Rejoignez-nous

Genève

Un Davos de diplomatie scientifique à Genève

Publié

,

le

Photo KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Genève internationale: Une proche de Biden au sommet de diplomatie scientifique à Genève

La Maison Blanche va dépêcher une conseillère à un sommet sur la diplomatie scientifique en octobre à Genève. Des centaines de dirigeants d'organisations internationales, du secteur privé et du monde de la recherche seront réunis.

Parmi les personnes attendues à ce premier sommet du Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA) figurent notamment la Haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou encore le Prix Nobel de physique Didier Queloz. Du 7 au 9 octobre, de nombreux ateliers seront prévus au Campus Biotech.

La Suisse sera représentée par son nouvel émissaire de la diplomatie scientifique Alexandre Fasel. Côté américain, le président Joe Biden envoie l'une de ses principales conseillères scientifiques, la directrice adjointe du nouveau Bureau pour la politique scientifique et technologique Alondra Nelson, ont précisé lundi les organisateurs.

Parmi les composantes attendues, le GESDA va dévoiler son radar sur les solutions, un indice annuel pour évaluer l'impact des futures avancées scientifiques sur les 5 à 25 années qui suivent. Sur des questions allant de l'intelligence artificielle (IA) à l'éco-régénération en passant par l'augmentation humaine et l'anticipation scientifique.

CERN, IA ou accord international

Le GESDA explore des actions concrètes comme un CERN informatique, une cour mondiale pour les plaintes scientifiques, un accord international et une organisation pour des standards sur l'IA ou encore un effort pour accélérer la décarbonisation de l'économie. Des thématiques prévues en octobre, aux côtés des mécanismes de financement et de développement établis sur les avancées scientifiques ou la contribution de la science au multilatéralisme.

Le sommet doit être ouvert par le président de la fondation Peter Brabeck-Letmathe et la directrice générale de l'ONU à Genève Tatiana Valovaya. Et l'ONU sera largement représentée avec le directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) Daren Tang, le secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT) Houlin Zhao ou encore la cheffe scientifique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Soumya Swaminathan.

Fin 2019, juste avant la pandémie, le GESDA, lancé à la fois par les autorités fédérales, cantonales et municipales, avait lui dévoilé ses priorités. Le Conseil de fondation s'était alors donné 30 mois pour devenir une start-up de diplomatie scientifique multilatérale. Le GESDA est censé faire l'année prochaine des propositions concrètes sur des avancées aux trois collectivités qui le financent pour être reconduit.

Avec ATS Keystone

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une centaine d'Ukrainiens ont vécu leur première rentrée à l'UNIGE

Publié

le

Assiia Bala, étudiante à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE. Ⓒ Miguel Hernandez

À l’Université de Genève, 110 étudiants ukrainiens ont vécu leur première rentrée académique. Un moment partagé entre enthousiasme et incertitudes.

À Genève, voilà une semaine que les étudiants de l’UNIGE ont repris le chemin des cours. Une rentrée particulière pour les 110 étudiants ukrainiens qui ont rejoint les bancs de l'Université genevoise. Dix d'entre-eux sont des étudiants réguliers, les 100 autres sont inscrits au programme d'intégration Horizon académique. Proposé par l'Université depuis 2016 pour les étudiants extra-européens, il a été mis en place avec le concours du Bureau de l’intégration des étrangers du Canton. Un programme qui a beaucoup aidé Assiia Bala, étudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Assiia Bala, 19 ans, était inscrite à l'Université de Kiev, mais a dû fuir le pays en raison du conflit. Arrivée à Genève le 28 février dernier, son intégration s'est bien passée.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

À lire aussi: L'Université accueille les premiers étudiants ukrainiens

Incertitudes

Passionnée de langues, Assiia parle français, russe, anglais et ukrainien. Si elle est contente de débuter son cursus universitaire, quelques incertitudes demeurent. Notamment en ce qui concerne son avenir.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Continuer la lecture

Economie

Les maçons vont faire grève en novembre à Genève

Publié

le

Les maçons genevois avaient déjà fait grève en octobre 2018. Ils feront à nouveau grève les 7 et 8 novembre prochain pour protester contre le démantèlement de leurs conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les relations sociales se durcissent dans le secteur de la construction. Les maçons ont voté deux jours de grève sur les chantiers, les 7 et 8 novembre prochains, annoncent lundi les syndicats. Ils exigent de meilleures conditions de travail.

Les maçons genevois s'opposent au nouveau modèle d'organisation du travail voulu par la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Selon les syndicats, cette flexibilisation du temps de travail constituerait "un recul social" et une "atteinte grave à la santé et la sécurité des travailleurs".

Pour la SSE, ce modèle permettrait au contraire un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les négociations menées jusqu'à présent en vue d'une nouvelle convention nationale (CN) n'ont pas permis de rapprocher les points de vue. Les syndicats revendiquent aussi une hausse des salaires.

A l'initiative des trois syndicats Sit, Syna et Unia, un vote a été organisé sur les lieux de travail pour décider des mesures de lutte à venir. Sur 2632 votants, 2105 ont opté pour deux jours de grève, soit 82%, précisent les syndicats dans un communiqué. Suite à ce résultat net, ils appellent à une grève générale sur les chantiers les 7 et 8 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des opposants russes manifestent à Genève contre la mobilisation

Publié

le

Réunis sur la place des Nations à Genève, les opposants ont dénoncé la mobilisation et la répression en Russie. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une cinquantaine de personnes ont répondu, dimanche à Genève, à l'appel des opposants russes à la guerre en Ukraine. Elles ont dénoncé en particulier la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine qui, selon elles, ne fera que prolonger le conflit.

Les manifestants se sont rassemblés en début d'après-midi sur la place des Nations. Plusieurs orateurs ont pris la parole en russe alors que des banderoles proclamaient: "Non à la guerre, non à la mobilisation", "Poutine direction La Haye" ou encore "Poutine terroriste".

Dans un communiqué, les organisateurs ont dénoncé la mobilisation partielle, portant sur 300'000 réservistes, annoncée le 21 septembre. Cette mesure ne changera rien à l'issue de la guerre, estiment-ils. En revanche, elle prolongera le conflit, entraînera des pertes humaines supplémentaires et augmentera les dommages économiques.

En Russie même, des manifestations ont eu lieu ce week-end dans plusieurs dizaines de villes contre cette mobilisation. Selon l'ONG OVD-Info spécialisée dans les arrestations, au moins "707 personnes ont déjà été interpellées samedi dans 32 villes", dont près de la moitié à Moscou.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Troinex veut une nouvelle ligne de bus

Publié

le

Les citoyens de la commune de Troinex (GE) ont accepté dimanche par 52,68% des voix de financer les aménagements du tracé de la nouvelle ligne de bus qui doit relier Veyrier à la gare de Lancy-Bachet. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les citoyens de la commune de Troinex (GE) ont accepté par 52,68% de "oui" de financer les aménagements du tracé de la nouvelle ligne de bus qui doit relier Veyrier à la gare de Lancy-Bachet. Le taux de participation s'est élevé à 68,43%.

L'Association des habitants de Troinex Ouest (AHTO) avait lancé un référendum contre le crédit d'investissement de 1,15 million de francs destiné à l'aménagement des chemins concernés par le tracé. Les travaux concernent notamment l'élimination de chicanes dans des voies étroites à sens unique en zone 30 km/h. Les référendaires mettaient en avant les risques pour la sécurité des piétons et des cyclistes.

L'AHTO a donc proposé un tracé alternatif qui passe par une zone agricole où il y a peu d'habitations. Plus long, ce tracé ne permet toutefois pas au bus de se calquer sur la cadence du Léman Express, condition du succès de la ligne, selon la commune et l'Etat de Genève. Mais l'association estime que le bus ne pourra pas respecter l'horaire en raison de l'encombrement sur les chemins aux heures de pointe.

Recours contre les travaux

Actuellement, il n'est pas possible pour les habitants de Troinex de rejoindre directement une gare. Tout le monde admet que cette nouvelle ligne de bus est indispensable pour la commune qui va accueillir un millier de nouveaux habitants dans un futur quartier. Les autorités relevaient qu'il n'y a pas de plan B.

Le "oui" de dimanche ne permettra pas encore à cette ligne de voir le jour. Le recours contre l'autorisation de construire des aménagements, déposé par 41 familles riveraines, est maintenu, a indiqué à Keystone-ATS le président de l'AHTO Jean-François Grau. Selon lui, le résultat serré du scrutin - 69 voix d'écart - montre qu'une grande partie de la population a refusé de céder au chantage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Portes ouvertes des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire

Publié

le

A Genève, la 8e Semaine de la démocratie sera officiellement lancée le 1er octobre par une journée portes ouvertes des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le public pourra ainsi visiter les "violons" du Palais de justice (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la 8e Semaine de la démocratie sera officiellement lancée le 1er octobre par une journée portes ouvertes des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. L'occasion de visiter les salles du Conseil d'Etat et du Grand Conseil ainsi que le Palais de justice.

Les portes ouvertes du Palais de justice commenceront dès 10h00. Visites historiques en français et en anglais, tenue de procès fictifs des différents tribunaux, présentation de la journée d'un juge ou d'un procureur ou encore séances de médiation fictives sont agendées jusqu'à 16h30.

Le programme propose aussi tout au long de la journée, en continu, de découvrir les différentes juridictions et les métiers de la justice, de rencontrer des avocats, de visiter les "violons" ou de participer à un atelier de dessin. L'entrée dans l'enceinte du Palais de justice se fera par la place du Bourg-de-Four. Le public sera soumis à un contrôle de sécurité.

L'Hôtel-de-Ville ouvrira, lui, ses portes dès 13h30. Là aussi, les visiteurs pourront assister à des séances fictives du gouvernement dans sa salle de la Tour Baudet et du Parlement dans la salle rénovée du Grand Conseil.

www.ge.ch/evenement/portes-ouvertes-3-pouvoirs-au-coeur-institutions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture