Rejoignez-nous

Actualité

Homophobie: plusieurs plaintes déposées pour discrimination

Publié

,

le

Plusieurs plaintes ont déjà été déposées sur la base de la nouvelle norme pénale contre l'homophobie. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plusieurs plaintes pour discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ont été déposées récemment: pour des textes publiés, des vidéos sur le Web ou dans le cadre de la campagne pour le mariage pour tous.

Plusieurs lesbiennes et gays de la région de Delémont ont reçu des lettres anonymes ou ont trouvé des feuillets avec des insultes à caractère homophobe dans leur boîte aux lettres, indique Juragai, l'association LGBTQ+ jurassienne dans son dernier bulletin. Au moins deux ont porté plainte.

L'un d'eux a également dénoncé à la police une violation de propriété et un vol. Lui et son compagnon se sont en effet fait dérober le drapeau "oui, je le veux", qu'ils ont aussitôt remplacé. Et dans leur boîte aux lettres ce feuillet: "Non à ces débiles de pédés et a ces folles de lesbiennes".

Le même document, avec la même faute d'orthographe, a été envoyé par la poste à une femme habitant dans un village avoisinant qui a également porté plainte, précise à Keystone-ATS Nicole Béguin, membre du comité de Juragai. Et un autre membre du comité a trouvé plusieurs flyers portant la même inscription par terre dans la rue à Delémont.

Homos comparés à la mafia

Deux autres plaintes ont été déposées directement par la faîtière suisse des hommes homo et bisexuels Pink Cross. L'une vise le rédacteur en chef du magazine bimestriel catholique THEOLOGISCHES et de son site Internet. Elle a été déposée au Tessin, son domicile.

Dans les numéros de janvier/février et mars/avril 2021 de cette revue et sur le site, un article intitulé "Über die Notwendigkeit homosexuelle Cliquen in der Kirche zu begrenzen ("De la nécessité d'endiguer les cliques homosexuelles dans l'Eglise") a été publié. Dans ces textes, les homosexuels sont comparés sans demi-mesure à la mafia, et accusés d'être des parasites.

Dans ces textes dont des extraits sont mentionnés dans la plainte, transmise à Keystone-ATS, il leur est attribué des liens avec des organisations mafieuses existantes. On prétend même qu'ils n'hésiteraient pas à recourir au meurtre.

Soral

Pink Cross et son homologue LOS, faîtière des lesbiennes, ont déposé vendredi une autre plainte, déjà annoncée le mois dernier, contre Alain Soral. L'idéologue franco-suisse d'extrême droite, installé à Lausanne, a tenu des propos virulents contre la communauté LGBTQ+ et contre une journaliste romande qui avait écrit un texte sur la diffusion en Suisse des idées de l'essayiste.

La journaliste a également porté plainte. Le Ministère public vaudois a confirmé avoir ouvert une enquête, comme l'annonce le Matin Dimanche.

Les propos d'Alain Soral, ainsi que toutes sortes de commentaires haineux de tiers, ont été diffusés dans des vidéos sur le Web et les réseaux sociaux. "On ne peut pas tolérer dans nos démocraties que l'on répande la haine et que l'on discrimine certaines parties de la société", expliquait alors Muriel Waeger, la directrice romande de Pink Cross.

Nouvelle norme pénale

Les plaignants s'appuient sur la nouvelle norme pénale contre l'homophobie, acceptée à plus de 63% par le peuple l'an dernier et entrée en vigueur en juillet 2020. L'article 261bis du Code pénal punit désormais aussi les discriminations et l'incitation à la haine fondées sur l'orientation sexuelle.

Il est encore trop tôt pour disposer d'une statistique nationale des plaintes déposées. La Conférence des procureurs de Suisse ne tient pas ses propres statistiques dans le domaine des poursuites pénales. Contacté par Keystone-ATS, son secrétaire précise que "nous n'avons pas connaissance de problèmes liés à l'application de la nouvelle norme".

Un avis que ne partagent pas vraiment les organisations LGBTQ+. Inquiètes de constater que les mesures d'accompagnement nécessaires pour que cette loi ait un effet concret font "jusqu'à présent totalement défaut", elles sont intervenues, de concert avec des députés, dans 16 cantons sous la forme d'interpellations.

"Le Conseil fédéral a manqué plusieurs occasions d'agir", soulignaient en mai dernier les organisations faîtières, pour qui le gouvernement "fait en sorte que la Suisse reste à la traîne en matière de protection et d'égalité des personnes LGBTQ+ par rapport aux autres pays européens". Elles placent ainsi leurs espoirs dans les cantons.

Elles précisaient alors que la plupart des agressions sont des injures et insultes. Quelque 18% des cas recensés en Suisse en 2020 concernaient des violences physiques, ce qui représente une baisse par rapport à 2019 quand elles constituaient un tiers des 66 agressions rapportées. Cette baisse s'explique probablement par les mesures de prévention du coronavirus. A peine 20% de ces agressions font l'objet d'une plainte, selon ce rapport.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Hockey

Zurich Lions prend sa revanche sur Fribourg-Gottéron

Publié

le

Le Fribourgeois David Desharnais ne rechigne pas à entrer en contact avec le portier des Zurich Lions, son ancien coéquipier Ludovic Waeber. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Fribourg-Gottéron est toujours leader de National League, malgré une défaite 3-4 aux tirs au but face aux Zurich Lions. A Lugano, Genève-Servette s'est incliné sèchement 3-0.

En vingt-quatre heures, Fribourgeois et Zurichois ont livré deux "gros" matches. Même si la partie retour au Hallenstadion a été un peu moins dense que la première lundi soir, les deux équipes se sont engagées totalement. Pour la deuxième fois en deux jours, les deux équipes ont fini par se départager aux tirs au but. Si la série de penalties avait été grandiose lundi, cette fois-ci seul le Canadien Justin Azevedo fut dans la capacité à tromper le gardien adverse.

Ce deuxième point acquis par les Lions n'est pas usurpé. Ils avaient nettement dominé la deuxième période, mais n'étaient parvenus qu'à tromper à une seule reprise le portier Reto Berra. Fribourg a enregistré avec satisfaction le retour d'Andreï Bykov, qui n'avait plus joué depuis le 19 octobre. Il s'est fait l'auteur d'un but et d'un assist, mais a manqué son tir au but.

Genève-Servette sans power-play

Incapable de profiter de ses supériorités numériques, Genève-Servette a dû trouver long le chemin retour. Faute d'avoir su poser un power-play digne de ce nom, les Genevois ont laissé passer une bonne chance de marquer des points pour la quatrième fois de suite. Dans un match longtemps fermé, c'est le Canadien Daniel Carr qui a débloqué la situation. Alors que Josh Jooris avait manqué une occasion en or en début de troisième période, Carr ne manquait pas sa chance sur un contre initié par Luca Fazzini. L'attaquant luganais éliminait Arnaud Jacquemet avec classe avant de ne laisser aucune chance à Gauthier Descloux (48e). Quatre minutes tard, Carr transperçait le portier genevois d'une reprise directe sur l'un des rares 5 contre 4 luganais de la soirée. Le réalisme avait parlé.

Battus samedi par Zoug après avoir mené 4-0, Ambri-Piotta a pris sa revanche cette fois-ci (4-2). Les Léventins ont mené 2-0 grâce à des réussites de Grassi et Incir en première période. Mais les champions en titre sont revenus à 2-2 en deuxième période par Hansson et Kovar. Les joueurs de Luca Cereda n'ont pas perdu leurs nerfs pour finalement passer l'épaule grâce à Hietanen et D'Agostini.

Les Langnau Tigers se sont baladés sur les hauteurs de Davos (6-1). Un triplé de l'inévitable Jesper Olofsson a placé les Emmentalois sur la voie du succès. Pour les Grisons, il s'agit de la troisième défaite au cours des quatre derniers matches.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 27/56 (87-66). 2. Zoug 27/54 (90-65). 3. Rapperswil-Jona Lakers 28/54 (89-69). 4. Davos 26/52 (85-62). 5. Bienne 28/52 (85-68). 6. Zurich Lions 25/42 (76-68). 7. Berne 26/37 (77-72). 8. Lausanne 26/36 (70-73). 9. Lugano 28/36 (77-86). 10. Ambri-Piotta 28/35 (69-76). 11. Genève-Servette 27/29 (66-90). 12. Langnau Tigers 28/27 (87-97). 13. Ajoie 28/18 (52-118).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Lors du prochain tirage vendredi, 140 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 19, 20, 26, 33 et 43, ainsi que les étoiles 1 et 4.

Lors du prochain tirage vendredi, 140 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Minimaliste, Lausanne se défait d'Ajoie

Publié

le

L'attaquant lausannois Tim Bozon entre en contact avec le portier ajoulot Tim Wolf sous les yeux de Jordan Hauert. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Lausanne a enchaîné un deuxième succès de rang lors de cette soirée de National League. Les Lions ont dominé Ajoie 2-0 dans leur antre.

La dernière visite des Jurassiens dans l'enceinte lausannoise s'était soldée par une magnifique victoire en Coupe de Suisse en février 2020, juste avant que la pandémie ne vienne chambouler le monde.

Mais point de 7-3 et de fête pour les joueurs de Gary Sheehan cette fois-ci, même si le retrait du numéro 61 de Florian Conz, ancien junior d'Ajoie, a fait de ce match un petit événement.

Fait rare cette saison, Gary Sheehan a pu aligner quatre étrangers sur la glace. Il a ainsi choisi de faire confiance au quatuor Devos-Asselin-Fortier-Wannström. Mais ce carré d'as n'a pas su prendre en défaut la défense vaudoise.

Ajoie a d'ailleurs clairement loupé le coche entre la fin de la première et le début de la deuxième période lorsque Michael Frolik s'est fait chasser pour cinq minutes à la suite d'une mise en échec contre la bande. Surtout que Cody Almond a écopé de deux minutes alors que le Tchèque avait encore 2'30 à purger. Mais durant cette double supériorité numérique, les Jurassiens n'ont jamais été en mesure de mettre les trois Lausannois hors de position.

Et dès que les Vaudois ont pu retrouver un bloc complet sur la glace, Ajoie n'a plus eu voix au chapitre. Mais les joueurs de John Fust n'ont pas su concrétiser cette domination territoriale. Alléchante sur le papier, la ligne Bertschy-Fuchs-Riat a mis du temps à se trouver. Très certainement talentueuse, elle n'a pas semblé se comprendre, hormis sur une action dans le tiers médian.

C'est pourtant le talent qui a permis au LHC d'ouvrir la marque après quatre secondes en supériorité numérique. Bien servi, Martin Gernat a transpercé Tim Wolf (7e). Le 2-0 est tombé à la 29e des suites d'une pataugée en défense de la part des Ajoulots. Si le staff vaudois avait entouré cette partie pour prouver que le club était sur la bonne voie, il s'agira de recommencer vendredi pour la venue d'un Davos humilié chez lui par Langnau.

John Fust pourra se satisfaire en se disant que les situations spéciales ont été bien négociées et pour le blanchissage de Luca Boltshauser.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

L'OFSP confirme deux cas dus au variant Omicron en Suisse

Publié

le

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a confirmé mardi sur Twitter deux cas d'infection au variant Omicron en Suisse (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi soir sur Twitter deux premiers cas de coronavirus en Suisse dus au variant Omicron. Les deux personnes, liées entre elles, ont été placées en isolement.

Le département de la santé de Bâle-Ville a indiqué mardi soir qu'un cas positif avait été confirmé sur le territoire cantonal. Il s'agit de l'un des deux cas annoncés par l'OFSP.

Ce dernier avait annoncé dimanche un premier cas probable du variant Omicron en Suisse chez une personne revenue d'Afrique du Sud il y a environ une semaine. Sa directrice Anne Lévy avait souligné lundi que la personne concernée se trouve en isolement et ses contacts en quarantaine, même ceux qui étaient vaccinés ou guéris.

Classé vendredi dernier comme "préoccupant" par les experts de l'OMS, Omicron se répand vite en Europe. Des cas ont été confirmés en Belgique dès jeudi dernier, puis les annonces se sont enchaînées dans différents pays. Le variant avait initialement été détecté en Afrique du Sud.

A cause d'Omicron, les voyageurs en provenance de 23 pays doivent présenter un test PCR négatif à l'embarquement dans un avion et à l'entrée en Suisse, puis se placer dix jours en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le certificat sanitaire devrait être largement étendu

Publié

le

© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY

A peine adoubé par le peuple, le certificat sanitaire devrait être étendu. Le Conseil fédéral a mis mardi en consultation une utilisation accrue du sésame lors de manifestations, d'activités sportives et culturelles et même de réunions familiales.

Les critiques ont plu dernièrement à l'égard du Conseil fédéral, accusé d'attentisme alors que la situation épidémiologique se détériorait. D'aucuns lui ont reproché d'attendre le verdict des urnes sur la loi Covid-19 avant d'agir. De nouvelles mesures étaient attendues.

L'apparition du variant omicron, hautement contagieux, a probablement encore accéléré le processus. Mardi, le Conseil fédéral a tenu une séance extraordinaire. Il a décidé d'envoyer un paquet de mesures en consultation jusqu'à mercredi soir.

Validité réduite

Concrètement, l'utilisation du certificat et du masque sera largement étendue. Le premier sera exigé lors de toutes les manifestations et activités sportives et culturelles se déroulant à l'intérieur. Il en va de même pour les rencontres familiales ou entre amis dès onze personnes. La limite actuelle de trente participants est en revanche levée.

A l'extérieur, le pass sanitaire sera exigé dès 300 personnes. La barre est actuellement placée à 1000 participants. Parallèlement à son extension, le certificat sera plus difficile à obtenir. Les tests PCR seront valables seulement 48h, et les tests rapides antigéniques 24h.

Le masque sera lui obligatoire dans tous les lieux fermés accessibles au public, où le certificat Covid est exigé. Dans les restaurants, bars ou discothèques, l'obligation de consommer assis est réintroduite. Si le masque ne peut être porté lors des activités sportives et culturelles, les coordonnées des participants devront être relevées, comme c'est déjà le cas pour les discothèques.

Trois variantes pour le travail

Les mesures devraient également être renforcées dans le monde professionnel. Le Conseil fédéral n'a toutefois pas d'avis tranché sur la question. Il a mis trois variantes en consultation. La première prévoit une obligation générale de porter le masque dans les bureaux occupés par plusieurs employés.

Les travailleurs non-vaccinés ou n'ayant pas encore contracté la maladie devraient être contraints au télétravail, selon la deuxième proposition. Au bureau, ils devraient être masqués.

La troisième option réintroduit le télétravail pour tous. Les employés ne pouvant rester à la maison devraient porter le masque s'ils sont plusieurs par pièce. Des tests répétitifs devraient également être proposés aux collaborateurs.

Tests dans les écoles

Pas question en revanche d'imposer le masque aux écoliers à l'échelle nationale. Dès l'école obligatoire, des tests répétitifs devront toutefois être proposés. Toutes les mesures mises en consultation seraient limitées jusqu'au 24 janvier.

Continuer la lecture