « servent avant tout à payer les baisses d’impôts RFFA, les futurs cadeaux fiscaux aux plus riches et la capitalisation de la CPEG », dénonce le Cartel dans un communiqué diffusé mardi soir.

Et d’ajouter que les organisations membres se sont prononcées à l’unanimité pour engager des mesures de lutte. Le Cartel indique que diverses actions sont notamment prévues le 29 octobre avec pré-annonce d’une journée de grève en cas de nécessité.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

40 licenciements au sein de l’entreprise genevoise Jean Gallay

Publié

le

Photo illustration KEYSTONE Valentin Flauraud

Avis de fortes turbulences au sein de l’entreprise Jean Gallay à Plan-les-Ouates.

La société genevoise, qui fabrique des composants de moteurs pour l’aéronautique, licencie 40 personnes sur ses quelques 200 collaborateurs.  

Les temps sont durs pour les entreprises du secteur aérien. Covid oblige, les avions sont cloués au sols et ce sont tous les sous-traitants qui battent de l’aile. L’entreprise de mécatronique Jean Gallay est ainsi très durement touchée. 40 licenciements viennent d’être annoncés aux équipes, aussi bien parmi le personnel d’atelier, que les ingénieurs ou le support.

Initialement, ce sont même 55 licenciements qui étaient prévus cet été. Mais les négociations avec la commission du personnel ont permis de limiter un peu la casse, en réduisant le taux d’activités de certains, en maintenant les RHT pour une 60aine de personnes à priori jusqu’en août 2021, avec aussi des départs volontaires et des départs en retraite anticipés. Même les membres de la direction ont fait des efforts pour réduire leur salaire proportionnellement au personnel, assure le directeur Nicolas Lavarini.

Pour les 40 personnes licenciées, un plan d’accompagnement est prévu pour les aider à retrouver un travail ou à se réorienter. 

 

Continuer la lecture

Actualité

Le film « A contre-sens » démonte les mensonges sur la voiture électrique

Publié

le

C’est une question que l’on se pose souvent. Les véhicules électriques sont-ils plus polluants que les voitures à essence? Deux producteurs romands ont mené l’enquête et ils en ont fait un documentaire. On en parle avec Judith Monfrini.

La voiture électrique tant vantée est-elle si écologique ? C’est pour en avoir le cœur net que deux producteurs romands,  également animateurs radios, ont mené l’enquête. Leur documentaire se donne à voir sur les écrans. « A contre-sens », c’est son nom et il était projeté hier soir à Genève. Extrait…

Marc Müller a 37 ans. Il est producteur, animateur indépendant avec des émissions sur la RTS.

Marc Müller Producteur et acteur du film A contre-sens

Marc Müller a fait ce film avec Jonas Schneiter, un autre animateur de la RTS et la journaliste Zelda Chauvet. Ils ont décidé d’aller sur place, dans les pays producteurs de matières premières nécessaires à la construction d’un moteur électrique.

Marc Müller Producteur et acteur du film A contre-sens

Le film réserve des surprises, donne des réponses et montre qu’il y a de nombreux enjeux de pouvoirs. Beaucoup d’informations seraient fausses. Il tourne actuellement en projection privée en Suisse romande pour remercier les donateurs du Crowdfunding qui a récolté 75’000 francs. Mais le film est disponible sur SwisscomTV et bientôt sur Net plus.

Notez encore qu’une application donne toutes les informations du film.  Son nom : Prove it app.

 

Continuer la lecture

Actualité

Pour l’année 2019-2020 la Cour des comptes a traité 194 dossiers

Publié

le

KEYSTONE/Martin Ruetschi

À Genève la Cour des comptes a publié son rapport annuel d’activité pour l’année 2019-2020. Douze rapports ont été publiés entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020. Avec les 178 sollicitations pour l’année 2019-2020 et les dossiers rapportés de l’année dernière, ce sont au total 194 dossiers qui ont été traités lors de la période revue.

Dans son rapport annuel d’activité 2019-2020, la Cour des comptes genevoise a révélé avoir été sollicitée à 178 reprises. Un chiffre en constante augmentation année après année. Elle a établi que 98% de ces demandes émanent de citoyens et citoyennes ce qui démontre une maîtrise croissante par la population des compétences de l’institution. Avec les 178 sollicitations pour l’année 2019-2020 et les dossiers rapportés de l’année dernière, ce sont au total 194 dossiers qui ont été traités par l’organe de contrôle. Le stock de communications en cours a ainsi diminué puisque le nombre de dossier traités (194) est supérieur au nombre de dossier reçus (178). Parmi les 194 dossiers, 69 (36%) ont fait l’objet d’un examen ou d’une consultation et 17 (9%) se sont traduits par un rapport. Ainsi ce sont 45% des informations reçues qui ont permis à la Cour des comptes de mener à bien ses travaux.

Des sujets concernants

Douze rapports ont été publiés entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020 dont huit rapports d’audit et quatre rapports d’évaluations de politiques publiques. 97% des recommandations proposées par l’organe de contrôle dans ces douze rapports ont été acceptées. Parmi ces rapports, la Cour des comptes s’est intéressée à des sujets qui touchent l’ensemble des résidents de la région. Les précisions de François Paychère, président de la Cour des comptes.

François Paychère Président de la Cour des comptes

 

Révision des comptes

En plus de douze rapports publiés, la Cour des comptes s’est également penchée sur le rapport de révisions des comptes annuels de l’Etat de Genève dont elle a la responsabilité. Le rapport sur les comptes 2019 souligne le poids de la recapitalisation des caisses de retraites de l’Etat de Genève et des TPG qui est estimée à 5,3 milliards de francs. Ce montant sera réintégré au sein du compte de résultat via une charge annuelle sur une durée totale maximale de quarante ans. Un rôle de réviseur que la Cour des comptes prend très au sérieux. Le détail avec François Paychère.

François Paychère Président de la Cour des comptes

La Cour des comptes a également mentionné dans ce rapport les conséquences de la crise sanitaire sur les finances de l’Etat et des entités publiques pour l’année 2020.

Service des votations pas aux normes

Parmi ces rapports publiés, la Cour des comptes s’est notamment préoccupée de l’état du service des votations et élections. Elle y a mené un audit de légalité et de gestion afin de déterminer de potentiels dysfonctionnements dans le traitement de vote par correspondance dans les locaux du service des votations et élections. Sur la base de ses observations, l’organe de contrôle a émis douze recommandations qui ont toutes été acceptées. Le détail avec François Paychère.

François Paychère Président de la Cour des comptes

 

Changement de présidence

L’année 2020 marque la fin de la présidence de la Cour des comptes par François Paychère. Sa successeure pour les deux prochaines années sera annoncée dans le courant du mois de décembre.

Continuer la lecture