Rejoignez-nous

Genève

La gauche veut taxer 100% des dividendes des gros actionnaires

Publié

,

le

© Miguel Hernandez

 À Genève, la gauche et les syndicats soutiennent une initiative fiscale qui veut taxer le 100% des dividendes des actionnaires qui possèdent au moins 10% d'une entreprise. Le peuple genevois se prononcera sur ce texte le 12 mars prochain.

Plus de justice fiscale. C'est le souhait de la gauche et des syndicats genevois qui ont présenté ce lundi leurs arguments en faveur d'une initiative fiscale issue de l'extrême gauche soumise en votation le 12 mars prochain. L'initiative 179 intitulée Contre le virus des inégalités… Résistons ! Supprimons les privilèges fiscaux des gros actionnaires veut taxer 100% des dividendes des actionnaires propriétaires d'au moins 10% des actions d'une société. Ainsi, les revenus des gros actionnaires seraient imposés comme ceux de tous les citoyens. Le détail avec Jean Batou, membre de la liste d'Union Populaire.

Jean BatouMembre de la liste d'Union Populaire

La mesure, qui toucherait environ 1600 contribuables genevois, devrait rapporter environ 150 millions de francs supplémentaires par année aux collectivités publiques. Pour les opposants, un oui dans les urnes représenterait un risque pour l'attractivité de Genève. Un argument que balaye Sylvain Thévoz, membre du Parti socialiste genevois.

Sylvain ThévozMembre du Parti socialiste

À lire aussi: Alliance de la droite et des milieux économiques contre une hausse d'impôts

PME pas impactée

Parmi les arguments des opposants, l'initiative raterait complètement sa cible en s'attaquant aux PME. Un faux argument pour Lynn Bertholet, membre des Verts genevois.

Lynn BertholetMembre des Verts genevois

Une autre initiative fiscale sera également soumise à la population en juin 2023. Il s'agit de l'initiative 185 Pour une contribution temporaire de solidarité sur les grandes fortunes lancée également par la gauche genevoise. Elle propose de soumettre les fortunes imposables de plus de 3 millions de francs à une contribution de solidarité de 2,5 pour mille sur la part de la fortune dépassant 3 millions de francs, et ceci durant dix ans. Cette mesure rapporterait 350 millions de francs au canton et 85 millions de francs aux communes genevoises.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une centaine de personnes demandent la libération d'Abdullah Ocalan

Publié

le

La marche qui demande la libération du leader kurde Abdullah Ocalan doit arriver à Bâle vendredi. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, une centaine de personnes ont participé, lundi, à une marche jusqu'à Coppet (VD) pour alerter l'opinion sur le sort du leader et fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Ocalan, emprisonné depuis 23 ans en Turquie.

La marche ira par étapes jusqu'à Bâle. Elle doit arriver dans la cité rhénane vendredi. Beaucoup de participants portaient une chasuble avec le portrait du dirigeant kurde imprimé sur le dos. Ils brandissaient également des drapeaux à son effigie ou l'étendard du PKK.

Abdullah Ocalan milite pour une solution politique à la question kurde. Aujourd'hui, il se trouve à l'isolement sur une île turque. Pour la Société démocratique kurde de Genève, de telles conditions de détention sont contraires aux conventions internationales sur la protection des droits des prisonniers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Suisse Aviel Cahn directeur de l'Opéra allemand de Berlin

Publié

le

Aviel Cahn, l'actuel directeur général du Grand Théâtre, vient d'être nommé à la tête de l'un des trois grands opéras de Berlin, l'Opéra allemand de Berlin. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Suisse Aviel Cahn, directeur du Grand Théâtre de Genève, reprend la tête de l'Opéra allemand de Berlin (Deutsche Oper Berlin). Cet homme de 48 ans devrait diriger le plus grand opéra de la capitale allemande dès le 1er août 2026.

Ce docteur en droit est depuis quatre ans directeur général du Grand Théâtre de Genève. Auparavant, il a été pendant dix ans directeur de l'Opera Vlaanderen dans les villes belges d'Anvers et de Gand, où il a lancé de nombreux projets et a été plusieurs fois primé pour des productions de la maison. Il a également connu de tels succès avec l'Opéra de Genève.

Né à Zurich, Aviel Cahn a pris des cours de piano à l'âge de six ans, puis a étudié le chant. Il a terminé ses études de droit en 2002 à Zurich avec un doctorat sur le statut juridique des directeurs artistiques. Sa carrière théâtrale l'a mené de Zurich à la Belgique, en passant par Pékin, Helsinki et Berne.

Il a régulièrement fait appel à de grands noms du théâtre, tels que le prix Nobel de littérature Dario Fo ou le lauréat de l'Oscar Christoph Waltz à titre de metteurs en scène, ou encore à l'artiste serbe Marina Abramovic pour les décors. Pour lui, les objectifs de son travail sont l'accès à des thèmes actuels, le rajeunissement et l'élargissement social de l'opéra. Ainsi, cette saison à Genève est placée sous le signe des "mondes migrants".

Solution intérimaire d'ici 2026

Aviel Cahn succède à Dietmar Schwarz. Le contrat de ce dernier, âgé de 65 ans, court jusqu'en 2025. Selon les informations, une solution intérimaire est prévue pour la période allant jusqu'à l'entrée en fonction d'Aviel Cahn en 2026.

Dietmar Schwarz avait pris ce poste en 2012 et son contrat a été prolongé deux fois depuis. Les contrats de Sir Donald Runnicles, 68 ans, directeur musical de la maison depuis 2009, et de Thomas Fehrle, directeur commercial depuis 2011, courent encore jusqu'en 2027.

"Avec Aviel Cahn, Berlin a pu s'assurer les services d'une personnalité extraordinairement créative en tant que futur directeur du plus grand de ses trois opéras", a déclaré le sénateur de Berlin pour la culture Klaus Lederer (gauche), également président du conseil de fondation.

Dans le cadre de la procédure d'appel d'offres, près de 30 candidats se sont présentés pour le poste. Sur cette base, un comité consultatif a établi une shortlist et mené des entretiens.

Rares sont les métropoles internationales qui comptent autant d'opéras que Berlin. Les trois grandes maisons - outre le Deutsche Oper, le Staatsoper Unter den Linden et le Komische Oper - sont confrontées à des changements fondamentaux.

Le Staatsoper n'a plus de directeur musical général depuis que le chef d'orchestre Daniel Barenboim a renoncé à son poste pour des raisons de santé. Le directeur de l'Opéra national, Matthias Schulz, partira pour la saison 2025/26 à l'Opéra de Zurich.

Aviel Cahn était également pressenti pour ce poste, mais il souhaitait rester à Genève au moment de la décision. Au Staatsoper de Berlin, c'est l'actuelle directrice du Festival de Bregenz, Elisabeth Sobotka, qui prendra la direction de l'établissement en 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Genève

Levée du port du masque aux Hôpitaux universitaires de Genève

Publié

le

(image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)
Le port du masque n'est désormais plus obligatoire pour les visiteurs et le personnel des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La mesure avait été mise en place pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Depuis le début du mois de janvier, la circulation du SARS-CoV2 est faible dans le canton de Genève et les hospitalisations dues au Covid-19 diminuent, relèvent les HUG lundi dans un communiqué. Les infections causées par la grippe sont aussi en forte baisse. Cette évolution permet un assouplissement des mesures de protection.

Le port du masque pourra néanmoins être exigé dans certaines unités de soins et certains services pour protéger les patients et les patientes hospitalisés. Les précautions d'usage de lutte contre les maladies transmissibles, comme l'hygiène des mains, l'aération des espaces, restent en vigueur dans les bâtiments des HUG.

Continuer la lecture

Genève

Il pousse le bouchon et appelle son bar "Les Frouzes"

Publié

le

Julien affirme n'avoir reçu que des retours positifs sur le choix du nom de sa nouvelle enseigne.

À Genève, un nouveau bar à vin vient d'ourvir ses portes. Le nom de l'enseigne est pour le moins provocateur: Les Frouzes! Mais il faut le prendre avec humour et convivialité, selon le propriétaire.

Rue de Fribourg, le commerce n'était pas encore ouvert que les stickers déjà accolés sur la façade attiraient les premières réactions. "Les Frouzes, vraiment?" Oui oui, répond celui qui a eu l'idée du nom. Sourires, selfies et pouces pointés vers le haut font déjà le bonheur de Julien, de l'autre côté de la vitre.

Le créateur du nouveau concept est sûr de lui. Appeler un bar à vin Les Frouzes, c'est "marrant avant tout". Lui-même français mais amoureux de la Suisse et entrepreneur depuis près de 10 ans à Genève, il dit "aimer déconner et vouloir se faire plaisir". Alors quand le propriétaire de l'arcade lui laisse carte blanche, il fonce.

Un pied de nez sympathique

"Frouze", c'est une expression populaire et péjorative qui désigne les Français en Suisse Romande. À Genève, Les Frouzes sont désormais aussi synonyme de bar à vin à Genève.

Mais à ne pas se méprendre, tout le monde est le bienvenu. Julien compte à l'avenir organiser des "battles entre viticulteurs indépendants Genevois et viticulteurs français" dans la joie et la bonne humeur évidemment. Julien a prévu aussi d'inviter "ses copains", viticulteurs indépendants de Satigny et Dardagny. Pour lui, "le vin n'a pas de frontière" et c'est d'ailleurs la Boucherie d'Onex qui fournit la charcuterie et pâtés-croûtes du nouveau bar à vin.

Alors oui, le nom est provocateur mais c'est voulu. Il faut en rire, selon le patron. Aucune volonté en revanche de créer des tensions. Bien au contraire, pour Julien, "mettre les pieds dans le plat, dire les choses, c'est enterrer la hache de cette guerre entre frontaliers et Genevois".

Reportage de Léna Ailloud

Boire du rouge oui et manger français aussi. Camembert rôti, poireaux vinaigrette, croque-monsieur, os à moelle ou œuf mimosa, le bar révise ses classiques bleu-blanc-rouge. Le bar à vin Les Frouzes se veut fédérateur, chaleureux et convivial.

Le nouveau lieu d'apéro French Touch se privatise les lundis, mercredi et dimanche. Autrement, aux oubliettes vos origines et votre carte d'identité, le bar est ouvert à tous du jeudi au samedi.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Les puffs, nouvelle addiction des jeunes

Publié

le

(© Keystone/PETER KLAUNZER)

En Suisse Romande, un jeune sur huit consomme fréquemment des puffs, ces cigarettes électroniques jetables aux goûts exotiques. Selon un sondage réalisé par UniSanté et Promotion santé Valais, les jeunes y ont facilement.

Vous avez probablement entendu parler des puffs. Ce sont ces cigarettes électroniques jetables aux goûts variés. Selon une récente étude réalisée par UniSanté et Promotion santé Valais, un jeune sur 8 en consomme régulièrement en Suisse Romande, parmi les jeunes de 14 à 25 ans.

Malgré les interdictions, les mineurs y ont facilement accès à ce produit, considéré comme très nocif. A Genève, Laura, a 15 ans. Elle a commencé à fumer des puffs à l'âge de 13 ans, et en consomme désormais tous les jours.

LauraTémoignage

D'autres mineurs par contre assument totalement leur addiction, comme Antoine, 17 ans. Il s'est mis à consommer des puffs l'année dernière. Et il est même allé plus loin.

AntoineTémoignage

Le sondage relève également que les trois quarts des jeunes sont conscients des risques pour la santé, du potentiel de dépendance et de l'impact environnemental des puffs. Parmi les consommateurs, deux tiers souhaitent arrêter.

Continuer la lecture