Rejoignez-nous

Actualité

Genève vise 15’000 vélos électriques d’ici la fin de l’année

Publié

,

le

Le canton de Genève promeut le vélo électrique. Il propose une subvention de 250 francs à l'achat d'un tel véhicule jusqu'à fin décembre 2018 (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève lance la campagne « En 2018, adoptez le vélo électrique ». Elle veut inciter les Genevois à profiter d’une subvention cantonale de 250 francs disponible jusqu’au 31 décembre. L’objectif est d’atteindre le cap des 15’000 vélos électriques avant cette échéance.

La subvention cantonale de 250 francs peut être sollicitée par l’intermédiaire des communes lors de l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE), d’un kit pour installer une assistance électrique, d’un cyclopousse ou d’un giropode, écrivent les Départements du territoire et des infrastructures jeudi dans un communiqué.

Depuis 2010, le canton de Genève a fait office de pionnier en proposant cette subvention, qui vise à faire entrer ce mode de transport dans les moeurs. Il a soutenu sur la période plus de 14’000 vélos pour un budget annuel moyen ne dépassant pas 500’000 francs.

Coup de pouce financier

Dès 2019, l’impulsion cantonale se réorientera vers une nouvelle subvention. Elle sera ouverte aux particuliers qui installeront une borne de recharge dans un habitat individuel ou collectif.

En outre, l’Etat distribuera 100’000 francs de subvention à la population pour notamment financer des cours dispensés par des associations comme Pro Vélo ou le TCS et visant à maîtriser la conduite des VAE. La participation se montera à 80 francs maximum par personne.

Cette enveloppe permettra aussi de donner un coup de pouce financier lors de l’achat de vélos-cargos (10% du prix d’achat, au maximum 500 francs) ou pour des locations longue durée de VAE. Il suffira de s’inscrire ou d’effectuer son achat personnellement puis d’obtenir un remboursement sur présentation d’un justificatif. Ces nouvelles offres seront testées pendant un an ou deux.

Continuité du réseau

Ces aides concrètes s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE). Le Département des infrastructures souhaite accélérer sa mise en œuvre en étroite interaction avec la prochaine mise en service du Léman Express.

Dans ce cadre, la mobilité douce doit être priorisée dans les centres urbains. Il s’agit également d’accélérer la réalisation du réseau de voies cyclables pénétrantes et d’améliorer la cohérence et la continuité du réseau cyclable à l’intérieur des zones urbanisées, en collaboration avec la Ville de Genève et les communes.

electromobilite.ge.ch

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Trois personnes sur quatre vivent dans une zone urbaine en Suisse

Publié

le

Plus les villes sont grandes, plus elles comptent en général de locataires. C'est notamment le cas à Genève (archives). (© KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Environ trois personnes sur quatre en Suisse habitent dans des zones urbaines, selon une statistique de l’Union des villes suisses et de l’OFS. Il y a nettement plus de ressortissants étrangers et un peu plus de célibataires dans les villes que dans le reste du pays.

Après l’exode urbain des années 1980 et 1990, les villes suisses ont connu au cours des vingt dernières années une véritable renaissance, relèvent l’Union des villes suisses et l’Office fédéral de la statistique (OFS) dans leur « Statistique des villes suisses 2021 », publiée mardi. L’étude se base sur les recensements des années 2017/2018, couvrant 171 villes.

Quelque 19% des habitants des 171 villes étudiées ont moins de 20 ans, 63% ont entre 20 et 64 ans et 18% plus de 64 ans, une structure qui diffère peu du reste de la Suisse. Par ailleurs, 47% de la population urbaine est célibataire, contre 42% dans le reste de la Suisse. Les habitants des villes sont à 31% des étrangers, contre seulement 20% de la population non urbaine.

Une majorité de maisons individuelles

La structure du marché du logement contribue à cette diversité de population. En 2018, les 171 villes sous revue comptaient 2,2 millions de logements au total, répartis dans 539’767 bâtiments. Parmi eux, 46,8% étaient des maisons individuelles et 35,6% des maisons à plusieurs logements.

La proportion de maisons individuelles augmente à mesure que la taille de la commune diminue, révèle la statistique, qui met cette année l’accent sur la thématique « habiter en ville ». Le phénomène inverse se produit pour les maisons à plusieurs logements: leur part est de 43% dans les dix plus grandes villes suisses, contre moins de 33% dans les 161 autres villes.

Les logements de trois pièces prédominent dans la plupart des catégories de communes, même si les appartements de quatre pièces sont légèrement majoritaires dans les villes de moins de 20’000 habitants.

Plus de locataires dans les grandes villes

Avec un taux de 9,8%, les logements de cinq pièces ou plus sont les plus rares dans les grandes villes, alors que leur part est de 19% dans les autres catégories de communes. Dans les villes suisses, 69% des locataires vivent dans un logement de trois ou de quatre pièces. La plupart des propriétaires (86,5%) disposent quant à eux d’un logement de quatre pièces ou plus.

Globalement, plus les villes sont grandes, plus elles comptent de locataires, notent l’OFS et l’Union des villes suisses. A Brigue-Glis (VS), à Möhlin (AG), à Spiez (BE) et à Uzwil (SG), plus de la moitié des logements habités sont par exemple occupés par leurs propriétaires. A Genève, Lausanne, Zurich et à Carouge (GE), plus de 90% des logements sont par contre en location ou détenus dans le cadre d’une coopérative.

De 2015 à 2017, 74% des logements habités dans les villes étaient occupés par des locataires ou dans le cadre d’une coopérative d’habitation. Vingt-cinq pourcents étaient occupés par les propriétaires du logement.

Les bâtiments abritant des logements d’utilité publique représentent par ailleurs 1,3% des immeubles d’habitation en Suisse. Dans les grandes villes, la proportion est nettement au-dessus de la moyenne (11,4%).

Pas de lien entre taille et loyer

Il n’existe plus forcément de corrélation entre la taille de la localité et le montant des loyers, relève par ailleurs la statistique. Les villes entre 50’000 et 99’000 habitants offrent ainsi les deuxièmes loyers moyens les moins chers.

La zone est davantage déterminante pour déterminer les prix de location. La « Goldküste » zurichoise est la région la plus chère, tandis que la région jurassienn est la meilleur marché. Sur une moyenne suisse de 1319 francs, on paie par exemple 2195 francs par appartement à Zollikon (ZH), contre 715 francs au Locle (NE).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

L’Union syndicale suisse veut davantage de sécurité sociale

Publié

le

Le président de l'USS Pierre-Yves Maillard ne veut pas que les coûts de la crise soient payés par les plus faibles. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Pour de nombreux salariés, la crise du coronavirus a eu des effets délétères. Et l’avenir n’est pas rose, estime l’Union syndicale suisse (USS), qui demande une « cure de sécurité sociale ».

La situation économique et sociale est certes moins mauvaise en Suisse en comparaison avec d’autres pays. Les mesures prises ont permis d’éviter les dégâts sociaux les plus graves. « Mais la situation n’est pas acceptable pour autant », a souligné mardi le président de l’USS Pierre-Yves Maillard en conférence de presse.

Le chômage et le sous-emploi grimpent, constate l’USS. Les fermetures et autres restrictions ont fait exploser les emplois précaires et les écarts de revenus se sont creusés. Les normes minimales en matière de salaires et de conditions de travail sont souvent contournées à la baisse.

Les perspectives pour les mois à venir sont également préoccupantes. Aucune reprise notable n’est en vue sur le marché du travail. Même après la deuxième vague de la pandémie, un nombre extrêmement élevé de personnes ayant un emploi sont toujours sans travail.

Les aides liées à la pandémie doivent être maintenues malgré les ouvertures. Il s’agirait de les convertir en plan de relance dans un certain nombre de domaines, comme la culture ou l’hôtellerie, suggère Pierre-Yves Maillard.

Moins de revenu disponible

Les salariés les plus jeunes et les plus âgés sont plus touchés que la moyenne. De nombreux actifs de 15 à 24 ans ont disparu du marché du travail et leur taux d’activité a chuté, a relevé Daniel Lampart, premier secrétaire de l’USS.

Comme souvent, ce sont les travailleurs à faibles revenus qui sont les plus affectés par les effets de la pandémie. Avec le chômage partiel et le chômage tout court, les baisses de revenus se font cruellement sentir. « Il est inacceptable que le coût économique de la crise se porte sur les salaires les plus modestes », a critiqué M. Maillard.

Selon une estimation de l’USS, les personnes dans les classes de revenus les plus basses (jusqu’à 4000 francs bruts par mois) disposent d’environ 300 francs par mois de revenus en moins.

Parallèlement, les fermetures partielles de l’économie ont favorisé la prolifération des emplois précaires. Avec le boom des livraisons à domicile par des services de coursiers, les normes minimales en matière de conditions de travail sont trop souvent contournées.

Dégradation des conditions

Les personnes qui ont pu continuer de travailler malgré le semi-confinement ont souvent dû accepter d’autres types de dégradation de leurs conditions, par exemple dans la vente, pour le traitement des commandes en ligne, souligne Vania Alleva, présidente d’Unia.

« La pression est énorme pour que les salariés acceptent cet effritement sans rien dire. Car au final, les personnes au chômage partiel sont encore moins bien loties. C’est pourquoi il faut que le chômage partiel soit indemnisé à 100% pour les salaires jusqu’à 5000 francs et que les conventions collectives de travail (CCT) s’étendent », ajoute-elle.

Une crise sociale

Aujourd’hui, plus de 550’000 salariés dépendent de l’assurance-chômage en Suisse, soit 450’000 de plus qu’au début 2020, a rappelé Pierre-Yves Maillard. Ils se répartissent entre 400’000 personnes au chômage partiel et 50’000 chômeurs de plus. Ce demi-million de salariés vivent et doivent faire vivre leur famille avec au moins 20% de perte de revenu depuis des mois.

« Si des manifestations de colère et de désespoir apparaissent, y compris dans notre Suisse jusque-là si tranquille, c’est sur le fond de cette crise sociale », estime le président de l’USS. Les personnes qui ont traversé cette crise sans perte de revenu ou sans crainte de perte de leur emploi ont parfois de la peine à comprendre cette colère qui monte et la violence du sentiment d’injustice qui touche une partie importante et déjà précarisée de la population.

Exigences

Face à ce sombre tableau, l’USS exige un salaire minimum de 22 francs de l’heure et des CCT de force obligatoire aussi pour les nouveaux emplois qui se sont créés dans les services de coursiers et le commerce en ligne.

L’USS demande la restitution à la population des près de cinq milliards de francs de réserves excédentaires issues des primes-maladie. Ceci renforce le pouvoir d’achat et stimulera l’économie nationale.

Il faut aussi renoncer à tout programme d’austérité, surtout au niveau fédéral, afin que le chômage n’augmente pas encore davantage. Enfin, l’USS demande des garanties d’emploi dans les entreprises ainsi qu’un soutien aux jeunes en fin de formation dans leur recherche d’un futur emploi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Tennis: Un plateau très riche au Gonet Geneva Open

Publié

le

Photo KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

On connaît désormais le tableau du Gonet Geneva Open, qui se déroulera du 15 au 22 mai au Parc des Eaux-Vives.

Ce sont pas moins de 18 joueurs du Top 50 de l’ATP qui se sont inscrits cette année. En guest star, bien sûr, Roger Federer pour sa grande première à Genève. Victorieux de 103 tournois dont 20 du Grand Chelem, le bâlois disputera à Genève son deuxième tournoi de l’année. Au passage, il pourrait devenir le premier joueur de l’histoire à remporter les trois tournois ATP organisés en Suisse.

A ses côtés, le gaucher canadien Denis Shapovalov (ATP 14) pour qui ce sera aussi une grande première au bout du lac, mais également le Norvégien Casper Ruud (ATP 24), demi-finaliste du Masters 1000 de Monte-Carlo, ou encore l’Australien Alex de Minaur (ATP 25), finaliste des Swiss Indoors de Bâle en 2019.

A retenir aussi la présence de trois joueurs qui ont brillé lors des précédentes éditions : le vainqueur 2018 Marton Fucsovics (ATP 41), le finaliste de 2016 Marin Cilic (ATP 44) et l’un des demi-finalistes 2018 Fabio Fognini (ATP 27).

Comme chaque année, les organisateurs pourront enrichir le tableau avec 3 invitations. On se souvient, par exemple, qu’Alexander Zverev, le tenant du titre, avait bénéficié d’une wild card.

 

 

Continuer la lecture

Economie

Implenia envisage de vendre son activité de rénovation en Allemagne

Publié

le

Implenia cède des activités en Allemagne, après avoir fait de même en Norvège début avril (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Implenia a l’intention de céder son activité de rénovation et de maintenance de bâtiments et d’infrastructures en Allemagne, Implenia Instandsetzung, à Karrié Bau, basé à Mayence. Ce dernier devrait reprendre les 199 employés.

Le montant de l’opération, dont la conclusion est attendue au 31 mai, n’est pas dévoilé. Cette cession est alignée sur la stratégie du groupe de construction de « se concentrer sur son portefeuille principal », selon le communiqué paru mardi. La transaction a été signée le 16 avril. Elle porte sur cinq sites en Allemagne, mais aussi la reprise des projets. Karrié Bau emploie 152 personnes dans la construction et la maintenance de bâtiments.

Début avril, Implenia a cédé des activités en Norvège pour un montant non connu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Sika performe en début d’année et relève ses prévisions

Publié

le

Face à cette bonne performance au premier trimestre, la direction de Sika a partiellement relevé ses objectifs pour l'ensemble de 2021 (archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le chimiste du bâtiment Sika a enregistré un solide démarrage en début d’année, en dépit de la pandémie de coronavirus, dépassant même les attentes du marché.

Grâce à cette performance, la direction du groupe zougois a relevé ses objectifs de croissance pour l’ensemble de l’année.

Au premier trimestre, l’entreprise a dégagé un chiffre d’affaires net de 1,998 milliard de francs, en hausse de 10,2% sur un an. Abstraction faite des effets de change, la progression a même été de 12,6%, a précisé Sika mardi dans un communiqué.

Les recettes dégagées par l’entreprise entre janvier et fin mars dépassent légèrement les prévisions des analystes consultés par AWP.

« Nous avons été en mesure, dans la nouvelle année, d’enchaîner sur notre solide performance du quatrième trimestre » 2020, s’est félicité le directeur général Paul Schuler. Le groupe a profité de la forte demande dans certaines régions pour renforcer ses parts de marché, a-t-il ajouté.

Sika a ainsi bénéficié d’une envolée des recettes de 25% dans la région Asie-Pacifique et de 12,8% dans la région englobant l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Seuls les Amériques ont subi une décrue de 0,7% pendant la période sous revue. Cette performance négative est cependant due à des effets de changes prononcés. Hors variation des devises, le chiffre d’affaires du continent américain a progressé de 6,2%.

Face à cette bonne performance, la direction a partiellement relevé ses objectifs pour l’ensemble de 2021, tablant désormais sur une croissance à deux chiffres en monnaies locales, contre une fourchette de 6% à 8% jusqu’à présent. La société anticipe aussi une progression supérieure à la moyenne du résultat d’exploitation (Ebit). La marge opérationnelle doit atteindre 15%.

Les prévisions d’ici 2023 ont quant à elles été confirmées, le groupe s’attendant à enregistrer une croissance en monnaies locales de 6%-8% et une hausse de la marge Ebit à 15%-18% à partir de cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture