Rejoignez-nous

Genève

A peine inaugurée, la place de Pont-Rouge à Lancy fait déjà débat

Publié

,

le

Inauguration ce jeudi soir de la place de Pont-Rouge dans le nouvel éco-quartier du même nom. Sa minéralité fait débat. Les autorités invoquent la nécessité de répondre à tous les usagers.

Inauguration ce jeudi soir à Lancy de la place de Pont-Rouge en présence des autorités cantonales et communales. A peine célébrée, la place de 4600m2  située au centre du quartier de l’Adret-Pont-Rouge, fait déjà débat. Elle est jugée trop minérale. Réalisée en pierres de couleur noires, elle ne laisse que peu de place à la végétation. Seuls 16 Sophoras du Japon ont été plantés, des arbres à croissance rapide et résistants à la chaleur. Pour la députée au Grand Conseil Christina Meissner, qui avait participé à l’élaboration du quartier en tant que membre d’une fondation immobilière, le résultat est bien loin de ce qui était présenté sur plans. La PDC Christina Meissner.

Christina MeissnerDéputée PDC au Grand Conseil

Pour la Maire de Lancy, Corinne Gachet, cette place correspond aux besoins. Réalisée en collaboration avec les CFF et le Canton, elle sert de trait d’union entre le nouvel éco-quartier piétonnier et le quartier d’affaires. Corinne Gachet.

Corinne GachetMaire de la Ville de Lancy

La Maire rappelle que le Conseil municipal de Lancy a voté en 2019 un crédit pour arborer et végétaliser  l’espace en prolongement de la place jusqu’à la gare du Bachet et devant la future école.

Pour la députée au Grand Conseil Christina Meisner, il aurait fallu regrouper les canalisations pour dégager une tranchée de terre pleine pour les arbres.

Christina MeissnerDéputée PDC au Grand Conseil

Des négociations sur l’aménagement de cette place sont encore en cours, comme l’explique la Maire de Lancy. Corine Gachet

Corinne GachetMaire de la Ville de Lancy

Un marché de Noël se tient actuellement sur la place de Pont-Rouge. Un marché de produits alimentaires locaux devrait voir le jour au printemps.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Genève envisage d'économiser jusqu'à 20% d'énergie cet hiver

Publié

le

A l'instar d'autres cantons, Genève se dote d'un plan d'action pour réduire sa consommation d'énergie et ainsi éviter une pénurie de gaz et d'électricité cet hiver. Le potentiel d'économie s'élève à 20% (illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A l'instar d'autres cantons, Genève se dote d'un plan d'action pour réduire sa consommation d'énergie et ainsi éviter une pénurie de gaz et d'électricité cet hiver. Le potentiel d'économie s'élève à 20%.

"Nous ne sommes pas en situation de crise complète, mais il est nécessaire de faire des économies pour ne pas subir de rupture d'approvisionnement. Il faut agir à tous les niveaux de la société", a déclaré mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire, et membre de la task force énergie créée par le gouvernement au début du mois.

Les premières mesures concernent le chauffage: optimisation de toutes les chaufferies, report du démarrage de la saison de chauffe au 15 octobre, abaissement de la température à 20 degrés, interdiction d'utiliser des appareils de chauffage mobiles ou encore suppression de l'eau chaude.

Concernant l'électricité, l'exécutif a adopté mercredi le règlement d'application de la loi sur l'énergie qui oblige d'éteindre les enseignes lumineuses et les bâtiments non résidentiels entre 01h00 et 06h00. La task force va plus loin en préconisant l'extinction de l'éclairage intérieur et extérieur des bâtiments publics ou non résidentiels toute la nuit et appelle à réduire les décorations lumineuses de Noël.

Ces mesures seront immédiatement appliquées par l'Etat dans ses locaux, a précisé les conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures. Les établissements publics autonomes sont invités à participer à l'effort commun. Dans un esprit de cohérence, les communes adoptent les mêmes mesures, a fait savoir le président de l'Association des communes genevoises Gilbert Vontlanthen.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un référendum contre l'interdiction de l'affichage publicitaire à Vernier

Publié

le

La droite verniolane ne veut pas de l’interdiction de l’affichage publicitaire à Vernier. Elle lance un référendum contre le règlement voté en septembre. Elle doit récolter 1921 signatures d'ici le 24 octobre.

A Vernier, une partie de la droite lance un référendum contre le règlement qui veut interdire la publicité sur la commune. Le règlement, voté en septembre par le Conseil municipal, interdit l’affichage à des fins commerciales. Les référendaires ont jusqu’au 24 octobre pour récolter 1921 signatures. Ils dénoncent une atteinte à la liberté de commerce. Et regrettent le manque à gagner que provoque cette interdiction pour la  Municipalité et les entreprises verniolanes. La Conférence de presse avait d'ailleurs lieu dans l'entreprise Remarq. Yves Magnin, co-président du comité référendaire.

Yves MagninConseiller municipal du centre à Vernier

Le Conseiller administratif Martin Staub rappelle que le règlement vise à limiter la pollution visuelle et à rendre l’espace public à la population. Une pesée des intérêts a été faite. Martin Staub.

Martin Staub Conseiller municipal chargé de la sécurité à Vernier

Les 112 panneaux d’affichage à Vernier rapportent à la Commune environ 120'000 francs par an. Soit moins d'un millième du budget verniolan rappelle le Magistrat.

Le co-président du comité référendaire, Yves Magnin (centre) a rappelé que le référendum contre le règlement de la Ville de Genève visant à la même interdiction a abouti. Les citoyens de la Ville vont donc voter sur ce sujet. MCG, Alternative Vernier et un indépendant se sont joints au centre et aux verts libéraux pour lancer ce référendum. Le PLR n’a pas suivi, «bloqué par son alliance contre-nature avec la gauche» a relevé Yves Magnin.

Selon les référendaires, l’interdiction de l’affichage publicitaire aura des conséquences sur l’emploi à Vernier, notamment sur les imprimeurs. Pour Yves Magnin, on leur coupe l’herbe sous le pied. Une interdiction mal venue pour la MCG Ana Roch après deux ans de pandémie et la guerre en Ukraine. Incompréhensible pour l'entrepreneur Richard Ratzenberger, gérant d’une société de communication et d’événementiel.

Richard RatzenbergerGérant d'une société de communication et d'événementiel

Pour le co-président, la publicité est déjà clairement règlementée à Vernier et des mesures supplémentaires sont liberticides.

Enfin les finances verniolanes sont déjà fortement affectées par la hausse du coût de l’énergie et se privé d’une manne de quelque 120'000 francs revient à «scier la branche sur laquelle la Commune est assise».

Continuer la lecture

Actualité

Xinjiang: l'ambassadeur suisse à Genève à une expo controversée

Publié

le

L'ambassadeur suisse à l'ONU à Genève Jürg Lauber était le seul représentant d'un pays occidental à l'ouverture d'une exposition controversée sur le Xinjiang à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'ambassadeur suisse à l'ONU à Genève Jürg Lauber est le seul représentant d'un pays occidental à avoir assisté au début d'une exposition controversée sur le Xinjiang, a appris Keystone-ATS. La Suisse, qui a critiqué Pékin à l'ONU, fait valoir son rôle d'Etat-hôte.

Depuis plusieurs semaines, la Chine multiplie les offensives diplomatiques à Genève pour tenter de désamorcer les attaques contre elle pour les violations des droits humains dans cette région. Déclarations communes avec ses alliés devant le Conseil des droits de l'homme ou conférence de presse de plus de deux heures d'une délégation du Xinjiang, plusieurs approches ont été menées.

Pas de quoi intimider près d'une dizaine de pays occidentaux qui ont déposé un projet de décision pour un débat sur cette situation devant l'instance onusienne en 2023. Celui-ci sera discuté dans une semaine.

La dernière tentative en date de la mission chinoise est une exposition nommée "le Xinjiang est une terre merveilleuse". Lancée lundi à Genève, elle est prévue jusqu'à vendredi. La mission chinoise et le gouvernement régional affirment vouloir montrer par des photos "le vrai Xinjiang où tous les groupes ethniques sont en sécurité".

Un discours qui tranche avec le récent rapport du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme qui parle de possibles crimes contre l'humanité contre les Ouïghours et d'autres minorités musulmanes. Selon la mission chinoise, plus de 70 personnes de plus de 30 pays ont participé à l'ouverture.

Ambassadeurs africains et russe

Or, selon des sources convergentes, M. Lauber était le seul ambassadeur occidental, aux côtés de ses homologues africains ou russe. Pour Berne, cette présence n'est pas contradictoire avec les critiques lancées à l'ONU contre la Chine sur la situation au Xinjiang. "En tant qu'Etat-hôte, la Suisse se doit de répondre positivement, dans les limites du possible, à toutes les invitations que les Etats envoient au chef de mission", a affirmé mercredi à Keystone-ATS une porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à Genève.

"La position suisse est claire. Elle a été communiquée à maintes reprises, aux autorités chinoises et publiquement", ajoute-t-elle. Malgré ses critiques et sa volonté d'un suivi après le rapport récent de l'ONU, Berne veut maintenir le dialogue avec Pékin. Il est important de conserver "des relations paisibles" entre diplomates suisses et d'autres pays, précise encore la porte-parole.

Plus d'un million au moins d'Ouïghours et de membres d'autres minorités musulmanes seraient retenus dans des camps d'internement. Selon l'ONU, les accusations de torture, de soins contraints, de violences sexuelles dans les centres de détention ou encore de contrôle forcé des naissances "semblent crédibles". Et le Haut-Commissariat estime que ces violations sont largement répandues. Les autorités chinoises affirment de leur côté lutter contre le terrorisme dans cette région.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

"Le catch suisse est très loin du show à l'américaine"

Publié

le

Cora Chopard

Un tournoi de catch suisse à ne pas rater ce mercredi à Lausanne, un Genevois y participe.

Connaissez-vous la Swiss Power Wrestling?

C’est la Fédération Suisse de Catch.

Elle organise son tournoi national sur plusieurs soirées et les hostilités débutent ce mercredi 28 septembre à Lausanne au Taco's Bar.

Les 8 participants sont tous romands. Parmi eux, le Genevois Patrick Oliveira, catcheur pro sur scène et spécialiste audiovisuel dans la vie de tous les jours. Il a 32 ans et a grandi aux Pâquis. Mais qu’on ne s'y méprenne pas, le catch suisse n’a rien à voir avec le show à l'américaine. Patrick Oliveira:

Patrick OliveiraCatcheur genevois

Le catch n'est pas le sport le plus populaire en Suisse, comment l'a t-il découvert?

Patrick OliveiraCatcheur genevois

A quel rythme s'entraîne t-il?

Patrick OliveiraCatcheur genevois

Le catch est un des sports roi de l'autre côté de l'Atlantique, Patrick Oliveira a t-il déjà eu le rêve américain?

Patrick OliveiraCatcheur genevois

Sachez que l'actuel champion Suisse est le fribourgeois Matteo Turelli.

Rdv donc ce mercredi soir dès 20h30 au Taco's Bar. 

Continuer la lecture

Genève

Pierre Maudet est candidat au Conseil d'Etat genevois

Publié

le

Près de deux ans après sa démission du gouvernement genevois, Pierre Maudet repart à l'assaut du Conseil d'Etat (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pierre Maudet fait son retour sur la scène politique genevoise. L'ex-conseiller d'Etat qui avait démissionné suite à l'affaire de son voyage à Abu Dhabi est candidat à l'élection au gouvernement du printemps prochain.

"Je brigue à nouveau un siège au Conseil d'Etat", a annoncé Pierre Maudet dans le GHI de mercredi. "Je ne le fais pas dans un but égotique, mais pour défendre les valeurs d'une nouvelle liste", précise-t-il. Selon l'hebdomadaire gratuit, cette liste sera la même que lors de l'élection complémentaire de 2021: Liberté humaine et justice sociale.

Lors de la campagne de 2021, Pierre Maudet avait ouvert une permanence qui lui avait permis de rencontrer de nombreux citoyens. "Ma candidature, c'est la continuité d'une histoire qui a débuté avec eux, avec ceux qui veulent défendre des projets au Parlement pour faire avancer Genève", explique celui qui n'avait alors pas été réélu, évincé par la verte Fabienne Fischer.

Le quadragénaire travaille actuellement dans une entreprise de cybersécurité. Il a aussi créé une fondation qui vise à soutenir des projets citoyens. Sa rente d'ex-conseiller d'Etat est allouée à cette fondation.

Démission

L'ex-magistrat PLR a siégé au Conseil d'Etat de juin 2012 à avril 2021, soit pendant près de neuf ans. L'affaire de son luxueux voyage en famille à Abu Dhabi en novembre 2015, qui avait éclaté en août 2018, a finalement mené à sa démission en octobre 2020 après avoir causé une profonde crise institutionnelle et politique.

Poursuivi par la justice pour acceptation d'un avantage, Pierre Maudet avait rapidement été mis en marge du gouvernement. Son parti l'avait d'abord soutenu dans cette affaire, avant de l'exclure en juin 2020, lassé par ses mensonges et son comportement.

Le magistrat avait été condamné en première instance en février 2021 pour acceptation d'un avantage. Mais il a été acquitté sur toute la ligne en deuxième instance. L'affaire doit encore être tranchée par le Tribunal fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture