Rejoignez-nous

Genève

Les lacunes de l'office médico-pédagogique étalées au grand jour

Publié

,

le

Archives (KEYSTONE/Martial Trezzini)

A Genève, l'office médico-pédagogique (OMP) souffre d'une organisation déficiente. Sa direction, sous-dotée, travaille au jour le jour et le personnel n'a pas toujours la formation adéquate pour gérer les troubles ou handicaps de certains jeunes.

À Genève, l'Office médico-pédagogique souffre d'une déficit organisationnel. Ce constat a été dressé lundi par la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'état en charge de l'instruction publique

"Pour la première fois, nous avons une vision complète des difficultés de l'OMP", a relevé la magistrate. Il s'agit maintenant d'apporter des solutions à cet office qui s'est retrouvé sous les projecteurs à la suite du scandale du foyer de Mancy, une structure pour jeunes autistes où des cas de maltraitance avaient été dénoncés.

Pour redresser la barre, le département de l'instruction publique (DIP) va faire appel durant un an à Jacques Hertzschuch. Ce consultant indépendant, rompu à la gestion de crise, poursuivra dès le 1er septembre la réforme entamée par les deux directrices intérimaires de l'OMP Prunella Carrard et Déborah Sciarrino.

La situation doit être assainie afin de réduire les risques pour les jeunes et pour le personnel de l'office, a souligné Mme Emery-Torracinta. Dans un premier temps, il s'agira de mettre en place une nouvelle organisation et de renforcer les moyens financiers de l'OMP, avec à la clé un renforcement des effectifs. Un plan d'action a court et moyen terme a été lancé. Ecoutez Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'état en charge de l'instruction publique

Un office à problèmes

L'OMP connaît des difficultés depuis sa création, en 2010. Les nombreux audits et rapports qui lui ont été consacrés n'ont pas permis d'améliorer son fonctionnement. "C'est un office qui a toujours interpellé et aujourd'hui nous avons l'impression de nous retrouver à la case départ", a relevé Mme Emery-Torracinta. Après tous ces dysfonctionnements, pour quelle raison cela fonctionnerait-il maintenant? La réponse d'Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'état en charge de l'instruction publique

Il faut dire que l'OMP est un office de l'Etat pas comme les autres. Il est composé d'une centaine de microstructures, disséminées dans tout le canton. Les équipes sont formées de dix à douze personnes. Les foyers se trouvent parfois dans des bâtiments inadaptés, des villas vétustes dont l'Etat a hérité.

De plus en plus de dossiers

A cette complexité s'ajoute la hausse exponentielle du nombre d'élèves qui sont pris en charge par l'OMP. Aujourd'hui, ils sont 2200. "A mon arrivée au DIP (en 2013), ils n'étaient que 1700", a rappelé Mme Emery-Torracinta. Ce phénomène n'a fait que fragiliser un office sous tension et mal né.

A la rentrée prochaine, l'OMP va s'occuper de 150 élèves supplémentaires, dont certains vont être intégrés à plein temps dans des structures spécialisées. "Nous n'avons jamais vu ça", a relevé la conseillère d'Etat. Dans ce contexte, il devient compliqué de former du personnel, a-t-elle ajouté.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Retour à la normale pour les costumés de la Marmite

Publié

le

L'épreuve de la Marmite a retrouvé ses droits pour la 44e Course de l'Escalde, pour les bonheur des petits et des grands. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Après une édition annulée en 2020 et une autre chamboulée par le Covid, les coureurs de la Marmite, épreuve déguisée de la Course de l'Escalade à Genève, ont à nouveau s'ébrouer dans des conditions normales samedi. De quoi susciter une belle participation.

Malgré le froid hivernal, ils étaient 3089 à prendre le départ de l'épreuve dans le parc des Bastions pour cette partie conviviale de la 44e Course de l'escalade. Un chiffre qui se rapproche des plus de 3200 inscrits de l'édition de 2019, la dernière avant la pandémie de Covid.

"On note toutefois que sur l'ensemble des coureurs au départ, une petite centaine n'a pas terminé la course", a confié à Keystone-ATS le responsable média de la manifestation Michael Kleiner.

Des déguisements à volonté

Principale caractéristique de la Marmite, les déguisements des coureurs étaient particulièrement variés et fantaisistes cette année. Coupe du monde de football oblige, plusieurs participants avaient revêtu des tenues aux couleurs de leur équipe fétiche. Ils ont partagé le bitume entre autres avec des karatékas ou encore des judokas.

Certains avaient endossé des tenues d'animaux ou celle de leur personnage de jeux vidéos ou de séries préférées. Plusieurs coureurs ont également rendu hommage à la reine Elisabeth II, décédée en septembre dernier. Deux tiers des participants étaient des adultes et un tiers des enfants.

Un groupe de militants de la Grève du Climat a profité de l'événement pour faire passer un message politique contre les énergies fossiles.

Sur les deux jours de la plus grande course de Suisse, samedi et dimanche, les organisateurs ont enregistré 45'615 inscrits. "D'expérience, nous savons que 10 à 12% des inscrits ne se présentent pas. Néanmoins, nous espérons passer la barre des 40'000 coureurs sur le week-end", explique Michael Kleiner.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Carouge Magique fait le pari de la sobriété énergétique

Publié

le

Les volatiles de Cédric Le Borgne sont de retour sur les vasques des fontaines des Tours à Carouge pour l'édition 2022 de Carouge Magique. La Ville a décidé repenser intégralement les illuminations et de baisser leur consommation de 90% afin de répondre au contexte de sobriété énergétique. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'édition 2022 de Carouge Magique veut allier magie de Noël et sobriété énergétique. Les illuminations ont été intégralement repensées, et leur consommation réduite de 90% afin de répondre au contexte de sobriété énergétique et de durabilité actuel.

Derrière ce projet, la Ville de Carouge et ses autorités ont souhaité maintenir l’attractivité de la cité et de son commerce de proximité, ainsi qu’offrir à la population un environnement adéquat durant la saison des fêtes, comme elle l'explique dans un communiqué.

Cet embellissement saisonnier est intégré au Plan Lumière carougeois qui inclut déjà une consommation énergétique économe. La mise en place est possible grâce aux efforts conjoints du Service des affaires culturelles et de la communication, le Service de l’urbanisme et le Service voirie, espaces verts et matériel (SVEM).

Une attention particulière a été portée aux six écoles de Carouge dont les décorations ont toutes été maintenues tout en étant adaptées pour ne pas priver la jeune population de ce moment toujours attendu. Du côté des sapins tous, à l’exception de celui de la place de Sardaigne, se passeront de guirlandes lumineuses mais seront généreusement garnis de décorations traditionnelles.

Point d'orgue de cette édition 2022 de Carouge Magique, le Marché de Noël, organisé depuis plus de vingt ans, réunira, les 16, 17 et 18 décembre, 200 artisanes et artisans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Un Observatoire du numérique créé à Genève pour les entreprises

Publié

le

Un Observatoire du numérique a été créé à Genève pour soutenir les entreprises (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un Observatoire du numérique a été lancé à Genève pour accompagner les entreprises sur le chemin de la numérisation. Ce nouvel outil d'auto-évaluation en ligne permet aux sociétés d'identifier leur degré de maturité en termes de numérisation et de responsabilité numérique.

Les entreprises peuvent comparer de manière totalement anonyme leurs résultats par rapport aux autres acteurs du marché, par secteur ou par typologie d'entreprise, indique vendredi le Département de l'économie et de l'emploi (DEE) dans un communiqué. Cet Observatoire a été présenté à l'occasion du Forum économie numérique qui a rassemblé plus d'une centaine d'entrepreneurs.

Cet outil d'auto-évaluation a été développé dans le cadre du programme de sensibilisation des entreprises à la responsabilité numérique. Le DEE propose aussi une formation dans ce domaine en partenariat avec les principales associations professionnelles et économiques du canton, dont un cours en ligne et de la formation continue.

L'Observatoire du numérique a été créé grâce à la participation et aux retours de plus de 1200 entreprises et développé en partenariat avec l'UNIGE, la HEG et l'entreprise suisse Ethix Lab. Il fournit également des ressources d'aide à la transition numérique et à la gestion du changement.

"La numérisation des entreprises ouvre la porte à de nombreuses opportunités, mais elle s'accompagne également de nouveaux risques et de nouvelles responsabilités juridiques et éthiques", a relevé la cheffe du DEE, Fabienne Fischer, citée dans le communiqué. Ce genre d'initiative vise notamment à éviter l'apparition de fossés numériques entre les acteurs économiques.

https://digital-responsibility.info/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une consigne gratuite pour ne pas s'encombrer de ses courses de Noël

Publié

le

Le chalet "La Comète" à la place Longemalle

Une consigne gratuite sera à disposition jusqu'à Noël à la Place Longemalle à Genève pour déposer ses paquets et poursuivre sa journée sans être chargé. Un service de livraison sera également mis en place. 

C’est une première au centre ville de Genève : la population pourra bénéficier d'une consigne gratuite pour faciliter ses achats de Noël. Le chalet “La Comète” sera à disposition à la Place Longemalle, du 1 au 24 décembre 2022. Vous pourrez donc y déposer vos paquets et poursuivre vos courses de Noël. Un service de livraison est également proposé, avec un tarif de 10 francs.

Sébastien AeschbachPrésident de la commission promotion de Genève Commerce.

 

Cette initiative a été mise sur pied par la Ville de Genève et l'association professionnelle du commerce de détail Genève Commerces. L'objectif est de promouvoir le commerce local tout en favorisant la mobilité douce.

Marie Barbey-ChappuisMaire de Genève

 

Ce projet éphémère est mis en place pour les fêtes de fin d'années, mais pourrait être instauré toute l'année en cas de succès.

Sébastien AeschbachPrésident de la commission promotion de Genève Commerce.

 

Coût de l'installation : 80'000 francs.

 

Rédigé avec ats

Continuer la lecture

Genève

Soutien financier de la Confédération pour trois centres de la Genève internationale

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)
Le dialogue diplomatique et les initiatives internationales innovantes doivent être soutenues. Le Conseil fédéral a sollicité vendredi une enveloppe de 130 millions de francs pour les travaux de 2024 à 2027 de trois centres genevois qui s'occupent respectivement de sécurité, de déminage et de gouvernance.

Les trois institutions concernées sont le Centre de politique de sécurité (GCSP), le Centre international de déminage humanitaire (GICHD) et le Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF).

Des organisations, telles que ces trois centres, capables d’anticiper les défis que présentent les nouveaux conflits et les nouvelles crises, et capables de capitaliser des connaissances à ce sujet, ont toute leur raison d’être.

Ces centres sont des "références reconnues internationalement dans leurs domaines de spécialité", résume le gouvernement. Ils constituent un instrument de la politique extérieure et de sécurité de la Suisse, et en particulier de la coopération internationale et de la promotion de la paix.

En soutenant ces trois centres tous fondés il y a plus de 20 ans, le Conseil fédéral poursuit trois objectifs. Consolider un ordre international fondé sur des règles, faire de Genève un pôle central pour la politique de paix et de sécurité et renforcer l’expérience pratique de la Suisse dans les domaines de la politique extérieure et de la sécurité nationale.

Des dizaines de pays sont représentés au sein des conseils de fondation de ces centres. La part de la Confédération au financement des trois centres est en recul depuis 2016: de 65%, elle se situe aujourd’hui à 55%.

Continuer la lecture