Rejoignez-nous

Actualité

Harcèlement par un syndicaliste genevois: une victime témoigne

Publié

,

le

Victime de harcèlement caractérisé dans le cadre de l'affaire de harcèlement sexuel qui secoue le milieu syndical à Genève, Marina* a décidé de témoigner de ce qu'elle a vécu, ressenti et de l'impact de cette affaire sur sa santé.

Il y a trois mois sortait dans la presse le témoignage d’une dizaine de femmes harcelées sexuellement par un syndicaliste genevois. Si l’affaire a secoué le monde syndical à Genève, trois mois plus tard, la situation est au point mort. L’employeur de l’accusé n’a toujours pas pris position et aucune sanction n’a été prise. Les avocates des plaignantes expliquent que leurs clientes sont mécontentes de la procédure mise en place par l'employeur.

Marina*, une des victimes, raconte son harcèlement. Tout commence en 2010. A cette époque, Marina, qui travaille dans le milieu syndical, était en contact avec l'accusé qui travaille lui aussi dans le même milieu. Son harcèlement commence quand il lui demande son numéro et qu'elle refuse. Loin de se décourager, l'accusé l'invite à dîner, ce que Marina refuse. Elle lui propose tout de même de déjeuner ensemble, ce qu'elle fait avec tous ses collègues. Lors de ce repas, il tente de lui prendre la main, Marina se rétracte et les choses en restent là. S'ensuivent quelques échanges de mails à caractères déplacés, l'un d'eux finit par un "Je te veux". Une situation qui atteint son paroxysme le jour où il s’en prend physiquement à elle. Le témoignage de Marina, qui a tenu à rester anonyme et dont la voix a été modifiée.

MarinaVictime de harcèlement sexuel

 

"On ne m'aurait pas cru"

Passé le choc de cette agression, Marina pense dans un premier temps à se saisir de son syndicat et à porter plainte. Puis, elle décide finalement de se raviser car elle pense que son histoire sera banalisée. "On ne m'aurait pas cru" affirme-t-elle. Les détails de Marina.

MarinaVictime de harcèlement sexuel

Une fois l'affaire sortie, elle s'attendait à avoir un soutien total des différents syndicats, mais Marina déchante. Malgré le fait qu'elle soit pleinement soutenue par son syndicat, elle déplore qu'une certaine frange du milieu syndical continue à défendre l'accusé.

MarinaVictime de harcèlement sexuel

 

Des conséquences sur la santé

Bien qu'à l'époque elle a préféré se taire et ne pas penser à ce qu'elle avait vécu, c'est aujourd'hui, au vu des proportions que prend l'affaire, que Marina ressent les effets de cette violence sur sa santé. La raison: elle ne digère pas la gestion de l'affaire par l'employeur et la durée de la procédure. Par ailleurs, les avocates des victimes se sont également plaintes du manque d'écoute de l'employeur qui a refusé leurs demandes d'être davantage impliquées dans la procédure.

MarinaVictime de harcèlement sexuel

Aujourd'hui, Marina ne souhaite qu'une chose: que l'accusé soit sanctionné afin de pouvoir définitivement tourner la page.

*Prénom d'emprunt

Sport

Genève-Servette peut toujours y croire, gros coup d'Ajoie

Publié

le

Le défenseur d'Ajoie Thomas Thiry (à droite) tente de freiner l'attaquant de Gottéron Lucas Wallmark. (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Genève-Servette s'est imposé 5-4 aux tirs au but à Berne, mais les Genevois ont laissé échapper un point qui pourrait coûter cher. Ajoie a surpris Fribourg-Gottéron chez lui (1-0).

Quant Alessio Bertaggia a inscrit le 4-2 pour le champion d'Europe à 1'49'' de la fin du temps réglementaire, tout paraissait joué et les trois points promis aux hommes de Cadieux. Un scénario idéal le soir où Davos et Lugano ont également égarés des points. Las, les Bernois sont revenus au score 29'' après par Thierry Schild et la quatrième (!) ligne avant que le Finlandais Jonaa Luoto n'arrache l'égalisation à 44'' de la sirène. Les Genevois ont limité les dégâts en remportant la séance des tirs au but grâce à Valtteri Filppula. Reste que perdre un point dans ces conditions contre un adversaire direct est un peu consternant.

Lausanne n'a pas réussi de hold-up à Zurich. Le derby des Lions a tourné à l'avantage des Zurichois qui ont fait la différence en fin de partie (3-1). Largement dominés, les Vaudois avaient égalisé à la 29e par leur homme en forme du moment Damien Riat sur leur... 5e tir au but de la rencontre. Kevin Pasche a bien tenu la maison par la suite, mais la pression zurichoise a fini par payé quand le Letton Rudolfs Balcers a glissé le palet entre les jambières du portier lausannois (58e). Une minute plus tard, Derek Grant assurait les trois points dans la cage vide. Avec sept unités d'avance sur Gottéron alors qu'il en reste neuf en jeu, l'affaire semble jouée pour la première place.

Bienne explose

D'autant que Fribourg-Gottéron s'est sabordé lui-même. Au lendemain d'un succès probant à Bienne, les joueurs de Christian Dubé se sont fait piéger par la lanterne rouge. Dominés pendant les deux premiers tiers-temps, les Fribourgeois ont tout de même encaissé l'unique but de la partie par Romanenghi (44e) alors qu'ils semblaient reprendre la main dans le match.

Visiblement encore dépité par leur revers de la veille contre Fribourg-Gottéron, le HC Bienne a "explosé" 5-0 à Rapperswil-Jona. Les Seelandais ont pris une leçon de réalisme de la part de Saint-Gallois, qui sont désormais assurés de partir en vacances à la fin de la qualification sans se soucier du barrage de promotion-relégation.

