Rejoignez-nous

Actualité

Grève féministe: plus de 2000 personnes à Plainpalais

Publié

,

le

A 15h24, l'instant à partir duquel les femmes ne sont plus payées, selon les statistiques de la différence salariale entre les sexes, les manifestants ont occupé l'espace sonore et brandi des pancartes. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La grève féministe a fait son retour dimanche. La pandémie de Covid-19 a renforcé les raisons menant à faire grève, estiment les milliers de personnes qui ont manifesté dans les rues de plusieurs villes suisses.

Près de 200 évènements étaient annoncés aux quatre coins de la Suisse sur le site www.14juin.ch. A 15h24, l’instant à partir duquel les femmes ne sont plus payées, selon les statistiques de la différence salariale entre les sexes, les manifestants ont occupé l’espace sonore et brandi des pancartes.

A Lausanne, la grève a véritablement retrouvé toutes ses couleurs dans le courant de l’après-midi. Entre 1500 et 2000 personnes se sont rassemblées à la Riponne et un peu plus de 200 à Ouchy au bord du lac, selon Keystone-ATS. La journée dans la capitale vaudoise s’est terminée avec une « Purple critical mass » à vélo, entre cris et chansons, perturbant passablement le trafic dans le centre-ville.

A Genève, plus de 2000 manifestants étaient réunis sur la plaine de Plainpalais, a constaté Keystone-ATS. Après la lecture des différentes revendications, un grand cri commun a parcouru la plaine à 15h24.

Cloches et sifflets

Quelque 250 à 300 personnes étaient réunies à Sion sur la place de la Planta, en respectant les règles de distanciation sociales. Cloches et sifflets ont également retenti à 15h24, selon une journaliste de Keystone-ATS.

Au Tessin, environ 200 personnes, pour la plupart des femmes, ont défilé dimanche matin dans les rues de Bellinzone. Les manifestants ont revendiqué des salaires égaux pour un travail égal, allant jusqu’à dénoncer des rétributions ne dépassant pas 13 francs l’heure pour des employées.

Longue file à Neuchâtel

Dans le canton de Neuchâtel, les femmes ont manifesté dans le chef-lieu et à La Chaux-de-Fonds, tout en maintenant les distances sanitaires, grâce notamment à des cercles dessinés par terre. Elles ont chanté, lu et écouté des poèmes. A Neuchâtel, les manifestants ont formé une longue file le long du lac pour atteindre le banc géant où les panneaux de revendications ont été déposés les uns à côté des autres.

A Delémont, l’association interjurassienne grève des femmes a mis sur pied dimanche dans la capitale jurassienne une exposition féministe à ciel ouvert.

Rassemblements sportifs

A Bienne, le collectif de la grève féministe a invité la population à une « journée de grève pour un monde juste pour tous-te-s ». Le rassemblement a débuté après 13h00 avec un pique-nique avant une manifestation ponctuée de discours. Dans le canton de Fribourg, les manifestants sont attendus dans la capitale.

Des manifestations se sont également déroulées à Berne, où plusieurs centaines de personnes ont pris part à une course à travers la ville. A Bâle, 150 personnes se sont réunies pour un pique-nique et un « jogging bruyant » dans un parc. De là, certaines manifestantes comptaient poursuivre leurs protestations en remontant le Rhin à la nage.

La pandémie de Covid-19 a renforcé les raisons menant à faire grève il y a un an, pouvait-on lire sur la page internet annonçant la journée de grève. Sexisme, racisme, homo- et transphobie, violences sexuelles, discriminations et exploitation « se sont renforcés avec la crise sanitaire et avec la crise économique qui lui emboîte le pas ».

Quinze revendications

La Coordination romande des Collectifs pour la grève féministe et des femmes a élaboré 15 revendications pour une sortie féministe et écologique du Covid-19. L’essentiel des revendications se rapproche de celles des partis de gauche et des syndicats. Avec la crise due au coronavirus, les demandes concernant le secteur de la santé, l’économie domestique et la violence domestique étaient plus appuyées pour ce 14 juin 2020.

Les femmes continuent à toucher des salaires et des rentes inférieurs à ceux des hommes, et elles assument davantage de travail de prise en charge, a rappelé samedi l’USS. Trop peu de choses ont été faites depuis le 14 juin 2019, constatait de son côté Unia dimanche. La discrimination salariale, les doubles ou triples charges à assumer et le manque de respect font partie du quotidien des femmes en Suisse.

En 2019, les rassemblements qui avaient regroupé plusieurs centaines de milliers de personnes, plus de 500’000 selon les organisateurs, à travers la Suisse. Les manifestants avaient été 50’000 à descendre dans la rue à Berne, au moins 40’000 aussi à Lausanne, 12’000 à Genève, Sion et Fribourg, 5000 à Neuchâtel, 4000 à Delémont, selon les chiffres de la police ou des organisateurs.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Cette nuit, nous allons passer à l’heure d’hiver

Publié

le

A défaut de sortir - Covid oblige -, on pourra rêver une heure de plus la nuit prochaine. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La nuit prochaine, on gagnera une heure de sommeil: à 03h00, il faudra reculer les horloges à 02h00 en Suisse et dans de nombreux pays d’Europe. Dans plusieurs d’entre eux, des voix s’élèvent pour revenir sur ce système.

Le changement dʼheure à fin octobre est souvent associé au passage à l’heure d’hiver. « Mais en réalité, il n’y a que le temps normal et lʼheure d’été », souligne l’Institut fédéral de métrologie (METAS) dans un communiqué mardi. Cette nuit, on revient donc à lʼheure normale, lʼheure dʼEurope centrale qui est effective en Suisse depuis plus de 125 ans.

L’heure d’été existe en Suisse depuis 1981. Elle avait été introduite pour harmoniser les horloges helvétiques avec celles des pays voisins. « Cette décision a surtout été motivée par des raisons économiques », note le METAS, puisqu’une différence temporelle peut avoir des conséquences sur les transactions commerciales ou les transports, par exemple. Sans compter l’aspect pratique pour les frontaliers.

L’éventuelle abolition du changement d’heure annuel fait actuellement l’objet de discussions politiques, en Suisse mais aussi au sein de l’Union européenne. En mars 2019, le Parlement européen avait demandé que le passage à l’heure normale soit supprimé dès 2021. Toutes les décisions n’ont toutefois pas encore été prises, tant sur le plan de lʼUnion européenne que dans chaque Etat.

Echec de l’initiative

En Suisse, un comité dirigé par la conseillère nationale Yvette Estermann (UDC/LU) et Armin Capaul, père de l’initiative des vaches à cornes, avait lancé une initiative pour abolir le changement d’heure. Mais elle n’aboutira pas. Deux mois avant le délai, elle n’a récolté que la moitié des 100’000 signatures nécessaires, a indiqué Yvette Estermann à Keystone-ATS.

La Lucernoise aurait voulu imposer l’heure d’hiver durant toute l’année. La crise du coronavirus a mis des bâtons dans les roues de son texte. « Les gens ont actuellement d’autres problèmes. »

Jusqu’à nouvel avis, la réglementation actuelle reste en vigueur, souligne le METAS. Le dimanche 28 mars 2021, nous passerons donc de nouveau à l’heure d’été.

Continuer la lecture

Actualité

Covid-19: Genève donne un tour de vis supplémentaire

Publié

le

Rassemblements limités à cinq personnes dans l’espace public comme dans la sphère privée, arrêt du sport collectif, manifestations sportives limitées à 1000 personnes et bars et restaurants fermés à 23 heures. Les mesures se durcissent du côté du Canton de Genève. Elles entrent en vigueur ce dimanche à minuit.

Le canton de Genève donne un tour de vis supplémentaire face à la situation sanitaire qui s’aggrave. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits dans l’espace public comme dans la sphère privée. Les manifestations sportives sont limitées à 1000 spectateurs. Le sport amateur est interdit. Les bars et les restaurants devront fermer leur portes à 23 heures et le service au bar est proscrit. Cinq personnes maximum dans les maisons comme à l’extérieur pour éviter le mélange des personnes. La Présidente du Conseil d’Etat genevois, Anne Emery-Torracinta

Anne Emery-Torracinta Présidente du Conseil d'Etat genevois

Ces mesures entrent en vigueur ce dimanche soir minuit et durent jusqu’au 30 novembre.

Jauge à 1000 personnes – Automnales maintenues

Les manifestations sportives, matches de foot ou de hockey sont limitées à 1000 spectateurs. Les autorités veulent éviter les bouchons à l’entrée propices à la propagation du virus. En revanche une exception est faite pour les foires, comme les automnales. Le Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale, Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé du sport

Sport collectif interdit

Le sport collectif amateur est interdit contrairement au sport individuel. Les fitness et autres lieux sportifs pourront rester ouverts mais avec des limitations. Le détail avec Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé du sport

Contrairement au Canton de Vaud, Genève a décidé d’interdire le sport amateur pour les mineurs. Une décision lourde mais logique selon Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé du sport

Les cafés et les bars vont devoirs fermer à 23 heures et le service au bar est interdit. Les clients devront être assis à table, au maximum au nombre de 5 personnes. Les enfant de moins de 12 ans ne sont pas comptés dans cette limitation.

Anne Emery-Torracinta Présidente du Conseil d'Etat genevois

Ne pas devoir faire des choix

La Présidente du Conseil d’Etat a insisté sur la responsabilité individuelle de chacun. Avec 228 cas COVID hospitalisés aux HUG dont 28 aux soins intensifs et intermédiaires, il est indispensable d’infléchir la courbe des contaminations. Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-Torracinta Présidente du Conseil d'Etat genevois

Le port du masque est étendu aux foires et aux marchés. Elle est également étendue aux déplacements en voiture lorsque les personnes véhiculées ne sont pas de la même famille. Notez encore que les chorales sont interdites…

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

La Solidarité entre femmes, fil rouge de la 16e édition des Créatives

Publié

le

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

La philosophe américaine Judith Butler sera l’une des invitées virtuelles du Festival

La sororité sera le fil rouge de la 16e édition du festival Les Créatives qui questionne les enjeux du féminisme contemporain et des minorités de genre. Musique, danse, expositions, performances, lectures, ateliers et même une déambulation urbaine seront à l’affiche à Genève du 14 au 29 novembre.

Parmi les multiples propositions, « Accrochons la nuit » verra cinq clubs alternatifs genevois – privés de danse – se métamorphoser, le temps du week-end d’ouverture, en un parcours d’exposition, a expliqué Dominique Rovini, directrice du festival, jeudi à Keystone-ATS. A travers le regard de cinq curatrices, ce projet questionne les choix de genre qui structurent les collections publiques, notamment d’art contemporain, et les expositions d’art.

Rencontres exceptionnelles

Le contexte particulier permet au festival de donner une grande place à la scène artistique helvétique. Lors de « Studio Créatives », douze artistes des quatre coins de Suisse enregistreront leur voix qui sera diffusée ensuite sur les plateformes en ligne. Leurs performances seront ensuite révélées lors de la soirée « Dégenre ton club ».

Autre effet collatéral de la crise, le festival proposera des rencontres exceptionnelles par vidéo interposée, avec des interlocutrices inspirantes. En temps normal, leur présence est quasi inespérée, a souligné Mme Rovini.

Judith Butler, figure majeure des questions de genre conversera ainsi avec la journaliste Lauren Bastide, l’auteure Roxane Gay avec la journaliste et militante antiraciste Rokhaya Diallo. Le public sera invité à interagir lors de ces regards croisés Amérique-Europe.

Artistes multiples

Autour de ces deux temps forts, les propositions artistiques déclineront à l’envi les questions de la place des femmes et des minorités de genre. Des artistes internationales telles que SOPHIE, DeenaAbdelwahed et Casey illumineront de leur présence les salles de Genève.

Parmi les autres invitées, Ausgang (Casey), ContraPoints, Deena Abdelwahed, Ntando Cele, Simone Aughterlony, Chloé Delaume, Rokhaya Diallo, Kety Fusco, Maya Rochat, Zehra Dogan ou encore Emilie Pictet.

Déploiement à Bâle

Coeur du festival, le Théâtre Saint-Gervais accueillera des événements thématiques, des performances, l’enregistrement live de podcasts autour de la figure genevoise de Grisélidis Real ou encore des ateliers pour apprendre à faire face aux agressions physiques ou verbales. Des agoras aborderont la précarité, la division genrée des métiers, le travail du sexe, les violences domestiques, le sexisme dans l’espace public.

Soutenues pour la première fois par l’Office fédéral de la culture, des collaborations ont été mises en place avec d’autres scènes du pays: une dizaine d’événements sont prévus à la Kaserne de Bâle et un aux Docks, à Lausanne. Objectif: porter sur le plan national la question de l’égalité dans le monde culturel et artistique.

www.lescreatives.ch

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Bertrand Levrat: « nous sommes clairement dans une 2ème vague »

Publié

le

Plus de 200 patients Covid-19 sont hospitalisés aux HUG ce mercredi. Le Directeur des Hôpitaux universitaires genevois et le Conseil d’Etat tirent la sonnette d’alarme. Genève est clairement dans la deuxième vague. Comme pour la première, la chirurgie élective est stoppée, pour dégager des lits d’hospitalisation. Les cliniques privées vont être appelées en renfort. 

A Genève, l’heure est grave, c’est en substance ce qu’ont dit les professionnels de santé et le Conseil d’Etat ce mercredi soir lors du point sanitaire qui se tenait exceptionnellement aux Hôpitaux universitaires de Genève. 200 patients Covid sont actuellement hospitalisés aux HUG. Ce mardi ce sont 40 personnes qui ont été admises contre 10, il y a deux semaines. «Nous sommes clairement dans une deuxième vague» a déclaré le Directeur général des HUG, Bertrand Levrat. Pour faire face à l’afflux de patients et augmenter le nombre de lits, l’hôpital va cesser tout acte de chirurgie non urgente. Ecoutez Bertrand Levrat.

Bertrand Levrat Directeur général des HUG

Personnel de santé fatigué

Selon le Directeur des HUG, le personnel soignant est fatigué. Pour Bertrand Levrat, chacun doit faire un effort pour protéger l’hôpital.

Bertrand Levrat Directeur général des HUG

Mauro Poggia, le Conseiller d’Etat chargé de la santé, en a lui aussi appelé à la responsabilité de chacun pour freiner la propagation du virus. La Covid-19 atteint aussi des personnes dans la force de l’âge selon Mauro Poggia.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Les patients qui se retrouvent en unité de soins ont besoin d’une oxygénation supplémentaire. Même si la prise en charge s’est améliorée, ils doivent être hospitalisés pour s’en sortir. Professeur Arnaud Perrier, directeur médical des HUG.

Pr Arnaud Perrier Directeur médical des HUG

Mesures fortes attendues de la Confédération

Demain jeudi, le Conseiller d’Etat rencontre les autres directeurs de la santé romands et Alain Berset. L’accélération de l’épidémie est beaucoup plus importante que prévue, partout en Suisse et des décisions uniformes doivent être prises. Mauro Poggia

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Deuxième semi-confinement?

S’achemine-t-on vers un semi-confinement ? Ecoutez la réponse de Mauro Poggia.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Contact Tracing automatisé

Ce mercredi 560 personnes ont été déclarées positives. Le Contact Tracing se poursuit mais sous la responsabilité de chacun. Les explications d’Adrien Bron, le Directeur général de la santé.

Adrien Bron Directeur général de la santé

Une quarantaine de résidents en EMS seraient atteints, dont une vingtaine dans un seul établissement. Il n’est pourtant pas question d’interdire les visites, comme lors de la première vague.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Des décisions devraient être prises ce jeudi lors de la réunion entre Alain Berset et les responsables romands de la santé. Le Conseil d’Etat genevois a promis de se réunir d’ici vendredi. Les cliniques privées genevoises vont être appelées en renfort dès jeudi.

 

 

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Près de 5’600 nouveaux cas de Covid-19 recensés ces dernières 24 heures

Publié

le

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

La Suisse compte mercredi 5596 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Onze décès de plus sont à déplorer et 115 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 28’328 tests conventionnels ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 19,75%. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 389,6 nouvelles infections pour 100’000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 91’763 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1’674’840 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 1856 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5615.

Le pays dénombre par ailleurs 11’824 personnes en isolement et 16’368 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 13’941 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Source: ATS

Continuer la lecture