Rejoignez-nous

Actualité

Gouvernance du web: Genève sous pression

Publié

,

le

Le Forum mondial sur la gouvernance d’internet s’est achevé hier à Paris. Il a lancé un appel pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace. Est-ce que ça remet en cause les projets de convention numérique permanente à Genève ?

On doit certainement se poser la question. Mais sans trop d’alarmisme quand même. L’Appel de Paris pour la collaboration des Etats et des entreprises dans la sécurité du web a été signé par plus de 350 entités dans le monde. Dont les inévitables Google, Facebook, Samsung et Microsoft. Et puis des Etats, dont la Suisse.

Il s’agit de se mettre d’accord sur un certain nombre de règles. Sur la non-prolifération d’instruments numériques dangereux. Sur la fin des ingérences dans la vie politique des Etats. En périodes électorales en particulier. De faire en sorte également que les entreprises attaquées puissent recourir à une autorité reconnue pour se défendre et faire valoir leurs droits.

Eh bien c’est justement le rôle que veut jouer Genève. Là, on a plutôt l’impression que c’est Paris qui est en train de prendre le dessus.

Parce que c’est Paris… et que l’Appel de Paris a rassemblé 350 signataires. L’an dernier, une démarche similaire à Genève n’avait engagé qu’une trentaine de multinationales. Ça semble bien peu tout d’un coup.

Mais il s’agit de deux choses assez différentes. Ce que Genève veut obtenir, c’est la localisation d’une convention permanente. Le centre mondial de la gouvernance du web en quelque sorte. La Forum de Paris cette semaine, c’était un grand rassemblement ponctuel. Il se reproduira d’ailleurs l’an prochain, mais  à Berlin.

On imagine quand même que Paris ou Berlin se verraient bien accueillir un jour la gouvernance permanente du web. Est-ce que Genève peut faire le poids face à une telle concurrence ?

C’est bien la question. Et elle reste certainement très ouverte à ce stade. Le Forum de Paris a été supervisé par les Nations Unies. Mais l’appel brandi par le président Macron n’a été signé ni par les Etats-Unis, ni par la Chine, ni par la Russie.

Or on voit mal une convention permanente efficace sans le soutien de ces trois superpuissances. Et par les temps qui courent, on voit plus mal encore que leur adhésion décisive puisse être obtenue sous le leadership de la France, de l’Allemagne, voire de l’Union européenne. La Suisse semble avoir un profil tout de même plus consensuel.   

Alors il faut que Genève monte en puissance dans cette affaire. Et rapidement.

Sauf qu’il ne peut guère s’agir de Genève toute seule. C’est clairement à la Confédération d’agir pour Genève. D’agir auprès des Nations Unies en particulier. Parce que si quelque chose se fait à l’échelle du monde, c’est bien de ce côté-là que ça se jouera.

Il semblerait tout de même assez naturel et facilitateur que la gouvernance d’Internet fonctionne comme une sorte d’agence de l’ONU. La question de sa localisation interviendrait dans un second temps. Et là, là seulement, Genève aurait des chances. Bien que toutes les agences des Nations Unies ne soient pas basées à Genève, entendons-nous bien.   

François SchallerEcographie

Actualité

Fribourg fait la bonne affaire au Tessin, Lausanne revit

Publié

le

Le Canadien d'Ajoie Guillaume Asselin inscrit le 2-0 contre Kloten. (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Fribourg-Gottéron consolide sa sixième place grâce à son large succès (6-1) à Lugano en National League. De son côté, Genève-Servette s'est imposé 3-2 contre les Rapperswil-Jona Lakers.

Les Fribourgeois retrouvaient leur portier titulaire Reto Berra, absent depuis le 7 octobre et opéré d'une hernie discale. Il a d'entrée repoussé une attaque de Brett Connolly puis tout fut plus facile pour lui grâce à ses coéquipiers d'une efficacité détonnante. Christoph Bertschy avait ouvert le score dès la 2e minute avec un palet glissé entre les jambières du gardien Mikko Koskinen. Le Finlandais qui avait été écarté pendant cinq matches commençait mal. La suite du premier tiers-temps ne fut qu'un calvaire pour lui. Fribourg a inscrit encore quatre buts en 3'08'' avec un doublé de David Desharnais et le 2e but de la saison d'Andreï Bykov, déjà buteur à Berne. Abandonné par ses coéquipiers, Koskinen laissait sa place à Niklas Schlegel après le 0-5. L'exploit des Fribourgeois est à souligner puisque depuis l'introduction des play-off en Suisse - 1986 - jamais Lugano n'avait perdu 5-0 un premier tiers-temps chez lui. Les défaites de Zoug et de Berne donnent encore plus de valeur au triomphe fribourgeois.

Genève-Servette discipliné

Dans le choc entre les équipes en forme, Genève-Servette (5 victoires de rang) et Rapperswil-Jona (6), les Genevois ont fini par l'emporter sans avoir dû trembler... 56 secondes. Le temps qu'Arnaud Jacquemet ne redonne l'avantage 3-2 aux Servettiens juste après l'égalisation de David Aebischer. Les Genevois ont su, cette fois-ci, faire preuve d'un maximum de discipline et éviter les pénalités létales contre les Lakers de Roman Cervenka dont le rendement a été bien limité par les hommes de Cadieux. Mais il y a quand même eu quelques frissons dans la troisième période. Les Saint-Gallois ont pu remonter les deux buts d'écart, mais les Genevois n'ont pas usurpé leur succès, qui peut leur laisser entrevoir la première place de la qualification.

Un doublé du Tchèque Jiri Sekac a placé le Lausanne HC sur la voie de la victoire 4-1 à Berne. Les Vaudois ont joué comme une équipe du haut du tableau et non comme l'avant-dernier de National League. Ils ont connu des périodes où ils ont complètement étouffé les Bernois, qui ont longtemps tenu par la classe de leur portier Philipp Wütrich. Cette défaite de l'équipe de la capitale pourrait lui coûter chez dans la course au top 6. Pour Lausanne, le chemin est encore long pour se sortir d'un éventuel play-out.

Ajoie se fait peur

Bienne continue de cimenter sa place dans le top 6. Les Seelandais ont battu 3-2 Davos un adversaire direct. Menés 2-1, les coéquipiers de Gaëtan Haas ont retourné le score au course de l'ultime tiers-temps par Jere Sallinen et Toni Rajala.

Ajoie, qui avait perdu ses trois premiers matches contre Kloten, a bien terminé sa série contre les Zurichois. Les Ajoulots se sont imposés 5-3 grâce à des doublés de Guillaume Asselin et de Keanu Derungs. les Jurassiens ont connu quelques frayeurs après avoir mené 4-0 à la 48e minute, ils ont vu les Zurichois revenir à 4-3. Romanenghi a marqué le but de la victoire dans la cage vide à la 60e. Kloten a pratiquement enterré ses chances de se qualifier directement pour les play-off.

Un but en prolongation du Suédois Tim Heed a permis à Ambri-Piotta de s'imposer 3-2 sur la glace de Zoug. Une bonne affaire pour les Léventins en vue d'une participation aux pré-play-off.

Les Zurich Lions ont perdu un point contre les Langnau Tigers (3-2 tab). Le Finlandais Juho Lammiko fut le seul à transformer son tir au but.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un joueur décroche le jackpot de l'Euro Millions

Publié

le

Le propriétaire du ticket gagnant remporte près de 66 millions de francs. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un joueur a trouvé la combinaison gagnante du tirage de l'Euro Millions de mardi et empoche 65,91 millions de francs. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 7, 12, 19, 33 et 43, ainsi que les étoiles 3 et 7.

Lors du prochain tirage vendredi, 17 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le Canton de Genève suspend l'activité d'Uber qui fait recours

Publié

le

MITC Mobility ne comprend pas la position de l'administration dirigée par la conseillère d'Etat genevoise Fabienne Fischer (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Canton de Genève a interdit récemment les activités de MITC Mobility, entreprise qui a repris la plupart des chauffeurs qui utilisent l'application d'Uber. Mais celle-ci a fait recours et obtenu des mesures superprovisionnelles.

Début décembre, l'Office cantonal de l'emploi (OCE) a exigé la mise en conformité de l'entreprise avec la loi fédérale sur le service de l'emploi et la location de service (LSE). Mi-janvier, il a ensuite signifié par courrier la fin des activités de MITC Mobility, a affirmé mardi soir à Keystone-ATS un porte-parole de l'entreprise, confirmant une information de la RTS.

Selon cette législation, la société devrait garantir un nombre minimal d'heures à tous ces chauffeurs. Or, ce modèle manque de flexibilité, selon le patron de MITC Mobility Karim Sahnine. L'entreprise a fait recours au Tribunal cantonal et a obtenu des mesures superprovisionnelles qui lui permettent pour le moment de continuer à oeuvrer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'experte des vaccins Claire-Anne Siegrist a fait ses adieux aux HUG

Publié

le

Claire-Anne Siegrist à droite sur la photo © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Fin de carrière aux HUG pour la professeure Claire-Anne Siegrist. La Directrice du centre de vaccinologie a clôturé mardi un riche parcours.

Elle a fait sa conférence d’adieu mardi à midi. La professeure des HUG, Claire-Anne Siegrist, quitte l’hôpital. Directrice du centre de vaccinologie elle a aussi conseillé la task force nationale contre le coronavirus. Celle qui est pédiatre, infectiologue et aussi immunologue a également collaboré avec l'Organisation mondiale de la santé pour émettre des recommandations vaccinales pour tous les pays. Elle a aussi dirigé la Commission fédérale pour les vaccinations de 2004 à 2014.

Claire-Anne Siegrist va maintenant axer son travail sur une autre de ses compétences, l’hypnose. Elle rejoint la clinique de Carouge où elle va accompagner des jeunes avec cette technique.

Claire-Anne SiegristLa professeure des Hôpitaux universitaires genevois

 

Continuer la lecture

Economie

Au moins 3000 fonctionnaires manifestent dans les rues de Lausanne

Publié

le

Les fonctionnaires en grogne se sont donné rendez-vous dès 16h30 devant le Grand Conseil vaudois et sur la place du Château avant de défiler dès 17h30 dans les rues de Lausanne. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Au moins 3000 personnes ont manifesté mardi à Lausanne pour réclamer une indexation entière des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic vaudois au renchérissement du coût de la vie. La grève a été suivie par plus d'enseignants qu'il y a une semaine.

"Conseil d'Etat, le compte n'y est pas", "Plus de fric pour le service public", "Indexation, la solution", ont notamment scandé les manifestants réunis devant la salle du Grand Conseil vaudois dès 16h30 avant de défiler dès 17h30 depuis la place du Château en direction du Département des finances à la rue de la Paix, en passant par la place de la Riponne.

"Liberté et Pas de Fric", "Enseignant, pas en saignant", "Conseil d'Etat, tu ne nous auras pas", "On Vaud mieux que ça" ou encore "Pleine indexation" pouvait-on lire sur des banderoles et pancartes brandies lors de la marche organisée par le Syndicat des services publics (SSP Vaud), la Fédération syndicale SUD et la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud).

Enseignants, personnel soignant et policiers

Des huées et des sifflets se sont élevés en direction du siège des autorités cantonales. Plusieurs intervenants ont pris la parole sur la place du Château, notamment des élus d'Ensemble à Gauche & Pop (EP), du PS et des Verts ainsi que des syndicalistes.

Selon un premier décompte de Keystone-ATS, les fonctionnaires étaient au moins aussi nombreux que lors de la manifestation du 23 janvier dernier, soit au moins 3000 personnes (chiffre de la police). Les syndicats avaient estimé la foule à 4000 personnes.

Mardi, alors que la journée de grève a surtout été suivie dans l'éducation, la manifestation a, elle, rassemblé d'autres secteurs, en particulier celui de la santé avec notamment la mobilisation du personnel du CHUV mais également d'agents de la police et de la gendarmerie.

C'était le troisième jour de grève depuis six semaines. Selon les chiffres relevés à la mi-journée par le Département vaudois de l'enseignement et de la formation professionnelle (DEF), près de 2100 enseignants de l'école obligatoire et du postobligatoire, contre 1500 la semaine dernière, ont participé à la grève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture