Rejoignez-nous

Genève

Une pétition pour interdire la coupe d'arbres à Genève

Publié

,

le

Les défenseurs des arbres lancent une pétition pour interdire l’abattage d’arbres à Genève durant deux ans. Ils dénoncent les projets de construction actuels.

Sauvegarde Genève lance, avec d’autres associations, une pétition en ligne pour introduire un moratoire contre les abattages d’arbres dans le canton. Deux ans durant lesquels toute coupe sera interdite sauf en cas de nécessité pour des questions de sécurité. Dans ce cas, l’arbre abattu devra être remplacé par un minimum de trois arbres dit la pétition. Il faut changer les règles selon Jean Hertzschuch, président de Sauvegarde Genève.

Jean HertzschuchPrésident de Sauvegarde Genève

Le moratoire devrait être décrété par le Grand Conseil et le Conseil d’Etat sur tout le territoire cantonal.

Parallèlement Sauvegarde Genève va organiser une table ronde cantonale sur les arbres. Les concertations ne servent à rien selon Jean Hertzschuch.

Jean HertzschuchPrésident de Sauvegarde Genève

Chaque année, plusieurs milliers d’arbres sont abattus selon Sauvegarde Genève. 2'000 requêtes arrivent à l’Office cantonal de l’agriculture. Elles concernent souvent un groupe d'arbres.

Dérogations trop nombreuses

De manière générale, les associations de défense des arbres dénoncent les projets de construction actuels. Comme à la Servette. Xavier Singy, président de l’association Sauvegarde Grand-Pré et Orangerie.

Xavier SingyPrésident de l'association Sauvegarde Grand-Pré et Orangerie

Il existe un règlement de plan d’utilisation des sols mais il est rarement appliqué selon Xavier Singy.

Xavier SingyPrésident de l'association Sauvegarde Grand-Pré et Orangerie

Actuellement le terrain est composé de 78% de pleine terre. Le projet n’en prévoit aucune. L’association promet de lancer un référendum contre demande d’autorisation de construire. Elle a bien des chances d’aboutir selon le président.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève accueille sa première boucherie végétale

Publié

le

© Butch Bunny

C'est une boucherie d'un nouveau genre qui vient d'ouvrir ses portes à Genève. Chez Butch Bunny, on vous propose des produits visuellement identiques à la viande, mais issus de protéines végétales.

Une boucherie sans viande. C'est le concept original de "Butch Bunny", contraction de butcher (boucher) et du lapin Bugs Bunny. Dans cette arcade tout fait penser à une boucherie traditionnelle mais pourtant à l'intérieur pas une seule trace de viande. A la place, des aliments issus de protéines végétales. Alors qu'est-ce qu'on y trouve? Stéphane Formenti, cofondateur de Butch Bunny.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

© Butch Bunny

 

Le lieu ressemble effectivement à une boucherie traditionnelle et c'était un élément essentiel pour les deux cofondateurs. On retrouve Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Les deux compères mettent autant en avant autant que possible des produits locaux et nutritifs. Ils sont par ailleurs accompagnés par une diététicienne qui les conseille dans le choix de la nourriture. Objectif: éviter les aliments contenant trop de sel, de conservateurs ou trop transformés. À titre d'exemple, leur seitan est acheté à une productrice genevoise.

© Butch Bunny

 

Un concept qui fait réagir

Et qu'en disent les clients? Les premiers retours sont plutôt positifs, mais le concept ne laisse pas indifférent comme l'explique Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Butch Bunny ne restera au Boulevard Carl Vogt que 4 mois. La boucherie devra ensuite trouver un nouvel emplacement.

Continuer la lecture

Genève

Des meubles retapés par des détenus genevois en vente à la Renfile

Publié

le

Le projet "Cellule grise" permet à 80 détenus de rénover des meubles et acquérir des compétences professionnelles.

À la Brocante Renfile de Plan-les-Ouates, une première gamme de meubles rénovés par des détenus genevois est désormais en vente. 

Deux planches de snowboard assemblées pour en faire un banc, un ancien vélo métamorphosé en une horloge, ou une commode transformée en un meuble moderne: la première gamme de meubles retapés par des détenus des prisons de la Brenaz et de Champ-Dollon est en vente à la Brocante Renfile de Tourbillon à Plan-les-Ouates.

Dans le canton de Genève, 80 détenus travaillent sur des meubles récupérés chez des particuliers pour leur donner une seconde vie. Ils les rénovent, les métamorphosent, les détournent même parfois de leur vocation d’origine.

L’idée du projet « Cellule Grise » est de donner des compétences professionnelles à ces personnes privées de liberté, compétences qui leur seront utiles à leur sortie. Le Centre social protestant fournit les anciens vestiges aux établissements de détention avant de récupérer ces mêmes meubles revisité avec originalité.

À Champ-Dollon par exemple, la prison est dotée d'un atelier de menuiserie standard, très bien équipée selon Franck, le responsable de l'atelier. Ce qui permet aux détenus de laisser place à l'imagination et la créativité.

Franckgardien de prison et responsable de l'atelier menuiserie

Pour Stéphane, gardien de prison responsable de l'atelier peinture à Champ-Dollon, le projet est aussi fédérateur pour les détenus:

Stéphane,gardien de prison

Ces meubles rénovés sont vendus ensuite à la Brocante Renfile de Plan-les-Ouates. Les profits générés contribueront à finances les actions sociales gratuites du CSP. Alain Bolle, directeur du Centre social protestant (CSP) de Genève. En échange, l'organisation d'aide sociale donne des vêtements, des livres et des jeux de société aux établissements de détention.

Alain Bolle,directeur du Centre social protestant de Genève

Plusieurs types de meubles ont été rénovés par les détenus.

De son côté, chaque année, le CSP accompagne quelques 80 personnes sur le chemin de la réinsertion professionnelle. Ces personnes trouvent notamment des voies de formation et de requalification professionnelle au sein des brocantes et des boutiques du CSP.

Continuer la lecture

Genève

Un jeune requérant afghan du foyer de l'Etoile se suicide

Publié

le

(KEYSTONE/Dominic Favre)

Un requérant afghan de 18 ans qui résidait au foyer de l'Etoile, à Genève, s'est suicidé la semaine dernière. L'information, révélée par Le Courrier et la RTS, a été confirmée lundi par le porte-parole du Centre social protestant (CSP) de Genève, Raphaël Rey.

Le jeune homme a mis fin à ses jours après avoir appris qu'il ne pourrait pas rester en Suisse. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a considéré que le ressortissant afghan devait retourner en Grèce, un pays jugé sûr, d'où le jeune homme était arrivé en Europe, a expliqué M. Rey.

Cette nouvelle est "choquante et terrible", a poursuivi le porte-parole du CSP, car tant le TAF que le Secrétariat aux migrations (SEM) connaissaient la grande fragilité psychique du jeune requérant et de risques suicidaires. Tous ont omis de prendre en compte l'avis des autorités médicales, a-t-il déploré.

Pourtant, le cadre légal existe pour trouver des solutions à ce type de cas, a relevé M. Rey. Le jeune afghan était arrivé en Suisse en 2021. Il a eu un "parcours difficile", selon le porte-parole du CSP. Le jeune homme déclarait notamment avoir subi des violences en Grèce. A Genève, il faisait tout pour "s'intégrer".

Le foyer de l'Etoile, à Genève, avait déjà été endeuillé, il y a quatre ans, par le suicide d'un de ses pensionnaires, a rappelé M.Rey.

Continuer la lecture

Genève

Genève dévoile le programme des festivités

Publié

le

Le traditionnel feu d'artifice du Nouvel-An sera tiré à minuit suite au décompte donné par la maire de Genève sur la scène Mont-Blanc. Ce sera le clou des festivités genevoises qui auront lieu le 31 décembre. (Image d'illustration) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Genève a dévoilé le déroulé des événements du 31 décembre. Après deux années marquées par des restrictions sanitaires, la Municipalité veut marquer le coup.

"Nous sommes contents de pouvoir proposer à la population une fête gratuite et populaire", explique la maire de Genève Marie Barbey-Chappuis dans un communiqué. L'élue précise encore qu'il existe "un vrai besoin de s’amuser et de décompresser étant donné le contexte socio-économique qui reste assez anxiogène".

Dès 20h et jusqu'à 3h du matin, la population genevoise pourra profiter de quatre scènes où se produiront plusieurs artistes locaux. Le public pourra se déhancher notamment sur de la musique électro/populaire ou encore vintage.

Le traditionnel feu d’artifice aura lieu à minuit suite au décompte donné par la maire de Genève sur la scène Mont-Blanc. La Ville a également mis sur pied trois bars et 12 foodtrucks qui permettront à la population de se désaltérer et se nourrir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Retour à la normale pour les costumés de la Marmite

Publié

le

L'épreuve de la Marmite a retrouvé ses droits pour la 44e Course de l'Escalde, pour les bonheur des petits et des grands. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Après une édition annulée en 2020 et une autre chamboulée par le Covid, les coureurs de la Marmite, épreuve déguisée de la Course de l'Escalade à Genève, se sont à nouveau ébroués dans des conditions normales samedi. De quoi susciter une belle participation.

Malgré le froid hivernal, ils étaient 3089 à prendre le départ de l'épreuve dans le parc des Bastions pour cette partie conviviale de la 44e Course de l'escalade. Un chiffre qui se rapproche des plus de 3200 inscrits de l'édition de 2019, la dernière avant la pandémie de Covid.

"On note toutefois que sur l'ensemble des coureurs au départ, une petite centaine n'a pas terminé la course", a confié à Keystone-ATS le responsable média de la manifestation Michael Kleiner.

Des déguisements à volonté

Principale caractéristique de la Marmite, les déguisements des coureurs étaient particulièrement variés et fantaisistes cette année. Coupe du monde de football oblige, plusieurs participants avaient revêtu des tenues aux couleurs de leur équipe fétiche. Ils ont partagé le bitume entre autres avec des karatékas ou encore des judokas.

Certains avaient endossé des tenues d'animaux ou celle de leur personnage de jeux vidéos ou de séries préférées. Plusieurs coureurs ont également rendu hommage à la reine Elisabeth II, décédée en septembre dernier. Deux tiers des participants étaient des adultes et un tiers des enfants.

Parmi les participants, une mère de famille courait pour la première avec ses deux garçons, de 8 et 4 ans. Yann Rossier a suivi la course de Jennifer, Nylan et Nyo.

Yann RossierReportage

Au total, sur l'ensemble des courses de samedi et dimanche, les organisateurs ont enregistré 45'615 inscrits. "D'expérience, nous savons que 10 à 12% des inscrits ne se présentent pas. Néanmoins, nous espérons passer la barre des 40'000 coureurs sur le week-end", explique Michael Kleiner.

Rédigé avec ats

Continuer la lecture