Rejoignez-nous

Elections cantonales 2023

Marie-Claude Sawerschel et Marc Wuarin candidats des vert’libéraux au Conseil d’État

Publié

,

le

Crédits photos : Jérôme Favre

Marie-Claude Sawerschel et Marc Wuarin représenteront le Parti vert’libéral à l’élection au Conseil d’État genevois.

Le binôme a été désigné lundi soir lors de l'assemblée générale du parti qui se tenait à Troinex. Le Parti vert’libéral genevois a validé par acclamation les candidatures de Marie-Claude Sawerschel, présidente du parti, et de Marc Wuarin, co-président des jeunes Vert’libéraux et conseiller municipal à Chêne-Bougeries.

L’Assemblée a également validé une première série de 30 candidatures pour l’élection au Grand Conseil. Une seconde série sera soumise à l’Assemblée générale au mois de septembre.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elections cantonales 2023

L'extrême gauche genevoise lance une Liste d'Union populaire

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Après Ensemble à Gauche en septembre, la Liste d'Union populaire a lancé mercredi sa campagne en vue des élections cantonales de Genève du printemps. Cette nouvelle formation souhaite présenter une liste unique de la gauche radicale afin de ne pas être exclue du Grand Conseil.

Paritaire, la Liste d'Union populaire (LUP) comprend 53 noms de personnes issues de la gauche politique, des syndicats et du monde associatif. Parmi elles figurent sept des neuf députés d'Ensemble à Gauche. Formée par le Parti du Travail, Solidarités et Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du travail (DAL), cette coalition a été déchirée par différents courants et des conflits de personnes.

Les dissidents ont fondé la LUP en octobre. Pour le député Pablo Cruchon, ex-secrétaire général de Solidarités, cette liste inaugure une nouvelle dynamique dans le canton et un changement dans la lutte politique à la gauche de la gauche. "Elle réunit des gens qui résistent et qui veulent se mettre d'accord sur des dix revendications concrètes et immédiates", a-t-il expliqué.

La LUP veut notamment indexer les salaires à la hausse des prix, offrir une place de crèche gratuite à chaque enfant et affecter tous les terrains publics pour créer des logements à loyers abordables. Des mesures financées par une imposition des privilégiés selon leurs moyens, ont indiqué le député Jean Burgermeister et la conseillère nationale Stefanie Prezioso, tous deux candidats à l'élection au Conseil d'Etat.

Quorum en jeu

La liste des candidatures au Grand Conseil est encore ouverte, le dernier délai pour son dépôt étant le 6 février. La LUP a d'ailleurs voté à l'unanimité de maintenir la main tendue à Ensemble à Gauche pour une fusion de leurs listes. L'enjeu est de taille: faute d'atteindre le quorum de 7% des voix, la gauche radicale pourrait disparaître du Parlement genevois à la prochaine législature.

"Une liste unique est une perspective encore possible. Il est de notre responsabilité de représenter une partie de la population au Grand Conseil", a souligné le député Olivier Baud, membre de Solidarités. Partie divisée en 2005 et 2009, l'extrême gauche n'avait pas atteint le quorum.

"Ensemble à Gauche a exclu toute ouverture à d'autres forces. Nous sommes pour que toutes ces forces se rassemblent dans une structure unifiante qui n'est pas faite de partis", a plaidé le député Jean Batou. L'ex-conseiller national Jean Spielmann, du Parti du travail, estime qu'Ensemble à Gauche fait "une erreur politique" en partant seul.

Continuer la lecture

Elections cantonales 2023

Mauro Poggia ne brigue pas d'emblée de 3e mandat au Conseil d'Etat

Publié

le

Le magistrat MCG Mauro Poggia ne se représente pas pour un troisième mandat au Conseil d'Etat genevois (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le conseiller d'Etat MCG Mauro Poggia ne sera pas candidat au premier tour de l'élection à l'exécutif le printemps prochain. A 63 ans et après deux mandats au gouvernement, il pourrait toutefois se présenter au second tour.

Mauro Poggia figurera sur la liste du MCG pour l'élection au Grand Conseil. En fonction du résultat, le magistrat sortant se réserve la possibilité de se présenter au second tour de l'élection au Conseil d'Etat, a-t-il indiqué mardi devant les médias. Le MCG présentera un seul candidat au premier tour pour tenter de conserver son siège à l'exécutif: le chirurgien Philippe Morel, transfuge du PLR. Les précisions de François Baerstchi, président du Mouvement citoyens genevois. Il est au micro de Judith Monfrini.

François BaertschiPrésident du Mouvement citoyens genevois

Mauro Poggia, à 63 ans, dit vouloir reprendre son métier d'avocat. Il va se présenter sur les listes du MCG au Grand Conseil et n'exclut pas de se porter candidat au Conseil des Etats à Berne à l'automne prochain.

"Je serai sur la liste du Grand conseil, pas seulement pour tirer la liste, mais je sera là où la population souhaite me voir".

L'homme est entré au Conseil d'Etat en 2013, de justesse, puis il a été réélu en 2018 bien plus franchement puisqu'il occupait la première place au deuxième tour. Il a rappelé, lors de la conférence de presse, la difficulté de gérer la crise du coronavirus en 2020.

Actuel président du gouvernement, Mauro Poggia est aussi chef du Département de la sécurité, de la population et de la santé. Il a été aux avant-postes pendant la crise sanitaire. Figure marquante de la politique genevoise, il se bat pour plus de transparence au sein des caisses d'assurance maladie.

Cet avocat de formation a commencé sa carrière politique au sein du PDC. Il le quitte en 2009 pour rejoindre le MCG, le parti qui avait le vent en poupe. Il est alors élu au Grand Conseil, puis au Conseil national en 2011. Deux ans plus tard, il accède à l'exécutif où il gère d'abord la santé, les affaires sociales et l'emploi.

Le chirurgien Philippe Morel va porter les couleurs du MCG pour l’élection au printemps prochain. Il a quitté le PLR pour rejoindre les rangs du Mouvement citoyens genevois. Mais n’était-il pas possible de trouver un remplaçant au sein même du parti ? Ecoutez la réponse du Président du MCG, François Baertschi.

François BaertschiPrésident du Mouvement citoyens genevois

Philippe Morel a commencé sa carrière politique au PDC, puis il a passé au PLR et maintenant au MCG. Cette candidature n’est-elle pas opportuniste ? Ecoutez la réponse de Philippe Morel

Philippe Morel Candidat MCG au Conseil d'Etat genevois

Notez que Mauro Poggia n’a pas non plus exclu de se présenter à Berne, au Conseil des Etats à l’automne prochain.

Judith Monfrini avec ATS Keystone 

Continuer la lecture

Elections cantonales 2023

Un candidat de plus à l'extrême gauche pour le Conseil d'Etat

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Les candidats de la coalition Ensemble à gauche à l'élection du Conseil d'Etat genevois, au printemps prochain, seront finalement au nombre de trois. Le coprésident du Parti du Travail (PdT) Alexander Eniline rejoint le duo composé de la militante féministe Françoise Nyffeler et du jeune activiste pour le climat Teo Frei.

Selon un communiqué d'Ensemble à gauche diffusé vendredi, cette triple candidature reflète la nécessité, pour la gauche radicale, "d'une convergence des luttes pour provoquer de vrais changements sociaux, écologiques et démocratiques". Des profils divers se retrouvent unis sous la bannière d'Ensemble à gauche.

Alexander Eniline, 32 ans, est doctorant en philosophie médiévale. Selon Ensemble à gauche, les trois candidats de la coalition "porteront la voix d'une gauche combative unie, qui refuse de se résigner et qui luttera jusqu'au parlement pour défendre ses valeurs".

Ensemble à gauche regroupe le Parti du Travail, solidaritéS et la DAL (Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du social). La coalition aura pour concurrent, à la gauche de la gauche, lors des élections cantonales, le parti Résistons. Ce dernier a été fondé par d'anciens militants d'Ensemble à gauche.

Continuer la lecture

Elections cantonales 2023

Le Centre présente 62 candidats pour le Grand Conseil genevois

Publié

le

Le Centre Genève présente une liste de 62 candidats pour l'élection au Grand Conseil qui aura lieu au printemps prochain (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Centre Genève va présenter 62 candidats pour l'élection au Grand Conseil qui aura lieu au printemps prochain. Cette liste contient un tiers de personnes de moins de 35 ans et 40% de femmes, précise le parti.

"A quatre députés sur onze qui ne se représentent pas, le renouvellement se retrouvera forcément sur les bancs du parlement", souligne vendredi le Centre dans un communiqué. La liste compte 22 élus communaux. Elle reste ouverte et pourra être complétée.

Lors de l'assemblée des délégués qui s'est tenue jeudi soir, le Centre a réitéré sa proposition d’alliance de centre-droit avec le PLR et les Vert’libéraux. Mais le parti se déclare prêt à partir seul si cette alliance ne devait pas se concrétiser. Les négociations se poursuivent.

Le Centre présente deux candidats à l'élection au Conseil d'Etat en 2023, avec la députée et présidente du parti Delphine Bachmann et le conseiller administratif de Plan-les-Ouates Xavier Magnin. Il espère ainsi reconquérir le deuxième siège perdu en 2018. Son unique conseiller d'Etat, Serge Dal Busco, a décidé de ne pas se présenter pour un troisième mandat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Elections cantonales 2023

Pierre Maudet est candidat au Conseil d'Etat genevois

Publié

le

Près de deux ans après sa démission du gouvernement genevois, Pierre Maudet repart à l'assaut du Conseil d'Etat (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pierre Maudet fait son retour sur la scène politique genevoise. L'ex-conseiller d'Etat qui avait démissionné suite à l'affaire de son voyage à Abu Dhabi est candidat à l'élection au gouvernement du printemps prochain.

"Je brigue à nouveau un siège au Conseil d'Etat", a annoncé Pierre Maudet dans le GHI de mercredi. "Je ne le fais pas dans un but égotique, mais pour défendre les valeurs d'une nouvelle liste", précise-t-il. Selon l'hebdomadaire gratuit, cette liste sera la même que lors de l'élection complémentaire de 2021: Liberté humaine et justice sociale.

Lors de la campagne de 2021, Pierre Maudet avait ouvert une permanence qui lui avait permis de rencontrer de nombreux citoyens. "Ma candidature, c'est la continuité d'une histoire qui a débuté avec eux, avec ceux qui veulent défendre des projets au Parlement pour faire avancer Genève", explique celui qui n'avait alors pas été réélu, évincé par la verte Fabienne Fischer.

Le quadragénaire travaille actuellement dans une entreprise de cybersécurité. Il a aussi créé une fondation qui vise à soutenir des projets citoyens. Sa rente d'ex-conseiller d'Etat est allouée à cette fondation.

Démission

L'ex-magistrat PLR a siégé au Conseil d'Etat de juin 2012 à avril 2021, soit pendant près de neuf ans. L'affaire de son luxueux voyage en famille à Abu Dhabi en novembre 2015, qui avait éclaté en août 2018, a finalement mené à sa démission en octobre 2020 après avoir causé une profonde crise institutionnelle et politique.

Poursuivi par la justice pour acceptation d'un avantage, Pierre Maudet avait rapidement été mis en marge du gouvernement. Son parti l'avait d'abord soutenu dans cette affaire, avant de l'exclure en juin 2020, lassé par ses mensonges et son comportement.

Le magistrat avait été condamné en première instance en février 2021 pour acceptation d'un avantage. Mais il a été acquitté sur toute la ligne en deuxième instance. L'affaire doit encore être tranchée par le Tribunal fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture