Rejoignez-nous

Actualité

Il y a trente ans, le mur de Berlin tombait

Publié

,

le

Les Berlinois célèbrent samedi la chute du Mur qui a divisé leur ville durant plus de 28 ans jusqu'au soir du 9 novembre 1989 (archives). (©KEYSTONE/AP/MICHEL EULER)

L’Allemagne et l’Europe célèbrent samedi le 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin qui avait mis fin à la division du continent. Une atmosphère de zizanie règne toutefois entre les Alliés de l’époque de la guerre froide.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a quitté le pays vendredi soir après deux jours de visite et le président français Emmanuel Macron n’arrivera que dimanche soir pour un dîner avec la chancelière Angela Merkel et le président allemand Frank-Walter Steinmeier.

Deux jours avant cet anniversaire, le chef de l’Etat français a jeté un pavé dans la mare en diagnostiquant que l’Otan était « en état de mort cérébrale ». M. Macron a notamment déploré l’absence de coordination entre les Etats-Unis et les partenaires de l’Otan et le cavalier seul de la Turquie, membre de l’Alliance, intervenue récemment dans le nord de la Syrie. Abandonnant son habituel ton policé, Angela Merkel, depuis toujours très atlantiste, a assuré ne pas partager la vision « radicale » et le « jugement intempestif » de M. Macron.

Préparation du terrain

Les Berlinois célèbrent la chute du Mur qui a divisé leur ville durant plus de 28 ans jusqu’au soir du 9 novembre 1989. Temps fort, Angela Merkel doit tenir un discours dans la matinée à l’intérieur d’une chapelle érigée dans une rue chargée d’histoire, la Bernauerstrasse, qui fut le théâtre de drames lors de la construction du Mur le 13 août 1961. Des habitants s’étaient jetés des fenêtres au péril de leur vie pour passer à l’Ouest.

La chancelière, originaire d’Allemagne de l’Est, sera accompagnée des présidents de Slovaquie, de Pologne, de République tchèque et de Hongrie, des pays qui il y a 30 ans ont largement préparé le terrain à la chute du Mur. Le soir, ce sera au tour du président de la République, Frank-Walter Steinmeier, de s’adresser à la foule à la porte de Brandebourg.

Climat géopolitique pesant

Aux mésententes entre les alliées de l’époque de la fin de la guerre froide, s’ajoutent un climat géopolitique international pesant. A Berlin, Mike Pompeo a enjoint aux pays occidentaux de « défendre ce qui a été si durement gagné en 1989 » et à « prendre conscience que nous sommes dans une compétition de valeurs avec les nations non-libres », montrant du doigt tout particulièrement la Chine et la Russie.

Venue aussi dans la capitale allemande vendredi, la présidente désignée de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lui a emboîté le pas. Elle a appelé à la vigilance face à Pékin et Moscou et a reconnu une certaine naïveté en 1989 quand le monde a voulu croire que « la victoire des démocraties libérales ne pourrait être stoppée ».

Tension à l’intérieur

Sur le plan intérieur aussi, l’Allemagne est loin d’afficher le même optimisme qu’il y a 30 ans. Angela Merkel a d’ailleurs reconnu que « cela prendrait un demi-siècle ou plus » pour achever la réunification allemande.

La fracture politique et économique entre l’Est et l’Ouest plus riche du pays reste d’une brûlante actualité, en particulier avec le succès de l’extrême droite de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) dans l’ex-RDA. « Les tendances nationalistes et protectionnistes gagnent du terrain dans le monde », a jugé vendredi Mme Merkel.

Le message anti-élites et anti-système de l’extrême droite fait mouche à l’Est où nombre de « Ossis » (le surnom des anciens Allemands de l’Est) estiment être traités comme des citoyens de seconde zone.

La chute du Mur de Berlin, le soir du 9 novembre 1989, s’était déroulée pacifiquement et les images des Allemands tombant dans les bras les uns des autres avaient fait le tour du monde. « Un moment de bonheur! », a d’ailleurs assuré Mme Merkel.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Pour ses 200 ans le Muséum fait la part belle à l’environnement

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Pour ses 200 ans, le Muséum d’histoire naturelle de Genève va proposer une bouquet culturel centré sur l’environnement. Un univers aquatique futuriste en plastique réalisé par l’artiste activiste George Nuku est mis à l’honneur. Ce sera également l’occasion d’honorer le long passé du plus grand musée d’histoire naturelle de Suisse. 

Faire face aux enjeux environnementaux et souligner la beauté et l’importance de la nature. C’est le programme du bouquet culturel dédié aux 200 ans du Muséum d’histoire naturelle de Genève. L’objectif est de faire réfléchir sur nos comportements et notre relation avec les autres espèces et la nature. À partir du 25 septembre la thématique sera abordée à travers diverses expositions, rencontres, ateliers, visites et spectacles tout au long de l’année. Les précisions de Pascal Moeschler responsable communication, conservateur et scientifique au Muséum d’histoire naturelle.

Pascal Moeschler  Responsable communication, conservateur et scientifique au Muséum d'histoire naturelle

 

Ecologie mise en avant

La programmation du bicentenaire prévoit aussi des cycles de conférences pour s’interroger sur les grands défis environnementaux de notre époque. Des personnalités engagées ainsi que d’éminents scientifiques dont le biophysicien Jacques Dubochet prendront la parole. Une grande biosphère blanche sera installée dans différents endroits du grand Genève pour mieux se connecter à la nature à travers différentes animations. La première escale a lieu devant la nouvelle gare de Chêne-Bourg. Pour Pascal Moeschler il est important de prendre conscience de l’urgence climatique que l’on vit.

Pascal Moeschler  Responsable communication, conservateur et scientifique au Muséum d'histoire naturelle

 

200 ans d’histoire

La nature et l’environnement sont au programme des festivités mais la programmation d’anniversaire est également l’occasion d’honorer le long passé du plus grand musée d’histoire naturelle de Suisse. Ce ne sont pas moins de 15 millions de spécimens et d’objets qui occupent les collections du Muséum. Les précisions de Pascal Moeschler.

Pascal Moeschler  Responsable communication, conservateur et scientifique au Muséum d'histoire naturelle

Continuer la lecture

Actualité

Une pétition réclame une revalorisation salariale du métier de nettoyeur

Publié

le

@Judith Monfrini

A Genève, les nettoyeuses et les nettoyeurs réclament une revalorisation de leur salaire estimé trop bas dans une pétition. Signée par plus de 1100 personnes, le texte remis à l’association genevoise des entrepreneurs du nettoyage réclame également une prime pour le travail effectué durant la crise du COVID. 

Les applaudissements pendant la crise c’est bien, mais la prise de risque mérite une prime. C’est ce que réclame la pétition déposée ce matin à Genève, par les nettoyeuses et nettoyeurs. Munie de 1187 signatures elle demande à l’AGENS, l’association des entrepreneurs du nettoyage, une revalorisation de leur salaire actuellement très bas de 19, 95 de l’heure ou une prime pour les risques encourus.

Le syndicat Unia a dénoncé ce jeudi les conditions parfois dangereuses dans lesquels les nettoyeuses travaillaient durant la crise du COVID-19. Sans gant et sans masque. Ils ont du intervenir de nombreuses fois auprès des patrons pour qu’ils respectent les normes de sécurité, provoquant l’angoisse des employés. Camilla Aros, du Syndicat Unia au micro de Judith Monfrini

Camilla Aros secrétaire syndicale chez UNIA

En mai, l’AGENS a refusé toute négociation selon les syndicats.

Revaloriser le métier

Si avec la pandémie, la population a pris conscience de l’utilité des nettoyeurs, les conditions de travail, elles, ne sont ên revanche pas à la hauteur, selon UNIA. Camilla Aros

Camilla Aros secrétaire syndicale chez UNIA

Les nettoyeuses et nettoyeurs n’arrivent déjà pas en s’en sortir. Le travail doit être valorisé. Elles doivent recevoir une prime de risque et leur salaire doit être augmenté. A Genève avec 19 francs 95 de l’heure, c’est impossible de vivre. Ecoutez le témoignage de Maria Sena.

Maria Sena Nettoyeuse

Carmen, elle, a attrapé la Coivd le 19 mars, alors qu’elle travaillait comme nettoyeuses pour une entreprises à l’aéroport. Elle a fait quatre mois d’hôpital. Son patron l’a ensuite licenciée. Elle a 60 ans et se trouve au chômag

Compenser la perte des RHT

Les personnes au bénéfice du chômage partiel, aux RHT, ne recevaient que le 80% de leur 3700 francs brut. L’AGENS a refusé de payer la différence de salaire alors que la plupart des nettoyeurs sont des femmes, qui ne travaillent qu’à temps partiel, relève le syndicat. Durant la crise, les syndicats ont dû intervenir très souvent pour que les mesures d’hygiène et de protection soient respectés. Comme au Centre médical universitaire.

Camilla Aros secrétaire syndicale chez UNIA

Souvent les trajets ne sont pas rémunérés, les personnes cumulent de petite tranches horaires et changent d’employeurs.

Notez que ce week-end, les Genevois sont amenés à voter sur le salaire minimum à 23 francs de l’heure.

 

Continuer la lecture

Actualité

Les vergers prisés par les voleurs

Publié

le

C’est une pomme rouge qui vous attire comme celle de Blanche-Neige. Mais si elle n’est pas empoisonnée, ramasser cette pomme directement dans les vergers est interdit. Et, pourtant, chaque année les producteurs genevois déplorent des vols de pommes dans leurs plantations. A l’image de Michel Serex, arboriculteur à Versoix.

Michel Serex  Arboriculteur à Versoix

En prenant les fruits les personnes emportent une partie de la récolte des arboriculteurs mais aussi une partie de leur salaire. Pour Michel Serex c’est, certes, une perte financière mais c’est aussi une insulte. 

Michel Serex  Arboriculteur à Versoix

Reste que cueillir des pommes dans les vergers n’est pas du glanage mais bien du vol. Les personnes s’exposent à des sanctions avec des amendes pouvant aller jusqu’à 60 000 francs, conformément à la loi genevoise sur la police rurale, entrée en vigueur en mai 2018. Police municipale et cantonale  peuvent verbaliser les voleurs mais aussi les gardes de l’environnement. Alain Rauss, chef du secteur des gardes de l’environnement à Genève. 

Alain Rauss Chef du secteur des gardes de l’environnement à Genève

Des vols de pommes qui n’ont pas diminué avec le semi-confinement, bien au contraire. Selon les arboriculteurs, certaines personnes ont réalisé qu’il y avait des vergers autour de chez eux. Même constat chez Alain Rauss, chef du secteur des gardes de l’environnement à Genève. 

Alain Rauss Chef du secteur des gardes de l’environnement à Genève

Précisons que tous les accès à l’aire agricole, vignes, champs, sont interdits toute l’année.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève à la rescousse de ses clubs

Publié

le

Peut-être une bouffée d’air frais pour les clubs genevois ! Un protocole d’accord a été signé entre l’Etat et les représentants des établissements, qui ont dû fermer leurs portes le 31 juillet pour freiner la propagation du coronavirus. Une aide d’urgence qui prévoit la participation financière des pouvoirs publics pour les charges qui ne peuvent pas être réduites par les enseignes, comme leurs loyers, les assurances liées à leur activité commerciale, leurs abonnements de télécommunication mais aussi leurs factures SIG.

L’aide de l’Etat concerne également les charges fixes de type cotisations sociales et LPP, contrats de location sur le matériel et les machines, frais fiduciaires et stocks périmés.

Le montant maximum prévu par l’Etat? Deux millions de francs par mois, ce qui correspond à environ 30 000, 40 000 francs par mois par établissement. 

En contrepartie, les établissements  s’engagent sur l’honneur à ne pas licencier leur personnel pour des motifs liés à la crise économique et sanitaire.

Le Grand Conseil genevois devra se prononcer les 1er et 2 octobre prochains sur  ce projet de loi.

Pour Jean-Marc Humberset,  le propriétaire du Moulin Rouge et du Point Bar, cette aide d’urgence est une « belle lumière au bout du tunnel »

 

Jean-Marc Humberset  Gérant du Moulin Rouge et du Point Bar

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Une start-up sécurise les téléphones portables grâce à une puce quantique

Publié

le

L’entreprise genevoise ID Quantique a crée une puce pour téléphone qui utilise la cryptographie quantique pour les protéger. Samsung l’a utilisé dans son dernier téléphone qualifié par la presse de « plus sûr du monde ». La technologie pourrait à l’avenir se développer à d’autres objets que les téléphones. 

Une puce quantique qui rend votre téléphone inviolable. C’est le produit de l’entreprise genevoise ID Quantique. La start-up a crée une puce pour téléphone qui utilise la cryptographie quantique pour les protéger. Ce système a été adopté par Samsung qui en a doté son dernier appareil sorti en mai dernier. Il a été baptisé par la presse de « téléphone le plus sûr du monde ». La puce utilise le cryptage quantique pour générer des nombres aléatoires qui servent de clés inviolables pour permettre notamment une communication sécurisée entre les appareils. Ce système peut être utilisé pour plusieurs applications comme les services bancaires. Les précisions de Grégoire Ribordy directeur et fondateur d’ID Quantique.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

 

Sécuriser les systèmes

De nos jours le piratage est devenu monnaie courante. On ne compte plus les milliers de personnes qui se sont fait pirater leur téléphone ou leur ordinateur. Si la digitalisation apporte de nombreuses choses positives à notre quotidien, elle comporte également de nombreux risques. Et bien souvent nos systèmes de sécurité ne sont pas au point. Les explications de Grégoire Ribordy.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

Selon Grégoire Ribordy, en matière de cybersécurité, la Suisse ne se démarque pas des autres pays. Elle prend assez peu d’initiatives pour améliorer la sécurité alors qu’il y aurait une carte à jouer pour les industries locales.

Objets connectés

Si pour le moment cette technologie se limite aux téléphones, à l’avenir elle pourrait se développer dans de nombreux domaines. Aujourd’hui, quasiment tous les objets ou systèmes sont connectés. Un potentiel que la start-up basée à Genève entend exploiter. Le détail avec Grégoire Ribordy.

Grégoire Ribordy Directeur et fondateur d'ID Quantique

La sécurité de nos systèmes connectés est un enjeu crucial de nos sociétés. Avec l’arrivée de la 5G, ce sont 46 milliards de téléphones qui devraient être connectés au réseau à l’horizon 2026.

Continuer la lecture