Rejoignez-nous

Actualité

Issue incertaine des élections israéliennes

Publié

,

le

Benyamin Netanyahou est au pouvoir depuis une décennie en Israël. (©KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN)

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et son rival Benny Gantz attendaient mercredi les résultats des élections législatives qui s’annoncent serrées. Aucun de leur parti ne semble toutefois en mesure d’atteindre la majorité au Parlement.

Les sondages effectués à la sortie des urnes créditaient le Likoud (droite) de M. Netanyahou de 30 à 32 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement israélien. Le parti bleu-blanc de M. Gantz, un ancien chef de l’armée qui s’est reconverti dans la politique, en obtiendrait lui entre 32 à 34.

Outre les scores de ces deux partis, les résultats des alliés potentiels de chacun seront déterminants, car le seuil de la majorité au Parlement est fixé à 61 élus. Or, selon les sondages, aucun bloc ne semble capable de réunir ce nombre de députés et donc de former un gouvernement à l’issue de ce second scrutin en cinq mois, les élections d’avril ayant abouti à un score similaire.

Pourparlers

Les premiers résultats, qui tombaient au compte-gouttes dans la nuit, confortaient cette tendance et laissaient entrevoir l’obligation pour les deux grands partis de négocier entre eux, et/ou avec d’autres formations pour former un nouveau gouvernement.

Au printemps dernier, M. Netanyahou avait été incapable de former une coalition à l’issue d’élections âprement disputées. Résultat, il avait dissous le Parlement et convoqué un nouveau scrutin, celui de mardi. Cinq mois plus tard, Israël semble se retrouver à même case.

« Nous agirons pour former un large gouvernement d’union qui exprimera la volonté du peuple […] Nous avons entamé les négociations et je parlerai avec tout le monde », a déclaré dans la nuit M. Gantz, à ses partisans réunis à Tel-Aviv.

La voix enrouée, M. Netanyahou a quant à lui plaidé pour un « gouvernement sioniste fort », sans la participation de « partis arabes antisionistes » lors d’un discours en plein milieu de la nuit devant un parterre clairsemé de partisans.

« Faiseur de roi »

« Nous allons négocier avec le plus grand nombre de partenaires pour éviter la formation d’un gouvernement antisioniste dangereux […] il n’y aura pas et il ne peut pas y avoir de gouvernement qui s’appuie sur des partis arabes antisionistes, des partis qui nient l’existence même d’Israël en tant qu’État juif et démocratique », a-t-il ajouté.

Dans ce scénario, le parti nationaliste Israel Beiteinou, pour l’instant « non aligné », de l’ex-ministre Avigdor Lieberman et crédité de 8 ou 9 sièges pourrait faire pencher la balance.

Actuellement en rupture avec le premier ministre, M. Lieberman n’a pas dit clairement s’il allait soutenir le camp du Likoud ou celui du parti Kahol Lavan (« bleu-blanc », couleurs du drapeau israélien) de M. Gantz. Il a toutefois plaidé pour la formation d’un « gouvernement d’union nationale ».

« Il n’y a qu’une option pour nous et c’est la formation d’un large gouvernement libéral d’union nationale avec Israël Beitenou, le parti bleu-blanc et le Likoud », a déclaré M. Lieberman, après la diffusion des sondages à la sortie des urnes, en excluant ainsi les partis juifs ultra-orthodoxes et arabes.

Netanyahou convoqué par la justice

M. Lieberman a mené sa campagne contre les partis juifs ultra-orthodoxes, alliés du Likoud de M. Netanyahou, qu’il accuse de vouloir faire d’Israël un Etat religieux. Outre les partis ultra-orthodoxes, M. Lieberman a aussi tiré à boulets rouges ces dernières années sur les formations arabes.

Or ces partis, crédités mardi de 11 à 15 sièges, pourraient jouer un rôle crucial en soutenant un candidat ou un autre. « L’ère Netanyahou s’est achevée », a ainsi prétendu mardi soir Ahmed Tibi, l’un des ténors de la « liste unie » des partis arabes qui s’oppose au premier ministre sortant.

L’issue de ce nouveau scrutin est d’autant plus cruciale pour M. Netanyahou qu’il intervient avant sa comparution devant la justice le 3 octobre pour des affaires de « corruption », « d’abus de confiance » et de « malversations ».

Pour l’heure, le premier ministre sortant n’est ni inculpé ni condamné, mais une victoire pourrait permettre à ses alliés de voter son immunité. S’il était réélu, puis inculpé, il deviendrait le premier chef de gouvernement en exercice à connaître une telle avanie dans l’histoire d’Israël.

Source : ATS.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

26 œuvres illuminent la Ville pour le Geneva Lux festival

Publié

le

A l’occasion de la 6e édition du Geneva Lux Festival, le centre-ville de Genève s’illumine. Dès vendredi, 26 œuvres seront présentées pendant deux semaines aux quatre coins de la cité. 

Le Conseiller administratif en Ville de Genève, Guillaume Barazzone, se dit fier. Le magistrat, très impliqué dans le projet, rappelle – à l’occasion d’une conférence de presse organisée aujourd’hui au parc des Bastions – que ce festival de lumières ne cesse de croître depuis sa première édition, passant de 6 à 26 créations lumineuses.

Elles ont été placées à plusieurs endroits stratégiques, de sorte à épouser les différents édifices et aménagements du centre. Parc des Bastions, Promenade de la Treille ou encore place du Molard: le festival a été pensé comme un parcours, qui invite – locaux et touristes – à (re) découvrir la Ville.

Artistes satisfaits 

Devant chaque création, un panneau renseigne sur l’artiste et sur sa démarche. A la Promenade de la Treille, l’œuvre s’appelle « Onde » et a été réalisée par l’artiste franco-suisse Marie-Hélène Richard. Il s’agit de cordes blanches, d’environ deux mètres chacune, qui ont été tendues entre les arbres sur toute la longueur de la Treille. A l’origine, l’artiste avait envisagé le Rhône comme décors, aussi, elle a procédé à des adaptations pour « exposer » en vieille Ville.

Marie-Hélène Richard  Artiste

Parmi les œuvres, de grands personnages – d’environ 5 mètres de haut – ont pris leurs quartiers à plusieurs endroits. Ce sont des Anookis, nés de l’imagination de deux designers, Moetu Batlle et David Passegand. Inspirés de l’univers inuits, ces personnages transforment la Ville en un terrain de jeu géant. Pour les artistes, cette œuvre a également une signification écologique.

Moetu Battle  Artiste

 

 

Tadeusz Roth et Manon Christen

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Pollution: la circulation différenciée entre en vigueur à Genève

Publié

le

Les voitures arborant un macaron 5 ne seront pas les bienvenues jeudi dans le périmètre genevois. (Photo: Keystone)

La pollution aux particules fines a atteint le niveau 1 à Genève. Le dispositif de circulation différenciée entre donc en vigueur ce jeudi dès 6h.

A Genève, le niveau d’activation du dispositif anti-smog est atteint. C’est ce qu’a indiqué ce mercredi après-midi le Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants. Il prévoit que les valeurs légales seront dépassées jeudi dans une des stations de mesures, ce qui justifie la mise en place du dispositif de niveau 1.

Deux mesures sont donc prévues jeudi : la vitesse de circulation sera limitée à 80km/h sur l’autoroute de contournement de Genève. Et surtout, la circulation différenciée entre en vigueur, de 6h à 22h. Seuls les véhicules qui arborent un macaron Stick’AIR jusqu’au numéro 4 pourront circuler dans le périmètre genevois. Les précisions de Paul Royo, chef de secteur au Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants.

Paul Royo  Chef de secteur au Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants

Les autorités comptent sur la bonne volonté des automobilistes car aucune amende ne pourra être infligée. Un recours du TCS suspend en effet la mise en oeuvre des sanctions. Mais un temps d’adaptation était dans tous les cas prévu jusqu’à fin mars. Paul Royo.

Paul Royo  Chef de secteur au Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants

Cette épisode de pollution devrait être de courte durée. Le Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants réévaluera la situation ce jeudi.

Continuer la lecture

Actualité

L’Etat de Genève promet des logements d’urgence pour les MNA

Publié

le

L’Etat de Genève annonce une série de mesures destinées aux Mineurs non accompagnés, les MNA. En collaboration avec d’autres organismes, il propose une des hébergements d’urgence.

Ces jeunes étrangers, qui ne peuvent pas bénéficier de l’asile, vont pouvoir bénéficier d’un accueil d’urgence mis en place par l’Armée du salut mais aussi de places d’hébergement à la ferme de la Croix-rouge genevoise.

L’Etat va également collaborer avec l’Hospice général pour loger les plus vulnérables. Il a fallu trouver des solutions modulables pour ces jeunes explique Anne Emery-Torracinta, Conseillère d’Etat chargée de l’instruction publique.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

Un programme de formation dit « light » va leur être destiné, plus spécifique à leurs besoins que l’accueil scolaire selon la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

On comptait une quarantaine de MNA par mois l’an passé et en novembre, ils étaient une centaine. Depuis 10 jours, le collectif MNA occupe le Grütli afin que de réelles solutions d’hébergement soient trouvées.

Continuer la lecture

Actualité

1100 signatures pour la pétition qui s’oppose au projet des Vernets

Publié

le

A Genève la pétition qui s’oppose au projet de logements sur le site actuel de la caserne des Vernets a récolté plus de 1100 signatures.

Lancée en novembre par un collectif d’associations d’habitants et le Rassemblement pour une politique sociale du logement, elle a été déposée ce mercredi au Grand Conseil et au Conseil municipal de la Ville de Genève. 1500 logements sont prévus aux Vernets ainsi que des surfaces d’activités.

Les opposants estiment que le projet, constitué de 4 éléments est trop dense et les gabarits sont démesurés. Le détail avec Jean-Pierre Fioux, membre de l’association des habitants de la Jonction.

Jean-Pierre Fioux membre de l'association des habitants de la Jonction

Pour le Conseiller d’Etat chargé de l’aménagement, au contraire, le futur quartier sera agréable à vivre. Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement

Les pétitionnaires réclament que les autorités redimensionnent le projet et qu’ils prévoient des espaces de verdure. Jean-Pierre Fioux.

Jean-Pierre Fioux membre de l'association des habitants de la Jonction

Tout est prévu! selon le Conseiller d’Etat Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement

L’autorisation de construire devrait tomber dans les prochaines semaines. Parmi les promoteurs, le constructeur français Bouygues. Mais aussi la caisse de pension des fonctionnaires. Un habitant tout proche se plaint de n’avoir pas été entendu.

vue du projet : image fournie par le département

Continuer la lecture

Actualité

Déclassement de villas à Cointrin: qu’en pensent les habitants?

Publié

le

Le déclassement de deux zones villas en zone de développement à Cointrin sera l’objet de deux votations soumises au peuple le 9 février. Dans les médias, les politiques et associations de soutien et de défense y vont tous de leur opinion personnelle. Mais qu’en pensent réellement les habitants de Cointrin? Radio Lac est partie à la rencontre des habitants du quartier pour savoir ce qu’ils pensent vraiment de ces sujets de votations. 

Le 9 février, les Genevois sont appelés à se prononcer sur les modifications de limites de zone de Cointrin-Est et Ouest, à Meyrin et Vernier. Les déclassements de ces zones ont pour objectif de remplacer la zone villas par une zone de développement afin de construire de nouveaux logements. Au total, près de 2’300 nouveaux logements et 800 emplois seront créés d’ici à 2050. Alors, qu’en pensent les habitants de Cointrin?

Non aux nuisances sonores

Les opposants dénoncent un projet qui ne ferait qu’augmenter la pollution sonore et atmosphérique de la zone. Un avis également partagé par Katia, habitante de Cointrin.

Katia Habitante de Cointrin

 

Pas besoin de nouveaux bureaux

Les opposant critiquent également le projet car il ne propose pas seulement de construire des logements mais aussi des bureaux alors que le nombre de bureaux inoccupés augmente constamment à Genève. Un argument que partage Coco, habitante du quartier de Cointrin.

Coco Habitante de Cointrin

 

Oui à des logements

L’un des arguments phares du comité de soutien est le besoin primordial de répondre aux besoins de logements des Genevois alors que le taux de vacance des appartements est très faible à Genève. C’est notamment le cas de Diego, habitant du quartier qui est favorable à l’initiative.

Diego Habitant de Cointrin

Nuisances sonores, pollution, logements, bureaux, arbres, nombreux sont les sujets qui entourent ces deux votations. En attendant les résultats du 9 février prochain, les débats continuent.

Continuer la lecture