Rejoignez-nous

Genève

200 nouvelles places d'hébergement d'urgence grâce aux communes

Publié

,

le

La conseillère administrative Christina Kitsos a trouvé une solution pour remplacer le centre d'hébergement de Frank-Thomas, qui fermera ses portes le 30 septembre (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les communes genevoises ont voté il y a un mois une subvention de 6,2 millions de francs pour créer 200 places d'hébergement d'urgence. Lundi, la Ville de Genève, qui pilote le dossier, a présenté les solutions retenues pour accueillir les personnes sans toit. L'ensemble du dispositif sera opérationnel le 1er juin. 

À Genève, bouffée d'oxygène pour l'hébergement d'urgence. 200 places supplémentaire vont voir le jour d'ici juin. Des ouvertures rendues possible grâce à la subvention de 6,2 millions de francs votée par les communes genevoises il y a un mois. 150 places sont gérées par des partenaires associatifs et 50 par le service social de la Ville de Genève. L'ensemble du dispositif sera opérationnel le 1er juin.  Des places sont déjà à disposition dans l'abri PC de Châtelaine depuis une semaine. Un hébergement hôtelier est proposé à certaines familles avec mineurs et des femmes seules. Le détail du dispositif avec Christina Kitsos, conseillère administrative en charge de la cohésion sociale.

Christina KitsosConseillère administrative en charge de la cohésion sociale et de la solidarité

Ces 200 nouvelles place sont un véritable soulagement pour François Guisan, co-président de l'association Païdos.

François GuisanCo-président de l'association Païdos

À lire aussi: Visite de l'abri PC Châtelaine destiné aux familles sans-abri

Socle de 500 places

Le défi, maintenant, sera de pérenniser ces 200 places d'hébergement d'urgence en 2023. Une pérennisation essentielle selon les partenaires associatifs. François Guisan, co-président de l'association Païdos.

François GuisanCo-président de l'association Païdos

Selon Christina Kitsos, les négociations au sein de l'Association des communes genevoises (ACG) sont en cours. Il faudra notamment stabilisé les budgets pour 2023.

Christina KitsosConseillère administrative en charge de la cohésion sociale et de la solidarité

La Ville de Genève a également réorienté sa stratégie à l'égard de la problématique du sans-abrisme. L'insertion des personnes concernées devient un objectif primordial. Enfin, l'idéal serait d'éviter d'avoir recours, dans le futur, à des abris souterrains.

Avec ATS Keystone

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Uni Carl Vogt va changer de nom!

Publié

le

Photo UNIGE

Après consultation des instances de l’Université, le Rectorat a décidé de changer le nom du bâtiment Uni Carl Vogt. La décision a été prise ce jeudi.

L’appellation Carl Vogt, qui figure à l’entrée du bâtiment universitaire, va rapidement être remplacée par la mention «Université de Genève», comme celle qui figure déjà sur le bâtiment Uni Dufour.

En cause, les thèses racistes et sexistes soutenues par Carl Vogt, qui a donné son patronyme au bâtiment, situé sur le boulevard du même nom. Carl Vogt était dans le viseur de nombreuses associations estudiantines et anti-racistes, mais l'Université réfute avoir cédé à la pression populaire. Yves Flückiger, recteur de l'université de Genève.

Yves FlückigerRecteur de l'Université de Genève

L'UNIGE assure que cette "décision ne doit pas pour autant être interprétée comme une volonté de faire table rase du passé". Ecoutez Yves Flückiger.

Yves FlückigerRecteur de l'Université de Genève

Un nouveau nom sera choisi au terme d’un processus participatif qui, selon le rectorat, dépassera le cas particulier d’Uni Carl Vogt, pour se pencher sur "tous les choix futurs concernant la présence de l’Université dans l’espace urbain". Aucun calendrier n'est fixé pour l'heure.

Le buste de Carl Vogt, qui se trouve devant Uni Bastions, fera lui aussi l’objet d’une réflexion en vue d’une contextualisation qui sera menée avec la Ville de Genève, puisqu’il se trouve sur le domaine public.

Continuer la lecture

Genève

Des enfants apprennent les bons gestes à l'occasion de la journée du coeur

Publié

le

C’est la journée mondiale du cœur ce jeudi. A cette occasion, le réseau Save a life a organisé une journée de sensibilisation pour 170 enfants du primaire à la rotonde des Pâquis à Genève.

Apprendre les gestes qui sauvent aux enfants, c’est le but de la sensibilisation organisée ce jeudi par Save a life à la rotonde des Pâquis à Genève, à l'occasion de la journée mondiale du coeur. De 10 heures à 17 heures, ce ne sont pas moins de 170 enfants âgés de 8 à 12 ans qui se sont succédé dans les différents ateliers. Reconnaître les signes d’une crise cardiaque, appeler le numéro d’urgence, mettre en position latérale de sécurité et s’essayer au massage cardiaque sur un mannequin, autant de gestes qui peuvent sauver des vies. Les précisions de Sébastien Martin-Achard, directeur de Save a life.

Sébastien Martin-AchardDirecteur du réseau Save a life

Le directeur de Save a live rappelle qu’après trois minutes sans oxygène le cerveau subit des lésions irréversibles, d’où l’importance d’agir vite. Les enfants sont bien débrouilles d'après Sébastien Achard.

Sébastien Martin-AchardDirecteur de Save a life

10'000 personnes meurent chaque année d’un infarctus du myocarde. 400 arrêts cardio-respiratoires par an à Genève dont 250 environ sont réanimés.

170 enfants des écoles des Pâquis et de Versoix sont venus apprendre les gestes qui sauvent en cas de malaise cardiaque. Reportage dans les différents ateliers.

Sachant que trois quart des accidents cardiaques ont lieu à la maison, les enfants peuvent être amenés à intervenir. Appeler le numéro d’urgence, reconnaître les signes d’une crise cardiaque et pratiquer un massage étaient les ateliers proposés par Save a life. Les enfants ont participé avec sérieux...on les écoute.

élèves des écoles des Pâquis et de Versoix

Continuer la lecture

Genève

Le Bioparc va déménager à Thônex

Publié

le

Le Conseil d'Etat genevois a choisi le site de Belle-Idée à Thônex pour accueillir le Bioparc Genève et ses 250 animaux, d’environ 85 espèces différentes.

Le déménagement avait été demandé par le Bioparc Genève lui-même, dont les bâtiments actuels sur la commune de Bellevue étaient jugés vétustes et inadaptés à ses missions de recherche et de conservation de la faune en danger. Le site retenu se trouve entre la Seymaz et la blanchisserie des Hôpitaux universitaires de Genève. Il faudra compter au moins trois ans pour le déménagement.

"En l'absence d’une solution alternative dans un horizon de trois à cinq ans, le Bioparc aurait dû cesser définitivement ses activités dans le canton" Tobias Blaha, le directeur du Bioparc.

Face à une demande croissante, le Bioparc Genève va ainsi pouvoir développer ses activités de zoothérapie, ses actions de sensibilisation auprès de la population et de nouvelles synergies avec d’autres acteurs locaux, dans un environnement plus adéquat.

Plus de 45'000 personnes visitent le Bioparc Genève chaque année.

 

 

 

Continuer la lecture

Genève

Des ateliers pour initier les enfants au graphisme digital

Publié

le

Photo d'illustration (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

A Genève, une entrepreneuse a créé le concept "Design ton futur". Un projet de cohésion sociale et d'initiation au graphisme digital pour permettre aux enfants de développer leur créativité.

"Design ton futur": c'est le nom du projet lancé par une entrepreneuse pour accompagner les enfants de 6 à 12 ans vers plus de créativité et d'autonomie.

En partenariat avec la Ville de Genève, ce concept innovant propose des cours de graphisme sur ordinateur, via une approche ludique et pédagogique.

Yann Rossier a participé à l'un des ateliers mercredi après-midi à l'espace des Grottes.

Yann RossierReportage

Ce concept a été l'un de lauréats de l'appel à projets Espaces de quartier 2022, organisé par la Ville de Genève.

Les ateliers ont lieu tous les mercredis après-midi, de 12H30 à 16H. Inscription nécessaire pour participer aux cours. Plus d'informations sur designtonfutur.com

Continuer la lecture

Coronavirus

L’après-Covid est difficile pour la santé mentale des jeunes

Publié

le

KEYSTONE Byline ENNIO LEANZA

La santé mentale des jeunes est sérieusement a été touchée pendant la pandémie de Covid.

« Quelles psychothérapies pour les jeunes dans le monde d'après ? »

C’est le thème de la table ronde organisée demain soir (jeudi) par l’association genevoise Trajectoires. Pour répondre à cette question, cinq spécialistes de la santé psychique débattront des mesures à prendre et des enjeux à saisir pour accompagner les nouvelles générations dans leurs questionnements et leurs préoccupations. 

Sandra Carlucci est psychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires. Qu'a-t-elle constaté lors de ses consultations?

Sandra CarlucciPsychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires

Si l’on est un proche, parent ou ami, comment reconnaitre un jeune qui va mal?

Sandra CarlucciPsychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires

La table ronde est ouverte à tous. 

Rdv donc ce jeudi 29 septembre à 19h à l’Auditoire Louis-Jeantet. 

Les infos sont à retrouver ici.

Continuer la lecture