Rejoignez-nous

Genève

Référendum du MCG contre des aménagements à la rue de Carouge

Publié

,

le

La Ville de Genève veut fermer la rue de Carouge à la circulation automobile entre le rond-point de Plainpalais et la place des Augustins, ici à l'image (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le MCG lance un référendum contre un crédit complémentaire de 3,7 millions de francs pour des aménagements liés à la fermeture de la piétonnisation de la rue de Carouge. Le montant a été accepté lundi par tous les partis au Conseil municipal, à l'exception du MCG et de l'UDC.

La piétonnisation de la rue de Carouge "risque de bouleverser irrémédiablement notre mode de vie, l'économie locale et l'accessibilité de notre ville", a indiqué jeudi le MCG. Et de craindre pour la survie des commerces locaux de l'artère, tant au niveau des livraisons que de la clientèle.

La Ville de Genève veut fermer la rue de Carouge à la circulation automobile entre le rond-point de Plainpalais et la place des Augustins, en supprimant la voie de circulation et une centaine de places de stationnement. A la place, une piste cyclable bidirectionnelle sera créée et les voies du tram seront mises aux normes. Elargis, les trottoirs accueilleront une soixantaine d'arbres.

Pour ce faire, un crédit 8,1 millions a été voté en juin 2021. Le crédit complémentaire accepté lundi concerne les aménagements dans les rues adjacentes, où des accès et des places de livraisons pour les commerces seront aménagés.

Avec ce référendum, le MCG dénonce une érosion de la liberté de choisir un mode de transport. Le parti plaide pour une planification urbaine qui respecte l'équilibre entre le développement durable et les besoins économiques et sociaux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

A l'Etat, les employés pourraient payer plus pour leur prévoyance

Publié

le

La conseillère d'Etat Nathalie Fontanet tient à son projet de loi, malgré l'opposition affichée par les syndicats de la fonction publique (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le gouvernement genevois veut modifier la clé de répartition des cotisations de prévoyance du personnel de l'Etat. Il a déposé un projet de loi pour augmenter la part payée par les employés et diminuer celle assumée par l'Etat.

Actuellement, au sein de la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG), l'employeur assure les deux-tiers de la cotisation, le solde étant à la charge de l'employé, a rappelé mercredi le gouvernement. Avec la nouvelle donne voulue par l'exécutif, la part de l'Etat de Genève passerait à 58%, les 42% restants sont versés par le membre salarié.

Cette modification de la répartition des cotisations, si elle est votée par le Grand Conseil, s'appliquera uniquement aux nouveaux employés de l'Etat et non aux personnes qui y travaillent déjà. Jusqu'en 2027, la mesure devrait permettre au canton de Genève d'économiser environ 14 millions de francs.

Le projet de loi vise à contenir les charges de l'Etat dans une volonté d'éviter de devoir enclencher le frein à l'endettement, a expliqué devant les médias la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, responsable du Département des finances et des ressources humaines.

Selon la magistrate, la répartition 58%-42% est dans la moyenne suisse des institutions publiques de prévoyance. L'impact financier que cette modification aurait sur la CPEG serait minime, voire insignifiant. Pour les nouveaux employés de l'Etat, la conséquence serait une baisse de leur salaire net de 1,8% en moyenne.

Les syndicats ont été consultés à propos de cette nouvelle répartition des cotisations de prévoyance entre l'employeur et l'employé à l'Etat de Genève. Ils l'ont refusée. Le gouvernement a décidé néanmoins d'aller de l'avant et de maintenir le projet de loi, a noté Mme Fontanet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le 59e Printemps carougeois plonge dans les secrets

Publié

le

Pour sa 59e édition, le Printemps carougeois plonge dans le monde des secrets. Le public pourra notamment visiter des jardins secrets (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pour sa 59e édition, le Printemps carougeois plonge dans le monde des secrets. Pendant douze jours, du 24 avril au 5 mai, forêts mystérieuses, secrets d'alcôve ou de fabrication seront au programme de la manifestation pluridisciplinaire de la Cité sarde.

 

La soirée d'ouverture au cinéma Bio sera suivie de la 11e édition du Concours de courts-métrages dont le thème est, lui aussi, les secrets sous toutes leurs formes. Les prix seront remis après la projection d'une sélection de films en lice.

Parmi les points forts de la manifestation figure la venue de La Transumante. Cette oeuvre éphémère en bois de Johann Le Guillerm, composée de carrelets de trois mètres de long, est construite et déconstruite en un même mouvement par les dix personnes qui la manipulent. A voir évoluer à la place de la Sardaigne le 4 mai.

De nombreuses expositions seront aussi visibles, dont l'installation immersive de Vincent Grange, "La Maison de Dorothy". Ce titre fait référence au prénom d'une femme imaginaire qui servait de code aux hommes gays américains pour communiquer discrètement leur orientation sexuelle. Princesse Gender Fuck donnera une performance dans ces murs.

Trou de la serrure

Du côté des spectacles, la compagnie vol plané proposera une interprétation anti-conventionnelle de "L'Avare", de Molière. "La Forêt", une balade théâtrale, emmènera les familles au milieu des arbres de la butte du Val d'Arve, tandis que la Compagnie VéloScène proposera du théâtre de rue. Des concerts et des visites de jardins secrets sont aussi à l'affiche du Printemps carougeois.

Cette année, 17 artisans de la Cité sarde s'associent à la manifestation pour dévoiler leurs secrets de fabrication. Le public sera invité à guigner dans les vitrines à travers un trou de serrure et à découvrir un objet. Le secret de fabrication sera révélé grâce à un QR code dédié.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

Un test olfactif universel des HUG obtient une bourse pour son développement 

Publié

le

image prétexte

Cette récompense pour un test olfactif universel développé aux Hôpitaux Universitaires de Genève. Le Fonds d’innovation FONGIT a attribué une bourse de 50 000 francs au projet SmellRS qui a pour but de restaurer la perte d'odorat.

Le Docteur Julien Hsieh, chef de clinique en rhinologie olfactologie aux HUG est à l’initiative de ce test olfactif. Il nous explique en quoi cette technologie est innovante.

 

Il existe déjà des tests olfactifs mais ils ne sont pas encore pleinement efficaces car leurs résultats peuvent parfois être biaisés par des facteurs culturels ou génétiques. Pour contourner ces problèmes, le teste en cours de développement aux HUG fait appel à des odeurs blanches, c'est à dire inconnues de tous.

Ce test, s’il fonctionne, pourrait transformer la prise en charge des personnes souffrant de troubles de l’odorat dans le monde entier. Il permettra aussi de détecter précocement des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

 

Continuer la lecture

Genève

Robert Mardini succède à Bertrand Levrat à la tête des HUG

Publié

le

Keystone KAMRAN JEBREILI

On connaît le nom du nouveau directeur des Hôpitaux Universitaires de Genève. C'est Robert Mardini, ancien directeur général du Comité international de la Croix-Rouge, qui succède à Bertrand Levrat. 

Le Conseil d'Etat a ratifié la nomination du nouveau directeur général ce mercredi. Titulaire d’un master en génie civil et hydraulique de l’École polytechnique fédérale à Lausanne, Robert Mardini a notamment à son actif une longue expérience au sein du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), rappelle le gouvernement dans son communiqué. Le CICR dont il a été le directeur général jusqu'au 30 mars dernier.

Pour le président du Conseil d'administration des HUG, "À chaque étape du processus de recrutement, Robert Mardini  a démontré une solide expérience dans la gestion d’institutions de grande envergure ainsi qu’un leadership incontestable. Ces qualités seront essentielles pour construire les HUG de demain au service des patientes et des patients." Alain-Dominique Mauris se dit également persuadé "qu’il saura créer un environnement inclusif à l’écoute du personnel tout en répondant efficacement aux besoins de santé de la population.

Robert Mardini prendra ses fonctions le 1er septembre 2024. En attendant, Alain Kolly, directeur général adjoint, assurera l’intérim de la direction générale.

Continuer la lecture

Economie

Groupe Syz augmente son bénéfice net en 2023

Publié

le

Le groupe bancaire Syz entend consolider sa base de clientèle en 2024 et diversifier ses activités (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le groupe bancaire Syz a fait progresser son bénéfice net en 2023. La direction souligne une "évolution significative" de ses principales entités, en dépit d'un contexte macroéconomique complexe.

Le groupe genevois a enregistré un bénéfice net en hausse de 16% à 7,5 millions de francs sur un an, indique un communiqué diffusé mercredi. La masse sous gestion - composé de Banque Syz, Syz Capital et Syz Asset management - est restée stable à 23,1 milliards.

En termes de capitalisation, Groupe Syz présentait fin décembre un ratio de fonds propres durs (CET1) de 28,3%, en recul de 1,4 point de pourcentage. Concernant les différentes entités, le chiffre d'affaires de Banque Syz s'est établi à 110,2 millions, soit 1% de plus qu'en 2022. Le bénéfice net a de son côté fortement avancé de 51% à 13,7 millions.

Pour 2024, le groupe bancaire familial se dit concentré sur sa stabilité et sa vision stratégique en continuant à "consolider notre base de clientèle, approfondir notre expertise sur les marchés clés, tout en innovant et en diversifiant l'ensemble de nos activités".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture