Rejoignez-nous

Genève

La réforme CO22 combattue par le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux

Publié

,

le

Le Comité référendaire opposé à la réforme du cycle d'orientation a présenté ces arguments face à la presse ce lundi 25 avril 2022 . De gauche à droite, Jean-Michel Bugnon (Vert'Libéraux), Céline Amaudruz (UDC), Pierre Nicollier (PLR) et Bertrand Reich (PLR). Crédit photo: Miguel Hernandez

À Genève, le comité référendaire composé du PLR, de l'UDC et des Vert'Libéraux fait bloc contre la réforme du cycle d'orientation. Il dénonce une réforme incohérente et dangereuse. Le projet qui veut introduire davantage d’hétérogénéité dans les classes sera soumis à la population le 15 mai.

Le Cycle d’orientation n’est pas un laboratoire d’expérimentation ! Ce lundi, le comité référendaire composé du PLR, de l'UDC et des Verts Libéraux a exposé ses arguments contre la réforme du cycle d'orientation genevois. Porté par la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta, le projet baptisé CO22 propose d’introduire une forme de mixité en mélangeant les élèves en 9e et 10e dans certaines branches, puis en définissant deux voies en dernière année.

Introduit en 2011 par Charles Beer, le cycle actuel n'a pas rempli ses promesses d’intégration et d’orientation. Par ailleurs, le système en vigueur a vu apparaître un problème lors de l'orientation des élèves: un trop grand nombre choisit par défaut la voie gymnasiale, mais ne parvient pas à y rester. Bien qu'opposés à la réforme, les opposants, à l'exception de l'UDC s’accordent sur un point: le système en place aujourd’hui doit changer. Mais le projet proposé est jugé bâclé et périlleux. Pierre Nicollier, député PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil.

Pierre NicollierDéputé PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil

Du côté des syndicats, la Fédération des associations des maître·sse·s du cycle d’orientation (Famco) a refusé de prendre position dans la campagne en raison des divisions internes. Les référendaires y voient là un signe fort que cette réforme ne vise pas là où il faut.

À lire aussi: Réforme CO22: introduire la mixité pour favoriser tous les élèves

Mixité intégrée: un ovni pédagogique

Concrètement, quels seraient les changements majeurs? CO22 implique la suppression des trois regroupements (R1, R2, R3) en 9ème et 10eme année. À la place, des classes mixtes, avec des niveaux dans certaines disciplines. En 9ème année, la majorité des cours sera sans niveau, exceptés les maths et le français que les élèves étudieront en fonction de leurs compétences.

En 10eme année, même configuration avec l’ajout de l’allemand et de l’anglais aux cours à niveau. Pour terminer, la 11ème année sera composée de deux voies: l'une vers la maturité générale et les écoles de commerces, l’autre vers les maturités professionnelles ou spécialisées. Les élèves y seront orientés selon leurs notes et leur niveau depuis la 10ème. Un ovni pédagogique pour Jean-Michel Bugnon, membre des Vert'libéraux et ancien enseignant au cycle d'orientation.

Jean-Michel BugnonMembre des Vert'libéraux et ancien enseignant au cycle d'orientation

La réforme prévoit également un parcours accéléré pour une poignée d’élèves très en avance qui pourront effectuer leur parcours en deux ans au lieu de trois, selon certaines conditions. Du côté des référendaires, on estime que ce projet va fragiliser tout le système d'enseignement. Pierre Nicollier.

Pierre NicollierDéputé PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil

Repartir à zéro?

Si le référendum l'emporte, la réforme passera à nouveau entre les mains du Grand Conseil. L'objectif, est-il de modifier certains amendements ou de repartir de zéro? La réponse de Pierre Nicollier.

Pierre NicollierDéputé PLR, membre de la commission d'enseignement du Grand Conseil

En revanche, si le projet est accepté dans les urnes, l’entrée en vigueur de la loi est prévue pour la rentrée 2023.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève veut abolir une injustice fiscale visant les parents séparés

Publié

le

© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois veut mettre fin à une inégalité fiscale qui touche les parents séparés ou divorcés qui assument à parts égales la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Il a transmis ce mercredi au Grand Conseil son projet de modification de la loi sur l'imposition des personnes physiques.

À Genève, un projet de loi du Conseil d'Etat veut corriger une injustice fiscale. Il s'attaque au traitement différent réservé aux parents séparés se partageant l’entretien et la garde des enfants à parts égales. Actuellement, lorsque des parents divorcés contribuent de manière identique à l’entretien de leur enfant, seul l’un des deux bénéficie d’une réduction de sa charge fiscale. Il s'agit souvent de celui qui gagne le moins. L’autre parent n’obtient aucun rabais d'impôt.  Un système considéré comme injuste par Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat en charge des finances.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Grâce aux nouvelles règles, les deux géniteurs seront placés sur pied d'égalité et chacun pourra revendiquer le droit à un "splitting" partiel (1,8) de son revenu imposable. Mais les conditions d'octroi de ce nouveau régime fiscal sont strictes comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

L'inégalité fiscale qui frappe les parents séparés qui assument équitablement les dépenses liées à leurs enfants est le sujet à propos duquel "j'ai reçu le plus de courriers depuis le début de mon mandat", a souligné Mme Fontanet. La mesure doit encore passer la rampe du Grand Conseil. À ce stade, il est difficile de calculer, l'impact qu'aura la réforme sur les rentrées fiscales de l'Etat de Genève.

Eviter les mauvaises surprises lors des impôts

Avec ce changement, un des parents paiera moins d'impôts alors que l'autre devra en payer un petit peu plus. Mais cela évitera toute mauvaise surprise au moment de calculer ses impôts selon Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Selon les statistiques fédérales, en Suisse, 17% des parents séparés se partagent intégralement la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Le système que le gouvernement genevois entend mettre ne place pour abolir cette différence de traitement au niveau des impôts est pour le moment unique en Suisse.

Continuer la lecture

Economie

Firmenich: nominations à la tête de la parfumerie et ingrédients

Publié

le

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich a nommé Ilaria Resta à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Elle sera secondée par Amaury Roquette, directeur adjoint (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich procède à des nominations à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Celle-ci sera placée sous la responsabilité d'Ilaria Resta, directrice, et d'Amaury Roquette, directeur adjoint.

Mme Resta était à la tête de l'unité parfumerie de Firmenich depuis 2020, après avoir travaillé en tant que cadre chez Procter & Gamble, indique l'entreprise mercredi dans un communiqué. M. Roquette travaille pour la maison depuis quatorze ans. Il avait rejoint la division Taste & Beyond en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Saint-Valentin : quel est le budget des Genevois cette année?

Publié

le

Combien êtes-vous prêt à dépenser pour votre moitié pour la Saint-Valentin? HelloSafe a réalisé un sondage dernièrement en Suisse pour connaître le budget alloué pour la fête des amoureux. 

117 francs, voilà ce que les Genevois envisagent de dépenser pour leur Valentine ou Valentin, selon Hello Safe. C’est 2 francs de plus que la moyenne nationale. La plateforme en ligne a interrogé 759 Helvètes, romands et alémaniques, entre le 10 et le 27 janvier.

Bien sûr, l'inflation pèse sur le budget: 46,4 % des Genevois déclarent que cela va impacter leurs dépenses. Parmi eux, les deux tiers ont donc l'intention d’être un peu moins généreux, cette année.

A la question de savoir comment les Suisses comptent dépenser cet argent, c’est le repas romantique à la maison qui a la cote. Et parmi les cadeaux les plus prisés: le repas au restaurant en premier, le traditionnel bouquet de fleurs, envisagé par 18% des Genevois, et enfin le parfum.

Et si vous aimez être gâté, vous avez encore quelques jours pour trouver un ou une valaisanne: les valaisans sont ceux qui envisagent de dépenser le plus cette année, pour la fête de l'amour. 136 francs, précisément, contre 88 francs pour les Vaudois.

Budget Saint-Valentin

 

Continuer la lecture

Genève

La Cité bleue monte une première saison musicale hors les murs

Publié

le

La Cité bleue propose une saison hors les murs de mars à novembre, avec seize concerts, deux performances et un opéra dans neuf lieux de Genève. Le chef d'orchestre et enseignant argentino-suisse Leonardo García Alarcón est le nouveau directeur général et artistique de la salle de spectacle. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La nouvelle équipe qui dirige la Cité bleue propose une saison décalée hors les murs en attendant la fin des travaux de rénovation de la salle de spectacle. Seize concerts, deux performances et un opéra sont agendés de mars à novembre, dans neuf lieux de Genève.

Cette saison "argentine" suit un calendrier propre à l'hémisphère sud, a expliqué mercredi Leonardo García Alarcón, directeur général et artistique de la Cité bleue, au côté de son coordinateur artistique Pierre Scheid. "Nous voulons commencer à accueillir des artistes qui auront le grand défi d'imaginer des spectacles avec nous", a-t-il indiqué, précisant avoir déjà reçu 130 propositions de projets futurs.

La saison s'ouvre le 25 mars avec "Roma", un concert d'oeuvres d'Alessandro Scarlatti, Gregorio Allegri, Luigi Rossi et Giovanni Giorgi interprétées par le Choeur de la Chambre de Namur et l'ensemble Cappella Mediterranea, fondée et dirigée par Leonardo García Alarcón. Le chef argentino-suisse, qui enseigne aussi à la Haute école de musique de Genève, sera à l'orgue et au pupitre.

Le lendemain, la compagnie vocale et instrumentale La Tempête présentera "Jérusalem", un programme de musique du Proche et Moyen-Orient, du 5e siècle et à nos jours, a fait savoir M. Scheid. Un concert de musiques à danser du Moyen Age à la Renaissance et un voyage musical à Alep sont agendés le week-end suivant.

Mini-festival

Le programme de la saison prévoit encore une conversation à deux clavecins, des improvisations sur des musiques orientales et baroques, un concert de musique baroque d'Amérique du Sud, un quatuor avec piano, un programme autour du mythe de Psyché et l'opéra "Acis and Galatea". A noter aussi la performance du peintre et ex-danseur Silvère Jarrosson qui créera une oeuvre sur des airs de violon.

En juillet, la Cité bleue proposera un mini-festival nocturne dans le jardin de la Cité universitaire. Au menu: une performance de G.U.I.D., émanation du Ballet Preljocaj, une soirée de quatre mains pour piano, un hommage à la pédagogue et compositrice Nadia Boulanger, une soirée mêlant Monteverdi et Piazzolla ainsi qu'un concert de musiques des répertoires traditionnels tziganes et yiddish.

https://lacitebleue.ch/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Élan de solidarité pour la Turquie dans la zone industrielle de Meyrin

Publié

le

La solidarité s’organise à Genève pour venir en aide aux victimes du séisme en Turquie. Depuis mardi, un entrepôt dans la zone industrielle de Meyrin abrite les dons qui affluent. Reportage.

Dons à Meyrin

Dans l’entrepôt de la rue Emma-Kammacher, des dizaines de palettes remplies de carton sont déjà stockées, prêtes à être transportées. Elles sont trois associations culturelles turques à avoir lancé l’appel aux dons.

Dilan est membre de l’une d’elle."On a été beaucoup touchés parce qu’on a des membres de nos familles et de connaissances qui sont actuellement sans toit, ils sont dehors, c’est l’hiver, il y a une tempête de neige, les routes ont été impactées, il y a eu énormément de casse".

Les associations récoltent tout ce qui permet aux victimes du tremblement de terre de se protéger, comme l'explique Dilan: "couverture, habits, sac de couchage même matelas, coussins, pantalons, vestes, manteaux, bonnets, gants, tout ce qui permet à l’humain de se couvrir".

Une cinquantaine de personnes s’activent au tri. On étiquette, on scotche et on empile des cartons. Comme Bilge (bilgué) 17 ans, qui a recruté une quinzaine d’amies pour l’aider: "C’est clair que c’est important de tout bien emballer, de séparer enfants- hommes-femmes, de bien marquer sur les cartons et de trier les vêtements adéquats".

Le hangar rue Kammacher a été mis à disposition par le patron d’une entreprise de transport. Sami. Très ému. "Regardez les enfants, ils sont tous là, ils viennent avec des sacs, c’est triste mais en même temps c’est touchant".

Les associations lancent un appel aux entreprises de logistique qui pourraient mettre à disposition des camions pour transporter les objets récoltés. (contact: 076 571 97 20)

Comme l'explique Dilan, "presque chaque bénévole a un membre de sa famille qui souffre de la situation en Turquie". Et l’émotion est forte. Donner de sa personne pour ne pas trop penser, pour ne pas trop souffrir. Se rendre utile, être solidaire, c’est ce qui compte.

 

Continuer la lecture