Rejoignez-nous

Actualité

Genève a adopté sa quatrième politique criminelle commune

Publié

,

le

C’est le quatrième exercice du genre dans le Canton de Genève. L’adoption d’une politique commune en matière de lutte contre la criminalité 2018-2020.

La nouvelle feuille de route basée sur 7 axes prioritaires a été présentée mercredi à la presse. L’exercice était pour le peu particulier. Le Conseiller d’Etat Mauro Poggia a paraphé les principes de cette politique avec le procureur général Olivier Jornot en présence de la cheffe de la police Monica Bonfanti. Particulier, car c’est Pierre Maudet qui aurait dû être présent.
Pour rappel, le magistrat PLR, dans la tourmente, s’est vu retirer provisoirement le dicastère de la police en plus de sa casquette de président du Conseil d’Etat. Dispositions prises par le gouvernement après avoir avoué son mensonge autour de son voyage controversé à Abu Dhabi en 2015 dont on sait aujourd’hui qu’il était officiel et non privé. Il devait certainement regretter de n’avoir pas pu défendre cette politique criminelle qu’il a conçu avec le Ministère public et la police. Sur fond de crise politique, Mauro Poggia s’en est bien sortie mercredi. L’ambiance de la conférence de presse était détendue saupoudrée d’un soupçon d’humour. Même l’humour grinçant du procureur général était au rendez-vous. Pierre Maudet n’a pas fait d’ombre à Olivier Jornot. C’est de notoriété publique, l’entente entre les deux magistrats n’est pas au beau-fixe.

Politique criminelle basée sur sept axes

On prend presque les mêmes et on recommence. La lutte contre la cybercriminalité, la mobilité, la délinquance financière, traite des êtres humains ou encore lutte contre les comportements agressifs visant les policiers. Un axe disparaît, celui de la sécurité de l’espace public : les vols dans la rue sont en diminution.
Fait donc son apparition, la mise en œuvre effective des sanctions et coordination des forces de police. Concrètement, les autorités compétentes veilleront à la bonne mise en application des peines. Qu’elles soient pénales, c’est-à-dire, les personnes en prison ou tout simplement le paiement d’une amende.

Anticiper le Léman Express

Les six autres axes prioritaires de la précédente convention sont, eux, maintenus. « Cela ne signifie pas que la lecture des phénomènes soit la même », a nuancé M. Jornot. Ainsi, la lutte contre les violences intègre à présent les violences gratuites lors d’attroupements festifs mais aussi les violences sexistes, racistes, homophobes ou encore le harcèlement de rue.

Dans ce chapitre, la convention 2018-2020 prévoit également d’anticiper la mise en service du RER régional Léman Express. La dimension transfrontalière de cette infrastructure pose d’importants défis en termes de sécurité, tant au niveau des patrouilles d’intervention qu’en ce qui concerne l’enquête et la poursuite des délits.

Pédagogie sur la route

Introduit en 2016, l’accent sur la sécurité de la mobilité prévoit de renforcer la pédagogie sur la route. « La délinquance des honnêtes gens est de plus en plus intolérable pour la population », a commenté le conseiller d’Etat Mauro Poggia, en charge de la police depuis mi-septembre.

Egalement introduit en 2016, l’axe de lutte contre la délinquance financière prévoit de renforcer la capacité de la police à identifier, détecter et enquêter en collaboration avec l’administration fiscale ou encore les offices des faillites et poursuites. Quant à la lutte contre la cybercriminalité, elle doit tenir compte des évolutions technologiques et législatives.

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Pour la Nuit des musées, les visiteurs vont mener l’enquête

Publié

le

Classé Top secret! C’est le thème de la nouvelle édition de la Nuit des musées qui débute ce soir à 17h. Vingt-quatre institutions culturelles de la Ville de Genève se prêtent au jeu. Muni de son pass Nuit des musées – au prix de 10 francs pour un adulte- le visiteur peut à sa guise faire un tour au Mamco ou s’aventurer au musée Voltaire. Et cette année, c’est l’occasion de jouer les enquêteurs en parcourant la cité. Les explications du maire, Sami Kanaan, chargé de la culture:

Sami Kanaan Maire de la Ville de Genève

Le thème de cette année ajoute encore au mystère de cet événement déjà particulier car nocturne. Comme le souligne Sami Kanaan:

Sami Kanaan Maire de la Ville de Genève

Parmi les musée participants: le musée Ariana. Actuellement, ce musée spécialisé dans la céramique accueille l’exposition MUR | Murs. Les installations à base de briques de Jacques Kaufmann se déploient dans le parc.

Musée Ariana /Jacques Kaufmann. @nicolaslieber

Petite présentation de l’exposition, dont le vernissage a eu lieu jeudi, par la conservatrice du musée, Anne-Claire Schumacher:

Anne-Claire Schumacher Conservatrice du musée Ariana

Et, en raisons de la Nuit des musées, ce ne sera pas la seule chose à voir cette nuit à l’Ariana. Anne-Claire Schumacher nous en dit plus:

Anne-Claire Schumacher Conservatrice du musée Ariana

A noter, des navettes spéciales sont mises en place par les TPG pour aller d’un musée à l’autre. Ce transport est compris dans le pass.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Journée contre l’homophobie: « Je voudrais que ma fille grandisse dans un monde tolérant »

Publié

le

Des roses en guise d’hommage. Aujourd’hui, à midi, les associations LGBT genevoises se sont réunies à Bel-Air pour une cérémonie. A l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, il s’agissait d’honorer la mémoire de Bartholomé Tecia. Ce collégien de 15 ans a été condamné en 1566 pour homosexualité puis exécuté par noyade dans le Rhône.

D’où les fleurs jetées dans le fleuve, « en souvenir de Bartholomé et de toutes les victimes d’hier et d’aujourd’hui », précisent les organisateurs.

Une personne trans nous explique les raisons de sa présence:

Une personne trans dans l'assistance

La conseillère d’Etat PLR Nathalie Fontanet était, elle aussi, présente pour rappeler notamment que ce combat est apolitique:

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat

Mais aussi pour souligner l’importance de l’éducation dans la lutte contre l’homophobie. Nathalie Fontanet:

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat

Un message qui a touché une maman dans l’assistance:

Une maman dans l'assistance

De son côté, Étienne Francey, de Network, a rappelé que l’homophobie esg encore une douloureuse réalité, notamment dans le monde du travail:

Etienne Francey  Network

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Votations du 19 mai: Comment sont comptées les voix?

Publié

le

Comment procède-t-on pour comptabiliser les voix lors d’une votation?

Le processus commence dans la nuit de samedi à dimanche. A minuit zéro une pour être précis. C’est au service des votations et élections, celui dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, que le coup d’envoi est donné. Dès minuit une, dimanche donc, débute le dépouillement des votes par correspondance. Les machines à lecture optique, qui font tout le travail ou presque, ont fait leur apparition en 2001. Et elles sont capables, ces machines, de déchiffrer des milliers de bulletins à l’heure.

Pour comprendre le processus de dépouillement en moins de 3 minutes:

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Un nouvel outil pour favoriser l’égalité hommes-femmes au travail

Publié

le

Dans le monde du travail, l’égalité homme-femme est encore loin d’être atteinte. C’est en partant de ce constat que l’université de Genève et le Canton ont élaboré une plateforme de bonnes pratiques. Cet outil baptisé « Egalité: au travail! » a été lancé hier. Cette plateforme consultable via internet regroupe des données de base illustrant le problème.

On y apprend, par exemple, qu’il y a encore 14% de différence salariale entre homme et femme en Suisse ou encore que des licenciements au retour de congé maternité sont encore prononcés. Comme l’explique Colette Fry , Directrice du Bureau genevois de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques:

Colette Fry Directrice du Bureau genevois de la promotion de l'égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques

Mais le but de la plateforme, c’est surtout de mettre en avant des solutions. Il est ainsi possible de découvrir les pratiques mises en place à la RTS, aux CFF ou chez Nestlé. Plus de détails avec Colette Fry:

Colette Fry Directrice du Bureau genevois de la promotion de l'égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Les jeunes déposent une pétition pour l’urgence climatique

Publié

le

Les jeunes qui manifestent pour le climat ont déposé ce vendredi une longue banderole jaune munie de plus d’un millier de signatures pour que l’Etat de Genève déclare l’urgence climatique. Avec une action concrète, ils veulent que la CPEG  investisse de manière plus durable.

Les signatures ont été recueillies lors de la dernière manifestation pour le climat le 6 avril dernier. La pétition réclame du Canton de Genève des mesures concrètes. Avec comme première action, des investissements plus responsables de la part de la caisse de pension des fonctionnaires, la CPEG, qui détient plus de 13 milliards de cotisations de ses membres.

Les signataires de la pétition veulent que la CPEG se désinvestisse des énergies fossiles et qu’elle applique une charte éthique rédigée par les syndicats genevois. Elle s’adresse aux délégués syndicaux qui siègent au côté de l’employeur, l’Etat.  Les explications de Umberto Bandiera, secrétaire syndical à la CGAS, la Communauté genevoise d’action syndicale.

Umberto Bandiera secrétaire syndical - CGAS

Les nouvelles sur le climat sont anxiogènes pour les jeunes, comme l’explique Mathilda, étudiante à l’Université de Genève.

Mathilda  Mouvement des jeunes pour le climat

La Ville de Genève a adopté hier soir une résolution qui décrète l’urgence climatique, mais les jeunes veulent aller plus loin, comme l’explique Alice, collégienne à Calvin.

Alice Mouvement des jeunes pour le climat

La prochaine grève pour le climat aura lieu vendredi prochain, le 24 mai. A midi pour que les personnes qui travaillent puissent se joindre à la manifestation.

 

 

Continuer la lecture