Davos a fait une bien mauvaise affaire avec sa défaite à Ambri-Piotta (2-1). Spacek et Dauphin ont marqué pour les Léventins qui ont pratiquement assuré leur place dans le play-in. Lugano a également laissé des plumes sur la glace de Kloten. Les Tessinois se sont finalement imposés 2-1 aux tirs au but.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Ardon Jashari a fait parler sa classe

Publié

le

Ardon Jashari, le match-winner lucernois. (© KEYSTONE)

Après deux défaites de rang à Winterthour et contre le FC Zurich, le FC Lucerne a conclu victorieusement son triptyque zurichois. Il s’est imposé 1-0 devant les Grasshoppers au Letzigrund.

Ardon Jashari a donné la victoire au Lucernois à la 63e sur un enchaînement parfait après une passe en retrait de Severin Ottiger. Ce but récompensait justement la supériorité parfois écrasante de la formation de Mario Frick face à un adversaire d’une insigne faiblesse.

Ce succès permet aux Lucernois de rester du bon côté de la barre. Ils pourraient même se retrouver à la cinquième place du classement si Lugano ne bat pas Zurich dimanche. Quant aux Grasshoppers, ils pourraient être rejoints au classement par le Lausanne-Sport s’il bat Winterthour à la Tuilière. Les deux formations sont en lutte pour échapper à la place de barragiste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Des paysans allument des feux en guise d'appels

Publié

le

Des agriculteurs ont allumé samedi soir un feu sur un terrain agricole dans la campagne genevois, à Bernex, lors de l'action "Feu de rassemblement" à l'appel du groupe Révolte agricole suisse. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Des feux ont été allumés par des agriculteurs en de nombreux endroits de Suisse romande samedi pour appuyer les revendications du monde paysan et en appeler à la solidarité. La population était invitée à se joindre au mouvement.

De manière pacifique mais déterminée, les agriculteurs suisses, romands essentiellement, se mobilisent depuis quelques semaines pour faire valoir leurs droits à des rémunérations plus équitables. Samedi soir, de nombreux feux de protestation ont été organisés dans les campagnes, en particulier dans les cantons de Vaud et Fribourg.

A Bernex (GE), un brasier a été allumé dans un champ, et les agriculteurs offraient à boire et à manger aux personnes de passage pour les sensibiliser à leur cause, a constaté sur place un photographe de Keystone-ATS.

L'appel à cette mobilisation romande avait été lancé par un jeune agriculteur vaudois, Arnaud Rochat, via notamment le groupe Facebook "Révolte agricole suisse" qu'il a lancé au début du mois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Toujours pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Le jackpot pour le prochain tirage de la loterie atteindra 61 millions de francs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi. L'énorme jackpot continue donc à faire rêver et à enfler. Pour empocher le magot, il fallait cocher les numéros 5, 7, 10, 24, 36 et 37. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 3 et le Joker le 280599.

Lors du prochain tirage mercredi, 61 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Quelque 120 personnes mobilisées contre la fermeture d'un centre

Publié

le

Sous le slogan "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Quelque 120 personnes, dont une vingtaine de Roms, ont manifesté samedi après-midi au centre-ville de Lausanne pour s'opposer à la fermeture imminente de l'hébergement d'urgence de la rue de la Borde 47. Les milieux de défense des sans-abri exigent que ce site lausannois soit maintenu dans l'attente d'alternatives.

Sous la bannière "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. Leur objectif est "d'empêcher la Municipalité de mettre des familles entières à la rue", selon leurs revendications. Ils demandent la "pérennisation d'un projet d'hébergement alternatif".

Avec une vingtaine de Roms en tête, dont plusieurs enfants, le cortège a défilé dans les rues lausannoises en milieu d'après-midi. Sur deux grandes banderoles, on pouvait lire "Pas d'expulsion sans solution" et "Aidez-nous à rester au chaud avec nos enfants".

Bâtiment vétuste et insécure

Le vieil immeuble de la Borde 47 abrite actuellement quelque 80 personnes issues de plusieurs familles roms, dont une soixantaine accueillie depuis l'été passé en provenance d'autres hébergements d'urgence du dispositif lausannois et une vingtaine arrivée à Lausanne cet automne. "Celles-ci représentent la grande majorité des situations de familles sans-abri à Lausanne qui sollicitent les hébergements d'urgence", rappelle la Ville de Lausanne.

Elles devront quitter les lieux au début du mois de mars en raison de la vétusté, de l'insalubrité et de l'insécurité du bâtiment et de ses logements, qui seront démolis par son propriétaire privé, la Société coopérative d'habitation Lausanne (SCHL), expliquent les autorités lausannoises. La date était connue et communiquée dès le début de l'accueil de ces personnes. La Municipalité réfute ainsi le terme "d'expulsion".

La municipale en charge du dossier Emilie Moeschler assure que les situations sont en train d'être évaluées par la Ville et ses partenaires. "S'ils ne peuvent pas être accueillis dans le dispositif d'aide sociale au logement ou les hébergements d'urgence de transition à Renens, les femmes et les enfants sont prioritaires dans le dispositif d'hébergement d'urgence", a-t-elle indiqué à Keystone-ATS.

Nouveau lieu ouvert à Tivoli

La Ville annonce aussi qu'un nouveau lieu ouvrira le 1er mars à l'avenue de Tivoli. Il comprendra 42 lits pour y accueillir à la fois des femmes, des familles et des hommes.

Au total, selon les services de Mme Moeschler, ce sont désormais 235 places qui seront à disposition des sans-abri durant toute l'année (Tivoli 42 places, Sleep In 26, Marmotte 31, Saint-Martin 41, abri PC de la Vallée de la Jeunesse 60 et l'hébergement d'urgence de transition de Renens 35).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture