Rejoignez-nous

Genève

Levée de rideau sur la nouvelle Comédie de Genève

Publié

,

le

Les portes ouvertes de la nouvelle Comédie de Genève ont connu un franc succès avec plus de 6000 curieux pendant le week-end (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Inaugurée officiellement samedi, la nouvelle Comédie de Genève a attiré plus de 6000 personnes pendant le week-end à l'occasion de ses portes ouvertes. Ce théâtre conçu comme une fabrique à spectacles donne un véritable élan régional aux arts de la scène.

L'obligation de présenter un pass sanitaire n'a vraisemblablement pas freiné le public, a indiqué dimanche à Keystone-ATS Olivier Gurtner, directeur de la communication de la nouvelle Comédie en se réjouissant de cet engouement populaire. Les visites guidées et les ateliers pour les plus jeunes ont connu un vif succès.

Reportée d'une année en raison de la pandémie, cette ouverture était très attendue. Le public a ainsi pu découvrir ce nouveau bâtiment de verre de 100 mètres de long pour 40 mètres de large flanqué de quatre cubes de hauteurs différentes qui s'érige sur l'esplanade minérale de la gare des Eaux-Vives du Léman Express.

Une ruche

Il dispose d'une grande salle frontale avec un public de 498 places face à une scène de 26 mètres de largeur sur 17 mètres de profondeur. Une autre salle modulable propose 200 places, selon la configuration. L'objectif est de multiplier les possibilités pour la mise en scène, la chorégraphie et les performances.

Le public a aussi pu visiter les salles de répétition et les ateliers de construction (menuiserie, serrurerie, couture, peinture et sculpture). Ces espaces font de la nouvelle Comédie une véritable ruche pour y créer des spectacles de A à Z. Six spectacles ont déjà été préparés dans ces murs pendant la fermeture due à la pandémie.

Longue attente

L'inauguration officielle s'est déroulée samedi en fin de journée en présence du conseiller fédéral Alain Berset visiblement heureux de parler de culture. "Je suis encore vivant!: cela pourrait être le cri du théâtre, malmené par des mois de pandémie et qui revient aujourd'hui à la vie dans un nouvel écrin", a déclaré le chef du Département fédéral de l'intérieur

Le ministre de la culture a insisté sur "l'histoire et l'esprit de l'institution" qui ont suivi dans les cartons de déménagement de la Comédie. La nouvelle Comédie s'est fait désirer pendant plus de trois décennies.

Fondé en 1913, le théâtre de la Comédie se situait alors à Plainpalais. En 1988, le metteur en scène Matthias Langhoff jette un pavé dans la mare en dénonçant la vétusté du bâtiment et en forçant Genève à se donner les moyens de ses ambitions théâtrales.

Du rêve

"Il a fallu du rêve et de la conviction", a déclaré lors de la cérémonie Thierry Apothéloz, conseiller d'Etat en charge de la culture. Il a rappelé l'ambition claire pour la nouvelle Comédie, une "infrastructure d'intérêt stratégique", qui est de la placer au rang des scènes internationales. "Le canton veut la soutenir de manière pérenne", a-t-il ajouté.

"Il faut des gestes forts face aux crises", a relevé Natacha Koutchoumov, codirectrice de la nouvelle Comédie, dans un discours empreint de remerciements, délivré avec son acolyte Denis Maillefer. Après une saison blanche en 2020-2021, le duo a concocté une cuvée 2021-2022 très dense qui débutera vendredi avec "Olympia" de la Genevoise Rébecca Balestra, dans le cadre du festival de la Bâtie.

Le coût total du projet est de 94 millions de francs, dont 45 millions à la charge du canton. Le budget annuel atteint 16 millions. Ce théâtre répond aux besoins des artistes et des métiers de la scène, a souligné Sami Kanaan, magistrat de la Ville de Genève à la tête de la culture. L'élu compte sur une large ouverture pour l'ensemble de la population, une volonté partagée par le duo de direction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre 200 ans de recherches

Publié

le

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans avec plusieurs expositions et une multitude d'activités en lien avec ses riches collections, dont ses herbiers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans. A cette occasion, plusieurs expositions mettent à l'honneur, dès jeudi, ses collections de réputation internationale et la complexité son activité scientifique. Plus de 80 activités figurent aussi au programme de cet anniversaire.

Le Conservatoire botanique a été créé en 1824, sept ans après le Jardin botanique, par le même homme, le botaniste genevois Angustin-Pyramus de Candolle. Mais l'activité scientifique de l'institut, avec ses archives inédites, livres précieux, spécimens d'herbier uniques, objets d'époques lointaines, graines congelées, tubes d'ADN ou encore bases de données, est moins accessible au public.

Diversité des cryptogames

Pour présenter cette richesse, cinq expositions seront proposées en plein air dans le Jardin botanique. En collaboration avec la Fondation Martin Bodmer, la bibliothèque du Conservatoire présentera une sélection de 30 chefs-d'oeuvre de l'illustration botanique provenant d'éditions rares. Une autre exposition permettra de découvrir 16 scientifiques importants pour l'institut et son rayonnement.

Disséminée dans le Jardin, une exposition portera sur la dénomination scientifique des plantes, tandis qu'un parcours exploratoire présentera une sélection d'espèces pour lesquelles l'institut a mené une action de conservation dans le canton. Et chaque mois, une vitrine du bâtiment de la Console montrera la diversité de formes et de couleurs des cryptogames.

Excursions et visites

Sur l'autre rive du lac, la Fondation Bodmer investira le Centre culturel du Manoir de Cologny, également, dès jeudi avec une exposition de panneaux montrant une sélection de plantes et de fleurs provenant d'ouvrages de botanique exceptionnels. Un cycle de conférences accompagnera cette exposition. Et dès la mi-septembre, le Conservatoire se dévoilera aux Bains des Pâquis.

Intitulé "Collector", le programme du bicentenaire comprend encore des excursions sur le terrain, avec des spécialistes, pour découvrir des projets de conservation dans le bassin lémanique. Visites guidées, présentations des métiers et conférences sont aussi agendées.

www.cjbg.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Trois entrepreneurs genevois lancent une application de réduction pour les étudiants

Publié

le

(obs/bonus.ch S.A. via KEYSTONE)

Stoody, une carte de réduction digitale est lancée vendredi, par trois entrepreneurs genevois pour les étudiants de 16 à 29 ans. Elle se présente sous  la forme d'une application, avec des réductions pouvant aller jusqu'à 60%. Une cinquantaine de commerces, de tout le pays, y participe. Cette opération devrait s'étendre à Lausanne, à l'automne prochain. 

Des réductions jusqu’à 60%, pour les étudiants. C’est ce que propose, dès vendredi, Stoody, une carte digitale à destination des étudiants de 16 à 29 ans. Pour ce faire, il leur suffit de télécharger l’application, en échange de 29 francs, par année. A la manœuvre, trois entrepreneurs genevois qui souhaitent ainsi aider ces jeunes, de plus en plus précarisés. Les explications de David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

"Notre objectif est d'aller au delà de l'action commerciale et de toucher une dimension sociale"

Près de cinquante commerces participent à cette opération. Des commerces de tous horizons: loisirs, santé, vente. Un projet gagnant / gagnant pour les jeunes et les commerçants. David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

Stoody devrait être disponible pour les étudiants lausannois, dès cet automne.

 

 

Continuer la lecture

Genève

La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est en selle

Publié

le

(© Police cantonale genevoise)
La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est opérationnelle. Carino, Nival et Donavalon, les trois chevaux de la race des Franches-Montagnes qui font partie de cette unité, ont réussi leurs tests d'aptitude après une année d'entraînement.

Ils ont été validés par deux cavaliers expérimentés de la police fédérale belge, spécialiste dans le domaine, indique vendredi la police cantonale genevoise. La formation des trois hongres comprenait notamment une désensibilisation aux différents stimuli, comme des pétards ou des fumigènes.

Convaincu par les résultats d'un projet-pilote mené entre 2018 et 2020, le canton avait donné son feu vert pour la création d'une brigade équestre. Les trois chevaux ont été retenus pour leur caractère froid et calme. La brigade compte trois cavalières et un cavalier ainsi qu'une enquêtrice spécialisée.

Elle pourra réaliser des missions dans le domaine de la prévention, de la dissuasion et de la répression en milieu rural ou urbain. Elle sera aussi déployée en zone villas pour prévenir les cambriolages et sera engagée lors de manifestations sportives ou culturelles. L'objectif est de créer un contact privilégié avec la population.

Genève avait déjà une police montée au 19e siècle. Elle avait été abandonnée au profit de moyens plus modernes. De 1996 à 1998, un groupe équestre avait été brièvement recréé dans le but de patrouiller au centre-ville. En Suisse, d'autres cantons utilisent aussi les chevaux pour des missions ciblées. Seul Genève est doté d'une brigade pérenne avec ses propres chevaux.

Continuer la lecture

Genève

Vernier en dernière étape du Tour de Romandie

Publié

le

Pascal Richard, gauche, ancien cycliste et parrain du Tour de Romandie et Richard Chassot, droite, directeur général du Tour de Romandie (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Un total de quasiment 665 kilomètre. Un dénivelé positif total de 10'831 mètres. La 77e édition du Tour de Romandie s'annonce belle! Départ de Payerne, le 23 avril pour une arrivée à Vernier, le 28 avril.  Avec un parrain prestigieux, Pascal Richard, à l'occasion des trente ans de sa dernière victoire sur le Tour de Romandie.

Moins de deux semaines avant le début du Tour de Romandie. Près de 665 kilomètres, au total avec un départ de Payerne, le 23 avril pour une arrivée le 28 avril, avec une boucle dans la campagne genevoise, autour de Vernier. Vernier, une ville qui a d'abord accueilli le Tour de Romandie féminin, avant de recevoir les hommes. Mais contrairement aux idées reçues, ce n'était pas une volonté de la direction du Tour de Romandie.  Le directeur général, Richard Chassot

Le cyclisme est traversé, actuellement, par un vif débat sur la sécurité des coureurs, après une chute collective lors du Tour du Pays Basque. Quelques pistes d'amélioration avec Richard Chassot.

"Gino était un mec extraordinaire" (Richard Chassot)

Cette présentation des étapes du Tour de Romandie a également été l'occasion, pour les organisateurs, de rendre hommage à Gino Mäder, coureur suisse, décédé, l'année dernière sur les routes du Tour de Romandie. Richard Chassot

Le parrain de cette 77e édition est lui une ancienne gloire du cyclisme romand: Pascal Richard qui fête les 30 ans de sa dernière victoire sur le Tour de Romandie. Et pour l'occasion, il servira d'ouvreur de luxe. Une grande fierté pour Pascal Richard.

"Faire l'ouvreur du Tour de Romandie est une idée fabuleuse!" (Pascal Richard)

Le Tour de Romandie débute le 23 avril prochain, à Payerne, par un prologue pour se terminer, par une boucle dans la campagne genevoise, autour de Vernier, le 28 avril.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Et si on dansait pour lutter contre la maladie de Parkinson ?

Publié

le

Les Hôpitaux Universitaires de Genève mobilisés à l’occasion de la Journée mondiale de la maladie de Parkinson. Conférences, projections de film, plusieurs évènements ont été organisés jeudi. Des cours de danse-thérapie étaient aussi proposés, notamment de tango. Objectif: aider à accepter la maladie de parkinson et à mieux la vivre au quotidien. 

Plusieurs études ont en effet démontré que danser le tango argentin pouvait être bénéfique pour les malades. ce que confirme le Docteur Olivier Bouquiaux, neurologue au CHU de Liège. De manière générale la danse agit sur les plans physique, cognitif, affectif et social:

 

"Ca m'aide à avoir plus confiance en moi et je ne pense plus à la maladie", Anne-Marie, 78 ans

Lors de ces ateliers de tango on travaille sur le corps mais aussi sur les émotions. Le reportage de Laurie Selli:

 

Les ateliers tango et santé sont proposés les mardis après-midis 44 rue des maraîchers à Genève.

Continuer la lecture