Rejoignez-nous

International

A 34 ans, Gabriel Attal est le nouveau Premier ministre français

Publié

,

le

Gabriel Attal, alors ministre de l'éducation lors d'un sommet à Bruxelles, le 23 novembre 2023. (© EPA/OLIVIER HOSLET)

Le populaire ministre de l'Education Gabriel Attal est devenu mardi à 34 ans le plus jeune chef du gouvernement de l'histoire de la République française. Il est aussi le premier ouvertement homosexuel.

"Cher Gabriel Attal, je sais pouvoir compter sur votre énergie et votre engagement pour mettre en oeuvre le projet de réarmement et de régénération que j'ai annoncé", dans un esprit de "dépassement et (d')audace", a loué le chef de l'Etat français sur X.

D'abord espérée lundi soir, cette nomination, officialisée par l'Elysée, a mis de très longues heures à intervenir. Un délai qui a alimenté les spéculations sur de possibles résistances internes.

"Bon élève"

A trois ans de la fin de son second mandat, le chef de l'Etat se trouve dans une situation délicate face à la percée continue de l'extrême droite dans le pays et en l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Depuis sa réélection en 2022, Macron est aussi confronté à un mécontentement croissant qui s'est manifesté lors de l'adoption de la réforme des retraites, et plus récemment d'une loi très controversée sur l'immigration.

Décrit comme "bon élève", ou encore comme "la meilleure incarnation de l'ADN macroniste", Gabriel Attal, entré au gouvernement en 2018 et qui a connu une ascension spectaculaire, s'est finalement imposé à la surprise générale pour succéder à Elisabeth Borne à Matignon, après la démission de cette dernière lundi en fin d'après-midi.

Macroniste de la première heure, le nouveau Premier ministre, qui ne fait pas mystère de son homosexualité, était devenu la personnalité la plus populaire du gouvernement et de la majorité, convainquant un Français sur deux, alors que plus d'un tiers d'entre eux réclamaient sa nomination à Matignon dans une récente étude.

Équilibre précaire

En France, le président fixe en principe les grandes orientations du quinquennat, tandis que son Premier ministre, responsable de la mise en oeuvre du programme et de la gestion quotidienne du gouvernement, paie généralement les pots cassés en cas de turbulences.

Après des jours de suspense et des rumeurs persistantes sur un départ imminent, Elisabeth Borne, 62 ans, a finalement dû quitter son poste. Donnée plusieurs fois partante durant ses 20 mois passés à Matignon, elle avait démontré sa résilience en réussissant à faire passer des lois difficiles et en surmontant près d'une trentaine de motions de censure à l'Assemblée.

Le choix de son successeur est loin d'être neutre pour maintenir l'équilibre précaire du camp présidentiel, mis à mal dernièrement par les divisions sur la loi immigration, alors que beaucoup redoutent un nouveau coup de barre à droite de l'exécutif.

Après deux mandats, Emmanuel Macron ne pourra pas se représenter en 2027 et un enjeu crucial sera d'empêcher la figure de proue de l'extrême droite, Marine Le Pen, d'accéder à la présidence.

"Briseur de code"

Pour le constitutionnaliste Benjamin Morel, le choix de cette personnalité symbolise aussi une "stratégie très offensive en vue des élections européennes" de juin, où l'extrême droite est donnée gagnante en France.

Gabriel Attal incarne "la jeunesse, l'ambition, ça évoque un peu en toile de fond le Macron du départ, un briseur de code", selon le politologue Bruno Cautrès, même si sa nomination "ne réglera pas le problème de la majorité", ni celui du "cap principal du mandat".

"Gabriel Attal, le nouveau Macron", s'interrogeait en septembre dernier, l'hebdomadaire Le Point (droite).

Lors de son passage au ministère du Budget, l'aisance médiatique de Gabriel Attal lui permet d'être l'un des rares ministres envoyés en première ligne pour défendre l'impopulaire réforme des retraites.

Ministre de l'Education

A la tête du prestigieux portefeuille de l'Education nationale depuis juillet 2023, le jeune ministre, omniprésent, séduit les populations âgées qui constituent le coeur de l'électorat macroniste avec ses prises de position en faveur de l'uniforme ou l'interdiction de l'abaya à l'école.

Gabriel Attal est le quatrième Premier ministre nommé depuis 2017 sous la présidence Macron, régulièrement accusé par ses détracteurs de concentrer les pouvoirs et faire de la micro-gestion.

"Attal retrouve son poste de porte-parole" du gouvernement, un poste qu'il avait également occupé lors du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, a ironisé Jean-Luc Mélenchon, le leader de la gauche radicale, sur X. "La fonction de Premier ministre disparaît. Le monarque présidentiel gouverne seul avec sa cour", a-t-il encore dénoncé.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le Rwanda a voté, quatrième mandat en vue pour le président

Publié

le

Même si le résultat ne fait guère de mystère, les Rwandais se sont déplacés en nombre, faisant la queue parfois pendant plusieurs dizaines de minutes pour pouvoir déposer leurs bulletins dans l'urne. (© KEYSTONE/AP/Brian Inganga)

Les Rwandais ont voté lundi pour la présidentielle et les législatives. Des scrutins où la victoire semble promise au chef de l'Etat Paul Kagame, qui dirige le pays depuis la fin du génocide des Tutsi en 1994, et à son parti, le Front patriotique rwandais (FPR).

Neuf millions de Rwandais étaient appelés aux urnes. La présidentielle oppose les trois mêmes candidats qu'en 2017, quand le chef de l'Etat sortant l'avait emporté avec 98,79% des voix face au chef du seul parti d'opposition autorisé, Frank Habineza (0,48%), et à l'indépendant Philippe Mpayimana (0,73%).

Les 2433 bureaux de vote ont fermé vers 15h00. Le dépouillement a commencé dès la fermeture des bureaux de vote. Des résultats partiels seront communiqués au fur et à mesure du dépouillement, jusqu'à l'annonce de résultats provisoires le 20 juillet, a indiqué la commission électorale. Les résultats définitifs seront proclamés le 27 juillet.

Grosse affluence dans les bureaux

Le président Paul Kagame, vêtu d'une chemise verte et de lunettes de soleil, a voté au milieu de la journée dans un bureau de la capitale Kigali, après avoir fait la queue.

Même si le résultat ne fait guère de mystère, les Rwandais se sont déplacés en nombre, faisant la queue parfois pendant plusieurs dizaines de minutes sous le soleil pour pouvoir déposer leurs bulletins dans l'urne. En 2017, la participation avait atteint 98,15%, selon les chiffres officiels.

Gatangaza Bwiza Nelly, 21 ans, fait partie des deux millions de personnes qui déposeront pour la première fois un bulletin dans l'urne pour ces élections. L'étudiante assure qu'elle "attendait ce jour avec impatience". "Je pense que les résultats seront les mêmes que lors des élections précédentes. C'est assez évident", dit-elle.

Président depuis 2000

Paul Kagame, 66 ans, tient fermement les rênes du pays depuis qu'il a renversé en juillet 1994, avec la rébellion du FPR, le gouvernement extrémiste hutu instigateur du génocide qui a fait, selon l'ONU, plus de 800'000 morts parmi la minorité tutsi.

D'abord vice-président et ministre de la Défense mais dirigeant de facto du Rwanda, Paul Kagame en est le président depuis 2000, élu par le Parlement après la démission de Pasteur Bizimungu, puis à trois reprises au suffrage universel (95,05% en 2003, 93,08% en 2010, et 2017).

Opposition muselée

Il jouit d'une forte popularité pour avoir relevé le pays, exsangue au sortir du génocide et aujourd'hui présenté par certains dirigeants occidentaux et africains comme un modèle de développement.

Sa solide croissance (7,2% de moyenne entre 2012 et 2022) s'est accompagnée d'un développement d'infrastructures (routes, hôpitaux...) et de progrès socio-économiques, notamment dans le domaine de l'éducation et de la santé. Mais il est aussi accusé de museler les voix critiques du pouvoir.

Candidatures invalidées

La commission électorale a invalidé la candidature d'une voix anti-Kagame, Diane Rwigara, en raison de documents non conformes. Elle avait déjà été écartée de la dernière présidentielle, accusée de falsification de documents et arrêtée, avant d'être blanchie par la justice en 2018.

Deux figures d'opposition, Victoire Ingabire et Bernard Ntaganda, n'ont pas non plus eu la possibilité de se présenter à la présidentielle, en raison de condamnations passées. La justice a rejeté leurs demandes de voir leurs droits civiques restaurés.

Dans un communiqué, Amnesty International a dénoncé les "sévères restrictions" aux droits de l'opposition, ainsi que des "menaces, détentions arbitraires, accusations fabriquées de toutes pièces, meurtres et disparitions forcées".

"Trop fort"

Les trois semaines de campagne ont été dominées par M. Kagame et le FPR, dont les portraits et couleurs rouge-blanc-bleu sont placardés à travers le pays.

Ses rivaux ont été quasiment invisibles, même si M. Habineza s'est félicité d'un contexte plus apaisé qu'en 2017, assurant même avoir reçu un "soutien massif" de la population. M. Mpayimana a lui reconnu être opposé à un adversaire "trop fort".

La majorité des habitants n'imaginent pas d'autre président que M. Kagame. Dans ce pays enclavé de la région des Grands Lacs, 65% de la population a moins de 30 ans et n'a pas connu d'autre dirigeant.

Législatives

Pour la première fois, la présidentielle est couplée avec les législatives, où 589 candidats briguent les 80 sièges de la Chambre des députés. Les électeurs en éliront 53 directement.

Actuellement, le FPR compte 40 sièges sur 53 et ses alliés (Parti social-démocrate, Parti libéral, Parti social Imberakuri) 11 sièges. Le Parti démocratique vert de M. Habineza a deux députés. Les 27 autres sièges sont réservés par quotas aux femmes, aux jeunes et aux handicapés.

Ils seront attribués mardi à des candidats ne se présentant sous aucune bannière partisane: 24 femmes seront élues par les conseillers municipaux et régionaux, deux jeunes par le Conseil national de la jeunesse et un handicapé sera désigné par la Fédération des associations des handicapés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

UE: nouvelles sanctions contre des colons "extrémistes" israéliens

Publié

le

Environ 490'000 Israéliens sont installés en Cisjordanie dans les colonies, au milieu de trois millions de Palestiniens. Toutes ces colonies sont illégales au regard du droit international. (© KEYSTONE/AP/OHAD ZWIGENBERG)

L'Union européenne a imposé lundi une nouvelle série de sanctions à des colons et des groupes de militants israéliens. Ceux-ci sont responsables à ses yeux de violations "graves et systématiques" des droits des Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem.

A sa liste de colons et groupes "extrémistes" ou autres "militants violents", l'UE ajoute cinq personnes et trois entités supplémentaires, selon un communiqué du Conseil de l'UE, qui représente les Vingt-Sept.

Cela porte à 14 le nombre total de personnes et entités inscrites, après une première annonce de sanctions en avril.

Flambée de violence

La Cisjordanie, occupée par Israël depuis 1967, connaît une flambée de violence depuis le début de l'année dernière, en particulier depuis que la guerre entre Israël et le Hamas a éclaté dans la bande de Gaza en octobre.

Les sanctions prévoient le gel des avoirs et l'interdiction de visas pour entrer dans l'Union européenne.

Aide pour Gaza bloquée

Les organisations ciblées cette fois sont Moshe's Farm, Zvi's Farm et le groupe Tzav 9, accusé notamment de bloquer l'entrée d'aide humanitaire et de carburant dans la bande de Gaza par "des actions violentes", souligne le communiqué.

Parmi les cinq personnes sanctionnés figurent notamment Moshe Sharvit et Zvi Bar Yosef, les dirigeants des colonies Moshe's Farm et Zvi's Farm. Tous sont déjà sous le coup, depuis le printemps, de sanctions prises par les Etats-Unis et le Canada.

"Nettoyage ethnique des Palestiniens"

Les trois autres sont Isaschar Manne, Ben-Zion "Bentzi" Gopstein (dont l'organisation Lehava avait été sanctionnée en avril par l'UE), ainsi que Baruch Marzel qui "a ouvertement appelé au nettoyage ethnique des Palestiniens", selon le communiqué des Vingt-Sept.

Environ 490'000 Israéliens sont installés en Cisjordanie dans les colonies, au milieu de trois millions de Palestiniens. Toutes ces colonies sont illégales au regard du droit international.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Booking mis à l'amende en Hongrie

Publié

le

Booking est accusé de pousser ses clients à réserver sur sa plateforme (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La plateforme néerlandaise de réservation d'hôtels Booking s'est vu infliger lundi une amende d'un million d'euros en Hongrie, où les autorités lui reprochent d'exercer une "pression psychologique" sur ses clients pour les pousser à réserver.

Le site internet ne s'est "pas pleinement conformé à ses obligations, échouant à mettre fin aux infractions précédentes", a déclaré le gendarme hongrois de la concurrence dans un communiqué.

En 2020, il avait déjà sanctionné la société basée à Amsterdam et cotée au Nasdaq à hauteur de 7 millions d'euros pour des tactiques de vente faisant croire à de bonnes affaires et des annonces trompeuses, en violation de la législation européenne.

Une enquête de suivi a montré que Booking exerçait toujours une "pression psychologique" sur les consommateurs pour qu'ils réservent rapidement un logement en leur donnant des informations invérifiables, selon l'Autorité.

La plateforme proposait par ailleurs aux utilisateurs domiciliés en Hongrie des offres moins avantageuses pour les mêmes logements que dans d'autres pays, par exemple en supprimant les tarifs non-remboursables.

L'Autorité note cependant que Booking s'est mis désormais en règle, bien que n'ayant pas admis "les violations" passées.

"Cela inclut la réintroduction d'offres d'hébergement moins chères pour les consommateurs hongrois, qui peuvent être annulées sans perdre l'acompte", précise-t-elle.

Dans une déclaration à l'AFP, Booking s'est dit "déçu" par les conclusions de l'enquête mais se réjouit "d'être parvenu à une résolution à l'amiable", affirmant que cela "donne plus de clarté" aux consommateurs.

Depuis mai, le site de voyage est soumis dans l'UE à de nouvelles règles de concurrence plus strictes, visant à empêcher les pratiques déloyales des géants de la tech qui risquent d'évincer ou brider la concurrence.

Booking a atteint une part de marché supérieure à 60% en Europe au cours des dix dernières années, selon la Commission.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Rétention de documents classifiés par Trump: procédure annulée

Publié

le

Le candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre était poursuivi avec deux de ses assistants personnels pour sa gestion de documents classifiés dans sa résidence privée Mar-a-Lago, en Floride. (© KEYSTONE/AP/Rebecca Blackwell)

La juge au procès de Donald Trump pour rétention de documents classifiés après son départ de la Maison Blanche a annulé lundi l'ensemble de la procédure. Cela considérant que la nomination du procureur spécial Jack Smith était illégale.

Dans cette décision qui représente une immense victoire pour l'ex-président, la juge Aileen Cannon fait droit à une demande de ses avocats et annule la procédure instruite en Floride (sud-est).

Le candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre, qui doit être officiellement investi lors de la convention du parti qui débute lundi, était poursuivi avec deux de ses assistants personnels pour sa gestion de documents classifiés dans sa résidence privée Mar-a-Lago, en Floride.,

Sécurité nationale compromise

Il lui est reproché d'avoir compromis la sécurité nationale en y conservant ces documents, dont des plans militaires ou des informations sur des armes nucléaires, après la fin de sa présidence, au lieu de les remettre aux Archives nationales comme l'exige la loi.

Une autre loi, sur l'espionnage, interdit de conserver des secrets d'Etat dans des lieux non autorisés et non sécurisés. Il est également accusé d'avoir tenté de détruire des preuves dans cette affaire. Les charges les plus lourdes sont passibles de 10 ans de prison.

La juge Cannon avait déjà reporté sine die ce procès, qui devait débuter le 20 mai.

Trump appelle à l'abandon des poursuites

Donald Trump a appelé à l'abandon de toutes les poursuites judiciaires à son encontre, dans la foulée de la décision par la juge floridienne.

"Au moment où nous allons de l'avant pour unir notre nation après les événements horribles de samedi, cette annulation de l'inculpation illégale en Floride devrait être le premier pas, suivi rapidement de l'annulation de TOUTES les chasses aux sorcières", a affirmé sur sa plateforme Truth Social le candidat républicain à la présidentielle, victime samedi d'une tentative d'assassinat, faisant ensuite la liste des procès qui lui sont intentés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Economie

Goldman Sachs fait plus que doubler ses résultats au 2e trimestre

Publié

le

La banque d'affaires americaine Goldman Sachs a atteint un niveau record d'actifs sous gestion au deuxième trimestre (archives). (© KEYSTONE/AP/Peter Morgan)

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a annoncé lundi un bénéfice net plus que doublé au deuxième trimestre, profitant de l'évolution des marchés financiers ainsi que de l'activité dans le secteur des fusions-acquisitions.

Elle a dégagé un produit d'exploitation de 12,73 milliards de dollars (11,4 milliards de francs), contre 10,89 milliards un an plus tôt, et son bénéfice net ressort à 2,89 milliards, contre 1,07 milliard au deuxième trimestre de l'année précédente.

Rapporté par action et à données comparables -référence pour les marchés-, le bénéfice net s'établit à 8,62 dollars quand le consensus des analystes de Factset attendait 8,36 dollars.

Evoquant les performances du groupe sur le premier semestre, son patron David Solomon a souligné dans un communiqué la "forte croissance sur un an" dans les branches Global banking and markets (fusions-acquisitions, entrées en Bourse, levées de capitaux) et Gestion d'actifs et gestion de fortune.

La première a vu son chiffre d'affaires progresser de 14% sur un an à 8,18 milliards de dollars tandis que celui de la seconde a bondi de 27% par rapport à la même période de l'année précédente, à 3,88 milliards de dollars.

Le groupe affirme dans son communiqué s'être placé au premier rang des opérations de fusion et acquisition annoncées et finalisées depuis le début de l'année dans le monde entier.

Le niveau des actifs sous gestion atteignait un record de 2930 milliards de dollars à fin juin, soit 86 milliards de plus récoltés au cours du deuxième trimestre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture