Rejoignez-nous

Genève

Bilan 2022 mitigé pour la Police routière genevoise

Publié

,

le

(© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

À Genève, le bilan 2022 de la Police routière est en demi-teinte. Elle a vu une hausse des accidents avec blessés, mais une diminution du nombre de morts sur la route. Les accidents liés à l'alcool ont augmenté de 15%. 

Plus d’accidents avec blessés mais une diminution du nombre de morts sur les routes, c’est ce qu’il faut retenir du bilan 2022 de la sécurité routière genevoise dressé ce matin. Au total, plus de 1000 accidents avec blessés et 8 accidents mortels. Bien moins qu'en 2021, année au cours de laquelle 14 morts avaient été déplorés. Les accidents sont pour la plupart des cas la conséquence d'un comportement inadéquat des conducteurs comme le non-respect des règles de conduite, de la signalisation ou encore le fruit de l'inattention. Et parmi les points noirs de cette année, la hausse des accidents liés à l'alcool en dépit de la hausse des contrôles. Ecoutez le Major Patrick Pulh, chef de la Police routière.

Major Patrick PulhChef de la Police routière

L’alcool à lui seul est responsable de 411 accidents. Lors de contrôles de vitesse, certains conducteurs se sont distingués dans le mauvais sens du terme. Le Major Patrick Pulh.

Major Patrick PulhChef de la Police routière

Les motocyclistes demeurent les plus exposés aux accidents graves, viennent ensuite les vélos et les piétons. L'an dernier, 149 accidents impliquant un vélo à assistance électrique ont été recensés à Genève. Pour les trottinettes électriques, le chiffre se monte à 71, contre 51 en 2021. Parmi ces accidents, il y en a 44 où le responsable était le conducteur de la trottinette.

La réalité virtuelle en appui

Depuis 2019, la Police routière inspecte les scènes d'accident avec un scanner servant à dresser un état des lieux numérique. Le détail avec l'appointé Rossier membre du groupe audiovisuel accident (GAVA) de la Police routière.

Appointé Rossier Membre du groupe audiovisuel accident (GAVA) de la police routière

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'an dernier, la police genevoise a contrôlé 92 millions de véhicules. Dans le canton, 38 radars fixes étaient exploités en moyenne, auxquels se sont ajoutés les contrôles semi-stationnaires et le recours aux radars mobiles. Ces contrôles ont permis de relever un peu plus de 550'000 infractions, soit un taux d'infraction d'environ 0,6%.

MH avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Dépistage gratuit du diabète à la Jonction

Publié

le

Dès ce jeudi et jusqu'à samedi vous pouvez venir vous faire tester sans rendez-vous rue du Vélodrome à la Jonction, entre 9h30 et 19h.

La campagne de dépistage, organisée par diabète genève, a lieu sur trois jours. Objectif: prévenir le diabète. Nous nous sommes rendus sur place.

Reportage

Avant l’apparition du diabète, les personnes sont au stade pré-diabètique, durant 5 à 10 ans. Il est donc possible de prévenir ou de retarder l’apparition du diabète de type 2 et d’améliorer sa qualité de vie par des mesures simples comme la pratique d’une activité physique régulière et l’adoption d’une alimentation saine et équilibrée.

Intérêt du dépistage 

Depuis 2016, diabètegenève a testé 10’403 personnes. Plus de 3 sur 4 des personnes testées diabétiques ou pré-diabétiques ignoraient leur état. Dépisté tôt, le diabète de type 2 peut être
traité, voire même amélioré. Pris en charge à temps, l’état du pré-diabète est réversible.

Les précisions de Lauren Bouvier, Secrétaire Générale de diabète genève.

Lauren Bouvier Secrétaire Générale de diabète genève

Il est conseillé de se faire dépister chaque année dès 35 ans.

Continuer la lecture

Genève

Les pianos égarés sont de retour à Genève

Publié

le

Asseyez-vous et jouez, ils sont tout à vous. 20 pianos sont installés dans plusieurs communes du Canton depuis ce jeudi matin à l'occasion du Festival des Pianos égarés.

Si en traversant la route ou en sortant du tram, vous semblez entendre quelques notes de pianos, vous ne rêvez pas. Face au jet d'eau, sous un arbre à l'ombre du soleil au Parc des Bastions, ou entre l'arrêt de deux trams sur la place Bel-Air: des pianos oranges sont venus prendre place ici et là dans plusieurs communes Genevoises. Le Festival des pianos égarés est de retour pour quinze jours, jusqu'au 25 juin.

Le reportage de Léna Ailloud

L'idée avait été lancée lors des 20 ans de la Fête de la Musique. Les passants, amateurs ou professionnels, simple curieux ou experts des claviers peuvent se les approprier. Jean-Daniel Conus, l'un des organisateurs du festival se souvient d'une anecdote, la première fois qu'il installait un piano sur la place Bel-Air.

Jean-Daniel Conusl'un des organisateurs du festival des Pianos égarés

Au-delà des petits concerts improvisés, le festival propose des concerts gratuits, en plein air, avec un piano à queue itinérant. Le lieu de rendez-vous est donné aux intéressés, qui sont ensuite amenés dans un endroit gardé secret jusqu'au dernier moment. Tout le programme est à retrouver ici.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Un suricate est né au Bioparc Genève, une première dans le canton

Publié

le

Un bébé suricate est né le 5 mai dernier au Bioparc Genève. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Bioparc Genève a accueilli le 5 mai dernier la naissance d'un suricate. Après avoir passé les trois premières semaines de sa vie à l'abri dans le terrier, ce petit mammifère originaire d'Afrique passe désormais de plus en plus de temps à l'extérieur.

Le Bioparc Genève se réjouit de cette première naissance dans le canton. Le papa du petit suricate avait été recueilli par le Bioparc en mai 2022. Ce mâle adulte appelé Billy était auparavant détenu illégalement dans un appartement au Tessin. Le propriétaire avait traité l'animal comme un chat.

Billy s'est bien acclimaté à sa nouvelle vie au Bioparc Genève, notamment grâce à la présence de deux congénères, une femelle et un mâle, arrivés en même temps que lui, a précisé jeudi le Bioparc. Une année plus tard, la femelle a donné naissance à un petit suricate. La durée de gestation est d'environ 70 jours.

La femelle et Billy forment un couple dominant, mais le deuxième mâle participe aussi à l'élevage et à la survie du petit, précisent les spécialistes du Bioparc. L'équipe pense que le bébé suricate serait une femelle, mais il n'y a aucune certitude à ce stade.

Le Bioparc Genève a pour mission d'oeuvrer pour la biodiversité, à travers la conservation d'animaux, la biodiversité, la recherche, la sensibilisation à l'environnement et la zoothérapie. Le centre accueille plus de 250 animaux d'environ 85 espèces différentes. Situé à Bellevue, le Bioparc qui est actuellement à l'étroit, va déménager sur le site de Belle-Idée à Thônex.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

CHEOPS: quatre nouvelles exoplanètes découvertes

Publié

le

(© KEYSTONE/SCIENCE PHOTO LIBRARY SPL/ATG MEDIALAB/EUROPEAN SPACE AGEN)
Une équipe européenne incluant des astronomes des Universités de Genève et Berne a réussi à confirmer l'existence de quatre nouvelles exoplanètes à l'aide du téléscope spatial CHEOPS. Ces quatre mini-Neptunes sont plus petites et plus froides, et donc plus difficiles à détecter, que les Jupiters chauds, un type d'exoplanètes abondamment identifié jusqu'à présent.

Les chercheurs des deux universités ont exploité la synergie unique de CHEOPS avec le satellite TESS de la NASA afin de détecter une série d'exoplanètes jusque-là insaisissables, annonce l'UNIGE jeudi dans un communiqué. Ces planètes, nommées respectivement TOI 5678 b et HIP 9618 c, ont une taille proche de celle de Neptune avec des rayons de 4,9 et 3,4 fois celui de la Terre.

Plus petites et avec des périodes orbitales plus longues que les Jupiters chauds, les quatre planètes nouvellement détectées sont un nouveau pas vers l'observation par transits de planètes similaires à la Terre. Plusieurs hypothèses sont possibles quant à leur composition: elles peuvent soit être des planètes rocheuses avec beaucoup de gaz, soit des planètes riches en eau avec une atmosphère surchargée de vapeur, selon les scientifiques.

Autour d'étoiles brillantes

Orbitant autour d'étoiles brillantes, ces exoplanètes sont des cibles de choix pour un autre télescope spatial, le James Webb (JWST). Ce dernier pourrait permettre de résoudre l'énigme de leur composition interne.

Les articles scientifiques ont été publiés respectivement dans les journaux Astronomy & Astrophysics et Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. L'UNIGE précise que des chercheurs anglais et slovaques ont utilisé la même technique afin d'identifier deux autres planètes similaires dans d'autres systèmes planétaires.

CHEOPS est une mission conjointe de la Suisse et de l'Agence Spatiale Européenne (ESA), sous la direction de l'UNIBE en collaboration avec l'UNIGE. Depuis son lancement en décembre 2019, ses mesures extrêmement précises ont contribué à de nombreuses découvertes clés dans le domaine des exoplanètes, rappelle l'UNIGE dans son communiqué.

Continuer la lecture

Genève

Des recours bloquent la nouvelle loi genevoise sur les déchets

Publié

le

La nouvelle loi genevoise sur les déchets qui impose le tri pour les particuliers et les entreprises est bloquée par plusieurs recours (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la nouvelle loi sur les déchets votée par le Grand Conseil en septembre dernier est bloquée par plusieurs recours portant sur différents articles. Ce texte impose notamment le tri obligatoire pour les particuliers et les entreprises sous peine d'amende, une mesure inédite en Suisse.

Révélés par Léman Bleu, les différents recours ont été confirmés jeudi par le Département du territoire. "Malgré le fait qu’elle ait été votée à l’unanimité, ce qui est un magnifique signal du Parlement, il y a des recours qui nous bloquent», avait indiqué le conseiller d’État Antonio Hodgers sur Léman Bleu.

Les grands distributeurs contestent l'interdiction des contenants plastiques à usage unique estimant avoir déjà mis en place des mesures. Ils craignent aussi une atteinte à leur liberté économique.

Deux entreprises spécialisées dans le recyclage ont aussi fait recours. Une société conteste une disposition qui impose de brûler les déchets dans le canton. L'autre s'oppose à ce que les autorisations d'exploiter une installation d'élimination des déchets soient délivrées pour une durée maximale de dix ans.

L’association Jardin suisse a aussi fait recours afin de pouvoir créer des tas de compost de moins de 100 tonnes sans autorisation. Enfin, la Ville de Genève s'est opposée à l'obligation de créer des écopoints à moins de dix mètres des immeubles. Ce recours a déjà été rejeté par la justice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture