Rejoignez-nous

Genève

Pour les syndicats la situation est toujours délétère à l'EMS La Méridienne

Publié

,

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

À Genève, la souffrance au travail perdurerait malgré la dénonciation de mauvais traitements à l'EMS La Méridienne selon les syndicats. Malgré le départ du directeur accusé de violences par des employés, la situation resterait tendue.

À Genève, la souffrance continuerait à l'EMS de la Méridienne. En janvier 2023, les syndicats SIT et UNIA avaient dénoncé, grâce à des témoignages d'employés, des faits de maltraitance de la part de l'ancien directeur de l'établissement à l'encontre du personnel et de résidents. Malgré son départ à la retraite, la situation ne se serait pas améliorée pour autant. La fin de contrat du directeur aurait été présentée aux employés comme étant une prise de retraite anticipée et non comme une sanction, ce qui aurait fâché les syndicats. Ecoutez Clara Barrelet, secrétaire syndicale au SIT.

Clara BarreletSecrétaire syndicale au SIT

Les tensions au sein du personnel seraient très importantes, ayant même mené à des atteintes à la santé. Sept personnes sur une trentaine d’employés ont été en arrêt de travail la semaine dernière. Ecoutez le témoignage de cet employé de la Meridienne.

Un employé de l'EMS La MéridienneSecrétaire syndicale au SIT

Pour les syndicats, la gravité de la situation ne semble toujours pas prise en compte. Les communications de la direction ad intérim aux employés demandent principalement de repartir à zéro, "nieraient la gravité des faits et la souffrance du personnel".

"Mieux protéger les lanceurs d'alerte"

Malgré la promesse d'une enquête administrative interne, celle-ci n'aurait toujours pas débuté et les employés n'auraient pas encore pu s'exprimer sur les dysfonctionnements qui ont pu avoir lieu à l'EMS La Méridienne. Les syndicats dénoncent, un courriel qui leur a été adressé pour leur rappeler le secret de fonction, dans un climat marqué par la crainte d'être licenciés si des faits étaient rapportés. Le rappel de cette règle aurait été interprété par des employés comme une injonction à se taire. Les revendications des syndicats n'ont pas changé. Clara Barrelet, secrétaire syndicale au SIT.

Clara BarreletSecrétaire syndicale au SIT

Contacté, le directeur ad interim de l'EMS La Méridienne n'a pas souhaité s'exprimer carenquête est en cours.

Dans un communiqué, l'EMS La Méridienne regrette le fait que les syndicats "cherchent à activer les médias au moment même où l’enquête est conduite et que la direction cherche, depuis plusieurs mois, à apaiser le climat". Ils est également expliqué que l'ancien directeur de l’établissement n’a plus aucun rôle opérationnel depuis le 16 mars 2023 au sein de l'établissement, ni de contacts avec ses agents. Enfin, il est précisé que si l'ancien directeur siège toujours au sein du Conseil d’administration, "il s’est spontanément récusé à la même date de toutes les questions en lien avec l’enquête et la gestion de l’établissement, assumée par le Conseil d’administration sans qu’il ne participe aux délibérations ni a fortiori ne vote".

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une agence genevoise soupçonnée d'espionnage pour les Emirats

Publié

le

(archives). (© KEYSTONE/PABLO GIANINAZZI)
Au moins trois enquêtes, en France et en Suisse, visent le cabinet d'enquêtes genevois ALP Services et son patron Mario Brero. Ils sont soupçonnés d'avoir orchestré une campagne de fichage et de désinformation contre des personnalités en Europe pour le compte des Emirats arabes unis (EAU).

Une décision de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral rendue publique lundi et portant sur la procédure en cours indique en substance que le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert une instruction le 5 décembre 2023 contre les deux dirigeants et, subsidiairement, la SA et la Sàrl.

Cette enquête fait suite à la révélation en été 2023 d'une vaste opération de fichage et de désinformation menée par les sociétés concernées à la demande des EAU. Des centaines de personnes auraient été fichées entre 2017 et 2020 en raison de liens supposés avec les Frères musulmans ou le Qatar. Des campagnes de dénigrement dans les médias ou sur le Web ont suivi.

Les infractions portent sur l'obligation de déclarer une activité relevant de la loi sur les prestations de sécurité privée. L'enquête concerne aussi des griefs tels qu'actes effectués sans droit par un Etat étranger, service de renseignement politique, infraction à la loi sur la protection des données, calomnie et diffamation.

Cette procédure fait suite à une dénonciation du Département fédéral des affaires étrangères et d'un particulier. De son côté, le Ministère public genevois avait ouvert une enquête le 1er octobre 2023 à la suite d'une plainte également. La procédure genevoise a été reprise par le MPC. Selon AFP, l'islamologue Tariq Ramadan et une ministre belge figurent parmi les plaignants.

Mediapart

En France, l'affaire a aussi commencé l'an dernier, lorsque Mediapart a publié une série d'articles, en partenariat avec le consortium européen European Investigative Collaborations (EIC), accusant Mario Brero et ALP Services d'oeuvrer pour le compte des renseignements émiratis.

Au menu, selon le site d'investigations, transmission d'informations à un agent du renseignement émirati, diffusion d'informations pour nuire à des adversaires des Emirats, publication de faux articles attaquant le Qatar et les mouvements liés aux Frères musulmans...

Les Frères musulmans sont désignés par les Emirats, comme par de nombreux pays de la région, comme une organisation terroriste.

D'après Mediapart, l'officine privée suisse aurait notamment envoyé entre 2017 et 2020 aux services de renseignements d'Abou Dhabi les noms d'un millier d'Européens et de plus de 400 organisations supposément liées aux Frères musulmans dans 18 pays européens, dont plus de 200 personnes et 120 organisations en France, en les qualifiant, souvent à tort, d'islamistes proches des Frères musulmans.

En France, cette liste aurait notamment contenu d'après Mediapart l'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, l'adjointe au maire de Marseille et ancienne sénatrice Samia Ghali, le parti La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ou l'autrice et militante antiraciste Rokhaya Diallo.

"Préjudice"

En France, Mediapart et un de ses journalistes ont déposé une plainte mi-janvier, a annoncé le site d'investigation à l'AFP.

D'après une source proche du dossier, la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) est également saisie de cette plainte visant, d'après la nouvelle présidente de Mediapart Carine Fouteau, à "dénoncer le fichage que nous estimons illicite (...) de l'un(e) de nos journalistes, assimilé(e) à tort à un(e) communicant(e) des Frères musulmans et, ce faisant, livré(e) en pâture aux services secrets émiratis".

"Ce fichage porte indûment atteinte à sa sécurité et à sa réputation, ainsi qu'à celles du journal", selon elle.

"Coopérer"

"Mediapart a, dans le cadre de sa plainte, fourni au parquet de Paris un document interne d'ALP Services qui liste les Français dont les noms ont été transmis aux autorités des EAU", a précisé Mme Fouteau, disant Mediapart "sur le principe, prêt à coopérer avec la justice afin de contribuer à la manifestation de la vérité et éviter, quel que soit le pays, que de tels faits ne se reproduisent."

Sollicités par l'AFP, l'avocat de Mario Brero n'a pas réagi dans l'immédiat, pas plus que les autorités émiraties. Contacté par Keystone-ATS, ALP Services n'a pas répondu non plus.

Mario Brero avait déjà été condamné en 2014 en France pour un recueil illégal d'informations sur l'époux de l'ancienne patronne du groupe nucléaire français Areva, Anne Lauvergeon. Le tribunal avait renoncé à une peine. (BB.2023.205-206 du 26 mars 2024)

Continuer la lecture

Actualité

Découvrez la nouvelle application mobile Radio Lac

Publié

le

La nouvelle application mobile de Radio Lac est disponible sur iOS et Android.

Plongez dans l'univers de Radio Lac où que vous soyez avec notre toute nouvelle application mobile! Ecoutez Radio Lac en direct et en haute qualité, restez informé sur l'actualité locale en temps réel, et explorez une multitude de podcasts captivants de vos émissions préférées ainsi que des émissions thématiques exclusives.

La nouvelle application Radio Lac est déjà disponible en téléchargement ! Restez à l'écoute pour des concours exclusifs et des événements spéciaux à venir très rapidement.

Pour télécharger l'application et commencer à profiter de tous ses avantages, rendez-vous sur l'App Store pour les utilisateurs iOS et sur le Google Play Store pour les utilisateurs Android.

Continuer la lecture

Genève

L'hôpital des nounours pour familiariser les enfants au milieu hospitalier

Publié

le

C'est une manière originale de dédramatiser le milieu hospitalier pour les enfants: l'hôpital des nounours prend ses quartiers depuis lundi à Genève. 

La salle du Faubourg à Genève s'est transformée pendant une semaine en hôpital des nounours. Chaque jour, entre 300 et 500 enfants de 4 à 9 ans vont venir faire soigner leurs peluches aux côtés d’étudiants en 2ème année de médecine. Objectif: dédramatiser les hospitalisations. Emma Desenne, présidente de l’hôpital des Nounours.

"Les enfants gagnent en confiance pour les prochains rendez-vous médicaux", Emma Desenne, présidente de l’hôpital des Nounours

Le long d’un parcours d’une trentaine de minutes, les enfants de 4 à 9 ans sont ainsi guidés par des étudiants de médecine, de sciences pharmaceutiques, de la haute école de santé ou des sciences biomédicales devenus « nounoursologue » pour l’occasion.

Reportage sur place de Viviane Bisson et Benoît Rouchaleau.

Au total, près de 3000 enfants sont attendus durant la semaine à la salle du Faubourg. L’entrée est gratuite après réservation sur le site internet de l'hôpital des nounours.

Continuer la lecture

Genève

La Chaux-de-Fonds: plantation du premier arbre offert par Genève

Publié

le

Le maire de Genève, Alfonso Gomez et le président de La Chaux-de-Fonds Jean-Daniel Jeanneret (au centre) ont planté symboliquement un chêne offert par la Ville de Genève. (© KEYSTONE/LAURENT MERLET)

La Ville de Genève a offert une dotation permettant de planter plus de 400 arbres à La Chaux-de-Fonds (NE), dévastée le 24 juillet par une tempête. Un chêne pédonculé a été planté lundi dans le square de la gare par les autorités communales des deux cités.

Le chêne pédonculé, d'une hauteur de plus de 4 mètres, sera bientôt entouré d'un anneau arborisé selon le principe de la microforêt Miyawaki: une plantation dense de plants arbustifs et de jeunes arbres destinés à être rapidement autosuffisants, ont indiqué les deux villes. Plusieurs dizaines d'enfants ont contribué à la démarche de ré-arborisation en plantant de petits arbres dans le square.

"Cet événement, signe fort de la solidarité qui règne entre les villes suisses, est l'occasion de mettre en avant les nombreux liens qui unissent Genève et La Chaux-de-Fonds. Toutes deux sont des cités fortement marquées par l'horlogerie et font partie des sites Le Corbusier", ont précisé les deux métropoles.

"La Ville de Genève a été la plus généreuse", a déclaré à un vidéaste de Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. "Nous avons été très sensibles et très touchés par l'événement qui s'est produit il y a bientôt une année", a précisé Alfonso Gomez, maire de la Ville de Genève.

Soutien unanime

Un état d'esprit d'entraide est également au centre des relations entre les deux villes. En février 1985, alors que plus de 50 centimètres de neige avaient recouvert Genève, le Service de la voirie de La Chaux-de-Fonds avait mis à disposition du matériel et du personnel pour dégager les routes genevoises.

Dès les premiers jours après la tempête du 24 juillet, le Service d'incendie et de secours de Genève était à La Chaux-de-Fonds avec une vingtaine de collaborateurs pour aider à la sécurisation de l'espace public. Constatant les nombreux dégâts causés aux arbres, le Conseil administratif genevois a ensuite sollicité un crédit de 600'000 francs auprès du parlement de la Ville pour un soutien exceptionnel devant permettre la replantation de 400 des 1500 arbres abattus sur l'espace public.

Le crédit a été accepté à l'unanimité et la plantation symbolique du 1er arbre marque le début d'une campagne de ré-arborisation qui s'étalera sur quelques années et dans différents lieux de la ville. Une plaque marquant ce soutien a également été installée au pied de l'arbre.

La cérémonie de la plantation de l'arbre s'est tenue en présence du maire de Genève, Alfonso Gomez, de Christina Kitsos, vice-présidente du Conseil administratif, ainsi que du Conseil communal in corpore de la Ville de La Chaux-de-Fonds.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Tirabosco à l'honneur à BDFIL: "c'est la récompense d'une pugnacité"

Publié

le

KEYSTONE- SALVATORE DI NOLFI

Le festival consacré à la bande dessinée BDFIL s'ouvre ce lundi à Lausanne. Un Genevois sera mis à l’honneur: Tom Tirabosco.  

Difficile de passer à côté de lui ce printemps, l'artiste Tom Tirabosco est partout.

L’actualité du dessinateur genevois est chargée en ce mois d’avril. Il est tout d’abord l’invité d’honneur du festival BDFIL qui commence ce lundi. L'événement vaudois lui consacre une grande rétrospective intitulée "Monstres et merveilles". Tom Tirabosco présentera également à Lausanne son nouvel ouvrage en avant-première “Terra Animalia”. Sa bande dessinée “L’œil de la forêt” qui lui avait valu le prix du festival de Sierre il y a 20 ans, est rééditée.

Une mise à l'honneur qui vient récompenser une carrière riche. Que se dit Tom Tirabosco lorsqu’il se retourne sur le chemin parcouru?

L'artiste genevois est arrivé à vivre de sa passion. Comment a t-il fait pour se démarquer?

 

Tom Tirabosco est une figure locale reconnue dans le monde de la bande dessinée. Cette particularité lui a permis d'exercer son métier sur le long terme:

Le dessinateur sera présent du 19 au 21 et du 26 au 28 avril pour, entre autres, des séances de dédicaces à BDFIL.

Enfin, sachez qu’une exposition sur de nouvelles œuvres est à découvrir jusqu'au 24 avril à la galerie Tiramisu à Carouge.

Retrouvez l'interview de Tom Tirabosco en intégralité ci-dessous:

Continuer la lecture