Rejoignez-nous

Actualité

Genève désignée il y a 100 ans pour la SDN

Publié

,

le

La "Genève internationale" et ses chantiers comme celui du Palais des Nations ne cesse de s'étendre (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Il y a 100 ans, le 28 avril 1919, Genève était choisie pour abriter la Société des Nations (SDN) qui a marqué avec l'OIT le début du multilatéralisme. Un siècle plus tard, la "Genève internationale" ne cesse de s'étendre et est devenue la "cuisine" du monde.

A la sortie de la Première Guerre mondiale, la SDN devait permettre d'éviter une nouvelle conflagration entre grandes puissances. Le choix de Genève pour son secrétariat n'a été validé par les Etats qu'après une intense campagne de la Suisse et insistance du président américain, qui préférait sa neutralité à Bruxelles ou La Haye.

L'hôtellerie genevoise s'était elle aussi mobilisée. Même si le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) incarnait déjà une présence internationale, Genève était considérée avant l'arrivée de la SDN comme "une petite et ennuyeuse ville provinciale", relève l'historien italo-suisse Davide Rodogno.

Un qualificatif que le maire de Genève Sami Kanaan trouve "injuste". Depuis longtemps, la ville était déjà un "carrefour" où "les gens venaient discuter", a-t-il dit à Keystone-ATS. Mais il admet que Genève "ne serait pas devenue ce qu'elle est" sans la SDN.

L'annonce de la venue de l'organisation, qui s'est établie en 1920, avait été accueillie dans la liesse le jour même mais un débat animé s'en était suivi. Et le référendum pour l'accession de la Suisse avait obtenu de peu la majorité des cantons.

"Nombreuses" continuités

Pour l'organisation internationale, l'expérience tournera court, un peu plus de 25 ans, en raison des politiques qui ont mené à la Seconde Guerre mondiale. Après le conflit, l'organisation est remplacée par l'ONU.

"Le sentiment général est que la SDN a échoué", affirme John Burnley, qui vient de publier un ouvrage collectif sur le premier secrétaire général Eric Drummond. Pourtant, les continuités de l'ONU avec cette institution sont "nombreuses et visibles", nuance de son côté M. Rodogno.

Symbolique, le bâtiment historique de la SDN à Genève est aujourd'hui occupé par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme. Celui qui l'a remplacé, le Palais des Nations, est actuellement le siège européen de l'ONU.

La SDN, lancée dans le même temps que l'Organisation internationale du travail (OIT) qui lui sera affiliée, aura marqué le début du multilatéralisme. Cent ans plus tard, Genève reste l'un des centres importants de gouvernance, même si la présence des principaux organes de l'ONU à New York attire l'attention.

Multilatéralisme ciblé

"Genève est la cuisine du système international, New York est la salle à manger", affirme le directeur général de l'ONU à Genève Michael Møller. Il répète souvent que les décisions prises dans cette ville ont des effets chaque jour sur chaque individu dans le monde. Genève a aussi été pionnière pour la participation des ONG et de la société civile.

Comme au moment de la SDN, le multilatéralisme est à nouveau "sous pression par un certain nombre d'Etats et d'acteurs" face aux défis qui attendent le monde, déplore-t-il. Une "mode", selon M. Kanaan.

Parmi les principaux assauts, le président américain Donald Trump a réduit la contribution américaine à l'ONU. En Suisse, le large rejet de l'initiative sur l'autodétermination "montre que la situation n'est pas aussi morose que certains veulent le dire" sur cette question, s'était félicité récemment l'ambassadeur suisse auprès de l'ONU à Genève Valentin Zellweger.

Depuis l'arrivée au Conseil fédéral d'Ignazio Cassis, Berne a toutefois été ciblée ces derniers mois sur plusieurs décisions de politique multilatérale. De son refus de signer le Traité d'interdiction des armes nucléaires à celui de ne pas s'associer immédiatement au Pacte mondial des migrations dont elle avait porté les négociations.

Milliers d'emplois dans le canton

Selon M. Møller, l'adaptation face aux attaques contre le multilatéralisme durera encore tant que les structures de gouvernance ne seront pas prêtes à affronter nouvelles technologies ou changement climatique. Il redoute que certaines organisations doivent fermer. Alors que d'autres ouvriront.

Le Canton a mis l'accent sur l'innovation, notamment la gouvernance d'Internet. M. Kanaan oeuvre lui avec la mission suisse pour lancer un bureau des villes à Genève, lien entre des réseaux de municipalités et les organisations internationales.

Malgré une intense concurrence, Genève a atteint une "masse critique" qui incite les acteurs à considérer l'importance de son rôle, ajoute le maire. "Mais rien n'est acquis. Il faut se battre".

Au total, la "Genève internationale" pèse plus de 30'000 emplois, en augmentation même si des postes techniques ont parfois été délocalisés. Chaque année, environ 3400 réunions sont organisées.

 

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Indexation: les syndicats espèrent en parler avec le Conseil d'Etat

Publié

le

Les syndicats ne désespèrent pas de parler de la pleine indexation des salaires de la fonction publique lors d'une rencontre avec le gouvernement vaudois le 23 février prochain. (© Keystone/LAURENT MERLET)

Lors d'un rassemblement des employés du CHUV exigeant la pleine indexation des salaires, jeudi à Lausanne, les syndicats ont dit leur espoir de pouvoir aborder le sujet lors d'une rencontre le 23 février avec le Conseil d'Etat. Ils ont évoqué "une petite brèche".

Alors que près de 150 employés de l'hôpital universitaire étaient réunis à partir de 12h30 devant le bâtiment principal, plusieurs syndicalistes ont pris la parole. Ils ont parlé d'une lettre reçue du gouvernement vaudois évoquant la réunion prévue fin février et mentionnant la possibilité d'"échanger sur d'autres sujets qui intéressent" les représentants du personnel de l'Etat de Vaud.

Interrogé par Keystone-ATS sur place, David Jeanquartier, secrétaire général de la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud), a confirmé que le Conseil d'Etat avait envoyé une lettre aux trois syndicats à l'origine du mouvement de contestation, le Syndicat des services publics (SSP Vaud), la fédération syndicale SUD et FSF Vaud.

Saisir l'occasion

Selon lui, le courrier reprend les termes de celui envoyé il y a dix jours, donnant rendez-vous le 23 février aux syndicats avec une délégation du gouvernement pour un premier échange, mais sur d'autres sujets que l'indexation. Le Conseil d'Etat y indiquait ne pas entendre revenir sur le dispositif global octroyant 182 millions de francs pour l'indexation des salaires, la lutte contre la vie chère et l'amélioration des régimes sociaux.

Elle mentionnait par contre "plusieurs dossiers d'importance pour les collaborateurs de l'Etat de Vaud, notamment la lutte contre le harcèlement, l'égalité salariale, le travail de nuit, la protection des lanceurs d'alerte, ainsi que la prévention des risques psychosociaux".

La nouvelle lettre reçue mercredi est "une petite ouverture, une petite brèche" puisqu'elle rajoute que le Conseil d'Etat se dit "prêt à parler d'autres sujets qui nous intéressent", résume M. Jeanquartier. "Nous aborderons donc la question de l'indexation" des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic au renchérissement du coût de la vie, a-t-il affirmé.

Pour cette quatrième journée de grève, une manifestation est prévue en fin de journée. Le défilé des fonctionnaires partira dès 18h00 depuis la place St-François, au centre-ville de Lausanne, en direction de la place du Château à la Cité, en passant par la place de la Riponne. Les secteurs de l'enseignement, du social et de la police seront mobilisés, selon les syndicats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Vaud encadre les futurs essais pilote de vente de cannabis

Publié

le

La vente réglementée de cannabis a démarré fin janvier dans des pharmacies à Bâle (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le Conseil d'Etat vaudois veut encadrer les essais pilote de vente de cannabis à des fins non médicales. Le projet lausannois, Cann-L, sera le premier à voir le jour dans le canton, une fois reçue l'autorisation finale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le gouvernement soumet au Grand Conseil un projet de décret qui précise le rôle des autorités cantonales dans la surveillance et l'encadrement des projets pilote, en particulier en terme de sécurité et de santé publique. Le canton n'entend pas lancer lui-même un essai de ce type, mais il en soutient le principe, explique-t-il jeudi dans un communiqué.

Une commission de surveillance et de contrôle sera notamment instituée. Elle sera chargée, en association avec l'OFSP, du suivi de la mise en oeuvre des essais, de leur coordination et du traitement des éventuels signalements et plaintes. Cette commission sera présidée par le médecin cantonal et réunira des experts, des représentants des communes et des milieux de justice et police.

Le canton contribuera au financement du volet scientifique de l'essai. Il sollicite dans ce but un montant de 525'000 francs pour trois ans.

Lausanne et ailleurs

Le 20 mai dernier, Lausanne a présenté son projet pilote de vente de cannabis. L'objectif est de mesurer les effets d'un modèle de vente régulée sur les consommateurs et le trafic de stupéfiants. Le cannabis devrait être vendu dans un commerce dédié au centre-ville.

Une première étude sur la vente réglementée de cannabis a débuté fin janvier dans des pharmacies à Bâle. D'autres projets sont en attente d'une autorisation finale de l’OFSP, notamment à Zurich, Lausanne et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Un mercato de janvier de tous les records

Publié

le

Enzo Fernandez: le plus gros transfert du mercato de janvier pour rejoindre Chelsea. (© KEYSTONE/EPA/Isabel Infantes)

4387 transferts ont été enregistrés par la FIFA lors du dernier mercato de janvier. Il s’agit d’un record depuis le lancement du système de régulation des transferts de la FIFA en 2010.

Les indemnités de transfert versées par les clubs ont également atteint un niveau sans précédent avec 1,57 milliard de dollars, soit quelque 230 millions de plus qu’en janvier 2018, date de l’ancien record.

Le nombre de transferts dans le football masculin a augmenté de 14,4% par rapport à la même période en 2022 (3 834), avec la valeur totale des indemnités de transfert en augmentation de 49,9% par rapport aux sommes dépensées en janvier 2022 (1,05 milliard de dollars). Avec 898,6 millions de dollars – soit 57,3% du total de janvier 2023 à l’échelle mondiale –, les clubs anglais ont été les plus dépensiers, devançant de loin les clubs français et leurs 131,9 millions.

Le football féminin a lui aussi établi un record historique en termes de transferts internationaux, puisque 341 ont été enregistrés au total, soit une hausse de 30,2% par rapport à janvier 2022. De même, les indemnités de transfert dans le football féminin ont atteint un montant encore jamais vu de 774'300 dollars. C’est la Colombie qui domine le classement des transferts entrants avec un total de 35 arrivées, tandis que la Suède et les États-Unis sont les deux pays ayant enregistré le plus de transferts sortants avec 26 départs chacun.

C’est la troisième année consécutive que la FIFA publie un rapport peu après la conclusion d’une période de transferts internationaux de janvier. Il fournit un aperçu du marché dans le football masculin comme féminin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un jeune homme a été retrouvé vivant dans une avalanche à Liddes

Publié

le

Partiellement enseveli dans une avalanche, l'homme est resté bloqué de tout mouvement durant six heures. (© KEYSTONE/KANTONSPOLIZEI WALLIS/HANDOUT)

Annoncé disparu mercredi, un randonneur à peau-de-phoque a été retrouvé vivant jeudi Liddes (VS). Il est resté partiellement enseveli sous une avalanche durant six heures.

Le randonneur valaisan de 26 ans avait eu le réflexe d'informer ses proches de son itinéraire, ce qui a permis à l'équipe de secouristes de survoler le secteur concerné et de le localiser près de la cabane de la Tsissette, souligne jeudi la police cantonale valaisanne dans un communiqué. Héliporté à l’hôpital de Sion, le randonneur s'en est sorti indemne.

L'habitant du Bas-Valais a été retrouvé grâce au travail commun de l'Organisation cantonale valaisanne des secours 144 (OCVS144), du Sauvetage régional d'Entremont, d'Air-Glaciers et des agents de la police cantonale et municipale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Marseillais Claude Cortese dirigera l'Opéra de Lausanne

Publié

le

L'Opéra de Lausanne connaît son nouveau directeur (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Claude Cortese est le nouveau directeur de l'Opéra de Lausanne. Le Marseillais de 53 ans, actuellement directeur de la production artistique à l'Opéra de Strasbourg, prendra ses nouvelles fonctions en juillet 2024 à la place d'Eric Vigié.

Formé au conservatoire de Marseille, Claude Cortese a entamé sa carrière professionnelle à 19 ans à... l'Opéra de Lausanne, où il a été embauché comme régisseur. Il est ensuite resté sur l'Arc lémanique, officiant entre 1995 et 2003 comme régisseur de production au Grand Théâtre de Genève.

Son parcours s'est poursuivi en France, où il a occupé différents postes de direction artistique. D'abord à Angers Nantes Opéra, puis l'Opéra national de Lorraine à Nancy et finalement, dès 2020, à l'Opéra national du Rhin à Strasbourg.

"Cette longue expérience professionnelle au niveau directorial lui permet de maîtriser tous les rouages artistiques, techniques et budgétaires inhérents à la programmation des saisons qui lui ont été confiées", affirme jeudi l'Opéra de Lausanne dans son communiqué. L'institution se réjouit d'avoir engagé "une figure reconnue" du monde lyrique, qui dispose d'un excellent réseau international.

Désigné à l'unanimité

L'Opéra de Lausanne est dirigé depuis 2004 par Eric Vigié, lui aussi originaire des bords de la Méditerrannée (Toulon). Il avait annoncé son départ en avril dernier.

Pour le remplacer, un processus de sélection a démarré en septembre. Parmi les 50 dossiers reçus, le nom de Claude Cortese a été retenu à l'unanimité de la Commission de sélection, qui l'a ensuite soumis au Conseil de fondation et à la Municipalité de Lausanne.

Le nouveau directeur sera présenté au public et à la presse au printemps 2024, lorsqu'il dévoilera le programme de sa première saison artistique (2024-2025) à Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture