Rejoignez-nous

Genève

Une enquête de l'UNIGE affirme que les femmes ne se sentent pas libres dans l'espace public

Publié

,

le

Selon une enquête de l'Université de Genève, les femmes ne se sentent pas libres partout dans l'espace public. Cette enquête a été mandatée par la Ville de Genève dans le cadre du plan d'action municipal "Objectif zéro sexisme dans ma ville" en oeuvre depuis 2019. Le troisième volet de sa campagne aura lieu du 9 au 29 novembre. Les visuels utilisés rappellent que les femmes ont le droit de faire usage de la ville en toute sérénité.

"Genève une ville égalitaire?" C'est le titre de l'enquête menée par l'Université de Genève dans le cadre du plan d'action municipal "objectif zéro sexisme dans ma ville". Mandatée par la Ville de Genève, l'UNIGE a récoltée à l'automne 2019 des données auprès de 80 femmes divisée en une douzaine de focus-groupe représentatifs de la population. L'objectif: mieux connaître leurs expériences et leurs perceptions de l'espace public genevois. Les résultats de l'enquête pointent de nombreux problèmes. Les précisions d'Alfonso Gomez, conseiller administratif en charge de l'égalité et la diversité.

Alfonso GomezConseiller administratif en charge de l'égalité et de la diversité

 

Résultats contrastés

Les résultats de l'enquête menée par l'Université de Genève sont contrastés. Si la qualité de vie est appréciée à Genève, toutes les femmes n'en profitent pas de la même manière. De nombreux problèmes sont pointés du doigt notamment la privatisation de l'espace publique par les hommes. L'enquête confirme que les espaces publiques ont un genre. Par exemple, les bars sont plus masculins, les commerces plus féminins, tandis que les parcs et restaurants sont mixtes. Certains points ont surpris Alfonso Gomez.

Alfonso GomezConseiller administratif en charge de l'égalité et de la diversité

L'espace public est vu par les femmes comme un lieu d'interactions non désirées où elles doivent constamment gérer l'insécurité. Les femmes vont également prendre plus de précautions la nuit. Autre point: elles adaptent leur façon de se déplacer. Si certaines préfèrent se déplacer à pied, elles vont cesser de le faire la nuit. Plus globalement, l'enquête révèle que les femmes sont toujours dans l'anticipation de certains risques et développement des stratégies pour y faire face ou les éviter.

Quelles solutions?

Le rapport émet cinq séries de recommandations qui vont de l'aménagement du territoire à penser une politique de transport abordables et sécures en passant par la sensibilisation aux discriminations de genre. Pour Alfonso Gomez, les mesures prises jusqu'à présent ne sont pas suffisantes.

Alfonso GomezConseiller administratif en charge de l'égalité et de la diversité

La Ville de Genève a par ailleurs annoncé que le troisième volet de sa campagne "Objectif zéro sexisme dans ma ville" aura lieu du 9 au 29 novembre, avec trois visuels sur la liberté de faire du sport, de flâner et de se déplacer sans être harcelée. En raison de la situation sanitaire, une partie des activités prévues au mois de novembre est reportée en mars 2021.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

L'aéroport de Genève introduira des taxes de retard dès 2025

Publié

le

Le montant des taxes va de 5000 à 40'000 francs (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'aéroport de Genève va taxer les compagnies aériennes qui décollent après 22h00 dès 2025, indique son directeur André Schneider. Cette mesure, testée depuis 2023, vise à lutter contre les nuisances sonores.

La taxe se situe entre 5000 et 20'000 francs pour les vols européens, et entre 10'000 et 40'000 francs pour les vols intercontinentaux, déclare M. Schneider dans les titres du groupe alémanique CH Media.

L'aéroport de Genève teste cette mesure depuis l'année dernière, sans frais effectifs. Le nombre de décollages retardés a déjà fortement diminué.

"Il n'y aura donc pratiquement pas de taxes à payer dès le lancement officiel en 2025", assure le directeur de l'aéroport. "Parfois, il faut brandir la menace du fouet plutôt que celle de la carotte", poursuit-il.

Recours au TAF

Une modification du règlement d'exploitation a rendu possible la mise en place d'un tel système de quotas. Le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a approuvé le nouveau règlement en novembre 2022. Il fixe notamment une limite de bruit admissible.

Un comité d'opposition a fait recours au Tribunal administratif fédéral (TAF) contre ce nouveau règlement en 2023. Il estime, entre autres, que le règlement expose environ 30'000 personnes vivant dans le territoire à des nuisances sonores trop élevées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Broken Chair s'offre une cure de jouvence

Publié

le

Gommage, égrenage, masticage, et enfin peinture. A Genève, la chaise cassée est en plein chantier. La dernière rénovation de l'un des symboles de la Genève internationale remonte à 2016.

Les échafaudages ont été posés début juillet et devraient être enlevés début août. Broken Chair a été créée il y a 27 ans par Daniel Berset, à la demande de Handicap International, pour dénoncer les ravages des mines antipersonnel. D’autres combats se sont ajoutés depuis, explique Marie Bro, responsable communication et médias pour Handicap International.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

Aujourd'hui cette œuvre, installée face au Palais des Nations, symbolise la lutte contre l'utilisation d'armes explosives sur les populations civiles.

Les travaux avancent: après le gommage et l'égrenage la chaise cassée sera repeinte. Le tout pour 75 000 francs, un montant entièrement financé par des entreprises et des fondations.
Cette cure de jouvence était nécessaire, la dernière remontant à 2016.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

En attendant de retrouver la chaise cassée restaurée, une exposition pour rappeler son histoire et son combat est à découvrir à ses pieds.

 

Continuer la lecture

Genève

Moins de 25 ans? Les transports publics seront gratuits des 2025

Publié

le

La prise en charge par l'Etat de Genève du prix des abonnements UNIRESO pour les personnes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier prochain (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la prise en charge par l'Etat de l'intégralité du prix des abonnements des transports publics (UNIRESO) pour les jeunes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier 2025. Cette mesure avait été votée par le Grand Conseil le 30 mai dernier.

 

Pour les abonnements achetés avant le 1er janvier prochain, le remboursement se fera sur la base du "prorata temporis", indique lundi le département de la santé et des mobilités (DSM) dans un communiqué. Le même système s'appliquera aux personnes à l'AVS, dont l'abonnement UNIRESO sera pris en charge à 50% par l'Etat.

Le DSM rappelle que toute personne qui voyage dans les transports en commun doit posséder un titre de transport valable, même si celle-ci bénéficie d'une prise en charge totale ou partielle du montant de l'abonnement. La personne qui voyage sans titre de transport s'expose à une amende.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

De nouveaux bains au voisinage du Jet d'eau de Genève

Publié

le

L'entrée aux nouveaux bains du Jet d'eau coûtera la modique somme de 2 francs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Il est désormais possible de nager en toute sécurité dans les eaux du lac Léman en faisant face au Jet d'eau de Genève. C'est au pied du symbole du canton que les autorités ont inauguré lundi de nouveaux bains clôturés, agrémentés d'une buvette pour se détendre.

L'inauguration coïncide avec l’arrivée de l’été à Genève. Les bains au pied du jet d’eau ouvrent mardi. La population va pouvoir y faire bronzette et piquer une tête dans deux bassins de 27 mètres de long, l’un sans fond, l’autre avec un fond d’1 mètre 40 pour les familles, notamment. Un plancher en bois entoure les bassins et on peut y étendre sa serviette de bain pour prendre le soleil.

Un projet plus généreux pour la baignade à terme

Ces bains sont provisoires pour l’instant, ils sont là pour cinq ans en attendant un projet définitif plus grand. Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative en charge de la sécurité et des sports en Ville de Genève.

Marie Barbey-ChappuisConseillère administrative en charge du Département de la sécurité et des sports à la Ville de Genève

Les bains du Jet d'eau seront ouverts jusqu'au 30 septembre, 7 jours sur 7, de 07h00 à 21h00, pour la modique somme de 2 francs dès 16 ans et de 1 franc pour les enfants de 6 à 16 ans. L'entrée est gratuite pour les tout petits.

Le projet a coûté 2,16 millions de francs. Il faut compter également entre 300'000 et 400'000 francs par année pour les frais de fonctionnement, a expliqué devant les médias la conseillère administrative de la Ville de Genève Marie Barbey-Chappuis, responsable du département de la sécurité et des sports.

La sécurisation des lieux a été un aspect important, a relevé, de son côté, la conseillère d'Etat Carole-Anne Kast. La nage en eau vive peut en effet s'avérer dangereuse. Dans le cas des bains du Jet d'eau, outre la barrière entourant les bassins du reste du lac, des maîtres-nageurs veilleront au grain.

Carole-Anne Kast Conseillère d'Etat chargée du Département des Institutions et du numérique

Ce nouveau point d'accès au lac fera office de test, a indiqué Mme Kast. Il pourrait être un avant-goût de la façon dont le secteur autour du Jet d'eau est appelé à évoluer dans les années qui viennent.

Laurie Selli avec Source ATS

Continuer la lecture

Genève

Geneuro dépose une requête de sursis concordataire

Publié

le

Geneuro ne s'est pas relevé de l'échec du programme clinique de témélimab contre les syndromes neuropsychiatriques découlant d'une infection au Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/TERESA SUAREZ)

Le laboratoire en difficultés Geneuro a déposé une demande de sursis concordataire devant le Tribunal de première instance de Genève. La manoeuvre doit permettre à la firme basée à Plan-les-Ouates (GE) de restructurer ses dettes et évaluer des pistes pour faire progresser ou monétiser ses actifs en développement.

La demande de sursis concordataire ne concerne que la maison-mère genevoise. La filiale de recherche et de développement en France poursuit à ce jour ses activités, précise le conseil d'administration dans un communiqué diffusé lundi.

La direction de Geneuro avait jeté l'éponge fin juin, dans le sillage de l'échec du programme clinique évaluant le témélimab contre les syndromes neuropsychiatriques consécutifs d'une infection au Covid-19.

L'entreprise avait alors annoncé se séparer de sept de ses neuf employés, dont les cinq membres de sa direction générale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture