Rejoignez-nous

Genève

Réactions partagées sur la fin du masque dans les transports

Publié

,

le

Archives © KEYSTONE/Ti-Press/SAMUEL GOLAY

Que pensez-vous de la fin de l'obligation du masques dans les transports en commun? Nous vous avons posé la question.

Les personnes infectées par le Covid-19 ne devront plus s'isoler et les masques tomberont dès le 1er avril.

Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui de revenir à la normale. Le gouvernement estime que la situation sanitaire est suffisamment sous contrôle, malgré le nombre toujours élevé de cas positifs au Covid-19.

La fin du masque dans les transports, bonne ou mauvaise idée? Judith Monfrini a promené son micro dans les transports genevois. Les avis sont contrastés.

Fin du masque dans les transportsL'avis des genevois

Notez toutefois que le canton de Genève maintient le port du masque obligatoire pour toutes les personnes de plus de 12 ans dans les lieux accueillant des personnes vulnérables, comme les hôpitaux, les cliniques ou les EMS.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une panne d'électricité au Palais des Nations paralyse l'ONU

Publié

le

(KEYSTONE/Valentin Flauraud)
L'ONU à Genève est confrontée à une difficulté inédite. Une panne d'électricité massive liée aux travaux de rénovation du Palais des Nations paralysait mercredi matin le fonctionnement de toutes les instances de l'organisation.
Le Conseil des droits de l'homme discutait de la situation des droits humains en Israël et dans les territoires palestiniens au moment de la coupure. "La réunion est suspendue", a affirmé un responsable onusien.

Et parmi les autres activités au Palais des Nations, la secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) présentait à la presse le principal rapport de cette agence onusienne. Arrivée en retard en raison du blocage des accès avec la coupure, Rebeca Grynspan n'a pu parler que quelques minutes, avant de devoir renoncer avec les conditions observées.

Continuer la lecture

Genève

Les assistants d'enseignement de l'IHEID saisissent le Grand Conseil via une pétition

Publié

le

Les assistants d'enseignement de l'IHEID ont déposé une pétition au Grand Conseil pour améliorer leurs conditions salariales © Miguel Hernandez

Déposé ce mardi, le texte, qui a récolté 916 signatures, demande au législatif et à l'IHEID d'améliorer les conditions de travail des assistants d'enseignement. Vivant avec moins de 3000.- par mois, ils dénoncent une précarité qui s'aggrave. 

La lutte continue pour les assistants d'enseignement à l'IHEID à Genève. Voilà plusieurs mois qu'ils dénoncent leurs conditions salariales. Ces derniers mois, ils avaient saisi la Chambre des relations collectives de travail pour négocier avec la direction, mais sans succès. En mai 2023, le SIT et l’ADA (l'Association des assistants de l'IHEID) ont alors lancé une pétition, s’adressant au Grand Conseil et à l'IHEID, intitulée « Un contrat et des salaires décents pour les assistants d’enseignement de l’IHEID ». Après avoir récolté 916 signatures de personnes issues du secteur de l’enseignement supérieur, ils ont déposé ce lundi le texte au Grand Conseil. Le tour des revendications avec Clara Barrelet, secrétaire syndicale au SIT.

Clara BarreletSecrétaire syndicale au SIT

Les contrats de ces assistants d'enseignement posent problème depuis l'introduction du salaire minimum à Genève en 2021. Les précisions de Clara Barrelet

Clara BarreletSecrétaire syndicale au SIT

Parmi les autres demandes du syndicat: savoir à quoi sert l'argent public qui finance en partie l'IHEID. L'Institut reçoit 33 millions de francs de financement public par an. LE SIT estime qu'une partie devrait être utilisée pour revaloriser le salaire des assistants d'enseignements.

Moins de 3000.- par mois

Les assistants d’enseignement, environ 70 personnes, ne peuvent pas vivre dignement veulent sortir de la précarité. Tous témoignent de la difficulté de vivre à Genève avec CHF 3'000.- nets par mois. Ecoutez Andrea Biswas, membre du secrétariat de l'Association des assistants de l'IHEID.

Andrea BiswasMembre du secrétariat de l'Association des assistants de l'IHEID (ASA)

Selon eux, leur thèse, qu’ils doivent terminer en quatre ans, ne leur laisse pas le temps de compléter leurs revenus.

Réponse de l'IHEID

Contactée, l'IHEID, par la voix de sa directrice Marie-Laure Salles, explique que les doctorants de l’Institut sont avant tout des étudiants qui suivent un programme d’études. "La rédaction de la thèse ne peut donc pas être considérée comme un travail rémunéré, mais comme une recherche académique personnelle, une formation universitaire et une étape de développement personnel".

Concernant la demande de rémunération nette (actuellement CHF 38'220.-) afin qu'elle atteigne le niveau du salaire minimum légal genevois, soit CHF 49'920.- bruts, l'IHEID explique que "les doctorants sont payés CHF 27.30 à l’heure ce qui équivaut sur un temps plein à un salaire annuel de CHF 66'570. Ce salaire à l’heure dépasse le salaire minimum applicable à Genève fixé par la Loi sur l’inspection et les relations du travail (LIRT)".

Enfin, l'IHEID estime que le taux d’activité de 45% correspond à la réalité du travail d’assistant d’enseignement. "Le taux de 45% correspond à 828 heures de travail effectif par année. Nos doctorants en font 653. 175 heures par année dans le cadre de leur contrat de travail leur sont donc offertes pour la partie de travail de thèse qui vient directement en appui de leurs activités pédagogiques". Aussi, le fait d’augmenter leur taux d’activité à 100% reviendrait "à augmenter fictivement leur taux d’activité par rapport à l’activité effectivement fournie et à la partie de leur temps dédié à la thèse".

Continuer la lecture

Genève

L'accident de bateau était un exercice de sécurité sur le Léman (VIDEO)

Publié

le

L'exercice transfrontalier franco-suisse Leman 2023 a mis en scène plus de 120 figurants pris en charge par plus de 400 intervenants dans le scénario d'un bateau de la CGN victime d'une explosion. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Le lac Léman a été le théâtre mardi d'une simulation grandeur nature d'un incident lacustre. L'exercice franco-suisse de sécurité a eu lieu au large de Thonon-les-Bains (F). Plus de 120 figurants ont été recrutés pour simuler un accident sur un bateau de la CGN.

Les opérations se sont déroulées de 08h00 à 13h00 sur les eaux territoriales françaises à bord du bateau "Général-Guisan". Elles consistaient à simuler une explosion dans la salle des machines, sans incendie, mais avec des dégâts suffisants pour créer une voie d'eau et nécessitant l'évacuation des 96 passagers, a expliqué à Keystone-ATS Bernard Gay, en charge de la gestion des risques professionnels au service d'incendie et de secours de Haute-Savoie.

Cette simulation - "du scénario le plus craint", selon M. Gay - visait à vérifier le matériel de sauvetage ainsi que les procédures de secours et d'intervention en cas d'accident, selon la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN). La question de la rapidité d'intervention et de la coordination des secours sur l'eau et à terre était notamment centrale, toujours d'après M. Gay.

"Répéter ses gammes"

Plus globalement, cet exercice devait permettre de tester le plan multilatéral de secours sur le lac Léman, prolongement de l'entente régionale récemment signée par les autorités françaises et suisses. Il a été organisé par la préfecture de Haute-Savoie, en collaboration étroite avec les Cantons de Genève, de Vaud et du Valais et la CGN.

"Tout l'enjeu d'un exercice comme celui d'aujourd'hui, c'est justement d'exercer les différentes forces intervenantes pour qu'elles aient l'habitude de travailler entre elles, de se connaître et de roder nos procédures", relève M. Gay. Le but étant de "répéter ses gammes et de s'améliorer continuellement , résume-t-il.

Police, gendarmerie, sapeurs-pompiers, services sanitaires, protection civile, sociétés de sauvetage du Léman ainsi que différents intervenants publics et privés avaient été réquisitionnés. Pas de loin de 400 au total. Les procédures de gestion de crise de la CGN ont, elles aussi, été testées.

L'exercice du jour n'a pas affecté la ligne N2 de la CGN entre Lausanne et Thonon. La préfecture de Haute-Savoie avait néanmoins demandé à la population, notamment les usagers du lac, de ne pas s'approcher de la zone d'exercice.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

Enquête sur l'évolution de la mobilité transfrontalière

Publié

le

Une nouvelle édition de l'enquête aux frontières du canton de Genève vise à mesurer les évolutions des flux de déplacement en voiture et à vélo dans le Grand Genève (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Une nouvelle édition de l'enquête aux frontières du canton de Genève aura lieu en octobre et novembre. Objectif: mesurer les évolutions des flux de déplacement en voiture et à vélo dans le Grand Genève afin d'orienter de futures solutions de transport.

Un QR-Code permettant d'accéder au questionnaire en ligne sera distribué aux automobilistes et aux cyclistes passant par une quinzaine de lieux aux limites cantonales à l'heure de pointe du matin. L'enquête concerne les déplacements entre le canton de Genève, le Genevois français (Ain, la Haute-Savoie) et le district de Nyon (VD), a indiqué mardi l'agglomération franco-valdo-genevoise.

Trois enquêtes de ce type ont été réalisées en 2002, 2005 et 2011. En 2011, on dénombrait 550'000 déplacements quotidiens à travers la frontière cantonale, soit 20% de plus qu'en 2002, en raison de la croissance démographique soutenue du Grand Genève. Les entrées et sorties de Genève étaient estimées à 660'000 en 2019.

Projet d'agglo

Cette nouvelle enquête doit permettre de mesurer plus précisément les flux transfrontaliers de mobilité depuis la mise en service du Léman Express et du tram d'Annemasse. Les données récoltées seront croisées avec les résultats d'une enquête similaire, réalisée en automne 2022, qui portait sur les trajets des usagers des transports publics.

Les résultats seront disponibles au printemps 2024. Ils alimenteront le projet d'agglomération de cinquième génération qui sera déposé par le Grand Genève auprès de la Confédération en 2025, en vue de solliciter des financements pour des infrastructures de mobilité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des chips Zweifel "made in Geneva"

Publié

le

C'est une grande première, la célèbre marque de chips vient de lancer une gamme de chips au Paprika qui est produite sur le canton. 

C'est Nicolas Cadoux, vigneron à Athenaz mais aussi agriculteur de pleine culture, qui s'invite dans et sur les paquets de chips Zweifel. Il leur a vendu 25 tonnes de pommes de terre Genevoises.

Comment est née l'idée? La réponse de Nicolas Cadoux.

Nicolas CadouxVigneron et agriculteur

 

 

Continuer la lecture